Accueil  >  Merveilleuse Mady Mesplé
Flux RSS

Merveilleuse Mady Mesplé

Le 11 mars 2011 à 09:35 par Olivier Bellamy

 mady-mesple_small.jpg

Quand notre Mady nationale est arrivée au studio, avec sa soeur, je lui ai demandé : “Comment ça va ?” Elle m’a répondu : “Mal !” Elle était fatiguée, grognon comme un enfant qui a trop marché. Elle appréhendait peut-être une longue émission en direct et redoutait des manifestations incontrôlables de sa maladie de Parkinson : tremblements, manque de concentration… Et puis, elle s’est jetée à l’eau et a nagé telle une naïade, combative et confiante, les yeux brillants, le coeur léger. A la fin, elle était heureuse et m’a avoué : “Je suis lessivée”.
Quel courage il lui a fallu pour rassembler ses forces et revivre les moments merveilleux et douloureux de sa vie ! Ce courage qui l’a rarement abandonné tout au long de sa carrière, alors qu’elle n’a jamais économisé ses forces, sillonnant la planète, rongée par le trac et la culpabilité de devoir laisser sa famille. Restant malgré tout fidèle à cet esprit de petit soldat, peu enclin à se plaindre et encore moins à tirer fierté de ce qu’elle considérait comme son devoir et sa mission. L’exemple lui venait de sa mère, femme admirable, nature forte, ferme moralement, aimante et peu démonstrative, qui avait dû combattre ses préjugés pour laisser sa fille vivre sa passion et fructifier ses talents. Mais aussi de ses professeurs dont un lui avait dit : “Tu sais, ma petite, notre art n’est pas partageur : il vous prend tout.”
On ne remercie jamais assez les artistes d’avoir tout donné à cet art exigeant et à ce public avide de sensations. Nous n’avons pas assez dit à Régine Crespin à quel point nous l’avons aimée. Il faut le dire à Mady Mesplé, bien qu’à ce moment, c’est encore elle qui nous donne plus qu’elle reçoit.
Voici son programme (les madeleines et la trilogie finale sont d’elle, le reste nous le lui avons concocté sur mesure) :

Thomas : Mignon « Je suis Titania la blonde » (Mady Mesplé)
3 Petites Madeleines
- “La petite Eglise” de Delmet (Jean Lumière)
- La Valse de Faust
- Romance à l’Etoile de Wagner

Offenbach : « On va courir, on va sortir » (La vie parisienne)
Kreisler : Schön Rosmarin (Mady Mesplé) avec Michel Legrand
Bizet : Les pêcheurs de perle (Alain Vanzo)
Rossini : Guillaume Tell « Sombre Forêt »
Donizetti : Lucia « Spargi d’amaro pianto » (Mady Mesplé)
Hahn : Heure exquise

La Vie : Brindisi de La Traviata
Amour : Duo de Lucia di Lammermoor
La Mort : In paradisum du Requiem de Fauré

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 19 commentaires pour cet article :

1 Angèle, le 11 mars 2011 à 11:22 :

Quelle grande dame, que je découvre seulement aujourd’hui. Courage, passion, bienveillance, quel bonheur d’avoir la chance de l’entendre parler de sa vie, de l’entendre chanter. Merci Olivier, et surtout MERCI MADY

2 Gerard, le 11 mars 2011 à 12:29 :

Votre émission ne manque pas d’intérêt, et je l’écoute toujours avec plaisir.
Mais de grâce, essayez d’éviter l’expression “petite madeleine” car répétée cinq à huit fois par émission cela est un peu répétitif, voire lassant.
Et puis n’est pas Proust qui veut !

3 Renny, le 11 mars 2011 à 13:32 :

J’avais retenu de son chant un timbre personnel, une rigueur musicale, une agilité précise, et bien sûr ces folles altitudes qui fascinent. Un brin de froideur, de distance un peu “grande dame” aussi…
Tout était dû en fait au travail, à une discipline de fer, à la simplicité d’âme, au sentiment du devoir accompli. Une autre époque, comme les dix-sept heures entre Toulouse et Liège, comme l’enfant silencieux et obéissant au coin de la scène, comme la chanteuse apportant ses propres costumes…On ouvre de grands yeux!
Rire et s’amuser n’était pas banni, loin de là: Jane Berbié, Alain Vanzo, Michel Legrand, mais on a une impression étrange d’enfant qui bat des mains à la récréation, ou un peu en douce derrière un pendrillon, enfant sage et vaillant soldat.
Sa joie en chantant “jazz”, ce regret mordant, quoique fataliste, de n’avoir pu chanter Wagner -aller jusqu’à se trouver ridicule d’avoir osé faire L’Oiseau avec sa voix de “bengali” -désormais je l’appellerai ainsi, c’est trop joli!- on ne croit pas à une petite coquetterie…
Le petit soldat se bat toujours, allez, fier bengali!
Programme à l’unisson, charme et émotion: Crespin, Vanzo. Et ces moments exquis, je crois que c’est le mot: Hahn, schön schön rösmarin.

