Accueil  >  Renee Fleming, bouquet final
Flux RSS

Renee Fleming, bouquet final

Le 09 juillet 2012 à 12:31 par Olivier Bellamy

 07-06-2012-renee-fleming.JPG

C’est avec la grande Renee Fleming que s’achève la (huitième ?) saison de Passion Classique dans nos studios parisiens. A suivre : les invités à Aix-en-Provence (Betsy Jolas, Dominique Visse, Patricia Petibon, Vincent Boussard, William Christie…), les traditionnelles rediffusions de l’été, jusqu’à la rentrée, le 3 septembre, avec… Amélie Nothomb !
Quittons-nous donc provisoirement avec cette phrase de Renee Fleming : tout ce qui est beau dans la vie ne requiert pas d’argent (la nature, la musique - sur Radio Classique - les amis, le rire…)
Ce blog est à vous pour que vous puissiez partager vos émotions musicales de l’été. A très vite !

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 71 commentaires pour cet article :

1 HOLDRINET, le 10 juillet 2012 à 17:43 :

Je réitère ma demande de réécoute des émissions (passion classique) qui se déroulent à Aix. Si ce n’est pas possible
soyez gentils de me le dire Messieurs les Techniciens. Merci.
Bon été à tous.

2 Nelly, le 10 juillet 2012 à 21:35 :

A tous de belles vacances que vous partiez ou pas. Dimanche départ Royan et galère pour Radio Classique. Amitiés Françoise, Elise, Sandrine, Claudette, Roberto et tous que je lis… Lily Patrick Delaunay , Solly, que je lis comme je peux. Les été ne sont jamais les mêmes! certains nous manquent mais ainsi va la vie.

3 Nelly, le 10 juillet 2012 à 22:24 :

Oui Olivier. Timidement en août j’esseraie de partager ce que j’ai aimé, entendu, écouté.Un Violon sur le sable à Royan et s’il ne pleut pas j’irai avec ma petite Lunita, nos coussins, notre plaisir partagé. Je vous écrirai à tous.

4 Sandrine, le 10 juillet 2012 à 22:48 :

Je remercie beaucoup Radio Classique d’avoir retransmis ce sublime récital de P.L. Aimard. Je n’ose me lancer dans d’autres éloges tant mes mots paraîtraient dérisoires et fades, après ce moment magique.
Tout aussi difficile à exprimer, j ’ai ressenti en l’écoutant, une extraordinaire et curieuse sensation: l’impresssion que P.L. Aimard parvenait à atteindre au plus près, par son jeu, l’extrême point de transition, de liaison, entre la stimulation physiologique auditive, cérébrale - jusque dans les longs silences - et la genèse d’un émotion et d’une intelligence, extrêmement élaborées, précises, sensuelles (identique, par exemple au mystère, au miracle, du point de transformation de l’état moléculaire à l’état de vie). Je ne sais pas si je me suis bien faite comprendre, mais aimerais savoir si d’autres ont eu aussi ce sentiment.
Encore tous mes remerciements à PL Aimard et G. Benjamin.

5 Sandrine, le 10 juillet 2012 à 22:51 :

Merci Nelly ! Bon été à vous aussi et amitiés à tous !

6 Solly, le 11 juillet 2012 à 11:10 :

Bon festival sur le sable royanais, Nelly, merci de vos bonnes pensées. Excellent été à tous. Sandrine, comme vous y allez, au 4! Pénétration de certains mystères, chance des scientifiques ? Amitiés.

7 Sandrine, le 11 juillet 2012 à 12:06 :

Non Solly, j’ai dû mal m’exprimer : je suis toujours émerveillée par le fonctionnement du corps humain et là j’ai été bluffé par « le rendu » de certaines notes ou de certains passages musicaux, en apparence simples, mais qui généraient à la fois une sensation intense, physique et émotionnelle…..bon j’arrête, je vais encore me fourvoyer…

8 Sandrine, le 11 juillet 2012 à 13:04 :

Je tente une nouvelle fois de vous répondre Solly, mon message précédent ne passe pas, la censure de ce blog ayant dû me prendre pour une illuminée avec mon N°4 !!!! Je disais donc que je suis toujours émerveillée par le fonctionnement du corps humain et hier soir j’ai été bluffée par « le rendu » de certaines notes ou passages musicaux, en apparence simples, mais qui généraient une sensation intense, tant physique qu’émotionnelle…..pas sûre d’avoir été plus claire ! …Amitiés !

