Accueil  >  François-Xavier Ledoux, frère musicien
Flux RSS

François-Xavier Ledoux, frère musicien

Le 25 avril 2011 à 09:41 par Olivier Bellamy

francois-xavier-ledoux_small.jpg

De Guillaume de Machaut (et même avant !) à Olivier Messiaen, l’histoire de la musique occidentale se confond avec la foi chrétienne. Il n’est pas superflu de le rappeler, sans prosélytisme ni bigoterie, à l’occasion du Vendredi saint.
Oublier les racines chrétiennes de l’Europe (comme un récent calendrier publié à grands frais par la communauté européenne qui omettait les fêtes s’y rapportant) ou les mêler imprudemment à la vie politique et constitutionnelle (comme vient de le faire la Hongrie) sont deux écueils pareillement condamnables quoique opposés.
Responsable de la musique liturgique du monde épiscopal, organiste et chef de choeur, le frère dominicain François-Xavier Ledoux a su parler en termes simples et vrais d’un compagnonnage séculaire.
Voici son programme :

Les 3 “madeleines” musicales :

- J.-S. Bach, “Jésus, que ma joie demeure” par Dinu Lupatti au piano.
- Pierre Cochereau, “Te Deum”, extrait des “Grandes Heures liturgiques à
N.-D. de Paris”.
- C. Debussy, “Dieu qu’il l’a fait bon regarder”, extrait des “Trois
Chansons de Charles d’Orléans”.

Programme
- Jehan Alain, “Litanies” pour orgue.
- Olivier Messiaen, “Louange à l’Éternité de Jésus”, dans le “Quatuor pour
la fin du temps”.
- un extrait de “Chant” pour choeur de femmes et percussion, par le
Choeur de Notre-Dame de Paris, Percussion : Alain Huteau, Direction : Nicole
Corti (Ed. SGPS/3D Classics CD 3D 8029 Dist : D O M (2001)
- Fauré, “Cantique de Jean Racine”, interprété par la Maîtrise de la
cathédrale de Dijon, in CD “César Franck, Psaume 150″ chez Bayard Musique.
- J.-S. Bach, Passion selon saint Jean, choral final, si possible dans
l’adaptation française d’André Gouzes, “Dans la douceur de son amour” in CD
“Dans la paix…” (édition de Sylvanès). J’aimerais bien qu’on puisse, si
c’est possible, terminer l’émission qui sera retransmise le jour du
Vendredi
saint, sur ce dernier extrait.

Les 3 morceaux de musique qui représentent :

- la vie : Barbara, “Le jour se lève encore”
- l’amour : Rachmaninov, Concerto n° 2 pour piano, 3ème mouvement Allegro
Scherzando
- la mort : “La Mamma morta”, extrait d’”André Chénier” d’Umberto Giordano,
chanté par Maria Callas.

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 21 commentaires pour cet article :

1 Renny, le 25 avril 2011 à 20:54 :

Ce frère s’est défendu d’être un abbé de cour, hum…
Ce que je remarque, c’est que, malgré l’admirable patrimoine de musique sacrée qui nous a été transmis depuis l’aube de la chrétienté, tout s’arrête aujourd’hui.
Ce n’est pas faire preuve de passéisme, et de dédain face à l’art d’aujourd’hui que de dire haut et fort que la musique liturgique entendue de nos jours à la messe est d’une indigence absolue. S’il n’y avait pas quelques organistes pour jouer (quand il y a des orgues, et quand ceux-ci ne sont pas muets ou même à l’abandon) quelques extraits de grandes oeuvres anciennes…
Alors, Frère François-Xavier, dans votre position, ne pourriez-vous lancer un programme de renouvellement musical pour l’ordinaire des dimanches, et l’extraordinaire des fêtes? On vous en prie humblement…
J’ai découvert dans le programme du bon frère, avec perplexité, une Barbara inconnue de moi!

2 Livadiotti Roberto, le 25 avril 2011 à 22:55 :

Très vrai Renny,malgré les oeuvres magnifiques de musique sacrée que nous ont laissé les grands compositeurs,on chante aujourd’hui dans les églises,très souvent des chants assez banals!

3 Guillemette, le 26 avril 2011 à 15:51 :

Au risque de me répéter, je persiste et signe, et remercie Olivier une fois encore d’inviter des prêtres ou des religieux lors des grandes fêtes de Noel et Pâques et de souligner ainsi l’héritage chrétien de notre culture. Merci oc pour ce beau vendredi Saint !

