Accueil  >  Katherine Pancol en harmonie
Flux RSS

Katherine Pancol en harmonie

Le 28 janvier 2011 à 15:58 par Olivier Bellamy

katherine-pancol_small.jpg

Certes, ce n’est pas parce que Katherine Pancol vend des millions d’exemplaires de ses livres, dans le monde entier, qu’elle est le plus grand écrivain de sa génération. Certes, on aimerait que d’obscurs poètes rencontrent le succès qu’ils méritent, comme on eut aimé que Van Gogh vendît ses toiles. Certes Passion Classique peut donner l’impression de courir à l’audience et au succès facile en invitant l’auteur des Ecureuils de Central Park sont tristes le lundi.
D’abord, le succès et la large audience ne sont pas “faciles”. Rien n’est acquis d’avance, tout se construit. Et l’on peut tout perdre en un jour ce qu’on a mis vingt ans à bâtir. Si les livres de Katherine Pancol se vendent comme des petits pains, c’est qu’ils sont bien faits. Il ne viendrait à l’idée de personne de comparer la série Friends au Voleur de bicyclette de Vittorio de Sica. Mais, dès qu’il s’agit de livres, la critique se déchaîne. Or, n’oublions jamais que c’est grâce à des succès littéraires français que nos maisons d’édition se maintiennent à flot, face à la concurrence étrangère, et peuvent, dans le même temps, publier des ouvrages plus difficiles ou plus confidentiels.
Katherine Pancol est une femme talentueuse, travailleuse, sensible et d’un commerce on ne peut plus agréable. Elle est aussi très cultivée. Ancien professeur de français et de latin, elle parle des grands auteurs avec justesse et intelligence. Et elle est assez fine pour reconnaître qu’après un sublime mouvement de Schubert, il n’y a rien à dire.
Pour le reste, elle est toujours passionnante et sincère.
Alors que tant de nos grandes plumes nationales se sont tues à l’annonce du retrait de Céline des commémorations nationales, Katherine Pancol a eu le courage, au risque d’être traitée d’antisémite par ceux qui confondent l’oeuvre et l’homme, de défendre le plus grand écrivain de la première moitié du XXe siècle avec Marcel Proust.
Céline a écrit des textes abjects, insupportables, odieux, dégueulasses sur les juifs. Mais s’il avait posé un pied dans les camps de la mort, ce médecin des pauvres, qui n’a jamais dénoncé sa voisine de palier à la Gestapo, aurait pris conscience de l’horreur de ses propos et de leur conséquence, non sur les faits, car Hitler n’a jamais eu besoin de Céline pour tuer six millions de juifs, mais sur les coeurs et sur les âmes de ses concitoyens. Il a été jugé pour ses actes après la Libération et il a fini ses jours, chez lui, à Meudon. Faut-il aujourd’hui le mettre à l’index, sous la pression évidemment compréhensible de ses détracteurs, qui ont des raisons profondes d’agir ainsi, ou célébrer l’un de nos grands génies littéraires, et en profiter pour faire toute la lumière sur les errements criminels d’un homme en proie à la paranoïa et emporté par la folie aveugle de son époque ? La question est posée. A chacun, sans excès et sans haine, d’y répondre en son âme et conscience. Pour ma part, il me semble que toutes ces interdictions font beaucoup plus le lit de l’antisémitisme, et bien plus sournoisement, qu’un débat éclairé, serein et juste. La correspondance de Chopin est remplie de phrases antisémites. Fallait-il, à ce titre, ne pas commémorer l’anniversaire de sa naissance ? Et que dire de Wagner ! Si l’on veut épurer l’art et la culture, autant ne plus rien célébrer du tout, et vivre dans l’obscurité. Les nazis et les soviétiques ont interdit ce qui était contraire à leurs valeurs. Faut-il imiter, au nom de la pureté de nos convictions humanistes, ce qu’ils ont fait au nom de la prétendue pureté de leur “race” ?
Voici le programme de Katherine Pancol :
Les petites madeleines :
-”Les amoureux des bancs publics” de Georges Brassens. Mon papa adorait George Brassens et j’ai grandi en écoutant ses chansons et surtout celle-là !
- “À quoi ça sert l’amour ?” d’Edith Piaf. Et maman c’était Piaf !
- “Hymne à la joie”, Beethoven.
Mon premier morceau de musique classique. J’étais toute petite. Les parents l’écoutaient dans le salon et moi, de mon lit. Il me faisait passer par toutes les émotions : le plaisir, le délice, la peur, la terreur, l’amour, la passion, l’emportement, je m’envolais et j’étais pétrifiée à la fois ! Je me racontais des histoires et des histoires sur cette musique, cela a été mon premier canevas…
- “Le gai laboureur”, Schumann, mon premier “vrai” morceau joué au piano ! On avait un piano Gaveau droit à la maison et je prenais des leçons une fois par semaine !

