Accueil

 270813-christophe-ono-dit-biot2.JPG

Les journalistes sont souvent de bons écrivains, comme les acteurs sont souvent de bons réalisateurs (La Nuit du chasseur de Charles Laughton). Alors que le contraire est loin d’être vrai. Parce qu’ils sont dans la chair sans doute. Du reste, François Mauriac n’a-t-il pas écrit que le journalisme était l’une des formes les plus essentielles de la littérature.
Christophe Ono-Dit-Biot n’écrit pas pour ne rien dire. Ses livres sont puissamment sensuels, érudits sans sécheresse parce qu’il ne sépare pas l’art de la vie, composés de multiples éléments qui se relient comme par enchantement sous une plume sensible. Plonger, son nouvel opus, n’échappe pas à la règle. On y découvre le goût du danger, cette chose un peu oubliée dans les bunkers émotionnels de notre vie moderne, et que la littérature se doit de ranimer

Voici son programme :

- Albeniz : Suite espagnole, Asturias

- Mahler :  Symphonie n°5, Adagietto

- Debussy : La Mer, Jeux de vagues

- Vivaldi : Nisi Dominus, Cum dederit dilectis

Madeleines :

- “Disco 2000″, Pulp

- “Quizas, quizas, quizas”, Nat King Cole

- “Stella was a diver and she was always down”, Interpol

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Tahar Rahim, le surdoué

Le 29 août 2013 à 15:15 par Olivier Bellamy

260813-tahar-rahim3.JPG

Tout le monde est unanime, ce jeune acteur surdoué est un amour. Gentil, modeste, timide. Un sourire et des yeux d’enfant. Son jeu concentré et très physique à l’écran a séduit Jacques Audiard, Asghar Fahradi, Emir Kusturica (bientôt)… Et son interprétation dans Grand Central devrait lui valoir une pluie d’éloges. Il est aussi capable d’imiter très bien Mickaël Jackson : http://www.canalplus.fr/c-divertissement/c-le-grand-journal/pid6298-les-extraits.html?vid=923693&sc_cmpid=FBSharePlayer Mais lui, décidément, il est inimitable.

Voici son programme :

-”O fortuna”, Carmina Burana
-”Harold en Italie”, Berlioz
-”Le Printemps”, Vivaldi
-”La jeune fille et la mort”, Schubert (2e mvt)

 Madeleines :

-”Take care” ( live at Maida Vale), Florence + The Machine
-”Sommes-nous”, Bashung
-”Blue Monday”, New Order

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

ombre