4 Françoise (40), le 11 mars 2011 à 15:48 :

Quelle agréable soirée… une Mady Mesplé “exquise”. A retenir aussi … une des plus belles prestations d’Olivier !

5 marie-alsace, le 11 mars 2011 à 18:43 :

Mady Mesplé, quelle voix, ce fut un plaisir de l’écouter chanter. Quand elle parle de musique avec cette voix douce et tranquille, quelle envie que cela ne s’arrête pas…….. et pourtant ça a coupé, dommage. Finalement ce sont les
passionné(e)s…. qui sont les plus enthousiasmants à écouter. J’en veux pour preuve l’émission de la veille avec J.Deschamps mais surtout celle de Mady Mesplé, admirable, inoubliable et attachante. Ce fut une « madeleine exquise » à déguster sans modération :-))

6 croizet jacqueline, le 12 mars 2011 à 00:09 :

merveilleuse émission ,je me suis manifestée à 3 reprises ,hier, mais l’emplacement est limité, quelle leçon de courage surtout avec cette maladie!! si nos messages ont pu la toucher le but est atteint; tout était un régal en choix musical; cordialement;jacqueline

7 croizet jacqueline, le 12 mars 2011 à 00:12 :

merci de me permettre de continuer ,ce fut une très bonne surprise de réentendre Mady Mesplé sa simplicité ,son courage , son enthousiasme sont de grandes leçons; très bon courage pour affronter sa maladie,très respectueusement; jacqueline croizet

8 croizet jacqueline, le 12 mars 2011 à 00:15 :

j’ai été contente d’entendre Régine Crespin dans “guillaume tell” version qu’elle partage avec Mady Mesplé qui est “jemmy” le fils de guillaume qu’elle chante magnifiquement;encore toute ma reconnaissance
jacqueline croizet

9 croizet jacqueline, le 12 mars 2011 à 00:18 :

je m’étais manifestée auprès de “Françoise de 40″ il y a qqs jours , j’aimerais beaucoup avoir de ses nouvelles et l’assurer de toute ma sympathie au cours de ses épreuves; très cordialement;jacqueline du 94

10 Boix, le 12 mars 2011 à 07:19 :

admirable Mady,inoubliable Lakmé,délicieuse artiste que je vis pour la première fois dans le rôle de Rosine en 1957 je crois aux côtés de Willy Clément et de Roland Cougé.Mille mercis pour nous avoir tant donné.

11 HERVE GAUTHIER, le 12 mars 2011 à 12:04 :

Une grande Dame à la radio. Quelle simplicité et quel témoignage d’humilité!
Bravo Monsieur BELLAMY pour votre tact qui nous permet de découvrir tous vos invités par leur côté personnel et humain. Le travail, la discipline et l’abnégation demeurent toujours les gages de la réussite des grands artistes.

12 IGMAN, le 12 mars 2011 à 17:58 :

Un grand merci pour Mady Mesplé et pour l’animateur Olivier qui a su avec sensibilité recevoir et mettre en valeur l’exceptionnelle valeur de Mady Mesplé. Quel est le morceau choisi chanté par Alain vanzo pour l’air des pêcheurs de perles ? C’est très beau. Merci à vous, vraiment.
Jacques Igman.

13 Françoise (40), le 13 mars 2011 à 00:30 :

Dimanche 19 H 15. ARTE = Cecilia Bartoli.

14 Eliane, le 14 mars 2011 à 12:51 :

Emouvante, touchante, délicate et fragile Mady Mesplé…… qui a bercé quelques soirées dominicales de mon adolescence; en effet, l’opéra, s’écoutait en fin de journée, c’était un rituel auquel il était impossible d’échapper……..Mady Mesplé, cette grande soprano colorature faisait partie des artistes lyriques adulées par mes parents notamment dans Lucia di Lammermoor (il est vrai que Donizetti atteint un moment de perfection avec cette oeuvre) je l’ai donc entendue maintes fois jusqu’ à redouter l’arrivée du fameux Dimanche soir ayant, déjà à l’époque, une prédilection pour le piano sur la voix. J’ai eu, toutefois, beaucoup de chance en fin de compte d’avoir accès, très tôt, au registre lyrique et je conserve les vinyles….
Très belle émission avec des temps forts hélas endeuillée par la tragédie survenue au Japon, Rennes est jumelée avec Sendaï…….où la situation est apocalyptique….