Morceaux de musique classique :
- La valse brillante, Chopin (piano : Aldo Cicolinni)
- Symphonie L’horloge n° 101 – 2e mvt de Haydn
- Reynaldo Hahn / Mélodie à Chloris. Opus Théophile de Viaux. Chanteuse Susan Graham
- - Galuppi Baldassare sonate pour piano n°5 1er mvt. Piano : Aleksandar Serdar .
- Violoniste : Bronislav Huberman dans le mvt lent du concerto n°3 pour violon et orchestre de Mozart.
- Concerto Marcello/JS Bach pour hautbois adagio arrangement piano.
- Schubert sonate pour piano en la majeur D959 andantino 2eme mouvement. JC Pennetier
Mélodies d’amour :

- La passion selon Saint Matthieu. Je me suis mariée à Bridgehampton sur cette musique ! Au bord de la mer, deux témoins, un juge qui s’appelait Charrette et qui descendait d’un Charette français et Bach !
- “Ô ma Dordogne” du feuilleton “Rivière Espérance” de Bruno Coulais ! Clin d’œil à mes enfants ! On regardait le feuilleton quand ils étaient tout petits, enroulés tous les trois dans une couette, le cœur battant !
- “La Traviata”, Prélude Acte I j’ai endormi les enfants pendant des années avec cet opéra. Si je ne le mettais pas, ils refusaient de dormir ! Le début est magique !
Et enfin et surtout : la valse du bal du Guépard de Visconti, la musique de Nino Rota (valsa brillante), celle où Burt Lancaster valse avec Claudia Cardinale. Je veux être enterrée sur cette musique et que tout le monde danse dans le cimetière !

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 29 commentaires pour cet article :

1 Elise F., le 28 janvier 2011 à 16:40 :

“ça va mieux en le disant”.Bien dit Olivier et bravo!Encore une émission très agréable et choix musicaux très plaisants.
Où êtes-vous Françoise,Erica et les autres ami(e)s? Roberto(Livadiotti)plus d’accès à votre site?
Très amicalement à tous.

2 Livadiotti Roberto, le 28 janvier 2011 à 17:12 :

Oui,Elise,je suis ennuyé depuis mercredi de ne plus avoir accès à mon site,mais j’attends,comme je l’ai dit à Françoise,le retour ce soir,de mon fils Christian qui est mon “admin” car c’est lui qui m’a mis en place ce site sur “free”.Pt être est-ce parce que nous sommes abonnés à “live” que ceci est arrivé.Soit il me le rétablira lui-même,soit je le ferai transférer sur “live”.A propos de l’émission avec K.Pancol,je l’ai trouvée intéressante,même pour ses choix musicaux.Je ne l’ai pas lue,ma femme l’a fait et l’a beaucoup aimée.

3 Giedelmann, le 28 janvier 2011 à 19:01 :

j’ai bien aime cette dame mais je ne comprend pas pourquoi autant de personnes ont peur en ecoutant du beethoveen. C’est vrai que cest assez brutal par moment mais je pense qu’il n’y a pas de quoi en avoir peur. Un peu de courage les amis ce n’est que de la musique, pour moi, c’est de loin mon compositeur preferee, je ne me lasse pas de l’ecouter…

4 Françoise (40), le 28 janvier 2011 à 19:27 :

Chère Elise, je suis là … et un peu lasse ! Mais ça va quand même ; il le faut bien. Merci pour votre amitié. J’ai bien aimé cette émission. A bientôt.

