Accueil  >  Alexandre Tharaud, dis quand reviendras-tu ?
Flux RSS

Alexandre Tharaud, dis quand reviendras-tu ?

Le 30 janvier 2011 à 18:45 par Olivier Bellamy

alexandretharaud-003_small.jpg

Juste avant le début de l’émission, je souffrais d’un point douloureux à l’épaule gauche, et Alexandre Tharaud s’est très gentiment proposé de me faire un petit massage. En quelques minutes, il a fait des miracles avec douceur et précision. Malheureusement, cela m’a rendu quelque peu amorphe, comme si j’avais pris un béta-bloquant. Je me suis senti moins concentré que d’habitude et trop confiant.
Heureusement, Alexandre a été parfait. Il a juste paru légèrement agacé lorsque je l’ai lancé, peut-être de manière trop insistante et intrusive, sur ses fameux TOC. Mais il a su lever un coin du voile sur les mauvais rêves des pianistes. Le public n’imagine pas tout ce que les artistes endurent. Il n’y a pas que le trac, il y a aussi ces angoisses, ces cauchemars récurrents, ces phobies qui empoisonnent leur vie. Glenn Gould se lavait les mains cent fois par jour. Nicholas Angelich a la phobie du verre brisé. Nelson Freire ne supportait pas, enfant, qu’on le touche. Piotr Anderszewski est resté des semaines à regarder son plafond. Vladimir Horowitz a subi des séances d’électrochocs. Martha Argerich ne peut pas dormir la nuit. Et Alexandre Tharaud rêve d’animaux. Si “ces grands fous qui nous gouvernent” ont souvent produit le pire, ces grands fous qui nous enchantent ont bien du mérite.
Voici son programme :

Trois madeleines:
- une pièce de Chopin par tamas vasary
- Messager “poussez l’escarpolette” extrait de Véronique (Yvonne Printemps)
- Ray Ventura « Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux »

1/ Mozart : Concerto n° 19 – 1er mvt par Clara Haskil
2/ Szymanowsky Prélude, Frederic Vaysse-Knitter (nouveauté Intégral)
3/ Scarlatti une sonate au choix par Pierre Hantai (mirare)
5/ schumann 4e étude pour piano pédalier par piotr anderszewski (virgin)
6/ Bach une suite au choix par J.G. Queyras (HM)
7/ Scarlatti une sonate au choix par Guilels (BBC)
Ce qui représente l’amour: Babara “Pierre”

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 10 commentaires pour cet article :

1 Eliane, le 30 janvier 2011 à 20:31 :

Je ne peux résister………, je possède toute sa discographie : Alexandre Tharaud, “cet infidèle qui change de piano tous les jours” , qui a joué Jean-Sébastien Bach au milieu des chevaux de Bartabas, qui a accompagné la chanteuse Juliette, qui s’est pris de passion pour le répertoire d’Erik Satie ce génial mystificateur qui aime à s’amuser de tout, Alexandre Tharaud qui peut passer sans transition de Ravel à Debussy, de Ravel à Couperin ou de Chabrier à Chopin, qui voue une passion à Barbara……….Alexandre T qui m’ a complètement fascinée avec son disque miraculeux de Rameau. En concert, ce pianiste, au physique fin nous invite à pénétrer dans son monde à lui, c’est le piano de l’intime, le public, son public est très présent, proche jusque dans les sons et les couleurs qui sortent des notes, j’ai été très émue en l’écoutant parler avec tant de simplicité et de vérité, très émue en l’écoutant jouer Scarlatti car son jeu, sous ses doigts de magicien lui ressemble: simple, sobre et sensuel, on l’écoute comme sur un nuage, on se laisse emporter dans ses rêves, dans ses fragilités …………”.Passeur d’envie, passeur de désir” il aime cette définition le concernant, il est vrai elle s’applique à merveille à ce musicien curieux, talentueux, indépendant et discret. Soirée chaleureuse…………….ponctuée d’anecdotes, de confidences, d’éloges : Clara Haskil………je connais sa tombe au cimetière du Montparnasse, je fais partie des fidèles qui la visitent en partageant un moment calme et serein et en l’écoutant jouer et illuminer mon univers intérieur.
J’appartiens aux deux publics d’AT : celui du concert, celui du disque, son intégrale de l’oeuvre pour piano de Ravel est un ravissement, un Ravel tendre, coloré…..et pourtant, je n’irai jamais l’approcher à une dédicace APRES concert, je ne peux pas, je respecte trop l’artiste et la foule qui attend me dérange, il faudrait que je le rencontre par hasard, comme ce fut le cas récemment avec Brigitte Engerer aux Halles de Rennes, ( le lendemain de son interprétation du concerto de Tchaikovsky) elle cherchait des pommes …..ou Vincent Coq dans le bourg de La Roque en plein après midi, et….. le Maestro, seul derrière sa table à l’heure où je suis venue, ce sont de courts moments d’échanges magiques et inoubliables ( pour moi seule bien sûr) car privilégiés.
WE prochain : folle journée, j’y serai…..

