Accueil  >  Les affinités électives d’Henri Demarquette
Flux RSS

Les affinités électives d’Henri Demarquette

Le 24 février 2011 à 10:38 par Olivier Bellamy

henri-demaruqtte_small.jpg

L’école française de violoncelle reste la plus prestigieuse au monde avec l’école russe. Henri Demarquette est l’un de ses plus éminents représentants. Il a travaillé avec les plus grands (Maurice Gendron, Paul Tortelier, Pierre Fournier, Janos Starker) et il est devenu un maître. Déjà sur scène à quatorze ans, il a été repéré rapidement lors d’un concert avec Hélène Grimaud.
N’étant pas un carriériste acharné, il a préféré prendre le temps de se construire avec des partenaires soigneusement choisis (Michel Dalberto, Brigitte Engerer…). Musicien fin et engagé, il a tissé des liens d’amitié avec certains compositeurs de premier rang comme Olivier Greif, qui lui a confié la création de son Concerto pour violoncelle en 1999. Olivier Greif est mort brusquement, à l’âge de cinquante ans, l’année suivante. Henri Demarquette lui a rendu un hommage magnifique avec l’Orchestre national de France, dirigé par Jean-Claude Casadesus, l’année dernière. Ce disque a été élu “Choc de l’année” par la revue Classica.
Henri Demarquette a parlé à coeur ouvert dans Passion Classique. Derrière le musicien passionné, on a pu découvrir un être d’une grande sensibilité, un père de famille heureux et un artiste ouvert sur le monde.
Voici son programme :

Madeleine 1: Il est bel et bon de Pierre Passereau 1:22

Madeleine 2: Bach: Erbachme dich extrait de la passion selon Saint
Matthieu

Madeleine 3: Pink Floyd The Wall: another Brick in the Wall part 2 (4:00)

Musique classique :

Beethoven: Scherzo du Quatuor à cordes n°7 en fa majeur « Razumovsky »
Prokoviev: Symphonie Concertante pour violoncelle et orchestre. 2ème mvt
(début) version Rostropovitch/Sargent
Greif: Durch Adams Fall finale par H. Demarquette.
Monteverdi: Lamento della Ninfa (4:00) Natalie Dessay, Emmanuelle Haïm
Bach: Prélude de la suite n°1 pour violoncelle seul par Pablo Casals
Chopin: Berceuse par Alfred Cortot

Mélodie d’amour 1: Finale du double concerto de Brahms (extrait): version
Heifetz-Feuermann

Mélodie d’amour 2: Andante du quatuor avec piano de Schumann. (Rubinstein
et Guarneri quartett)

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 6 commentaires pour cet article :

1 Dominique, le 24 février 2011 à 12:58 :

Superbe chemise ! Entre les moments de gravité et ceux plus envolés sur l’aspect “génial et jubilatoire” de certaines oeuvres, l’émission était encore une fois au plus haut niveau… Je souhaite aux deux fils d’Henri Demarquette le même talent que leur adorable artiste de père!

2 c. Holdrinet, le 24 février 2011 à 14:10 :

OUI, émission que l’on aurait encore une fois voulu pouvoir prolonger des heures durant.

3 Livadiotti Roberto, le 25 février 2011 à 11:09 :

Encore un invité intéressant par sa culture musicale et ses choix de morceaux,mais je ne l’ai jamais encore entendu en enregistrement,ni en concert.

4 tenenbaum, le 02 mars 2011 à 23:41 :

Bravo tant pour l éclectisme,pour ne pas dire,diversite. Espère pouvoir entendre une œuvre de jean Cras ,bientôt. Hugues Tenenbaum conseiller municipal,à la ..culture….à Versailles.! Amitiés

5 tenenbaum, le 02 mars 2011 à 23:44 :

Sonia…. chapeau….j ai gardé de ns une photo chez Tansman ….Affectueusement. Hugues..quand ou pourquoi ? Hugues

6 Erica Roche, le 07 mars 2011 à 13:14 :

Décidément, ce jeune homme est non seulement talentueux mais charmant. Une très belle émission


Donnez votre avis !






ombre