5 marie blanc, le 28 janvier 2011 à 20:18 :

je n’écris que pour olivier sur ce site car je ne suis pas assez régulière ds mes visites pour créer un lien ,me semble t-il!donc olivier cette semaine fut enchanteresque tout du long, par la qualité humaine des invités et par leurs choix musicaux. terminer la seaine avec alexandre tharaud est un délice, je l’ai entendu, hier matin sur france musique,je l’ai vu l’an dernier ds ma petite ville et là, il évoque xiao mei, cette grande pianiste:un concert au chatelet,en 2000, ils avaient joué la fantaisie de schubert et cela reste un souvenir émouvant. radio classique m’accompagne ds mes jounées de vacances, durant les soirs, cela relie à un monde plus doux que celui dont on nous parle sur les autres ondes et aide à vivre. Merci Olivier!

6 Erica Roche, le 28 janvier 2011 à 20:22 :

Coucou Elise - je suis là mais je n’ai pas écrit car je n’ai pas pu écouter les émissions. Je reviens dés que possible. Françoise - je pense énormément à vous et je me doute à quel point ça doit être pénible. Tenez bon!Je vous embrasse.

7 Elise F., le 28 janvier 2011 à 20:31 :

Chère Françoise : pour être positive, plus qu’une semaine à tenir et à supporter ! Je vous embrasse très affectueusement ainsi qu’Erica.

8 Marie-France, le 28 janvier 2011 à 20:38 :

Quelle délicieuse émission avec Katherine Pancol, une femme sensible, moderne et pleine de vie. J’ai beaucoup aimé ses choix musicaux et notamment “la mise au tombeau” de la Passion selon Saint Matthieu qu’elle a choisie dans ses mélodies d’amour. Encore une fois, Olivier a été à la hauteur et toujours complice avec ses invités.

9 c. Holdrinet, le 28 janvier 2011 à 21:14 :

Chère Françoise, Je suis surprise de lire Erica et Elise; J’ignorais que vous aviez des soucis de santé probablement. Il est vrai que je me suis dit ces jours-ci que vous étiez moins présente sur le blog.
Je vous souhaite de retrouver une meilleure santé le plus vite possible, souhaits accompagnés des mes pensées amicales.
Claudette.

10 Martine, le 28 janvier 2011 à 22:02 :

Le hasard est quelquefois surprenant ! jeudi soir dans le métro il y avait en face de moi une jeune femme plongée dans un livre de Katherine Pancol. Arrivée à ma voiture, qui j’entends chez Olivier ? Katherine Pancol ! je n’ai pu entendre que les dernières minutes de l’émission, mais je vais l’écouter en entier car à en juger par le ton joyeux et charmé d’Olivier, la conversation m’a semblé bien agréable ! j’avais bien aimé les crocodiles , déjà beaucoup moins les tortues, je n’ai pas tenté les écureuils… mais peu importe le type de littérature, l’important c’est la personne n’est-ce pas ? Amicales pensées à Françoise…

11 Dominique, le 28 janvier 2011 à 22:34 :

Simplicité, spontanéité, sincérité, sensibilité en tous domaines avec Katherine Pancol… et quels domaines, votre message en témoigne M.Bellamy !
La nature humaine est bien complexe et dévoile parfois des aspects peu “reluisants”, au-delà de l’art et du génie humains, qu’ils soient littéraires, musicaux ou autres… Mais l’important n’est-il pas d’essayer de donner et de faire partager le meilleur de chacun ? C’est en tout cas ce que vous nous apportez lors de vos émissions. Encore et toujours merci, M. Bellamy !