9 Patrick Delaunay, le 11 juillet 2012 à 13:20 :

Bon été à venir,
à téter le thé au lait du Léthé
ou
le lait du thé ôté.

10 Itié, le 12 juillet 2012 à 11:02 :

Bravo Patrick !
Pour moi , vu la météo en Haute-Normandie , ce sera un thé bien chaud avec un nuage de lait !

11 Patrick Delaunay, le 13 juillet 2012 à 19:01 :

Coda :
Patricia Petibon : 17/20.
Pour son rire.
Rodrigo Ferreira, parlant d’Ella Fitzgerald, de la huitième de Mahler… Mieux vaut entendre ça que d’êt sourd.
Soyons sérieux, la plus grande chanteuse au monde c’est Philippe.
J’essangeais le linge quand j’entends : Lettre à Élise… J’ai kiffé.
Merci Madame le maire. Le Boléro m’a transporté, ensuite. Jorge Donn à l’Opéra Garnier, j’y étais. Je n’ai pas de mérite : une danseuse de ballet classique m’y avait traîné. Enfin, de bon cœur.

12 Sandrine, le 13 juillet 2012 à 21:34 :

Et Kate Lindsey dans Chérubin, extraordinaire !

13 Roberto Livadiotti, le 13 juillet 2012 à 22:19 :

Je ne vais pas faire de commentaire sur les dernières émissions,car je ne les ai pas écoutées, étant en Hollande depuis le 8 Juillet,mais j’ai regardé les choix des invités sur internet et il m’a semblé que l’émission avec Jérémie Rhorer était intéressante. Par contre,la programmation des morceaux de musique sur internet est souvent malfichue, l’avez-vous remarqué?

14 Celia Opera, le 23 juillet 2012 à 16:31 :

Un commentaire depuis Toronto.
Merci pour la jolie phrase de Renee Fleming, pouvoir rejouir nos oreilles avec de la belle musique, c’est un don gratuit …et beau, je vous souhaite de passer de beaux moments en musique cet ete.

CeliaOpera.com

15 marie-alsace, le 27 juillet 2012 à 18:14 :

Cela sent les vacances…… ma saison musicale s’est terminée hier soir dans un joli parc près d’Obernai en écoutant le Sirba Octet. Un moment qui fut très agréable et joyeux, passé avec ces musiciens et cette chance, rare au mois de juillet, de profiter de la nature. C’était sublime. Mes incursions musicales en Germanie se sont terminées dimanche par l’opéra de Modeste Moussorgski, Boris Godounov interprété et joué par la troupe du Théâtre Mariinsky avec Valery Gergiev. Puisque l’on parle de “risque” dans la musique –chronique étonnante d’Olivier Bellamy- c’est la 1ere version, celle de 1869 qui fut jouée. Elle est assez âpre mais V.Gergiev est un fascinant chef d’orchestre (je ne sais pas s’il répète beaucoup :-) mais quelle emprise sur l’orchestre et quel superbe résultat) et la mise en scène faite par un grand breton, très contemporaine ainsi que l’enthousiasme de la troupe, font oublier la version de 1872 plus mélodieuse. C’était tout simplement génial avec un sentiment particulier pour moi étant entourée de Russes et ex URSS en perdition. Il y avait d’ailleurs un graffiti écrit en Russe sur un mur “le peuple veut du changement”. Y a-t-il un message ? et si oui lequel ? Je ne suis pas sûre d’être très objective !!!!!

