Accueil

 05-30-2012-teresa-berganza.JPG

Pleurer sur le Quatuor K 421 de Mozart est moins courant que de pleurer sur une chanson de Piaf, mais, au fond, les larmes viennent toujours du coeur (excepté pour quelques crocodiles), car Teresa Berganza pensait probablement à son père qui lui a fait découvrir la musique classique en lui racontant des histoires. Lire l’article en entier

5 commentaires Lien permanent | Rétrolien

 05-29-2012-isabelle-alonso.JPG

On peut être féministe sans être castratrice. Isabelle Alonso aime les hommes virils et intelligents, elle a de l’humour, du bagou, du charme. Et quelqu’un qui pleure en écoutant Mercedes Sosa ne peut être fondamentalement mauvais… Elle ne change pas sa nature, elle ne s’oppose pas à la nature, elle se place du côté du droit et espère bien faire évoluer les mentalités. Lire l’article en entier

5 commentaires Lien permanent | Rétrolien

 05-28-2012-sylvia-sass.JPG

Née en Hongrie, fille d’un pianiste-compositeur et d’une soprano colorature, Sylvia Sass a été l’une des grandes révélations lyriques des années 1970. Certains y ont retrouvé la graine de Maria Callas dans son engagement scénique, sa caractérisation des personnages et une voix incandescente qui… brûlait la bougie par les deux bouts. Lire l’article en entier

2 commentaires Lien permanent | Rétrolien

 05-25-2012-amanda-sthers.JPG

C’est fou le nombre de livres qui tournent autour de la mort et de la résilience (merci Boris Cyrulnik) depuis quelque temps.
Le talent d’Amanda Sthers lui permet cependant d’éviter bon nombre de clichés en la matière. Et puis les secrets de famille (un suicide nié…) sont une source intarissable d’introspection romanesque. Lire l’article en entier

1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

05-24-2012-elie-chouraqui.JPG

Grâce à Elie Chouraqui, j’ai compris pourquoi l’histoire de la musique comporte tant de grands interprètes juifs et, proportionnellement, si peu de grands compositeurs - les plus fameux (Mendelssohn, Mahler, Schönberg) étaient convertis au christianisme. Le rapport à Dieu et au Père est trop écrasant. Et la musique est le plus transcendantal de tous les arts. Lire l’article en entier

4 commentaires Lien permanent | Rétrolien

 05-23-2012-jean-piat.jpg

Pour Jean Piat, le grand art est au service de la joie des hommes. C’est une vision qui peut apparaître limitée, ou du moins partielle, mais qui n’en comporte pas moins sa part de profondeur. C’est une vision classique et optimiste, loin du cliché de l’artiste maudit méprisant son public et n’écoutant que son génie. Lire l’article en entier

7 commentaires Lien permanent | Rétrolien

 05-22-2012-gabriel-yared.JPG

Autodidacte, travailleur acharné, créateur d’une oeuvre originale et singulière au cinéma, Gabriel Yared a étudié le contrepoint sur les conseils d’Henri Dutilleux pour enrichir son langage : “On ne peut pas être un bon architecte sans connaître la résistance des matériaux.” Lire l’article en entier

2 commentaires Lien permanent | Rétrolien

Michel Galabru n’est pas un intellectuel. Il est mille fois mieux que ça, car il a tout compris sur tout. Il fait le pitre, l’âne, mais c’est un âne shakespearien, celui du Songe d’une nuit d’été ! Il en fait des kilos, des tonnes, des quintaux, des “milliasses” de kilos (comme on dit chez Pagnol) mais il est vrai, il est drôle, il est inoubliable. Il est de la race des grands et il ne le sait pas, il ne veut pas le savoir Lire l’article en entier

5 commentaires Lien permanent | Rétrolien

05-18-2012-andre-lorant.JPG

1. Né en 1930 à Budapest, André Lorant a porté l’étoile jaune en 1944. Considéré comme “ennemi de la classe ouvrière” en 1956, il a émigré en France et s’est passionné pour le roman balzacien dont il est devenu l’un des grands spécialistes. Auteur encyclopédique, écrivain à la puissance de travail légendaire, Balzac ne s’est pas contenté de dépeindre la société de son temps mieux qu’aucun de ses contemporains Lire l’article en entier

5 commentaires Lien permanent | Rétrolien

 05-17-2012-marina-bower.JPG

Evgeny Kissin n’exagère pas lorsqu’il qualifie le chef d’orchestre Evgeny Svetlanov de “génie”. Quelque deux mille enregistrements en témoignent, qui paraissent peu à peu chez ICA. Ceux qui ont eu la chance de l’entendre diriger se souviennent d’un son qui vous soulevait de terre, d’une mélodie infinie qui exprimait une sensibilité profonde et d’une compréhension pénétrante des oeuvres Lire l’article en entier

2 commentaires Lien permanent | Rétrolien

ombre