Accueil  >  Gérard Bénéteau, un curé à l’écoute
Flux RSS

Gérard Bénéteau, un curé à l’écoute

Le 10 avril 2012 à 09:21 par Olivier Bellamy

  04-09-2012-pere-gerard-beneteau2.JPG

A l’heure où les évangélistes s’entassent dans des salles de fortune (l’accident tragique de ces derniers jours nous l’a rappelé) et où les imams font le plein, l’église catholique semble avoir déserté les banlieues parisiennes, où le besoin de spiritualité et de solidarité est grand, pour se concentrer dans les beaux quartiers. Il y a là un vrai problème que Rome devrait prendre à bras le corps au lieu de se concentrer sur des points de morale qui n’intéressent pas les jeunes et coupent les plus humbles du message christique.
Gérard Bénéteau nous le rappelle à l’occasion du lundi de Pâques. L’ancien curé de Saint-Eustache, proche des malades du sida au moment des années noires, consacre actuellement sa vie à soulager d’autres malades. Selon lui, le curé doit être proche de sa communauté. Un peu comme dans Raining Stones, le magnifique film de Ken Loach qui passe actuellement sur le câble : à l’écoute des souffrances des malheureux de son quartier et prêt à remettre en cause la loi pour défendre ce qui lui paraît juste.
Voici son programme :

« Im wunderschönen Monat Mai » des Diechterliebe de Robert Schumann (Scot Weir, ténor ; Till A. Körber, klavier),

« Wachet auf, ruft uns die Stimme » BWV 645, des Chorals « Schübler » de J.S. Bach. H. Walcha à l’orgue,

« Ubi Caritas et amor » de F. Poulenc, par l’ensemble vocal Michel Piquemal,

Scriabin : Etude, Op 8 No 12, enregistré par Horowitz au Carnegie Hall en 1968.

Les « Madeleine » :

« Les roses blanches » par Berthe Silva,

« Yesterday » des Beatles ;

« On ira tous au paradis » de Polnareff.

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 8 commentaires pour cet article :

1 Geneviève, le 10 avril 2012 à 14:54 :

http://www.youtube.com/watch?v=SllPdQex9Wg
Il y a de bien belles nuits… Il y a de bien belles ames comme celle du Père Bénéteau et c’est un baume pour le coeur en ces temps d’intranquillité !!!
Belle journée à toutes et à tous !!!

2 marie-alsace, le 10 avril 2012 à 18:21 :

Quel commentaire engagé d’O.Bellamy, je n’ai pas écouté l’émission et doute d’avoir envie. Question : au XXIème, ne serait-il pas possible de passer à autre chose et de laisser ces religions de côté? La spiritualité, le dévouement, la générosité, la solidarité bref…….ne sont pas l’apanage des religions. C’est bien une invention réductrice de l’homme mais la Vie, c’est bien plus riche, n’est il pas ??

3 Samuel Rosenfeld, le 11 avril 2012 à 17:42 :

Samuel Rosenfeld constate que le tenancier invite parfois (assez souvent même) des hommes d’église. Et parfois, ce même tenancier pose aux invités lambda, au détour d’une réflexion sur une oeuvre, des questions concernant la religion, la foi. Bien qu’ayant été scout de France pendant 12 ans, Samuel Rosenfeld est athée, il a perdu la foi car Il ne peut croire en la résurrection du Christ, qui est le principal pilier d’une vraie foi, mais Samuel Rosenfeld a toujours été fasciné par le message des religions, et surtout le message des chrétiens. Après tout, ne sommes-nous pas dans une société de valeurs et de fondements judéo-chrétiens? Samuel Rosenfeld est toujours heureux d’entendre des hommes d’église, qui ont la bonne idée de rappeler ce qui doit nous guider tous, à savoir des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité… Tiens tiens, la religion serait-elle en phase avec nos plus belles valeurs laïques et républicaines? Samuel Rosenfeld le croit, et pense qu’il est toujours bon de véhiculer et de promouvoir ces valeurs, qu’on soit athée ou religieux. Bref, ce petit message pour répondre à Marie-Alsace. Oui, Marie, vous avez raison, ces messages ne sont pas l’apanage des seuls religieux, mais il faut bien reconnaître que ces religieux sont un phare, une balise, dans la nuit où la société individualiste nous plonge. Vous souhaiteriez “laisser de côté” la religion, mais n’est-ce pas vouloir se priver de messagers qui nous donnent à réfléchir? Oui, un homme politique peut nous donner à réfléchir sur, par exemple, des valeurs de partage, ou un écrivain peut nous interpeller sur des valeurs fondamentales etc… mais est-ce une raison pour se priver du message des hommes de foi? Ce qui est formidable avec la religion c’est qu’elle fédère des millions, des milliards même, de personnes de par le monde. Il y a sur terre 2,3 milliards de chrétiens. Ces fidèles sont à l’écoute des messages d’amour et de paix véhiculés par leur religion, et ces messages qu’ils reçoivent les aident à structurer leurs vie pour être “des gens bien”, des hommes et des femmes qui cherchent à vivre en harmonie avec l’autre, bref, des personnes qui font que la vie en société est plus belle que s’ils n’étaient pas là. La religion est éminemment respectable, car elle tire vers le haut les chrétiens (pour ne parler que d’eux) et pousse les non croyants à se poser des questions sur des valeurs qui vont au delà du cercle des croyants.
Par ailleurs Samuel Rosenfeld tient à vous rappeler qu’il est le messie des temps modernes et que l’Eglise Nouvelle Samuel Rosenfeld vous accueille, pour peu que vous ne teniez pas trop comme qui dirait à vos bien matériels, qui seront gérés par Samuel Rosenfeld.
Pour changer de sujet, Samuel Rosenfeld ne participe plus à ce blog car il n’a en ce moment pas le temps d’écouter Passion Classique, mais il vous lit chaque jour.