16 Itié, le 28 juillet 2012 à 18:16 :

Ouf ! Le site n’est pas complètement désert ! Merci M-A pour les commentaires sur Valérie Gergiev . Je l’ai aussi entendu à Paris dans un concert spécial Russie , comme le plus souvent pour les formations de là-bas . Le Sirba octet aussi , avec la formidable énergie communicative de sa chanteuse . Et je trouve la musique klezmer enivrante !

17 HOLDRINET, le 29 juillet 2012 à 22:31 :

monteverdi “Lamento Della Ninfia» direction Vincent Dumestre.
Petit partage estival… donné ce soir à Beaune dans le cadre du festival Baroque.
Pour qui aime, sublime.
Bel été à vous tous.

18 HOLDRINET, le 29 juillet 2012 à 22:44 :

Monteverdi… La majuscule!
« Della Ninfa » …
Pardon, j’étais encore dans l’émotion.

19 Sandrine, le 02 août 2012 à 01:23 :

Beau billet d’Olivier dans le Huff Post sur l’éloge du risque, mais la discussion pourrait être sans fin :
Répéter jusqu’à l’ivresse, explorer toutes les nuances jusqu’à l’infini inaccessible, au risque de s’y perdre soi, bien plus que le temps de sa vie.
Répéter sans cesse les gestes de l’amour jusqu’à la fin, ceux du premier jour, avec la même ferveur, renaissants à chaque minute.
Le risque de l’usure, mais la possibilité d’une découverte impossible sans l’expérience de l’habitude.
Répéter n’est pas s’embourgeoiser, pêcher par excès de sagesse, répéter c’est aussi le risque d’une fidélité, d’un engagement, parfois celui d’une infidélité, d’une erreur.
S’oublier, se noyer avec délice dans la répétition inexorable, seule voie pour apercevoir enfin, après des milliers de passages, le petit chemin de traverse qui mène à la jouissance encore inconnue et la liberté ignorée.
Mais après tout qu’importent ces mots si le moteur de nos actes en est l’amour.

20 Patrick Delaunay, le 02 août 2012 à 18:18 :

En effet, bel article d’Olivier Bellamy, inattendu, tout à fait d’actualité et, pour employer de grands mots, je dirais : inévitable et nécessaire. C’est tellement vrai…
Merci Sandrine de nous l’avoir signalé, et, bien sûr, chapeau bas à l’auteur qui se lâche… comme il se doit au mois d’août.
Juste, je préfère : favoriser, à : privilégier.
Au plan musical, je songe immédiatement à Miles Davis qui recommandait à ses musiciens de jouer ce qu’ils ne connaissaient pas. Aussi à Frank Zappa.

21 Sandrine, le 03 août 2012 à 19:55 :

Bonjour Patrick (et bonjour aux autres aussi !), heureuse de vous lire ; votre passion du jazz donne vraiment envie de s’y plonger, moi qui suis béotienne en la matière !
Beaucoup plus prosaïquement, mais un peu dans la suite de ce que nous évoquions ci-dessus, je viens de lire dans Classica que les cinq prestigieux orchestres symphoniques de Londres ne reçoivent que 15 à 25% d’aides publiques contre 90% environ pour les autres orchestres Européens, ce qui obligent les musiciens à travailler beaucoup plus que leurs collègues et qui fait dire au directeur du Philarmonia « A l’écoute, ce sens de l’urgence se ressent. Je dois dire que quand je vais au concert à l’étranger, je m’ennuie un peu… ». Les pauvres n’ont, semble-t-il, même plus de mécènes ! Pire qu’aux temps anciens ! Mais semble-t-il aussi, générateur d’excellence, à méditer…
Dans le même numéro, Olivier Bellamy conseille d’aller voir sur le site du jeune pianiste Guillaume Vincent, son interprétation de la rhapsodie hongroise N° 6 de Liszt ; effectivement, souffle coupé et frissons garantis ! On espère qu’il sera un jour l’invité de PC. Merci encore à Olivier Bellamy pour tous les trésors, parfois cachés, qu’il nous fait découvrir !

22 Sandrine, le 03 août 2012 à 19:58 :

Désolée pour les fautes non vues à la relecture de mon texte … la presbytie me guette !

