Accueil  >  Patricia de Gorostarzu, la photo hors des clichés
Flux RSS

Patricia de Gorostarzu, la photo hors des clichés

Le 18 janvier 2011 à 10:47 par Olivier Bellamy

patricia-de-gorstarzu-3_small.jpg

Son père lui a acheté son premier appareil photographique à douze ans. Plus tard, ce sera son mari (devenu aujourd’hui son meilleur ami) qui la convaincra de se consacrer entièrement à la photographie. Patricia de Gorostarzu a eu de la chance. Elle n’a eu à se battre uniquement contre elle-même, ce qui est finalement la plus rude partie à mener : contre ses peurs, ses inhibitions. Après la lecture des Raisins de la Colère de Steinbeck, elle a pris ses clics et ses clacs pour rejoindre la route 66 qui traverse les cliques et les cloaques des Etats-Unis d’est en ouest et vivre au gré ses clic-clac. Aujourd’hui, elle expose dans des galeries prestigieuses et publie des livres encensés par la critique.
Ses photos saisissent la beauté mélancolique et secrète de paysages marqués par la présence de l’homme en pointillés.
Elle était faite pour la musique de Schubert qui transperce son âme aventureuse et lui fait monter les larmes aux yeux sans qu’elle cherche à s’en expliquer les raisons. Peut-être que seul le “Wanderer” viennois a compris le sens de ses voyages au bout de la nuit, qu’il la réchauffe mieux que quiconque et partage sa solitude sans la troubler.
Voici son programme :

3 “madeleines” qui te rappellent des souvenirs d’enfance (classique ou
non).

Nana Mouskouri in New York Quincy Jones
MOZART don Giovanni « La ci darem la mano »
Dinah Washington :What a difference a day makes

5 à 6 musiques de musique classique qui constitueront la majorité de la
programmation.

MOZART sonata for 2 hands in Dmajor – MOUVEMENT LENT
SCHUBERT fantasia for piano and 4 hands in F monor
PAR : Murray Perahia et Radu Lupu (sony)

QUATRE DENIERS LIEDER DE RICHARD STRAUSS
PAR : Elisabeth SCHWARZKOPT (EMI)

FRANZ SCHUBERT
La jeune fille et la mort
PAR : Alban Berg Quartett

SCHUBERT
IMPROPTUS op. 142 N° 3
PAR : ALFRED BRENDEL

MOZART
Concerto pour hautbois K 314 – 3E MOUVEMENT
PAR : Christophe Hogwood

Deux ou trois “mélodies d’amour” en lien avec une rencontre amoureuse
Bellini Norma par Maria Callas
Jeff Buckley à L’Olympia = HALLELUJAH

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 32 commentaires pour cet article :

1 Giedelman, le 18 janvier 2011 à 13:59 :

Monsieur Bellamy, On dit MAAAIIkeeeell Jacksson….Pas Miiiikaael….Faut le prononcer a l’americaine!!

2 Guillemette, le 18 janvier 2011 à 14:08 :

Merveilleux programme que celui de cette photographe, très schubertien ! Samuel a-t-il, ne serait-ce qu’un tout petit peu, apprécié l’impromptu interprété par Brendel ? Ce n’était pas si “plat” quand même ?
Grâce à vous en tout cas, j’ai pu visionner sur internet David Fray jouant ce magnifique concerto de Mozart. Moi qui étais assez sceptique sur ce jeune pianiste, me voilà séduite par son jeu. Reste sa position au clavier, tout à fait inesthétique, que je ne saisis pas du tout…

3 Samuel Rosenfeld, le 18 janvier 2011 à 16:29 :

Guillemette, sans rire, Samuel Rosenfeld a entendu le 3ème impromptu sans savoir qui le jouait. Il a dé tes té! Puis Il a entendu que c’était Brendel. Pas surpis.

4 marie-alsace, le 18 janvier 2011 à 19:06 :

Schubert joué par Murray Perahia et Radu Lupu, cela nous fait rêver. Qu’en pense Samuel Rosenfeld? Moi non plus je ne suis pas une fan de Brendel, enfin ça dépend!Un programme sympa avec un peu de blues!!!!!!sans variété française !!! (je rigole mais je prefere) vous en dites quoi catherine 2D?? puisque nous en discutions lors de l’interview du petit jeune A.Vassili

5 Samuel Rosenfeld, le 18 janvier 2011 à 19:34 :

Marie, le CD Lupu Perahia Mozart/Schubert fait partie des disques de chevet du grand Samuel Rosenfeld (bien que Perahia ne soit pas la tasse de thé de Samuel Rosenfeld, trop propre, trop legato, mais dans ce disque FABULEUX Perahia est formidable). Disque en solde à la FNAC de Lille à 7€ d’ailleurs ;-) .

