Accueil  >  Didier van Cauwelaert, l’histoire dans l’Histoire
Flux RSS

Didier van Cauwelaert, l’histoire dans l’Histoire

Le 23 mars 2013 à 15:57 par Olivier Bellamy

Olivier Bellamy reçoit Didier van Cauwelaert dans Passion Classique

Le roman de Didier van Cauwelaert ne séduira pas ceux qui ont des idées toutes faites sur la période nazie ou qui ont une vision tranchée du bien et du mal. Il ne s’agit pas d’humaniser des monstres, non, mais d’apporter un regard nuancé sur certaines personnes que l’Histoire a condamnées alors qu’elles ont tenté de résister de l’intérieur, autant qu’il leur était permis de le faire. Tel est le cas de l’héroïne de La femme de nos vies pour qui la recherche scientifique et le devoir d’obéissance n’ont jamais éteint la petite flamme d’humanité qui brûlait en elle, dans une conjoncture de barbarie organisée et de folie totalitaire. C’est ce que ne comprennent pas (comment le pourraient-ils s’ils en ont souffert dans leur chair ?) ceux qui reprochent au pape François son attitude prétendument molle durant les exactions de la dictature argentine.
La deuxième chose, c’est le poids de l’infamie qui pèse sur les descendants des “hontes de l’Histoire” désignées sans preuves. On a beau savoir que la responsabilité est individuelle (même à plusieurs) et pas collective, et en aucun cas génétique, les préjugés et le besoin de trouver des coupables ont la vie dure.
L’autre grand thème du livre, c’est ce destin incroyable d’un jeune garçon vacher, considéré comme attardé mental, promis à la chambre à gaz, sauvé par un camarade juif. Il feint d’être surdoué pour rester vivant et surtout pour honorer une promesse faite à son sauveur dont il conserve le nom, et deviendra un grand physicien. Son dernier acte d’amour et d’humanité sera pour réhabiliter la mémoire de celle qui l’a protégée aux yeux de sa petite fille.
Admirable et fascinante histoire que Didier van Cauwelaert suit avec maestria, sans effets de style, d’une langue vive, précise et sensible.
Voici son programme :
4 classiques :
1) Danse hongroise n°5 de Brahms (London Festival Orchestra) - direction Alfred Scholz ?
2) Danse du sabre de Khatchatourian
3) Le Trouvère de Verdi - enregistrement Callas et Di Stefano (si extrait avec Di Stefano, choisir l’air « Di Quella Pira »)
4) Orphée aux Enfers d’Offenbach, par Natalie Dessay
Ou La Barcarolle des contes d’Hoffmann, toujours par Natalie Dessay

3 madeleines :
1) Le Passe-Muraille, 2e CD air n°22 « Sérénade au mur » de Michel Legrand et Didier van Cauwelaert
2) La maîtresse d’école de Brassens, repris par Maxime Leforestier (album 12 nouvelles de Brassens)
3) Salut les amoureux de Joe Dassin.

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 2 commentaires pour cet article :

1 marie-alsace, le 24 mars 2013 à 11:48 :

A l’écoute de l’émission, l’envie de lire ce bouquin me chatouille. Les deux protagonistes que sont l’auteur et le journaliste semblent captiver par le sujet …..je vais aller trainer dans ma librairie préférée dès que possible. Quant au Pape…..l’Histoire fera son chemin, espérons le pour les Argentins. Ce soir, je vais écouter Magdalena Kožená dans Mahler ……chez nos cousins germains. Ils vont tous être sur leur 31…..mais la musique est universelle ;-)

2 marie-alsace, le 25 mars 2013 à 23:58 :

Andris Nelsons, il n’avait pu assurer la direction lors d’un récital de Jonas Kaufmann avec l’orchestre de Birmingham, mais ce soir, il a dirigé l’Orchestre philarmonique de Berlin. Il est incroyable. Et il ose. Après avoir proposé une première partie germanique (Wagner, Brahms), il a dirigé avec des couleurs et des nuances orchestrales que l’on ne peut subtilement goûter à l’enregistrement, la Mer de Debussy et la valse de Ravel. Les 3 crânes d’œuf qui étaient devant moi, ont mollement apprécié par contre mon voisin à barbichette était enthousiaste…et l’Orchestre de Berlin !!!! Bref, j’espère que Simon Rattle ne sera pas remplacé à la tête de la Philharmonie par Christian Thielemann, très bon dans le répertoire allemand, mais l’orchestre aurait plus à gagner (à mon sens) avec un chef comme Andris Nelsons…. Voilà, c’était ma réflexion du soir. Il est bon d’aller au concert ….je ne fume pas mais je consomme de la musique :-)


Donnez votre avis !






ombre