23 HOLDRINET, le 03 août 2012 à 23:35 :

Bonjour Sandrine et Patrick,
A méditer certainement, Sandrine. Mais je pense que chacun a pu expérimenter cela un jour. L’obligation d’agir ou de rédiger dans l’urgence; et constater l’efficacité, l’obligation d’aller directement à l’essentiel.

24 HOLDRINET, le 03 août 2012 à 23:53 :

Mon message est parti trop vite…
Je voulais ajouter que ces méritants interprètes Londonniens doivent donner plus de concerts, donc travailler plus de partitions; subissant vraissemblablement une pression, une urgence permanentes.
Cette urgence là peut-elle rester “génératrice d’excellence”? A méditer….

25 Sandrine, le 04 août 2012 à 07:39 :

Bonjour Claudette, heureuse de vous lire aussi ! Vous avez raison, je vis cela au quotidien et c’est parfois usant.
En tout cas très certainement inconfortable et dur pour ces artistes anglais (mauvaise couverture sociale, etc….) Il serait intéressant d’avoir leur propre opinion, et celle de leurs collègues, ce que ne donnait pas vraiment le journal, car pour ma part, je suis bien incapable de porter un jugement mais cet article m’a beaucoup surprise (ils doivent aussi enregistrer des BO de films et des musiques de jeux vidéo pour s’en sortir).
Et n’oubliez surtout pas d’aller écouter Guillaume Vincent.

26 Patrick Delaunay, le 04 août 2012 à 12:44 :

Bonjour Sandrine et Claudette ! Puisque nous sommes seuls, en trio, profitons-en, voici tout à trac quelques pensées et soucis, un bouquet.
Rapport au risque : aujourd’hui les artistes exercent une profession. Il me semble qu’ils doivent être conformes. Mettons que les conditions actuelles ne favorisent pas l’émergence de fortes personnalités. Exit le drame, la tragédie, le sacrifice. Comme en amour.
Revu récemment l’excellent Mort à Venise. Visconti n’a pas pris une ride, ce n’est pas le cas de Fellini. L’Adagietto c’est vraiment ce que je préfère chez Mahler.
J’ai découvert une nouvelle bière, la Cochonnette, bière belge, artisanale… bonne. Une brunette.

27 Eliane, le 05 août 2012 à 01:22 :

Une semaine après l’émouvant concert hommage à Brigitte Engerer au parc de Florans……,la planète piano est à nouveau en deuil, dernière note pour la belle et talentueuse Mihaela Ursuleasa qui a, elle aussi rejoint les étoiles à 33 ans. Celle qui a remporté le prix Clara Haskil à 16 ans était une musicienne prodige, éblouissante qui m’avait conquise l’an passé par sa forte personnalité, son jeu alliant la puissance à la délicatesse, la sensibilité à la virtuosité, plus qu’une découverte, ce fut une véritable révélation…..

28 Itié, le 05 août 2012 à 09:22 :

Donc Patrick ne boit pas que du thé !!!!

29 Patrick Delaunay, le 05 août 2012 à 11:44 :

Je bois aussi de la Cochonnette :)
Eliane, quoiqu’en villégiature, tient admirablement la nécrologie des pianistes féminins.
Dans le registre anniversaire, c’est aujourd’hui le cinquantenaire de la disparition de Marilyn Monroe (aussi chanteuse, “One Silver Dollar”, “Do It Again”, mmmm !), et, le centenaire de la naissance de l’abbé Pierre, mais ça n’a rien à voir.
Je lis ceci : Une ville du Texas, avec “ses lieux de plaisir, où on lit sur une pancarte : Prière de ne pas tirer sur le pianiste qui fait de son mieux” (Goncourt.)

30 HOLDRINET, le 05 août 2012 à 15:28 :

Eliane, malgrè les circonstances,je suis heureuse de vous lire, j’allais écrire de vous entendre. Je connais bien le festival de la Roque d’Anthéron. L’hommage à Brigitte Engerer dans le décor naturel du parc Florans, a dû être bouleversant.
Je connaissais peu Mihaela Ursulaesa, juste dans une interprétation passionnée de Listz. Vivante, puissante comme on peut l’être à trente ans.
Le piano est cruellement éprouvé.