6 marie-alsace, le 18 janvier 2011 à 20:06 :

Hum, j’irai voir à Strasbourg c’est moins loin ;-). Merci pour l’info.

7 Samuel Rosenfeld, le 18 janvier 2011 à 20:09 :

Comment peut-on vivre en Alsace?! Si loin de la mer! Grand Dieu, Samuel Rosenfeld préférerait encore se faire écarteler que de vivre dans ces contrées obscures.

8 marie-alsace, le 18 janvier 2011 à 20:22 :

Mais nous avons le Rhin et ses légendes, V.Hugo l’a si bien écrit!!!!!!!!!!!!!et le vin d’Alsace et puis l’amer comme les chtis bref, le liquide est très présent!!!

9 marie-alsace, le 18 janvier 2011 à 20:39 :

je voulais dire que l’Amer est un brevage commun entre les gens du Nord et les Alsaciens dans lequel il est possible de se noyer…..

10 Itié, le 18 janvier 2011 à 20:51 :

À mon

11 Itié, le 18 janvier 2011 à 21:19 :

Pardon ! C’est mal parti ..
L’Alsace est une des plus belles régions de France . Ses habitants sont charmants et trés accueillants . Les été sont trés chauds . Il n’y a pas la mer , mais des caves bien fraîches , où ” les indigènes “nous offrent des breuvages tout à fait délicieux !

12 marie-alsace, le 18 janvier 2011 à 21:23 :

oui j’avais oublié le u de breuvage sans avoir bu….

13 Françoise (40), le 18 janvier 2011 à 23:36 :

Rentrée trop tard. N’ai pu écouter PC. Une de mes amies (non intervenue sur le blog) m’a dit combien elle avait aimé l’émission. J’espère pouvoir la réécouter car son programme musical me plait beaucoup.
En plus, qu’est-ce qu’elle est jolie ! On dirait une toute jeune fille …

14 marie-alsace, le 19 janvier 2011 à 00:03 :

Itié, des indigènes les alsaciens…parleraient ils parfois un langage différent des français de l’intérieur????? Merci pour la pub c’est sympa. La belle Alsace, le cauchemar des Lorrains.C’est à cause de “la belle Alsace que les Lorrains ont des grandes oreilles….(blague alsacienne à 2 sous)(je délire puisque ce blog est désert!!!)

15 Camille Acristem, le 19 janvier 2011 à 05:28 :

Pitié, pas Victor Hugo…

16 marie-alsace, le 19 janvier 2011 à 17:29 :

Camille, c’est un cri du coeur!! un souvenir de lycéen d’un vieux prof radoteur et insipide, chauve et avec des poils au nez qui vous a martyrisé avec le grand Victor?????

17 Camille Acristem, le 20 janvier 2011 à 16:32 :

Non. Juste un dégoût pour un homme qui a exigé qu’on le nomme poète et qui a étouffé son siècle avec sa grande voix, englouti les autres avec le flot infini de ses mots, du dépit pour cette espèce de régent qui appliqua la stratégie de la quantité à la poésie et qui se revendiqua à l’égal d’un Empereur : un politicien. Victor Hugo, André Breton, même combat. Des imposteurs qui se sont appuyés sur les talents d’autrui. Mais ça n’a rien à voir avec le sujet…

18 Livadiotti Roberto, le 20 janvier 2011 à 17:49 :

Comment Camille,vous poète et ecrivain,traitez Victor Hugo d’imposteur!Même si c’est vrai qu’il nous engloutit avec son flot de paroles,ses plus beaux poèmes restent,je pense,au sommet de la poésie.

19 marie-alsace, le 20 janvier 2011 à 19:20 :

ouais, ouais, je respecte votre point de vue mais je ne le partage pas!!!! Il est vrai aussi que nous ne sommes pas sur un blog “littérature” et je pense que vos connaissances littéraires dépassent largement les miennes. Mais bon….je ne vous suis pas!!!

20 Françoise (40), le 20 janvier 2011 à 23:08 :

Cher Roberto, d’accord avec votre deuxième phrase.
P.S. Je viens de remonter jusqu’au “billet” d’Olivier car je me demandais sur quelle page j’étais, et de quel invité il s’agissait …

21 Livadiotti Roberto, le 21 janvier 2011 à 10:33 :

Si j’ai parlé du “flot de paroles”,c’était juste pour reprendre la phrase de Camille, chère Françoise, mais j’aime beaucoup Victor Hugo,comme aussi Lamartine, en admettant que dans certains recueils de ses poèmes,il y a parfois des abondances,mais c’est le romantisme.

