Accueil  >  Nathalie Serrault, papa ce héros
Flux RSS

Nathalie Serrault, papa ce héros

Le 01 octobre 2013 à 08:53 par Olivier Bellamy

300913-nathalie-serrault2.JPG

Il était l’un des plus grands acteurs du monde, l’un des plus populaires aussi. Avec un jeu vrai, sans truc, sans tic (à l’exception du “e” final appuyé qui a fait la joie des imitateurs), capable d’incarner les cruches, les paysans, les notaires, les salauds, les braves types avec un égal bonheur. Doté d’un égal mélange de folie et de rigueur, de fantaisie et de sobriété. Libre toujours.
Enfant, Michel Serrault voulait devenir prêtre ou clown. Il aura été comédien tout en se passionnant pour la musique, la photo, sa famille, les animaux, les fermettes à retaper. Il aimait le théâtre et ses amis tout en faisant rire sa femme aux larmes.
Avec son physique banal et son oeil vif, il aura été un M. Tout-le-Monde de génie. Le public n’est pas près de l’oublier.
Nathalie Serrault, sa fille, lui a rendu un hommage simple et émouvant.

Voici son programme :

- Mozart : Concerto pour flûte, harpe et orchestre en ut majeur, KV 299/297 (n° 2), l’andantino

- Hummel : Final du concerto (par Bernard Soustrot et l’orchestre des pays de Loire, direction Marc Soustro)

- J.S. Bach : Oratorio de Noël, L’ouverture n° 1: Coro, BWV 248 (par John Eliot Gardiner)

- Haendel : Dettingen Te Deum (The English concert Trevor Pinnock) n° 23 : ” We will rejoice in Thy salvation ”

Madeleines :

- Bande Originale du film “Mon nom est personne” d’Ennio Morricone : “Mucchio selvaggio”

- Barbra Steisand : “The way we were”

- Bande originale du film “Casino Royale” de Burt Bacharach : le thème à la trompette

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 2 commentaires pour cet article :

1 Roberto Livadiotti, le 04 octobre 2013 à 11:19 :

Magnifique Ouverture de l’Oratorio de Noel de Jean-Sébastien Bach! Bon choix.

2 Nelly, le 07 octobre 2013 à 22:47 :

Oui Roberto, magnifique interprétation de l’Oratorio de Noël puisé dans la collectio de Michel Serrault que crois! Longtemps absente et surtout ne pouvant que “picorer” les Passions Classiques, j’ai repris l’écoute ce soir avec beaucoup de plaisir en écoutant Nathalie Serrault se souvenir de ce grand comédien qu’est Michel Serrault, son père! Nous rappeler “Le naïf aux quarante enfants”, le film bien sûr mais aussi Paul Guth que j’ai tant aimé lire et que l’on oublie aujourd’hui! Ainsi va la vie…


Donnez votre avis !






ombre