Le violoniste Nemanja Radulovic porte cette puissance de la jeunesse. Epoustouflant. Si ce n’est fait, je vous conseille de l’écouter interprèter les concertos de Tchaikovski et Mendelson. (entre autres…)

Sandrine, je ne connais pas Guillaume Vincent, et je trouve peu de sources. Je cherche!

Patrick, france culture a consacré la semaine dernière, à M.Monroe, une série d’émissions passionnantes, entre autres sa relation à sa psychanalyse. Vous pouvez podcaster. “la dernière séance”.
Bon dimanche.

31 HOLDRINET, le 05 août 2012 à 15:31 :

“LISZT”

32 Sandrine, le 05 août 2012 à 17:25 :

A Claudette : vous pouvez taper « Guillaume Vincent » dans Google, puis cliquer sur « français » et vous accédez à la page des extraits musicaux.
A Patrick et à tous, je trinquerai ce soir à votre santé avec une Bâton de Feu, bière brassée à l’eau d’Aix les Bains…un régal (il en existe aussi une parfumée au Génépi des Pères Chartreux), avec de tels ingrédients, aucun remord, santé physique et paix spirituelle assurées !

33 Nelly, le 05 août 2012 à 20:32 :

En rentrant, je trouvais le blog désert, vide et je me souvenais de l’été dernier et ceux qui nous manquaient, que l’on aurait aimé revoir, lire, découvrir!
Eliane, comme cela fait plaisir de vous retrouver et de vous lire.
Sandrine, depuis…3 ou 4 ans vous attendez Amélie Nothomb! et bien votre patience est récompensée et je l’écouterai car je ne sais pas la lire. A tous bonne fin de soirée dominicale.

34 Sandrine, le 05 août 2012 à 21:36 :

Bonsoir Nelly, il doit y avoir confusion de” Sandrine” car celle que vous lisez cette année, c’est a dire moi , n’attend pas du tout cette Amélie qui m’agace plutôt si ce n’est que sa venue signifiera aussi le retour de nouvelles émissions de PC ce qui me met plus en joie. Bien à vous.

35 HOLDRINET, le 05 août 2012 à 21:41 :

Sandrine merci! J’allais bien dans google, mais n’accèdais pas à cette page.

J’ai découvert le beau romantique Guillaume Vincent.
J’ai particulièrement aimé la Rhapsodie hongroise n06 de Liszt. Un toucher très pur, un jeu tout en nuances. Magnifique.
Un jeune interpréte dont on reparlera je pense. Merci encore Sandrine pour cette belle découverte.

36 HOLDRINET, le 05 août 2012 à 21:57 :

Ah! j’oublais… TCHIN Sandrine, santé.

37 Sandrine, le 05 août 2012 à 22:09 :

Merci beaucoup Claudette et très heureuse  d’avoir pu partager avec vous ce beau moment musical. Cependant la découverte revient à Olivier Bellamy et non a moi-même; merci surtout à lui.     C’est bien bizarre, toutes ces choses que l’on m’attribue soudain sur le blog, pourtant je n’ai pas l’impression d’avoir trop bu ! Très bonne nuit à tous et à toutes.

38 Patrick Delaunay, le 06 août 2012 à 13:42 :

Le bâton de feu… une bière prométhéenne.
L’une des plus récentes découvertes du docteur et scientifique américain Scott Heltzman : “… une femme qui caresse sa bouteille de bière et baisse les yeux est attirée par lui (en vis-à-vis).”

39 Sandrine, le 06 août 2012 à 16:11 :

Je ne démentirai pas pour ne pas risquer de peiner ces pauvres êtres sensibles, délicats et idéalistes que sont les hommes… Je les laisse à leur rêverie…
Après la page “psychologie” et pour clôturer la gazette du blog par le chapitre “people “ :  première personne croisée par le fruit du hasard aujourd’hui   dans la belle ville d’Aix (en Provence cette fois) : Jean-Marc Luisada(Concert ce soir pour ceux qui sont dans les parages).