4 marie-alsace, le 26 avril 2011 à 16:07 :

Je suis rentrée de 4 jours « campagne » pas d’internet, ni Tv rien que les petits oiseaux avec quand même l’écoute de la passion selon Matthieu à Guebwiller par l’orchestre de chambre de Bâle et la camerata vocale de Freiburg (ah je suis bien d’accord avec E.Krivine qui disait que le « livret était gratiné » mais l’œuvre est tellement belle). Bref, après avoir réparé à l’aube ce matin ma box qui avait dû être un peu secouée par un orage, et, ayant du temps cet après midi, j’ai essayé d’écouter l’émission et j’ai craqué. Trop religieux pour moi……cela m’a trop rappelé mes années de lycée… qui, dans ce domaine m’ont particulièrement « barbées »!!Mon voisin ayant terminé de tondre son gazon (c’est super les vacances, je sens qu’il va y avoir tondeuse tous les jours…), je vais aller bouquiner avec les grillons… J’essaierai d’écouter l’émission avec E.Kissin en soirée, comme mes oreilles ont commencé une étude comparative de la superbe sonate B 960 de Schubert…grâce à Lang Lang. Bonnes vacances à Renny et à Eliane

5 Itié, le 26 avril 2011 à 20:00 :

D’accord avec Renny : nos chants de messe sont vraiment soporifiques , sans rythme . Il faudrait renouveler tout ça !
D’accord avec Guillemette pour marquer les émissions lors de nos fêtes religieuses .

6 Dominique, le 26 avril 2011 à 21:46 :

Bonsoir Guillemette, ravie de vous lire à nouveau ! Marie-Alsace, je constate que vous connaissez vous aussi “toutes” les joies de la campagne… les tondeuses sont malheureusement obligatoires! J’ai aujourd’hui “dévoré” sous mon pin, avec les chants d’amour des merles alentour, le livre “Prodige” de Nancy Huston, conseillé par Claudette. Après “Le Fils” de Michel Rostain, que d’émotions fortes encore à la lecture de cette prodigieuse polyphonie… merci Claudette. La lecture complète la musique et vos conseils dans les deux domaines me procurent des moments délicieux. Bien amicalement.

7 marie-alsace, le 26 avril 2011 à 22:44 :

Et oui Dominique, j’ai eu droit à un 2ème concert tondeuse en bouquinant……

8 c.holdrinet, le 26 avril 2011 à 23:10 :

Je suis heureuse Dominique, que “Prodige” vous ait plu. Je m’apprête à lire
“le fils” de M.Rostain. Nos échanges lecture et musique, m’enchantent aussi.

Continuons à partager nos coups de coeur.

Profitez des chants d’amour des merles qui vous entourent. Bien amicalement.

9 Anne., le 26 avril 2011 à 23:23 :

Tout-à-fait d’accord avec vous Renny pour déplorer l’indigence des chants de nos célébrations liturgiques actuelles. En plus c’est généralement chanté de telle façon qu’un Alleluia ressemble davantage à un Requiem qu’à un chant de joie et de louange! Comme dit Itié, c’est soporifique! Merci Olivier de rappeler les racines chrétiennes de l’Europe et leur influence sur l’ensemble de la création artistique…
Claudette et Dominique, je vais “profiter” de vos suggestions littéraires!

10 c.holdrinet, le 26 avril 2011 à 23:47 :

J’en suis ravie, Anne. Et faites-nous part de vos découvertes.

bonne nuit!

11 Dominique, le 27 avril 2011 à 19:53 :

Bonne lecture Anne, avec les mouchoirs pas loin… Et suggérez-nous vos propres coups de coeur ou découvertes, en littérature, en musique, je suis toujours preneuse ! Bonne soirée !

12 Dominique, le 27 avril 2011 à 19:56 :

Bonsoir Marie-alsace, mais que “bouquiniez”-vous donc ?! cela vous a-t-il permis d’oublier le “deuxième concert” ?!!

13 Dominique, le 27 avril 2011 à 20:05 :

Claudette, mes oreilles sont le premier sens à fonctionner, on en a deux pour mieux écouter ! Parfois pour les merles, les mésanges et les pinsons, c’est touchant de beauté, mais pour les tondeuses ou les tracteurs, polluants de surcroît (mon odorat n’est pas mal non plus !), c’est assez horripilant… mais il faut de tout dans ce monde n’est-ce pas?! Continuez surtout à me faire partager vos coups de coeur ! Bien amicalement.