4 Roberto Livadiotti, le 11 avril 2012 à 19:26 :

Samuel Rosenfeld se dit athée,mais son message sur la religion est très intéressant. J’apprécie également le fait qu’Olivier Bellamy invite des hommes religieux lors des fêtes chrétiennes,car ce sont des messagers qui nous apportent leur témoignage. Il est vrai que même les croyants ont des périodes de doute,mais ne doit-on pas constater que la religion chrétienne et d’autres aussi, a inspiré à tant d’artistes géniaux des oeuvres de musique sacrée,de peinture,d’architecture et de poésie.Peut-on croire qu’il n’y a rien derrière tout cela?

5 laurent Dubois, le 12 avril 2012 à 17:01 :

Ceux qui ont la chance d’aller à Saint Eustache sont privilégiés. La musique est belle, c’est un plaisir d’y aller.
Je plains les petites paroisses avec des chants HORRIBLES.
Ceci dit j’ai aimé le peu que j’ai entendu du programme dans l’ancien curé.
Par ailleurs les prêtres de St Eustache aussi sont d’un niveau de culture impressionants et ils sont humbles et proches de celui qui en a besoin.

6 Ralf Pavieu, le 13 avril 2012 à 09:51 :

Il me semble que la question de l’invitation ou non d’un homme d’église n’est pas fondamentale. L’émission s’intitule “Passion Classique” et passe sur une radio qui s’appelle “Radio Classique”. Les critères de choix de l’invité sont donc en premier lieu qu’il soit sensible à la musique dite “classique”, disons plutôt la musique savante occidentale pour ne pas exclure les musiques anciennes, romantiques et contemporaines (ceci n’a pas toujours été le cas; je crois avoir entendu une invitée de l’émission dire qu’elle n’en écoutait jamais), et en second lieu qu’il ait une personnalité attachante et des choses intéressantes à dire sur la musique et sur sa vie.
Le père Gérard Bénéteau répond parfaitement à ces deux critères.
Marie Alsace, sans aller jusqu’à dire comme André Malraux que le 21ème siècle sera religieux ou ne sera pas (pensée profonde dont je n’ai toujours pas compris le sens), ils est évident que les religions sont une composante de l’humanité qu’aucune idéologie ou philosophie n’a réussi à éradiquer. Ce qu’il faut rejeter, c’est le fanatisme; votre réaction allergique ressemble à du fanatisme.

7 Patrick Delaunay, le 13 avril 2012 à 14:38 :

La religion élève si elle n’abaisse. Fédère quand elle ne divise pas.
Elle améliore si elle ne rend insensible.
La religion est une solution quand elle n’est pas problème ou point d’interrogation.
“Dieu est-il de droite ou de gauche ?”
Le bon dieu s’en fout.
Il est au-dessus des partis, en vérité.
“Dieu est un fumeur de havanes
Tu n’es qu’un fumeur de gitanes”,
chantent en duo Serge Gainsbourg et Catherine Deneuve.
Passion Classique est notre église et Beethoven notre dieu,
quand Mozart fait l’ange,
Liszt, le piano à queue.
Chopin tousse, tremble la planète lyrique.
Olivier est leur prophète empathique.

8 Martine, le 14 avril 2012 à 23:26 :

Je n’ai pu écouter que l’extrait rediffusé cet après-midi, j’ai été touchée par l’intelligence et l’humanité de Gérard Bénéteau, par ses remarques qui semblent aller de soi mais que beaucoup oublient, comme le fait que le plus important dans la religion n’est pas de respecter des rituels. Je me rappelle très bien de l’émission formidable avec le Père Desgens, et même si l’on n’est pas croyant il est toujours enrichissant d’écouter des hommes d’église aussi humains


Donnez votre avis !






ombre