2 c. Holdrinet, le 30 janvier 2011 à 22:37 :

Eliane, j’ai bien fait de penser fort à vous, pendant l’émission. Je savais que vous seriez là vibrante et émue.
Et cela nous vaut ce bel article.
J’ai beaucoup aimé aussi sa manière cristalline de jouer Scarlati.
Et aussi sa simplicité, ses fragilités dites avec tant de pudeur et de sincèrité.
Une très belle émission.

3 c. Holdrinet, le 30 janvier 2011 à 22:38 :

“SCARLATTI “

4 Brunel, le 31 janvier 2011 à 12:47 :

Mr Olivier Bellamy,

Hier soir j’ai pu écouter Gustavo Dudamel diriger le Los Angeles, ils sont encore ces deux jours sur Paris. Pitié j’espère qu’il vient dans votre émission. Certainement l’un des plus grands du siècle qui vient!
C’est comme José Antonio Abreu, ce serait inviter un visionnaire!
Musicalement vôtre,
Lisa

5 marie-france, le 31 janvier 2011 à 14:00 :

ne mettez pas autant de chansons modernes on les entend autant qu’on le souhaite sur cert
aines radios. Radio Classique doit rester
classique. Merci

6 Erica Roche, le 31 janvier 2011 à 15:14 :

Eliane - bon retour après cette absence heureusement provisoire! Comment parler de l’émission après ce très beau et virevoltant commentaire? Je voulais juste dire que j’ai beaucoup aimé l’émission, et le programme musical, comme je l’ai déjà dit ailleurs. Je suis loin de posséder toute la ,discographie d’A.T. mais j’en ai au moins 3 - c’est toujours un plaisir de l’entendre jouer et parler aussi. Je comprends fort bien le besoin qu’il a éprouvé de faire une petite pause dans sa carrière et de retrouver les plaisirs du quotidien, comme aller chercher son pain. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’aller chez le dentiste c’est un plaisir, mais lorsqu’on a un l’emploi du temps comme le sien, des choses comme ça doivent être extraordinairement compliquées à gérer. Pour faire écho à Lisa Brunel, j’aimerais également entendre Gustavo Dudamel ou Jose Antonio Abreu dans l’émission.

7 Elise F., le 31 janvier 2011 à 15:18 :

Chère Eliane, en écoutant P.C. avec A.Tharaud, j’ai pensé à vous !
Voudrez-vous nous faire partager vos impressions après la folle journée de Nantes comme vous l’aviez fait, si agréablement, l’été dernier à la Roque d’Anthéron ?
Très amicalement

8 Noushin, le 01 février 2011 à 05:14 :

L’émission avec Alexandre Tharaut a été exceptionnellement tendre, originale, sincère et belle et comment pourrait elle été différente avec une belle âme accueillir une autre.

9 Samuel Rosenfeld, le 01 février 2011 à 19:29 :

Se faire masser par le génial et adoré et vénéré Alexandre Tharaud! C’est du dernier chic! Une emission que Samuel Rosenfeld n’a pas encore pu écouter, mais Il va y remédier, Alexandre Tharaud étant son pianiste vivant préféré!

10 Marie-France, le 02 février 2011 à 17:48 :

marie-france, une autre Marie-France voudrait savoir quand vous avez entendu des chansons modernes sur Radio Classique. Si c’est au cours de Passion Classique, cela peut être le choix d’un invité et c’est son choix, il a le droit d’aimer la chanson à condition, bien entendu, qu’il choisisse aussi du “classique” car, s’il ne choisit que des chansons, il n’a pas à être là car l’émission s’appelle Passion “Classique” et non passion “chanson”. Si Radio Classique passe, de temps en temps, de belles chansons comme celles de Barbara, Brassens, trenet, cela n’est pas désagréable, à condition que cela ne devienne pas une habitude car cela n’est pas son but.


Donnez votre avis !






ombre