Accueil

 04-06-2012-bernard-rubinstein.JPG

Avec sa voix de vieux loup de mer et sa passion charnelle pour la grande bleue, Bernard Rubinstein nous donne envie de larguer les amarres et de braver les flots impétueux. On l’écouterait des heures nous parler du sentiment d’infini qui le submerge en scrutant l’horizon, tandis que la musique nous offre cette même sensation sans quitter la terre ferme. Lire l’article en entier

4 commentaires Lien permanent | Rétrolien

 04-05-2012-helene-mercier.JPG

Si le diable est dans les détails, dit-on, les négliger revient à se contenter d’un robinet d’eau tiède. Et Dieu vomit les tièdes !
Hélène Mercier ne fait pas les choses à moitié. Son esprit perfectionniste ne souffre pas l’à peu près ou l’amateurisme. C’est ainsi qu’elle s’est replongée dans les chansons québécoises de son enfance, au risque de réveiller des souvenirs douloureux et de replonger dans une nostalgie pleine d’émotions. Lire l’article en entier

4 commentaires Lien permanent | Rétrolien

 04-04-2012-francois-henri-houbart.JPG

Titulaire des grandes orgues de l’église de la Madeleine à Paris, soliste international et professeur, François-Henri Houbard est d’abord un amoureux de la musique. Son tempérament cordial et enthousiaste se nuance parfois d’une nuance de regret lorsqu’il évoque l’enseignement des matières artistiques à l’école qui subit à la fois un éparpillement et un appauvrissement. Lire l’article en entier

1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

 04-03-2012-abdel-rahman-el-bachar.JPG

La musique calme les enfants turbulents. Fils d’une chanteuse et d’un compositeur libanais, Abdel Rahman El Bacha a trouvé avec le piano un moyen de canaliser son énergie débordante. Son grand talent l’a conduit à quitter Beyrouth pour le Conservatoire de Paris, à seize ans, et à travailler avec Pierre Sancan avant de remporter le 1er prix du Concours Reine-Elisabeth de Bruxelles. Lire l’article en entier

21 commentaires Lien permanent | Rétrolien

04-02-2012-francoise-bourdin.JPG

Que faire lorsqu’on a deux parents chanteurs d’opéra qui parcourent le monde et qui sont à la maison en coup de vent ? S’inventer des familles imaginaires, créer des personnages et transformer cet abandon imposé en solitude féconde. Donc écrire. C’est ce qu’a fait Françoise Bourdin. Sa mère, la soprano Geori Boué, était une gloire de l’Opéra-Comique des années cinquante. Son père, le baryton François Bourdin, demeure l’un des meilleurs représentants du chant expressif français de cette époque Lire l’article en entier

2 commentaires Lien permanent | Rétrolien

ombre