12 Nelly, le 28 janvier 2011 à 22:53 :

Oui oui je suis là aussi et je ne prends pas toujours le temps de répondre. Tout de même je devrais car je prends beaucoup de plaisir à suivre les Passions Classiques la plupart du temps et ce soir Katherine Pancol ça n’était pas triste du tout. Je n’ai lu que Les yeux jaunes des crocodiles mais demain en faisant les courses je vais chercher les Tortues et je vous dirai Martine si cela m’a plu. Et puis l’histoire de son mariage m’a amusée et entendre à nouveau O ma dordogne (oubliée) m’a rappelée La rivière espérance: un très bon souvenir télé.
Françoise nous sommes tous avec vous et vous serez la plus forte et je vous embrasse. Amicales pensées à vous tous. Nelly

13 c. Holdrinet, le 28 janvier 2011 à 23:16 :

Comme vous Martine, j’ai aimé les crocodiles, me suis lassée à la lecture des tortues.
J’ai trouvé K.Pancol fort agréable à écouter, et interessante. C’est l’essentiel
effectivement.
Bon week-end à tous.

14 Françoise (40), le 28 janvier 2011 à 23:31 :

Erica, Elise, Claudette, Martine, Nelly … je vous remercie infiniment. Votre gentillesse me touche profondément. Je suis une battante, mais là, j’avoue que j’ai un peu de mal. Dans dix jours, cela ira mieux. Merci encore. Je vous embrasse très fort.
Excellent WE à tous.
Françoise

15 DIDOT Isabelle, le 28 janvier 2011 à 23:40 :

Quel plaisir d’écouter Kathrin Pancol !Elle a beaucoup d’humour et c’est très intéressant de l’entendre parler de ses personnages en “off”, on apprend beaucoup de choses sur la façon dont elle travaille.
Toujours de super invité(e)s Olivier, continuez !!! Et très bonne année à vous ainsi qu’à toute l’équipe de Radio Classique.

16 marie-alsace, le 29 janvier 2011 à 00:34 :

Bravo à K.PANCOL pour avoir osé exprimer son opinion sur Celine.Tout à fait d’accord avec vous Mr Bellamy les commémorations de poetes, écrivains, peintres ou compositeurs aux idées subversives et nocives visent leur Oeuvre et non leur personnalité et encore moins leurs idées. Il me parait plus éducatif d’en débattre que de cacher. Très agréable programme musical de K.Pancol. Bon courage à Françoise.

17 Anne C., le 29 janvier 2011 à 15:03 :

Bravo et merci M. Bellamy pour ce billet qui dit tout!
Merci K. Pankol de votre courage en ces périodes de ‘verbalement correct”!
@ Françoise: mes pensées vous accompagnent pour cette épreuve que vous traversez. gardez courage:les pensées positives de tous vous y aident!

18 Françoise (40), le 29 janvier 2011 à 23:51 :

Merci Marie-Alsace. Merci Anne C. Vous avez raison, vos pensées positives m’ont été bénéfiques. Aujourd’hui, je me suis sentie, en effet, bien mieux.
Nous sommes allés à la recherche d’un livre de K. Pancrol. Je suis tombée sur trois titres dont les résumés ne m’ont pas plu. Un petit conseil peut-être ?
Je vous souhaite à tous un excellent dimanche.
Très amicalement
Françoise

19 c. Holdrinet, le 30 janvier 2011 à 00:13 :

Chère Françoise,

Dans les moments difficiles il faut choisir des ouvrages qui se lisent facilement.
Personnellement, j’ai aimé ” ensemble, c’est tout” de Anna Gavalda.
“Je l’aimais” du même auteur. Tous deux parus en poche.

” Un brillant avenir” de Catherine Cusset,
chez Gallimard. Attachant et prenant.

Je réfléchis encore Françoise.

Bon dimanche et reposez-vous bien.

Claudette.

20 Anne C., le 30 janvier 2011 à 02:41 :

Si vous aimez les policiers, tous les livres de Fred Vargas sont des petits trésors!

21 Erica Roche, le 30 janvier 2011 à 10:47 :

Malheureusement pour moi, j’ai un problème de larmoiement chronique ce qui ne pose aucun problème pour la santé mais qui me gène énormément dans ma vie de tous les jours et qui m’empèche de lire - donc je n’ai rien lu de K. Pancol, ce qui ne m’a absolument pas empeché d’aimer son émission et de rire de ses anecdotes, notamment sur son fils petit.Je fais des entorses parfois à ma non-lecture - j’ai évidemment lu le beau livre d’Olivier et puis j’adore Fred Vargas, et ça fait très longtemps qu’elle n’a pas publié un roman. Je me souviens que vous l’aviez invitée il y a fort longtemps, cher Olivier,(peut-être dans “Musique des Stars”?) et j’aimerais beaucoup que vous l’invitiez de nouveau….