40 Patrick Delaunay, le 06 août 2012 à 21:18 :

Chère Sandrine, je souscris vivement, en effet les hommes sont sensibles, délicats, idéalistes, rêveurs, pauvres. Pour compléter le tableau, j’ajouterai : ils ont de l’humour.
Je précise que prométhéenne n’est pas un synonyme vague et antique de prometteuse, bien que les deux adjectifs se suivent dans le dictionnaire ; que ça ne regarde pas la psychologie mais la mythologie.

41 Sandrine, le 06 août 2012 à 22:47 :

Patrick , je ne sais pas comment vous faire le soleil jaune avec un grand sourire, mais le cœur y est! Oui ils ont de l’humour et c’est un de leur charmes parmi tant d’autres.  Et du calme et de la ténacité : le pauvre Luisada a eu le mérite de jouer ce soir avec le sourire au milieu du vacarme de la route voisine, oui cette organisation est inimaginable mais vraie.                                                               ( pour ce qui est de la page “psychologie” je parlais de mon numéro 36 qui n’était qu’une amicale boutade, certes pas finaude, mais je ne pensais pas avoir l’air aussi gourde et méchante!)

42 Eliane, le 07 août 2012 à 00:50 :

Juste une très courte nouvelle apparition à l’intention de Claudette et Sandrine : à tout hasard, pour titiller votre curiosité, allez sur le site du festival de La Roque d’Anthéron 2012, cliquez sur Galerie, puis sur Vidéo 2011, il y a sept vignettes, vous ouvrez la sixième …….. et au premier plan, à côté de Yaron Herman,(jazzman que j’adore : coucou Patrick) Guillaume Vincent ouvre en soliste la 1ère partie du concert de clôture de l’an passé. Certes, c’est assez court mais suffisant pour observer ses longues mains voler sur le clavier, apprécier son jeu racé et énergique,sa virtuosité sans faille, pianiste expressif, habité par sa musique, les phalanges de demain, c’est certain……..
Bonne fin de vacances à vous tous, la vie de festivalière n’est pas de tout repos mais si riche, pleine d’émotion et de rires, de découvertes, de rencontres……etc
Bonne rentrée, Bel hiver, Beaux commentaires……………Je vous laisse entre vous.

43 Sandrine, le 07 août 2012 à 06:37 :

Un grand merci Éliane ! “jeu racé et énergique “, vos mots sont très justes. Très belle fin d’été à vous également.

44 HOLDRINET, le 07 août 2012 à 15:12 :

Merci Eliane. J’ai bien aimé aussi votre expression:”Les phalanges de demain”! Et elles sont longues!
Nous savons que vous “mordez à pleines dents” chaque instant de ce festival… Alors bonne suite.

45 Patrick Delaunay, le 07 août 2012 à 18:23 :

A nos festivalières, Eliane et Sandrine, je bois une vodka-banane à votre santé, en écoutant la cinquième de Mahler. Mahler, c’est rien que du…
A vous une Bâton de feu, bue au goulot !
(J’ai dîné avec Yaron Herman, et d’autres, puisque nous avions le même soir concert et peinture à la fondation La Borie, “écrin limousin…”)

46 Nelly, le 07 août 2012 à 21:27 :

Merci Sandrine d’avoir levé ce doute…Je passe lire mais j’écris peu. A tous beau mois d’août et à bientôt.

47 marie-alsace, le 10 août 2012 à 21:19 :

Tiens y a le photographe qui est revenu de vacances avec l’appareil photo!!!!!! Canicule en Bretagne oblige, hier soir je n’ai pas tout écouté, certes sur internet, du concert de Evgeni Koroliov & Co, les festivalier(e)s, un petit commentaire. Comme la semaine prochaine la Bretagne retrouve son temps habituel, semble t’il, je vais aller écouter, violon et piano, digne de la Roque :-)

48 HOLDRINET, le 11 août 2012 à 11:25 :

La Bretagne au soleil, le paradis Marie.
Nous étions près de Quiberon la deuxième quinzaine de juillet. Un régal.

