Accueil  >  Eliette Abécassis est contre, tout contre
Flux RSS

Eliette Abécassis est contre, tout contre

Le 04 septembre 2011 à 21:23 par Olivier Bellamy

eliette-abecassis-02-09-11.JPG

1. N’étant pas juif, j’ignorais tout du “guet”, ce droit médiéval du mari à accorder (ou pas !) le divorce religieux avec son ex-épouse, après un divorce civil. Si la femme tombe amoureuse d’un autre homme alors que son ex-mari ne lui a pas accordé le guet, elle devient une “agouna”, femme déchue, répudiée, exclue de la communauté et les enfants à venir des “mamzers”, autrement dit des bâtards. Là où les choses se compliquent en France, c’est qu’en vertu de la séparation de l’église et de l’Etat, les tribunaux civils hésitent à se prononcer sur une affaire religieuse alors qu’en Israël (où le civil et le religieux sont liés) il est facile pour un rabbin de condamner un mari qui refuserait le guet à son ex-femme pour lui nuire ou pour lui extorquer de l’argent.
J’avoue que ce problème m’a passionné.
Tout comme m’a passionné le film iranien Une Séparation d’Asghar Farhadi (un chef-d’oeuvre) où l’on découvre des personnages chargés d’humanité et qui nous semblent très proches même si leurs lois et leurs coutumes sont différentes des nôtres. Des nôtres actuellement, car nos grand-mères et nos arrière-grand-mères sont peut-être plus familières de ce genre d’histoires que celles qui fleurissent actuellement sur nos écrans modernes.
Il ne s’agit pas de juger, de condamner ou de comparer, il s’agit simplement de comprendre et d’entrer dans une logique.
2. Je suis très sensible aux marques de sympathie, voire de chagrin, de certains blogueurs suite au raccourcissement de Passion Classique, mais je rappelle à certains que ce blog ne saurait être un cahier de doléances sur la politique de Radio Classique. J’ajoute que ce blog est un lieu de partage et non pas un tribunal des anonymes. Il est là pour que chacun apporte une précision, une information, une émotion. Mais, franchement, déclarer qu’on n’a pas aimé un invité sans se donner la peine d’être pertinent n’intéresse personne. Quant à “Marie de Montpellier” qui nous signale ce que doit être Passion Classique, c’est se comporter comme les soeurs de Napoléon qui exigent sans avoir aucune légitimité. Est-ce Marie de Montpellier qui a créé Passion Classique ? Est-elle notre employeur ? L’accès à Radio Classique lui coûte-t-il de l’argent ? Notre fonctionnement dépend-il de ses impôts ? Si Marie de Montpellier trouve qu’une émission est trop bavarde, rien ne l’empêche de tourner le bouton et d’écouter des disques. Je ne demande rien qu’un minimum de respect et d’éducation, non pour moi, mais pour toute l’équipe qui prépare l’émission. Tout, je dis bien tout, peut se dire avec courtoisie et bienveillance.

Voici le programme d’Eliette Abécassis :

ß Variations énigmatiques, « Nimrod » Elgar
ß Requiem de Mozart – « Lacrymosa »
ß Nocturne en si bémol mineur Op 9 numéro 1 de Chopin
ß Seville, Suite Espagnole d’Albeniz

Trois “madeleines” musicales

ß “Una Noche Mas” de Yasmin Levy (album Mano Suave)
ß “Deux fois oui” de Debout sur le zinc
ß “Avinu Malkenou” de Barbra Streisand

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 10 commentaires pour cet article :

1 marie-alsace, le 04 septembre 2011 à 23:16 :

Dimanche pluvieux, dimanche grincheux…(joke). Ce fût une émission très ouverte.Pas de tabou dans les questions, ni dans les réponses, cela a comblé mes lacunes culturelles. Je ne me souviens plus très bien de son programme musical
(:-) à l’exception de la musique Klezmer. Le morceau choisi était magnifique. 5 femmes qui seront suivies par 5 hommes cette semaine !! Un véritable challenge pour eux…………

