Accueil  >  Marc Menant, la passion fortissimo
Flux RSS

Marc Menant, la passion fortissimo

Le 03 décembre 2010 à 12:23 par Olivier Bellamy

marc-menant_small.jpg

J’ai rencontré Marc Menant lorsqu’il officiait sur Direct 8. Il m’avait invité pour parler de luthiers et de lutherie, suite à un article que j’avais écrit dans Le Monde de la Musique. J’avais été séduit par son énergie, son enthousiasme et sa curiosité.
Quand nous avons commencé l’entretien dans les studios de Radio Classique, j’ai été un peu désarçonné par sa fougue, qui m’a fait l’effet d’un chien fou dévalant dans un magasin de porcelaine. Il s’en est rendu compte et m’a demandé s’il était dans le bon “tempo”. Je l’ai rassuré et les “petites madeleines” ont eu un effet calmant.
Il était visiblement heureux de partager ses disques préférés, de parler de son amour des femmes, de sa tendresse pour ses filles et du choc qu’il a éprouvé en découvrant la musique classique. De ce besoin de transcendance qui lui est apparu à ce moment-là. Un invité remuant, mais très sympathique et sincère. J’ai repensé à ce passage de La Règle du jeu de Renoir, quand Christine, la maîtresse de maison, confie à sa soubrette que l’amour sincère de l’aviateur André Jurieu la dérange : “C’est ennuyeux, la sincérité !” dit-elle, sur un ton précieux et las. Ennuyeux, Marc Menant ne l’était pas, pour peu qu’on enfourche le cheval fou de sa passion débordante.
Voici son programme :
Les 3 “madeleines” Brel :Amsterdam
Brassens: la complainte des filles de joie
Françoise Hardy : mon amie la rose
Les classiques Mozart : Requiem dies irae
Gounod :Ave Maria
Carl Orf : O. fortuna
Zoltun Kordaly :Tancnoto Dancing song (disque
dirigé par Yvan Fisher)
Rachmaninoff : Sonate pour piano numéro 2 flat
mini op.36
Vangélis : musique du film 1492

Souvenirs “d’amour” Rimsky Korsakov : Le Vol du bourdon
Bach : messe en si mineur Gloria
Gloria
Mes obsèques : Beethoven : L’Hymne à la joie (Symphonie n° 9)

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 12 commentaires pour cet article :

1 Elise F., le 03 décembre 2010 à 13:56 :

Alors Marc Menant je ne l’aurai pas écouté des heures ; pour être passionné il est passionné et aussi assez fatiguant ou est-ce le fait que c’était la fin d’une journée un peu stressante …et la musique bof !

2 Erica Roche, le 03 décembre 2010 à 15:04 :

C’est une bien belle chose que l’enthousiasme - en tous les cas c’est ce que je pensais au début de l’émission, mais au bout de 5 minutes de Haïti et puis l’histoire des putes je commençais à saturer. Et puis, comme votre invité s’est calmé (grâce à votre intervention, Olivier) j’ai continué péniblement en me consolant avec Françoise Hardy et Brassens, pour m’effondrer à l’idée du chapiteau pour évangéliser le “93″.J’ai toujours été violemment contre toute tentative d’évangélisation contre ma personne - que ce soit religieuse, politique ou culturelle - donc j’imagine un peu la réaction dans les cités! Arrivée au “Vol du Bourdon” j’ai commencé à ricaner mais le pompon pour moi c’était vraiment à la fin avec L’Hymne à la Joie pour les obsèque -là c’était le fou rire!Je suis ravie de ne pas être la fille de Marc Menant, faisant du piano pour assouvir les regrets de son père. Drôle de bonhomme!

3 Geneviève, le 03 décembre 2010 à 16:24 :

Au début j’ai aimé l’enthousiasme, la passion de Marc Menant. J’étais le petit mousse sur le Santa Maria. Le discours était imagé, coloré, vivant, j’y étais. Lorsque le navire a commencé a gité, tangué puis roulé…Le contraste entre la voix posée d’Olivier et celle un peu puis très excitée de l’invité me faisait sourire. Lorsqu’Olivier a parlé des yeux du loup de Tex Avery…alors là, mais alors là, j’ai éclaté de rire !!! J’ai vraiment ri !Une perle de radio !!!
Ceci étant, sans fortissimo, le propos était très intéressant et la personne fort sympathique. De Marie-France Garaud à Marc Menant,Olivier nous a prouvé (nous le savions déjà ) qu’il excellait dans l’art du grand écart…

4 Françoise (40), le 03 décembre 2010 à 16:56 :

Après avoir maintes fois pesté contre la publicité, j’en suis arrivée à pousser un « ouf » de soulagement quand, à 18 H 20, la « pub » est - enfin - arrivée ! Avant cela, j’ai failli envoyer un « message en direct » pour m’assurer qu’Olivier était toujours là … Passionné, ça c’est sûr. Passionnant … peut-être. Mais comme vous Erica, son discours sur Haïti, puis ses commentaires sur le « 9-3 », ça faisait beaucoup. Bon, il s’est effectivement un peu calmé. On ne peut pas lui reprocher sa fougue, mais quand même, c’était épuisant ! L’Hymne à la Joie pour ses obsèques, ça ne me choque pas ; chacun a ses raisons pour choisir SA musique d’accompagnement. Pour le reste de la musique, la première moitié, je l’ai trouvée plutôt agréable. Je ne suis pas certaine qu’il faille être choqué par le fait que  « la fille de Marc Menant, faisant du piano pour assouvir les regrets de son père ». Qu’est-ce qui fait que des parents inscrivent leurs enfants à des cours de piano ? Parce que pianistes eux-mêmes ? Parce que leurs rêves n’ont pu être réalisés ? Seul le résultat compte, je crois.
Bonne fin de journée … sous la neige chez nous depuis ce matin.

