Accueil  >  Thierry Lhermitte et son Brandebourgeois
Flux RSS

Thierry Lhermitte et son Brandebourgeois

Le 29 avril 2011 à 09:25 par Olivier Bellamy

thierry-lhermitte_small.jpg

On l’a trouvé ! Thierry Lhermitte m’a téléphoné le lendemain. “Bonjour, c’est moi, le chanteur…” Ah, le fichu Concerto Brandebourgeois qu’il voulait entendre est le numéro 1, qui comporte bizarrement un quatrième mouvement, un Menuetflanqué de trois trios (partie centrale d’un menuet), et le deuxième trio est une polonaise, figurez-vous, et c’est cette polonaise que chantait Romain Bouteille avec des paroles de son crû. “Je connaissais une Polonaise qui en prenait au petit déjeuner”, dit Lino Ventura dans Les Tontons flingueurs. Ah, sacrées polonaises !
Intéressé par mille choses, mais ne cherchant pas à le faire savoir, Thierry Lhermitte nous fait penser au portrait que fit Françoise Giroud de Jacques Chirac : “Il cache un livre de poésies chinoises derrière un magazine
Playboy
Le fameux Popeye des
Bronzésa cependant accepté de nous parler de l’émotion inexplicable qui l’étreint lorsqu’il lit les vers du poème A Villequier que Victor Hugo Hugo a écrit après la mort de sa fille chérie, Léopoldine :
“Maintenant que du deuil qui m’a fait l’âme obscure
Je sors pâle et vainqueur
Et que je sens la paix de la grande nature
Qui m’entre dans le coeur”
Peut-être qu’il s’en serait tenu à son rôle d’amuseur aux yeux clairs et au teint éternellement bronzé s’il n’avait pas éprouvé le si subtil émerveillement d’entendre sa propre fille jouer à l’alto, alors que rien dans son arbre généalogique ne prédisposait à l’éclosion d’un “rossignol à cordes graves frottées”.
Voici son programme :

Concerto Brandebourgeois n° 1 de Bach : Menuet et Polonaise

Land of Hope and Glory de Edward Elgar : Pomp and Circonstances n° 1 chanté

Variation sur le nom Abegg Opus 1 de Schumann par Elisabeth Sombart

Nocturne n° Op 27 Chopin par Elisabeth Sombart

La vie : Ouverture de la Pastorale de Bethoven.
La mort : Berceuse en Ré Bémol majeur op 57 de Chopin
L’amour : “Au matin” de Peer Gynt de Grieg

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 4 commentaires pour cet article :

1 c.holdrinet, le 29 avril 2011 à 22:52 :

L’empressement que vous mettez à donner votre avis m’interroge…

Voici le mien. Sympathique T.Lhermitte, qui pourrait dire le contraire? Personne.

Mais est-ce suffisant…malheureusement non.
Cet entretien fut pour moi une gentille conversation. Que T.Lhermitte ne soit pas mélomane, là n’est pas le problème; mais dans son domaine, qu’avons-nous appris? Rien.

2 Dominique, le 01 mai 2011 à 21:36 :

Chère Claudette, pour ma part, sans forcément apprendre, j’ai pu “réviser” les thèmes des concertos brandebourgeois, que je n’avais pas écoutés depuis longtemps ! Nous avons pu aussi il me semble, participer plus directement au déroulement d’une émission, avec l’investissement de Yann dans cette recherche particulière ; et l’appel lancé aux auditeurs était également très sympathique, à mon avis seulement !… c’était une émission Passion Classique différente mais aucune ne se ressemble ! Et puis, entendre Olivier rire de si bon coeur était un vrai régal, qui rendait communicative cette bonne humeur. C’est pour ma part un moyen de “décompresser” certains soirs, plus facilement que d’autres, même si le programme musical n’est pas aussi “spécialisé” que celui d’autres invités. Je ne parle bien sûr qu’en mon nom et je serai contente de lire les différentes opinions de tou(te)s nos ami(e)s qui auront écouté cette émission. Bien amicalement.

3 Marie-France de Montpellier, le 03 mai 2011 à 14:16 :

J’ai passé un moment très agréable en compagnie de Thierry Lhermitte qui n’est pas un spécialiste de la musique, mais un mélomane : il suffit d’aimer la musique classique et d’être ému par elle pour être mélomane. J’ai été très touchée par sa tendresse lorsqu’il parlait de sa fille musicienne. De plus, Olivier et lui semblaient de vieux complices et riaient avec bonheur. Emission très agréable. Sachez, chers blogers, que, si Olivier n’invite pas certaines personnalités, notamment dans le cinéma ou la variété, cela signifie que ces personnalités sont nulles en musique classique et n’en écoutent jamais, ne sachant même pas que cet art majeur existe.

4 Erica Roche, le 04 mai 2011 à 16:14 :

Ce n’était pas la meilleure émission de Passion Classique, loin de là, mais j’avoue que j’ai passé un moment bien agréable à l’écoute de ce sympathique acteur et j’ai bien compris et partagé sa frustration de ne pouvoir ni jouer un instrument ni même chanter convenablement. Malheureusement, ce sont des talents qui sont innés à la base, et avant d’y consacrer du travail, mais qui ne font malheureusement pas partie du kit de démarrage de tout le monde. Un mot sur le programme - j’étais très étonnée du choix du “Pomp and Circumstance” N°1, surtout dans cette version. Je n’aurais jamais imaginé qu’un français pourrait choisir ça!! J’étais contente mais déconcertée…(excusez-moi pour le mauvais jeu de mots)!


Donnez votre avis !






ombre