Accueil  >  Daniel Barenboïm, l’intelligence et le charme
Flux RSS

Daniel Barenboïm, l’intelligence et le charme

Le 13 avril 2011 à 00:20 par Olivier Bellamy

C’est un réel plaisir d’interviewer Daniel Barenboïm, car l’homme est d’une intelligence si claire qu’il explique en termes simples, mais non simplifiées ou simplistes, les choses les plus complexes. Il sait bien distinguer ce qui est rationnel et ce qui ne l’est pas, tout en sachant que la musique a besoin des deux. De même, les raisons du conflit israélo-palestinien paraissent, là aussi, d’une simplicité… biblique : deux peuples qui sont légitimement attachés au même morceau de terre, et qui ont tout intérêt, car la sagesse, la survie, la raison le leur commandent, de s’entendre. Il est naturellement plus critique avec Israël car il est Israélien (ce qui est humainement évident apparaît ici comme un paradoxe), qu’Israël est le plus fort et se doit, pour cela, d’être le plus généreux.
C’est un musicien prodigieusement doué, un chef inspiré, un pianiste béni des dieux, un homme lucide, courageux, un intellectuel éclairé, jamais bavard ou de mauvaise foi, peut-être parce qu’il n’est pas un pur esprit englué dans des conjectures, mais qu’il est aussi engagé dans ce mélange unique - physique et spirituel - que représente la musique.
Voici son programme :

Von der Diwan, Barenboïm
Tchaikovski : Symphonie n° 6 – 2e mvt

Madeleines
Concerto n° 23 de Mozart (Barenboïm)
Schubert : Quintette La Truite – 4e mvt
Artur Rubinstein : Concerto n° 3 de Beethoven (dir Barenboïm)

Mahler : Symphonie n° 1 – 1er mvt mit Pierre Boulez und Chicago
Warsaw Recital Chopin – D. Barenboïm Nocturne n° 8
Symphonie n° 4 de Schumann mit Furtwaengler – 1er mvt
Schubert Impromptu op. 142 n° 3 mit Edwin Fischer

La vie : Sonate op. 2 n° 3 de Beethoven (1er mvt) Barenboïm
La mort : Symphonie n° 3 « Héroïque » de Beethoven – 2e mvt (Furtwängler)
L’amour : Concerto n° 1 de Chopin – 2e mvt (Barenboïm)

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 11 commentaires pour cet article :

1 Renny, le 13 avril 2011 à 01:41 :

Pour moi qui le connais mal en tant que chef (par l’écoute, bien sûr; pour la notoriété…Barenboïm fait presque figure de dieu vivant de la musique), c’est surtout un très beau pianiste, et il a un tel amour de son instrument, si vital, si naturel, si joyeux! Ce Chopin que nous avons entendu ce soir, plein de tout ce qu’on y entend pas toujours: clarté, tranquillité, mouvement, cohérence des nuances, sans pathos, une émotion qui tient à la fois à l’appui puissant des doigts et à une sorte d’arrachement du son du piano vers le haut, le geste est élégant et légèrement démonstratif, mais il écoute et poursuit note après note avec ce qui lui vient en tête, pas mal, intéressant, beau nocturne.
Et Edwin Fisher.
L’homme et ses engagements, on sait tout ça, c’est magnifique.
Mais je me fâche, il a mis mon “Klempereur” en boîte!
Pour le reste, relire Olivier et sans doute vous tous!

2 Dominique, le 13 avril 2011 à 09:58 :

Edwin Fischer, maître de Daniel Barenboïm ? deux Grands pianistes en tout cas et une émission éclairée, spirituelle, dans la joie et la bonne humeur, qui réconfortent lorsqu’elles sont associées à un beau programme sur lequel je laisse la parole à tous les spécialistes. Merci encore et toujours… Bonne journée !

3 Lily, le 13 avril 2011 à 10:22 :

retrouvez le sourire Renny.. dans son livre « une vie en musique » Daniel Barenboim consacre tout un chapitre extrêmement élogieux envers Klemperer avec qui il fut très proche de 1967 jusqu’à sa mort.
Daniel Barenboim, tout ce qui a été dit ci-dessus, mais aussi accompagnateur des plus grands chanteurs. Ne manquez surtout pas, si vous en avez la possibilité, la diffusion le 15 avril sur Mezzo, de son concert avec Thomas Quasthoff dans le Voyage d’Hiver de Schubert. Un grand moment de musique.

4 COURTAUT.Monique, le 13 avril 2011 à 13:20 :

Merci pour l’info Lily,le Winterreise avec Fischer -Dieskau et Brendel en DVD,cela mérite la comparaison!!