14 c.holdrinet, le 27 avril 2011 à 23:07 :

Dominique, pour continuer de partager nos coups de coeur, c’est promis.

Il m’arrive, l’hiver, d’en vouloir aux merles d’engloutir en deux coups de bec la margarine que je destine aussi bien sûr aux mésanges, au fidèle rouge-gorge qui réapparaît chaque hiver. Puis, en me remémorant leurs conversations si mélodieuses quand les beaux jours reviennent, je leur pardonne leur gros appétit!
Bien amicalement.

15 marie-alsace, le 27 avril 2011 à 23:18 :

Vous êtes bien curieuse, Dominique…..!!!allez, je lisais un bouquin d’une romancière US que j’aime bien, “un été prodigue” de Barbara Kingsolver..voili voilou

16 Marie-France de Montpellier, le 28 avril 2011 à 17:23 :

Je ne remercierai jamais assez Olivier d’inviter des prêtres comme le père Ledoux ou également Guy Gilbert : ces hommes ont tellement à nous apprendre sur l’âme et la foi. Je regrette également la pauvreté de la musique dans les églises pendant la messe. Lorsque j’étais enfant, en vacances à Sète, maman nous amenait à la messe le dimanche, messe qui ne nous passionnait pas à notre jeune âge.. Ce qui nous passionnait c’était l’orgue. Auguste, ami organiste de maman, nous installait sur un ban à côté de lui et il nous enivrait de musiques de Bach, de Franck… et improvisait : c’était merveilleux. J’en garde un souvenir qui me donne encore des frissons.

17 Dominique, le 28 avril 2011 à 18:04 :

L’orgue dans une église, quand l’instrument est en bon état et que l’organiste connaît ses mystères, comment ne pas “frissonner” et s’en “enivrer”, Marie-France ? Merveilleux et précieux souvenir que le vôtre… Maintenant, à part dans certaines cathédrales et leurs grandes orgues ou pour certaines occasions, la “belle” musique religieuse, chantée ou jouée, a vraiment trop disparu dans la “pratique” et c’est bien dommage !

18 Dominique, le 28 avril 2011 à 20:27 :

Marie-alsace, excusez ma curiosité, en aucun point malsaine !!! Je ne connais pas cette romancière, encore une découverte ! merci !
Claudette, mes 2 rouge-gorges ont également disparu après s’être bien rassasiés avec tous leurs “copains” dans mon jardin toujours achalandé cet hiver ! même les souris se sont gavées des graines de tournesol entreposées dans le cabanon ! J’ai relâché les souris, pardonné aux rouge-gorges et les autres m’apportent dehors une douce mélodie polyphonique bien apaisante aussi… tous ces petits bonheurs de la vie qui nous permettent de tant nous en imprégner, sont merveilleux. Monsieur Darcos lui-même, du haut de ses fonctions, nous a fait l’éloge de ce bonheur ce soir… Bien amicalement.

19 Dominique, le 28 avril 2011 à 20:33 :

Le bonheur d’être en vie, bien sûr, mais aussi l’immense chance de pouvoir profiter des merveilles de la nature ! Ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde, j’en suis très consciente et je le regrette. A bientôt.

20 Erica Roche, le 30 avril 2011 à 19:09 :

Inviter des prêtres aux moments des grandes fêtes religieuses, c’est une intention des plus louables et souvent je trouve les invités étonnamment passionnants - mais malheureusement cette fois-ci je me suis plutôt ennuyée..

21 Margarete, le 03 mai 2011 à 13:38 :

merci pour votre intervention frère musicien,
non, Dominique, la belle musique n’a pas disparu, au contraire, il y a une église à Paris, Saint-Merry où on peut entendre des voix sublimes, une sonorité cristalline, les merveilles de la nature existent, la justesse, le répertoire diffèrent chaque semaine, la musique sacrée chantée par des jeunes chanteurs de toutes les religions, la messe est vivante grâce à la musique, on oublie la pauvreté de la musique dans certains endroits, la renaissance de la musique vocale en France? grâce à un chef anglais? les samedis à 17h45…


Donnez votre avis !






ombre