15 Renny, le 15 mars 2011 à 14:46 :

Une réponse à IGMAN: A.Vanzo interprète l’extrait “O nuit enchanteresse, divin ravissement…”
Et à Gérard: les “petites madeleines” constituent un chapitre de l’émission. Il est dès lors naturel que soit prononcé un certain nombre de fois ce mot de “madeleine”. Un brin agaçant j’en conviens, mais le mot demeure si joli (le gâteau, le prénom…celui de Mady, par exemple,avec un g -Magdeleine- ainsi qu’elle le précise). Proust n’écrivait pas au hasard, le choix du mot est précieux: une madeleine littéraire éternelle dans le coeur des lecteurs du temps retrouvé, pas un banal petit-beurre! Il ne nous en voudrait donc pas d’en user et abuser, il a tout fait pour ça!
Nous coupons souvent les cheveux en quatre sur ce blog ( surtout moi, pardon!) et sur des sujets qui sont parfois futiles, mais cela ne nous empêche pas de garder un oeil éveillé sur le monde -suivez mon regard en ce moment- avec inquiétude, compassion, et aussi esprit critique. Mais gardons un coin d’humour derrière l’oreille, et une grande page de musique devant! Tant que c’est possible…
Amitiés à tous, en particulier à ceux qui sont concernés, plus ou moins, par les divers événements. Renny

16 DEFRANCE, le 15 mars 2011 à 23:18 :

J’ai eu la chance de rencontrer Mady Mesplée chez un ami commun. J’ai découvert une femme exquise d’une simplicité merveilleuse. J’étais aux anges ! Savez-vous que Mady a été le professeur, à Nice, d’une excellente artiste du nom d’Elisabeth Vidal ? Pratiquement inconnue en France, elle est la digne succetrice de la GRANDE MADY.
Quand Mady est partie, lors de la soirée où je l’ai rencontrée, elle m’a fait une bise qui me reste au fond du coeur comme sa voix limpide. Merci à Olivier d’avoir invité cette merveilleuse grande dame du chant lyrique

17 Livadiotti Roberto, le 16 mars 2011 à 01:28 :

Je n’ai pu écouter intégralement sa conversation avec Olivier,mais ses choix de musique lyrique étaient assez variés et eclectiques.

18 NIVELLE René, le 24 mars 2011 à 01:51 :

Je découvre ce site, à travers mes recherches sur la toile, de collectionneurs de captations “live” et radio des années 45-90.
Si cela intéresse certains d’entre vous, sachez que je possède une jolie collection de cassettes-audios avec de véritables “trésors” en live , tels que Willy Clément dans le BARBIER( en 1962) ou dans LA VEUVE JOYEUSE (1960) et encore notre chère Mady dans LAKME (avec Vanzo en 1969) ou dans RIGOLETTO avec Pierre Fléta en 1966 .
Je recherche donc des amateurs d’échanges de K7 ou de CD avec des enregistrements du même genre. Si vous recherchez un trace sonore d’artistes lyriques (opéras-opérettes ) qui n’ont pas eu la chance d’être reconnus par les maisons de disques de l’époque, contactez-moi; il se peut que je retrouve cela dans mes “archives”.
Mes coordonnées : René NIVELLE : 00 32 43 42 75 40
Email : niverene@voo.be

Je suis liégeois et j’ai très bien connu Mady . Pour rappel, elle fit ses débuts à Liège, en 52 , (à l’âge de 20 ans !!)
Epoque bénie où un directeur de théâtre ( le ténor André D’Arkor) n’hésitait pas à prendre des risques !
Mady sera toujours dans mon coeur LA Lakmé, LA Gilda, LA Rosine ou LA Lucie .
Qu’elle sache que les Liégeois ne l’oublieront jamais .

19 rothmann, le 24 décembre 2016 à 15:46 :

J’étais fille au pair chez Mady Mesplé en 1963 pendant presque 3 ans.Quand je suis revenue à Paris en 1970 pour me marier et je me suis installée dans une maison à Champigny-sur-Marne, Mady a passé un dimanche avec moi dans les années 70. Depuis nous nous sommes perdues de vue. Je pense souvent à elle et les bons moments que j’ai passé grâce à elle. C’est une grande dame et j’ai beaucoup de respect pour elle. Mon plus grand voeux pour 2017 est de la revoir et passer un petit moment avec elle car elle a toujours fait partie de ma vie


Donnez votre avis !






ombre