5 Livadiotti Roberto, le 13 avril 2011 à 14:47 :

Grand pianiste et grand chef d’orchestre,Daniel Barenboim est intéressant à écouter dans ses commentaires sur la musique.Sa tentative de réunir dans un même orchestre,des musiciens palestiniens(et d’autres pays arabes)et des musiciens israéliens,est louable,si elle peut contribuer à faire avancer tant soit peu la possibilité de paix entre ces deux peuples.Ses choix musicaux correspondaient assez bien à son répertoire.

6 Erica Roche, le 13 avril 2011 à 22:55 :

Le mandat unique est un concept qui doit être tout à fait étranger à Daniel Barenboim, qui cumule avec un égal bonheur les casquettes de pianiste, chef d’orchestre et écrivain engagé. En tant que chef d’orchestre, il galvanise très clairement ses troupes et en tant que soliste il fascine totalement le public. J’ai eu le bonheur d’assister au fameux concert où il a joué le Clavier Bien Tempéré. C’était un moment merveilleux - je me suis sentie bercée, emportée et apaisée à la fois. Tout en écoutant, je regardais sa façon de concevoir la lecture de la partition. Pas pour lui les tourneurs de pages! Il s’était façonné une partition qui pouvait se déplier de façon à avoir 4 ou 5 feuillets visibles à la fois. En l’écoutant parler si bien le français, je me suis demandée combien de langues il peut maitriser. Je l’ai déjà entendu s’exprimer en anglais aussi couramment qu’en français - mais j’imagine, à la lecture de sa biographie, qu’il doit également parler l’espagnol, l’allemand, l’hébreu et peut-être même le russe. J’ai beaucoup apprécié son programme - mais le Chopin me laisse perplexe par sa singularité - il me faudrait plusieurs écoutes pour m’y habituer. J’ai déjà eu l’occasion de me dire que les très grands êtres humains - peu importe leur domaine - possèdent souvent cette simplicité extraordinaire, peut-être parce qu’ils n’ont plus rien à prouver. Qu’en pensez-vous? En tous les cas, c’était une émission magnifique.

7 Dominique, le 13 avril 2011 à 23:06 :

Complètement d’accord avec vous Erica, et heureusement ces “très grands êtres humains” sont encore assez nombreux pour participer à Passion Classique ! Olivier, avec son aura extraordinaire, nous réserve sûrement encore d’aussi grandes personnalités à venir, je n’en doute pas! Bien amicalement!

8 Eliane, le 14 avril 2011 à 00:27 :

Quand the Maestro blog’s OB reçoit le Maestro D Barenboïm……Tout est dit……Qu’ajouter, sans tomber dans la banalité après les commentaires des étages précédents??
Merveilleuse émission donc.
Un immense et brillant pianiste, un chef remarquable, un homme admirable définissent D Barenboïm.
Lily, J’avais noté le 15 Avril sur mes tablettes, je serai au “Forum Libération” qui se tient chaque année à Rennes. Ce ne sera pas la même musique…….débats sur des thèmes d’actualité avec entre autre au menu ” L’artiste doit-il être irrespectueux”? Très intéressant………

9 c.holdrinet, le 14 avril 2011 à 16:49 :

Absolument Erica, les vrais “GRANDS”, n’ont non seulement rien à se prouver à eux-mêmes, et aux autres non plus bien sûr.
D’où leur simplicité, pas besoin d’en
faire trop ! Je partage complètement votre avis; car je sens que c’est ce que vous pensez, bien que l’exprimant comme un questionnement.
Eliane, nous ferez-vous partager ce débat sur ” L’artiste doit-il être irrespectueux”? Je le souhaite vraiment, et ne suis sûrement pas la seule.
Bonne soirée.

10 weber, le 16 avril 2011 à 11:37 :

C’estimmédiatement après le concert du nouvel an à Vienne mais depuis Arles par les ondes radiophoniques que j’exsultais!
La courte visite sur Passion Classique m’a revivifié et “nous” attendons le Maestro dans la programmation du nouvel An à l’Opéra en Avigon (mon souhait profond) smile Véronique (Arles)

11 crem refôle, le 29 mars 2012 à 22:10 :

Chaque fois que j’ai tenté d’écouter jouer le pianiste Barendoïm (sur CD, autrement, je n’ai pas l’argent ni le temps pour investir un déplacement pour un concert), j’ai eu envie de m’endormir. Est-ce le choix du répertoire? je n’en sais rien…Et sur la chaîne Mezzo, j’ai l’impression que c’est la mascotte….A pleurer.


Donnez votre avis !






ombre