Bel été.

49 marie-alsace, le 11 août 2012 à 22:23 :

Oui Claudette, la Bretagne est belle, je suis un peu plus à l’ouest et moi aussi je me régale :-)

50 Itié, le 12 août 2012 à 17:31 :

En ce moment ,sur Fmusique , ” l’air des lieux ” à La Roque d’Anthéron . Il y a eu une trés belle évocation d’un pianiste russe que je n’ai pas connu : Youri Egorov . Et le festival 2011 . Une belle émission .

51 Itié, le 13 août 2012 à 09:10 :

Et ensuite , le concert du dimanche , sur Arte , toujours à La Raque . Nicolas Angelich et Bertrand Chamayou dans ce bel écrin flottant sous les platanes . Un hommage souriant a été rendu à B. Engerer , avec la pièce rigolotte ” Ménage à trois ” , jouée en 2010 .

52 marie-alsace, le 14 août 2012 à 22:35 :

Hier soir, il n’y avait pas les cigales mais Debussy, Prokofiev et Beethoven par T.Papavrami et FF.Guy, sympa les semaines musicales de Quimper :-)

53 Itié, le 20 août 2012 à 10:08 :

C’est le désert à RClassique ! Même personne pour afficher le programme de la journée !

54 Sandrine, le 20 août 2012 à 19:12 :

JM Luisada à propos de Chopin: “Ce 16ème Nocturne est fantastique, je dois dire. Il offre une étonnante correspondance musicale avec le style littéraire de Proust, qu’il anticipe et qu’il évoque à mon sens d’une irrésistible façon : nous suivons là cette ligne d’une beauté extraordinaire, que l’on nomme « mélodie infinie » dans le drame wagnérien et que Beethoven seul préfigure dans le premier mouvement de son opus 101 ; nous entendons, chez Chopin, se déployer cette phrase riche et longue, admirablement ciselée, si typique de la Recherche du temps perdu, qui ne laisse jamais deviner le cours qu’elle s’apprête à suivre mais dont les méandres se superposent avec noblesse et grâce jusqu’à son terme, dans l’émerveillement constant du lecteur, de l’interprète ou de l’auditeur.”
Proust à propos de Chopin:” les phrases, au long col sinueux et démesuré, de Chopin, si libres, si flexibles, si tactiles, qui commencent par chercher et essayer leur place en dehors et bien loin de la direction de leur départ, bien loin du point où on avait pu espérer qu’atteindrait leur attouchement, et qui ne se jouent dans cet écart de fantaisie que pour revenir plus délibérément - d’un retour plus prémédité, avec plus de précision, comme sur un cristal qui raisonnerait jusqu’à faire crier – vous frapper au cœur.”
Et I. Pogorelich joue Chopin, http://youtu.be/Zmb5fzEpTcs. Les dernières notes nous frappent effectivement au cœur.

55 Sandrine, le 20 août 2012 à 19:15 :

http://www.youtube.com/watch?v=Zmb5fzEpTcs

56 Sandrine, le 20 août 2012 à 19:18 :

Mon premier lien ne fonctionne pas, le deuxième est le bon.
PS : à Patrick et aux autres, je trinque à votre santé avec une Yéti (si, si, cette bière existe), il fait trop chaud pour la Bâton de Feu…

57 Itié, le 20 août 2012 à 23:10 :

En compagnie d’une citronnade , je lis le commentaire de Sandrine . N’ayant fait aucune étude musicale , j’ai du mal à déceler seule les finesses des oeuvres , mais j’aime apprendre en lisant les analyses de spécialistes luisada , Proust .
Sur le même site , il y a le passion classique de 2010 , après un concert à Gaveau . Merci Sandrine et bonne nuit !

58 Roberto Livadiotti, le 21 août 2012 à 17:56 :

Quel est ce présentateur de radio-classique qui annonce le 2e mvt du 4e Concerto pour piano de Beethoven et omet de dire que s’enchaine à la suite le magistral 3e mvt de ce Concerto,un des plus beaux morceaux du répertoire pianistique!La liste sur internet avait justement annoncé les 2 derniers mouvements.

