Accueil  >  Jean-François Dichamp, un coeur pur
Flux RSS

Jean-François Dichamp, un coeur pur

Le 17 février 2011 à 11:05 par Olivier Bellamy

jerome_dichamp_small.jpg

J’avais beaucoup aimé les deux premiers disques de Jean-François Dichamp, parus il y a quelques années, qui révélaient une nature sensible et un musicien accompli. Et puis, il a disparu de la circulation. Une tournée en Amérique du sud, la découverte du Chili, la photographie, un malencontreux accident au bras droit… Ce garçon singulier n’a pas un itinéraire banal, il est resté à l’écart de la médiatisation et du système. C’est Brigitte Bardot qui m’a suggéré de l’inviter dans l’émission. “Vous allez voir, c’est une belle âme”, m’a-t-elle dit. Je l’ai découvert en même temps que la plupart des auditeurs de Radio Classique : fin, écorché vif, intègre, esthète. Un coeur pur. Il était impressionné de s’exprimer en direct à la radio pendant un temps aussi long. On a eu le temps de le découvrir, de le connaître, de le comprendre. La chaleur émue des messages, qui sont parvenus dans le studio via Internet, nous a confirmé qu’il s’agissait d’une belle rencontre pour nombre d’entre vous.
Voici son programme :

Madeleines musicales :

- Concerto n.1 en mi mineur, Chopin, par Rubinstein (thème au piano du 1er
mvt)

- Ouverture de “La Belle au bois dormant” Tchaikovsky (le tout début)

- Concerto n.23 K.488 Mozart, par Clara Haskil, Adagio

Programme :

- BACH : concerto Brandebourgeois n.6, 1er mvt par Karajan

- BACH : prélude en do dièse mineur extait du “Clavier bien tempéré” 1er
livre, par Hélène Grimaud

- MOZART : concerto pour piano n.22 K.482, 1er mvt, (début et entrée du
piano) par Annie Fischer, dir. Otto Klemperer, version live (Amsterdam
1956)

- BRUCKNER : Symphonie n.8 en do mineur, Adagio (début) dir. Eugen Jochum

Mélodies d’amour :

- STRAUSS : “Morgen” op.27 n.4, lied pour soprano et orchestre, par
Elisabeth Schwarzkopf, dir George Szell

- WAGNER : Wesendonck Lieder n.1, “Der Engel”, par Kirsten Flagstad
accompagnée au piano par Gerald Moore

- Georges DELERUE : musique de la scène finale du film “La Femme d’à côté”

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 11 commentaires pour cet article :

1 Dominique, le 17 février 2011 à 12:42 :

Les pianistes se suivent à Passion Classique mais ne ressemblent jamais, pour notre plus grand plaisir… Les prodigieux compositeurs qu’ils interprètent au piano et qu’ils nous présentent avec tant de ferveur et d’intégrité sont un peu le reflet de leur personnalité, et nous ne pouvons que les aimer… Merci Monsieur Bellamy de votre découverte et de l’hommage écrit si sensible que vous rendez aujourd’hui à Jean-François Dichamp.

2 Françoise (40), le 17 février 2011 à 13:14 :

Beaucoup aimé.

3 Itié, le 17 février 2011 à 14:17 :

Un grand moment de délices musicaux et une belle rencontre .
Merci Brigitte et Olivier !

4 monique orset, le 18 février 2011 à 14:07 :

le 18 février,quel bonheur de redécouvrir Jean-François Dichamp,lumineux,sensible,attachant,merci pour ce moment musical si précieux cette rencontre si émouvante. nous espérons le revoir sur les scènes françaises.Merci brigitte et olivier.

5 croizet, le 18 février 2011 à 17:03 :

merci Olivier Bellamy, d’avoir invité un être aussi rare,je n’ai pas tout entendu mais ce fut un moment d’exception celà fait plaisir en nos temps si troubles d’entendre un “coeur pur”, merci madame Bardot de l’avoir “envoyé”; cordialement;jacqueline

6 marie-alsace, le 18 février 2011 à 19:10 :

C’est vrai qu’il a petit air de Tintin au Tibet, même s’il préfère la Patagonie…où il y a aussi des neiges éternelles.

7 casteret, le 20 février 2011 à 21:57 :

bravos!
l’idée est bonne : permettre la découverte d’artistes aux horizons divers
la méthode est agréable : se faire et laisser déoouvrir à travers l’univers musical
les talents sont au rendez-vous : je veux rendre par la présente hommage à la délicatesse, la justesse , la pertinence, le sens de l’apropos de M. Bellamy dans ce rôle qui permet à l’autre de se dévoiler.
Pour moi qui adore découvrir l’univers d’autrui cette émission m’est un régal
et me permet qui plus est de découvrir et de nouveaux artistes et de nouvelles oeuvres
Les commentaires écrits ensuite par M. Bellamy me scotchent aussi toujours par leur pertinence et il confirme ainsi cet art capital : restituer en les soulignant discrètement les beautés intérieures des personnes invitées, je crois que c’est cela le plus magique!
alors …en véritable gourmande de la vie, j’ai juste envie de souhaiter que cela dure encore et encore !MERCIS de Geneviève(64)

8 LEENAERT Nanou, le 21 février 2011 à 20:42 :

Jean François Dichamp est le seul invité de Radio Classique qui ait pris la peine de répondre au message transmis durant son émission. Qu’il soit très chaleureusement remercié de ce geste élégant aussi gentil que délicat. Il lui correspond bien et va droit au coeur d’une admiratrice de son talent et de sa personnalité !

9 Dominique, le 23 février 2011 à 23:06 :

Je viens ajouter au témoignage précédent, ma reconnaissance et ma profonde émotion d’avoir reçu le chaleureux remerciement de Jean-François Dichamp.
Nous sommes des passionné(e)s de mots et de Musique, qui réagissons en direct aux partages de personnalités si belles et authentiques souvent, dans Passion Classique, ou bien de façon plus personnelle …. Et les réponses pleines d’attention [que l’on aime tant recevoir dans nos boîtes e-mail…] à nos “déballages” de mots débordant d’affects, ont une valeur inestimable au regard de notre seule capacité d’auditeurs ou d’auditrices fidèles en constante admiration !

10 Var-du +i, le 24 février 2011 à 20:47 :

Mais OUI Jean-François Dichamp est absolument génial !!! Un être et musicien d’une très très rare sensibilité, d’une gentillesse, un coeur pur, comme vous dites !!! Il est aussi un fabuleux pédagogue ! J’ai eu la chance d’être son élève pendant un an Il y a très longtemps, je lui resterai reconnaissante toute ma vie !!!! Merci Olivier !!!

11 mary, le 25 février 2011 à 14:16 :

En Australie nous etions enchantes d’ecouter cette emission


Donnez votre avis !






ombre