Accueil  >  Nicolas Bedos, tout contre
Flux RSS

Nicolas Bedos, tout contre

Le 27 mars 2013 à 10:18 par Olivier Bellamy

 Olivier Bellamy reçoit Nicolas Bedos dans Passion Classique

Certes, il est agaçant. Esprit vif, bouche gourmande, yeux de velours, chemise échancrée. Le talent qui se sait talentueux, le charme qui se sait charmant. L’insolence comme carburant, la séduction pour huiler le moteur et l’ego telle une marque déposée. Mais il est aussi cultivé, attentif aux autres et prêt à tout donner le temps d’un tour de piste, avant de retourner bosser. Car il bosse et fréquente moins les bimbos et les boîtes de nuit qu’il n’aime à le laisser supposer. Certes il parle beaucoup de lui, mais uniquement quand on l’asticote, car tout le monde a envie de l’asticoter. Mélange de crâne assurance et de doute fébrile. D’agressivité carnassière dissimulée derrière un humour redoutable. Bref le copain idéal à condition de le laisser occuper tout l’espace et de ne pas lui présenter sa petite amie.
Voici son programme :

Bagatelle num 1 pour 2 violons (Dvorâk)
Roméo et Juliette La Danse des chevaliers (Prokofiev)
Le Crépuscule des Dieux (Wagner) par Karl Muck (morceau 3)
Musique du film The Hours (Philip Glass)

Madeleines:

The Genius next Door (Regina Spektor)
Pardons (Jacques Brel)
Try Me (Esther Philipps)

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 2 commentaires pour cet article :

1 HOLDRINET, le 27 mars 2013 à 12:33 :

Certes, tout le monde ne peut pas être Renaud Capuçon.
N.Bedos agaçant c’est peu dire. Ces gens à l’égo surdimensionné… “l’humour redoutable” s’appelle t’il “humour”? Facile.

2 Marie-France de Montpellier, le 28 mars 2013 à 19:13 :

S’il y a des gens modestes, la plupart du temps, parmi les musiciens “classiques”, cela n’est pas toujours le cas dans la variété ou chez les “peoples” : Nicolas Bedos en est un des exemples. Comme on dit vulgairement : “Il ne se prend pas pour une crotte”.


Donnez votre avis !






ombre