59 Patrick Delaunay, le 22 août 2012 à 19:12 :

@ 51 : une si belle musique, sensible, celle de Chopin, devrait faire reculer la barbarie et le crétinisme.
Il n’en est rien.

60 Itié, le 23 août 2012 à 08:02 :

Il me semble qu’il s’agit d’une oeuvre que j’ai entendue , interprétée par une pianiste turque dont je recherche le nom exact et que je ne vois pas dans la liste des morceaux diffusés mardi matin , entre 11h et midi. Quelqu’un peut-t il m’aider !
Oui , je crois que c’était le concerto de Beethoven , mais il faut vérifier , mardi 21 entre 11h et midi .

61 Sandrine, le 23 août 2012 à 13:30 :

À Itié, je ne sais pas si cela peut vous aider : Septuor de Beethoven 3ème et 4ème mvts (pas de piano?)? Étude pour piano opus 25 n5 et n12,   Ballade n2 de Chopin? Pas trouvé le nom des interprètes. 

62 Itié, le 23 août 2012 à 17:49 :

C’était un concerto , et je ne l’ai pas trouvé dans le répertoire des oeuvres diffusées . Merci Sandrine ! J’ai bien aimé l’interprétation de cette jeune femme turque , mais la prononciation de son nom n’a pas été assez claire , et je ne connais pas le turc ! Il y aura sùrement d’autres diffusions avec elle au piano .

63 Itié, le 24 août 2012 à 16:21 :

Grâce à F.Drésel à qui l’ai posté un mail , j’ai eu ma réponse . Le nom de cette pianiste : Idil Biret .
Internet c’est chouette !

64 Sandrine, le 24 août 2012 à 23:35 :

Merci Itié et merci à Francis Drésel. Cela va nous permettre aussi de la connaître. Sur le site Internet de cette pianiste, on trouve entre autres (dans le chapitre Music archives) le nocturne de Chopin posté plus haut, 
mais joué sur un tempo beaucoup plus rapide que celui de Pogorelich qui distille les notes. À vous de choisir…

65 Itié, le 25 août 2012 à 09:12 :

C’est ainsi que nous découvrons des artistes que nous pensons être des débutants alors qu’ils ont déjà une grande carrière derrière eux , merci à Francis de nous l”avoir fait connaître . Les radios et télés sont submergées de promotions par de puissantes sociétés commerciales et il arrive que des artistessoient découverts par les mélomanes après leur décès : Youri Egorov , Michaela Ursulesa . Actuellement , Guillaume Vincent , Radulovic , tous nos jeunes Français sont à encourager , il n’y a pas que Lang-Lang !
Encore merci à Mr Drésel pour Idil Biret !

66 Sandrine, le 27 août 2012 à 13:03 :

Voici un des bonheurs de la rentrée : je viens d’apprendre qu’Olivier nous prépare un roman « Entretien avec Mozart » pour bientôt… On l’attend déjà avec impatience !

67 Itié, le 30 août 2012 à 18:33 :

Bonne nouvelle . J’ai déjà celui paru pour les fêtes , l’année dernière . J’ai bien aimé , dans la préface , l’avis de sa maman !

68 Itié, le 01 septembre 2012 à 16:52 :

Sur FM , dans l’émission de F. Lodéon ,je viens d’entendre la sonate Arpegionne avec Britten et Rostro , un délice à emporter sur une île déserte !

69 Itié, le 01 septembre 2012 à 17:58 :

Sur le Huffpost , Olivier nous annonce un “concert blanc”. Comment faire pour être prévenu et y assister ?

70 Sandrine, le 02 septembre 2012 à 21:53 :

Votre question en appelle une autre : quel est ce désir, ce plaisir futur imaginé, qui fait attendre à certains mélomanes ,  une invitation à un tel concert ?

71 Itié, le 03 septembre 2012 à 06:23 :

Trés simplement curiosité et le choix des oeuvres annoncées.


Donnez votre avis !






ombre