5 catherine Dubreuil dessinatrice, le 03 décembre 2010 à 17:26 :

alors Mesdames je serais plutôt du coté de Geneviève: dans ce monde de zombis (cf : le métro tous rivés à leur i phone avec la cervelle calée entre deux écouteurs anesthésiants de mauvaise qualité qui imposent aux rares oreilles encore libres les “boum boum boum” crispants)….c’est pas mal quelqu’un qui en a trop …de l’enthousiasme!( il y a tellement de nécessiteux…) certes il est énervant, on se demande à quoi il carbure (et il ne boit pas une goutte d’alcool!…je l’écoutais parfois sur europ1) ses mots dépassent sa pensée, le vocabulaire est aléatoire,brouilon, pas adapté…mais tout cela vient d’une fougue tellement vraie et du réel désir de transmettre aux autres que s’ils veulent ils peuvent eux aussi…franchement , c’est touchant…je le ressent généreux avant tout, tourné vraiment vers les autres et pense, comme Olivier qu’il doit être un père formidable Erica…je ne le vois pas trop dans les regrets, mais plutôt dans l’idée de tout faire pour ne pas en avoir…son truc du concert n’est pas dans le but d’évangéliser mais de partager par l’action…c’est pas si con,

6 Eliane, le 03 décembre 2010 à 18:15 :

Marc Menant !! Encore un “passionné” par son sujet! et quelle maîtrise de notre langue! (Ah oui, “le verbe flambe, enfle” quand il parle (dixit Céline). Atmosphère un peu particulière, nettement moins feutrée, voire même agitée du verbe, au rythme haletant, et au débit impressionnant ; Un peu fatigant le bonhomme……..mais il en faut des comme cela;
J’ai lu “Mes divines débauches”. Un véritable petit bijou d’écriture…….Un hymne à la vie et ses bonnes choses, c’est complètement jubilatoire……Un roman qui se lit d’ une seule traite tellement le sujet, le style, le rythme effréné et drôle, les descriptions vous emportent, vous transportent. Peut toutefois, je pense, déranger certains lecteurs……..
Exact…avec la musique et la pratique d’un instrument, on ne se sent jamais seul (Même chose pour tout autre forme d’art bien sûr)
Beau dessin de couverture..avec le grand talent que je lui connais, je suis certaine que Catherine aurait été très inspirée pour une telle illustration ………J’ai tout de suite pensé à elle .

7 Elise F., le 03 décembre 2010 à 18:32 :

n°1 FATIGANT : adj verbal et non part.présent
Merci Eliane.

8 marie- alsace, le 03 décembre 2010 à 18:38 :

Y a t-il eu un controle antidopage à la fin de l’emission pour savoir, comme l’évoque Catherine, ” à quoi il carbure”!!!vive l’enthousiasme, certes, mais c’était trop et bof dans ses histoires

9 Geneviève, le 03 décembre 2010 à 18:44 :

“Le navire a commencé à gitER, tanguER puis rouler”…
Bonnet d’âne sur la tête…Heu!ça fait un peu trop là…m’enfin !!!

10 Livadiotti Roberto, le 04 décembre 2010 à 18:11 :

Dans ce flot de paroles de l’invité,j’ai pu discerner une certaine passion pour la musique et pour les mots,mais(pt être me trouverez-vous assez difficile)je n’ai pas été emballé par ses choix musicaux,à part la grande Messe en Si de Bach.Malgré ma vénération pour Beethoven,j’ai été étonné de son choix de l’Hymne à la Joie pour ses obsèques,mais ça peut se défendre,même si ce choix n’est pas très original. Je dois dire à toutes les amies que nous partons en pèlerinage à Medjugorje pour une semaine et je ne sais si de là-bas (ex-Yougoslavie)on peut se connecter facilement.A bientôt.

11 Françoise (40), le 04 décembre 2010 à 19:50 :

Excellent voyage cher Roberto. Y sommes allés du temps de la Yougoslavie (1969 + 2 jours en Albanie !!!). Beaux paysages. A bientôt.

12 Evelyne, le 09 décembre 2010 à 23:46 :

Et bien moi, j’ai bien aimé.. Cet enthousiasme communicatif- Ce jour-là il m’a donné un petit coup de “pep” car çà n’allait pas fort… Quelle énergie !!!
Je savais par avance ayant entendu Mr Marc Menant sur d’autres radios, que ce ne serait pas du repos, mais il est ainsi : très enthousiaste - un rayon de soleil - Quant à son idée d’aller exporter la musique classique dans les cités, pourquoi pas ? Il sous-entendant que la musique est accessible à toutes les couches de la société - la sensibilité à l’art n’est pas réservée à une élite.
Bravo à lui.


Donnez votre avis !






ombre