22 Françoise (40), le 30 janvier 2011 à 14:13 :

Chère Claudette, chère Anne C. Merci pour vos conseils. Bon dimanche à tous. Je vous embrasse.

23 Françoise (40), le 30 janvier 2011 à 21:25 :

Bonne fête chère Martine. Avec deux gros bisous.
Françoise

24 Martine, le 30 janvier 2011 à 21:48 :

Oh merci Françoise ! c’est très gentil à vous… :-)

25 Livadiotti Roberto, le 30 janvier 2011 à 23:38 :

J’informe toutes les amies que mon site qui avait été suspendu à cause de la surabondance de messages de pubs est de nouveau reparu à l’adresse “rlivadiotti.free.fr” grâce à mon “admin”,mais hélas,les messages semblent avoir disparu. Bonne soirée à toutes et à tous.

26 marie-alsace, le 31 janvier 2011 à 00:08 :

Françoise, je ne connais pas vos gouts littéraires, mais si vous ne voulez pas vous prendre la tête, je me permets de vous conseiller le finlandais, Arto Paasilinna. A mon sens, ses 2 meilleurs bouquins sont “le lievre de Vatanen” son premier roman (je crois) et “petits suicides entre amis” qui comme le titre ne l’indique pas, est très burlesque. C’est facile à lire, un tantinet décalé.

27 Patrick Delaunay, le 31 janvier 2011 à 21:02 :

Merci à Katherine et Olivier pour être intervenu en faveur de l’un des plus grands écrivains français du XXe siècle, Louis-Ferdinand Céline, le plus traduit et lu à l’étranger, l’un des écrivains les plus importants de tous les temps, l’héritier de Rabelais, arrière-petit-fils de François Villon, zélateur de Zola. On ne commémore, peut-être, que les morts, et lui est bien vivant. Il hante encore, il dérange, il inquiète, cela pour des livres introuvables, non réédités. Céline, bombe à retardement ? Quant à ses romans, ils circulent, comme du sang dans le tissu de la littérature qui ne meurt pas. Notre ministre de la culture, Frédéric Mitterrand, avait hardiment soutenu Roman Polanski (grand réalisateur), il a finalement laissé tomber Céline l’artiste, le réprouvé, le disqualifié (disent-ils, les auteurs mineurs, dans l’espoir de se grandir ?) Pourtant, lui aussi, il avait connu l’exil, mieux, ou pire, la prison, un an et demi au Danemark, la misère, tout cela l’ayant démoli, au physique — déjà blessé, rescapé de la Première Guerre Mondiale.

28 Dominique, le 03 février 2011 à 18:21 :

Pour ajouter aux propos d’Olivier, je citerai Bertrand Lemennicier, Professeur agrégé de Droit et Sciences économiques, qui a écrit:
“La beauté d’un texte et la vérité d’une théorie ne dépendent pas des opinions politiques de leurs auteurs mais de leur beauté ou cohérences propres.”
Et puis la citation de Baudelaire qu’Olivier connaît bien !
“Le génie n’est que l’enfance renouvelée à volonté.”

29 MARIANNE, le 07 février 2011 à 16:59 :

Bonjour, j’ai raté l’émission avec Katherine et je l’ai bien regretté. J’adore cette fille et encore plus ses livres, que j’ai découverts tardivement. L’écriture de K. Pancol n’a rien à voir avec celle du scénario de “Friends”. Ce sont des tranches de vie, qui parlent à chacun d’entre nous et qui mettent en scène des personnages attachants. J’ai adoré les “Crocodiles”, les “Tortues” et je n’ai pas encore lu les “Ecureuils”. Entre-temps, j’ai dévoré tout ce qu’elle avait écrit depuis “La Barbare”. Elle est brillante, spirituelle et sympathique, accessible à son public, auquel elle répond volontiers quand il lui écrit via son site web. Merci Katherine. Et merci à Olivier, sa voix charmante, son tact et sa grande culture.


Donnez votre avis !






ombre