Accueil  >  Diane Tell (me more)
Flux RSS

Diane Tell (me more)

Le 17 mars 2012 à 18:29 par Olivier Bellamy

 03-16-2012-diane-tell.JPG

1. Rien de Tell qu’un peu de sirop d’érable pour apaiser les aigreurs des commentaires de ces derniers jours. Grâce à la belle Diane chasseresse de notes parfumées et de textes sensibles. Modestie, bonne humeur, envie de partager un programme original et raffiné. Que demander de mieux ? Une furieuse envie de retourner flâner dans les boutiques de la rue Sainte-Catherine, d’écluser un gorgeon aux mythiques Foufounes Electriques sur fond de raf assassin, et de se balader sur les hauteurs du Mont Réal pour voir couler paresseusement le Saint-Laurent.
2. Je suis passé cet après-midi, rue des Blancs-Manteaux (une pensée pour qui vous savez), pour admirer les magnifiques tableaux de Patrick Delaunay - “à la galerie, j’farfouille” comme chante Léo Ferré - et je n’ai pas regretté le déplacement. J’étais en intimité avec Miles Davis, Chet Baker, Billie Holyday et j’entendais dans ma tête leurs douloureuses harmonies grâce au pinceau inspiré de ce grand artiste que je salue au passage et dont les commentaires sur ce blog me font toujours sourire. Quand la peinture devient musique, c’est à voir jusqu’à la fin du mois. Courez-y.
Voici le programme de Diane Tell :

Musique de chambre – Quatuor à cordes – Maurice Ravel (artiste) Quatuor Parisii
Mes mouvements préférés sont :
II. Assez Vif - Très Rythme: Quatuor a Cordes en Fa Majeur
Ou
I. Moderato Tres Doux: Quatuor a Cordes en Fa Majeur

2) Aria Da Capo from Goldberg Variations, BWV 988 - Glenn Gould – album : The Essential Glenn Gould (on le trouve ailleurs mais je tiens à ce que ce soit une interprétation de Glenn Gould)

3) Orlando: Aria: Verdi piante, erbette liete (Act II, scene 8) - Christophe Rousset, Les Talens Lyriques & Sandrine Piau – Album : Sandrine Piau - Handel: Opera Seria (encore là, je tiens beaucoup à Sandrine Piau)

4) Trio Pour Piano, Violon Et Violoncelle (1916-17, Rev. 1978) Ed. Lemoine – (Gernaine Tailleferre) - Germaine Tailleferre: Chamber Music
Mes mouvements préférés sont : I. Allegro Animato et III. Moderato

3 “madeleines” musicales
LA GUITARE CLASSIQUE
Pavane pour une infante défunte – Maurice Ravel – album : Guitare Adagios

LES ONDES MARTENOT
Feuillet inédit No. 4 - Thomas Bloch & Bernard Wisson - album : Music for Ondes Martenot
Ou
Elegie - Pierre Arvay – album : Musique pour Ondes Martenot

LE JAZZ
I Got It Bad (Duke Ellington) - Bottom Line Duo – album : Pepper’s Waltz

Si vous devez choisir deux morceaux de mon nouvel album je vous suggère :
-Je sais bien qu’un jour (piano et quatuor)
-L’astre qui me veille (j’y joue de la guitare classique)

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 4 commentaires pour cet article :

1 Patrick Delaunay, le 17 mars 2012 à 19:33 :

Merci Olivier.
Tout ce que je voulais dire de Diane Tell, Olivier me l’a piqué (lol).
Quelle convergence (de vues, car j’écoute, en ce moment même, Jean-Louis Murat : “Je voudrais me perdre de vue”, dont la première écoute à PC m’avait frappé. Excellent titre, avec “Rémi est mort ainsi” et d’autres.)
C’était genre : Tell me Diane d’où vient cette voix rafraîchissante comme l’été sur une terrasse une simple pêche à l’eau, cette fraîcheur coule-t-elle en sirop, à Montréal, tout le long des feuilles d’érable… ?
Enfin, quelque chose comme ça, et d’autres. Beaucoup aimé l’émission et ce que Diane dit des interprètes, qui sont aussi des créateurs, certains plus que d’autres, c’est très très juste. Elle corrige une injustice. Holiday, Callas…
On pourrait dire la même chose de la critique qui, à son tour, peut devenir création, comme Oscar Wilde l’a théorisé.
A propos de mon expo, les restes seront transférés à Versailles, au château… ou presque, dans l’autre galerie Jamault, vers le milieu de la semaine prochaine. Au départ je ne devais exposer à Paris que les quinze premiers jours de mars, et la seconde quinzaine au sous-sol, tandis que serait apparu au rez un autre artiste. Un tour de magie, quoi.

2 claire, le 17 mars 2012 à 23:53 :

eh oui, les jours se suivent et ne se ressemblent pas, tant mieux. Quel régal d’ecouter Diane Tell s’exprimer avec fraicheur et clarté sur bien des sujets, avec cette voix qui reste si jeune et cette intelligence vive. merci encore

3 Christophe Moinet, le 19 mars 2012 à 14:11 :

Elle fait partie des artistes les plus respectés au Québec. Merci pour ce vent de fraîcheur outre atlantique. Diane Tell, une artiste avec un grand A. Merci Olivier pour ce choix éclairé. Christophe

4 Nelly, le 19 mars 2012 à 18:38 :

Ce fut une heure de détente avec Diane Tell et de très bonne musique.. Oui, il y a une beaucoup de fraîcheur et de pureté dans sa voix.
Et puis, tout à fait différent je me demandais: Cher Olivier pourquoi-si c’est possible- n’inviteriez-vous pas Christian Magnan qui nous expliquerait ’simplement’ pourquoi l’infini n’existe pas moi et pas que moi qu ai lu ‘l’infini dans la paume de la main’ Mathieu Ricard et Trinh Xuan Thuan (astrophysicien). Je suis sincère.
Allez! bientôt 18h et Passion Classique.


Donnez votre avis !






ombre