22 Itié, le 21 janvier 2011 à 11:06 :

Françoise et Roberto vous me rassurez !
J’étais triste à l’idée qu’on déboulonne les locataires du Panthéon .

23 Françoise (40), le 21 janvier 2011 à 13:19 :

Cher Roberto, j’aurais dû préciser “la deuxième partie de votre deuxième phrase”. Etre “engloutie” quand il s’agit de belles paroles, ça ne me gêne pas. Au contraire.
Amitiés.
Françoise

24 Camille Acristem, le 21 janvier 2011 à 18:10 :

Françoise, je vous invite à cesser votre petit jeu, et je vous y invite en toute honnêteté. Si vous avez besoin de précisions, il est possible de me retrouver sur la toile. Je serai ravi de vous l’expliquer définitivement.
Victor Hugo me semble avoir un ratio qualitatif assez faible - mais enfin, il faut des auteurs populaires. Il faut une culture populaire. Mais c’est un vulgus érigé par le flot, non une météore - et ne pas le comparer à Lamartine serait ne pas souiller ce dernier, grandiose auteur de “L’Homme” ! Cela-dit, je ne connais rien à la photographie mais j’ai de l’estime pour qui pleure sans comprendre tandis que, tandis que, tandis que Schubert…

25 Martine, le 21 janvier 2011 à 19:01 :

(soupir)

26 Nelly, le 21 janvier 2011 à 22:52 :

Oui j’ai aussi beaucoup aimé ce Passion Classique avec Patricia de Gorostarzu que j’ai croisée pour la première fois. Et son programme et surtout la Jeune Fille et la mort que j’aime écouter souvent.
Guillemette la position de David Fray ne me gène nullement (je suis en train de le réécouter sans le voir). Quant à Alfred Brendel j’aime sa poésie de l’absurde.
Camille vous semblez être un jeune poête autoritaire sûr de lui. Laissez Vicor Hugo en Paix et parlez-nous de musique si vous pouvez car nous sommes sur le blog de Passion Classique et non pas (s’il a existé- sur celui de Bernard Pivot-que je respecte infiniment-). Eclairez ma lanterne: quelle est le petit jeu de Françoise? Je suis si idiote souvent: je ne suis pas, je perds le fil. Mon chat qui lit ,écoute avec moi (Chat-Nel)me dit: laisse tomber: j’ai faim! Je ne doute pas que ce Camille soit charmant mais tout de même s’adresser à Françoise ainsi.. Bon je file, mais Itié à l’étage 22 je vous donne raison ainsi que Roberto (station 18). Bonsoir mes amis.

27 Françoise (40), le 22 janvier 2011 à 17:27 :

Guillemette. Une certaine ressemblance !
Amicalement.
http://www.youtube.com/watch?v=Gv94m_S3QDo

28 Camille Acristem, le 22 janvier 2011 à 18:50 :

C’est très beau. Vraiment. Je le trouve peut-être un peu rapide, je crois que je l’aurais préféré plus mélancolique, plus lent, plus grave. Mais c’est très beau. Le connaitriez-vous joué plus tristement ?

29 Nelly, le 22 janvier 2011 à 19:40 :

Oui c’est très beau et je m’étais fait la même réflexion Françoise: l’écouter sans le voir ensuite. L’écouter jouer plus tristement Camille: oui j’aimerais découvrir et jouer par qui? dites-nous.Je vais aller voir de mon côté.

30 Françoise (40), le 22 janvier 2011 à 21:18 :

Peu experte - comme chacun le sait sur ce blog - je ne pourrai donc pas dire si c’est joué “plus lent” et par qui. J’ai trouvé que c’était très beau.
Quant à la “ressemblance” dans la position avec D. Fray, c’est une excellente amie qui - elle - est très calée en musique classique et pianiste très douée, me l’a fait remarquer. Je lui avais fait part, en effet, de mon étonnement car c’est la première fois que je le voyais jouer. Ce qui ne retire bien sûr rien à son formidable talent.
Bon dimanche à tous.
Françoise

31 c. Holdrinet, le 23 janvier 2011 à 00:33 :

Oui Françoise, très belle cette interprètation de Glenn Gould.
Bon week-end.
Claudette.

32 Camille Acristem, le 23 janvier 2011 à 00:58 :

Et bien, je pensais que de vos amis “très calés”, que vous évoquez sans cesse, aurait su vous renseigner à propos d’une version plus mélancolique de cette partition Bachienne.


Donnez votre avis !






ombre