Accueil  >  Capuçon ou le roi Renaud
Flux RSS

Capuçon ou le roi Renaud

Le 24 octobre 2012 à 08:34 par Olivier Bellamy

Olivier Bellamy reçoit Renaud Capuçon dans Passion Classique

Il a quelque chose de médiéval, Renaud Capuçon, à l’image de cette vieille chanson française. Mi-chevalier, mi-troubadour. Un côté idéaliste et va-t-en-guerre. Prêt à croiser le fer ou l’archet pour défendre ses valeurs. Assez humble pour se fondre dans la fosse d’orchestre le temps d’une représentation de Capriccio, mais suffisamment orgueilleux, quoique bon chrétien, pour ne pas tendre la joue gauche quand on lui a souffletée la droite. Bombant le torse par esprit chevaleresque et baissant les yeux devant sa Dame. Provincial par nature, international par destin, mais si peu parisien au point qu’il est volontiers la cible des langues fourchues et qu’il en perd son latin. Qu’importe le Diable et ses ruses puisqu’à l’image d’Alain Cuny transformé en statue dans Les Visiteurs du soir de Carné-Prévert, il a, grâce à la musique et la candeur en bandoulière, “le coeur qui bat, qui bat, qui bat…”
Voici son programme :

Bastien et Bastienne de Mozart Debut –
Mozart raconté aux enfants par Gerard Philipe –
double concerto bach ferras/menuhin

Classiques
Strauss scene de la lune de Capriccio
Brahms sextuor n°1 1er mvt Stern, Casals…
Beethoven romance en fa Ferras (nouveau cd DGG)

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 4 commentaires pour cet article :

1 Lily, le 24 octobre 2012 à 10:06 :

Il a dit avoir dédié son nouveau cd Brahms/Berg au mythique Christian Ferras. Si ce dernier avait écouté l’émission il aurait apprécié la justesse de jugement de Renaud Capuçon sur son rapport à la musique et aux musiciens, sa sagesse, malgré qu’il soit sollicité par les hauts lieux de la musique et les orchestres les plus prestigieux comme maintenant le Wiener Philharmoniker .
Le double concerto de Bach : pour l’île déserte.

2 Roberto Livadiotti, le 24 octobre 2012 à 16:36 :

Voilà un beau programme suivi de commentaires intéressants du grand violoniste R.Capuçon avec Olivier,comme je l’ai déjà dit au N.6 sur la page de Cecilia Bartoli dont j’avais très moyennement apprécié l’interview.

3 Nelly, le 24 octobre 2012 à 18:07 :

Une heure extraordinaire et qui a passé si vite, si vite avec Renaud Capuçon que j’ai trouvé plus détendu que dans son Passion Classique précédent. En écoutant Gérard Philippe et Mozart - vinyl qu’il a usé à force de l’écouter- j’ai repensé à nous qui l’avons tant mis aussi avec mon frère.
En écoutant Renaud Capuçon on ne peut, si l’on découvre un compositeur, une oeuvre, qu’aimer et comprendre. Et quant il a parlé de son état de père, de son fils, de sa famille: cet homme pudique m’a émue.
Roberto: j’ai essayé d’envoyer un message sur votre blog mais je me suis trompée. je repasserai dès que possible. A bientôt.

4 HOLDRINET, le 24 octobre 2012 à 22:12 :

Bien d’accord, une émission passionnante , émouvante aussi; entendre R.Capuçon parler de son rapport à la musique, un bonheur d’intelligence,d’émotion et de sincèrité.

Ses choix musicaux intéressants et au combien émouvants eux aussi. Le double concerto Ferras/Menuhin; la voix de Gérard Philipe.

Après un concert, il a cette simplicité souriante et touchante de se laisser approcher par un public enthousiaste.

Nous l’avions écouté à l’Orangerie de Sceaux….Coucou Martine, vous y étiez aussi.


Donnez votre avis !






ombre