2 Erica Roche, le 05 septembre 2011 à 09:09 :

Lors du buzz autour du film “A serious man” un des frères Coen a sorti une phrase sur les juifs dans le genre qu’on ne peut pas renoncer à être juif aussi facilement qu’annuler son abonnement à la bibliothèque - et il avait bien raison. Je suis juive, et je ne pourrais jamais l’oublier. Ce n’est pas qu’une religion, mais un poids de traditions millénaires, que je porte parfois comme un fardeau. Je ne suis pas du tout croyante - mais je me mets facilement à la place d’Eliette Abécassis, car son livre c’est vraisemblablement basé sur sa propre histoire. Une histoire qui raconte comment une croyance religieuse si pure se trouve douloureusement heurtée par les dogmes d’une autre époque, et comment la vie des croyants se trouve dirigée dans ses moindres détails par des hommes qui prétendent parler au nom de cette religion. Ce phénomène n’est pas propre à la religion juive - il existe bien évidemment aussi dans d’autres communautés de croyants - mais je trouve très regrettable de subordonner ainsi quelque chose d’aussi beau et d’aussi profondément ressenti à des critères aussi ridiculement terre à terre et dogmatiques. Eliette Abécassis a certainement été tout autant traumatisée par tout ça que par son propre divorce, ce qui fait beaucoup de choses à subir.

3 Itié, le 05 septembre 2011 à 12:35 :

Pardon Olivier pour ces critiques .
Rien de pire qu’un amour déçu…

4 Eliane, le 05 septembre 2011 à 13:10 :

Si la planète “piano” a ses Dieux, “la planète ciné” possède également les siens et Asghar Farhadi en est devenu un avec son admirable film “Une séparation”. Emouvant, fort, poignant pendant deux heures en VO, le spectateur est tenu en haleine tellement la maîtrise du cinéaste est impressionnante tant dans le déroulement de l’intrigue que dans celle le de la direction des acteurs. A travers sa peinture d’un couple en crise il explore les divisions sociales de l’IRAN, c’est un GRAND film, je vous rejoins Olivier. Impossible d’écouter la rediffusion de l’émission consacrée à Eliette Abécassis…….pas de son!!!
C’est La rentrée, bon courage à tous ceux et celles qui se retrouvent en présence d’élèves…………c’est tellement satisfaisant et enrichissant de transmettre la culture à un public pas toujours attentif au départ!!!

5 Laura, le 06 septembre 2011 à 12:04 :

I was very disappointed by your choice of guest and the discussion that you had with Abécassis. We tune in to “Passion Classique” to hear how interesting people enjoy listening to classical music, as a way of enriching our own classical music experience. It was, therefore, very disappointing to see that you have converted your program into a tribune for radical religious views by someone whose very fundamentalism prevents her from listening to Wagner. In a country where secularism (laicité) is an essential life value, your attempt at normalizing fundamental Jewishness (or any other fundamental religious doctrine) was pathetic. Abécassis chose to belong to one of three religiously-constructed countries (together with Iran and the Vatican). She should not be allowed to claim support, in a public forum, when parts of the dogma she chose do not correspond to her liking. Promoting the myth of the Jewish victim in all its variations can find outlets like Radio Juive, and should not be allowed to contaminate Radio Classique. Having discussed with several of your fans, I am afraid you have lost many listeners after this one program.

6 Itié, le 06 septembre 2011 à 14:53 :

C’est tout de même fort cette intolérance .
En plus , Mlle Laura , qui doit comprendre le français quand on lit sa diatribe , aurait pu ne pas nous infliger cette rancoeur en anglais .
L’émission d’E. Abécassis m’a bien plue . Il y a tellemnt à apprendre à l’écoute de personnes qui sont comme nous , juste avec leur petite particularité , comme nous . Je vais lire son livre .

7 c.holdrinet, le 06 septembre 2011 à 19:19 :

Après avoir lu l’article numéro 5, j’ai éprouvé le besoin de réécouter l’émission.

Vos propos sont juste scandaleux.
Aucun commentaire à ajouter(pour ce qui me concerne) si ce n’est vous demander pourquoi vous n’avez pas eu le courage de rédiger votre message en français?

8 L. Bellon, le 06 septembre 2011 à 21:41 :

C’est la diversité qui fait la richesse.
Encore !Encore! plus de Personnes différentes!,encore plus de goûts différents!
encore encore!

9 Lucie Gardot, le 08 septembre 2011 à 13:10 :

Personne ne parle anglais à Radio Classique ? Qu’attendez-vous pour supprimer le message n° 5 dont les propos sont plus que déplacés!

10 Avicenne, le 19 septembre 2011 à 22:12 :

Merci pour ce moment magique en compagnie d’Eliette Abécassis qui transmet en musique et par ses paroles le désir d’être et de connaître. Bonheur de découvrir cette page sublime d’Elgar ; de rejoindre en pensée celle qui est touchée au point de voir de nombreuses images à l’écoute de Nimrod.


Donnez votre avis !






ombre