Accueil  >  Paavo Järvi, le feu sous la glace
Flux RSS

Paavo Järvi, le feu sous la glace

Le 13 septembre 2013 à 14:54 par Olivier Bellamy

120913-paavo-jarvi2.JPG

Il est impressionnant quand on l’approche. Et puis, sous la glace, on sent vite le feu de sa passion et la chaleur de son humanité.
Paavo Järvi a réussi à faire des miracles avec l’Orchestre de Paris. Cela faisait longtemps que cette formation d’élite - telle qu’elle avait été définie par André Malraux, Marcel Landowski et Charles Munch - n’avait pas trouvé un démiurge capable de fonder un groupe tout en mettant en valeur les personnalités exceptionnelles qui la composent.
Avec Paavo Järvi, l’Orchestre de Paris a cessé de regarder vers l’Allemagne en se diminuant, comme la grenouille voulant se faire aussi grosse que le boeuf, a élargi son répertoire (notamment nordique), s’est réconcilié avec la musique de son arbre généalogique et a retrouvé sa place sur l’échiquier international.

Voici son programme :

Madeleines :
- Haydn : symphony No. 104 (sir Thomas Beecham),
- Tchaikovsky : 6th symphony (Mravinsky),
- Sibelius : 2nd Symphony (Toscanini)

Et trois pièces :
- Grieg : Peer Gynt,
- Arvo Pärt : Cantus in memoriam Benjamin Britten,
- Mahler : 10th adagio

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 9 commentaires pour cet article :

1 Lily, le 13 septembre 2013 à 17:22 :

Profession chef d’orchestre, ..,et plus pour Enrique Mazzola, en tourneur de pages pour Horowitz, ça ne s’invente pas !.
Avec Paavo Jarvi, au cœur de la musique et de l’orchestre.
De vrais bons moments, nous avons été gâtés.

2 Itié, le 14 septembre 2013 à 13:27 :

Mezzo diffuse des opéras , en ce moment La Flûte enchantée ” de Salzburg , un vrai régal !

3 Samuel Rosenfeld, le 14 septembre 2013 à 16:06 :

super émission! Cela n’a rien à voir mais allez écouter la grande Martha et le talentueux Lang Lang jouer la meilleure version de Ma mère L’Oye que j’aie jamais entendue: http://www.youtube.com/watch?v=JEC_XGjgluo

4 Lucie Gardot, le 14 septembre 2013 à 17:19 :

Yes !!! Le blog semble se réveiller de sa torpeur et aussi le retour du grand Samuel ;-) Oui pour Martha un peu moins pour L.L qui m’a toujours agacée beaucoup très starisé. Tant d’immenses pianistes travaillent dans l’ombre. Heureusement qu’il y a les concerts pour les admirer.

5 Samuel Rosenfeld, le 14 septembre 2013 à 19:29 :

Lucie, Lang Lang est en effet très starisé comme vous le dites, mais c’est aussi le cas de la grande Martha ;-).
Et que pensez-vous de cela: http://www.youtube.com/watch?v=BS0i9aCGclc une rareté, Gould jouant La Valse de Ravel! C’est sertes du très grand piano mais Samuel Rosenfeld n’adhère pas vraiment… trop de main gauche au détriment du chant de la main droite. Mais bon, ça reste Gould…

6 Lucie Gardot, le 14 septembre 2013 à 20:09 :

Et pour être dans l’air du temps, une transcription de Liszt /Wagner (Tristan et Isolde) par un immense pianiste peu médiatisé Giovanni Bellucci. J’ai eu l’honneur,récemment,d’assister à une des séances d’enregistrement de son intégrale des sonates de Beethoven.
http://youtu.be/4QIrxvWiFdk

7 Samuel Rosenfeld, le 14 septembre 2013 à 20:31 :

superbe!

8 Lily, le 15 septembre 2013 à 19:15 :

Quand même Samuel, la grande Martha, «l’impératrice des pagodes » est très starisée, mais jamais elle n’a accepté d’être « sponsorisée » comme Lang Lang par des marques de baskets, de tee-shirts, de ballons de foot… , que sais-je encore ..
Ce sont ses pauses « chichiteuses » au piano et les opérations de marketing auxquelles il participe , qui me déçoivent de plus en plus chez ce pianiste de grand talent .

9 Samuel Rosenfeld, le 15 septembre 2013 à 19:56 :

OK Lily, c’est pas faux… les temps et les mœurs changent…


Donnez votre avis !






ombre