Accueil  >  Jean-Louis Etienne, le rêve devenu réalité
Flux RSS

Jean-Louis Etienne, le rêve devenu réalité

Le 26 novembre 2010 à 10:12 par Olivier Bellamy

jl-etienne3_small.jpg

Un concentré d’intelligence, de courage et de sagesse. Il a le langage simple et vigoureux de ceux qui agissent. L’esprit vif et clair de ceux qui doivent prendre une décision vitale en quelques secondes. “Suis la voie de tes rêves”, nous a dit le médecin et explorateur Jean-Louis Etienne. Mais il nous met aussi en garde contre l’errance. Celle qui nous fait partir loin pour fuir des problèmes qu’on emporte avec soi. Il nous conseille de bâtir un projet. Faire le tour de France à vélo ou pourquoi pas le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. Ou encore faire de grands voyages sans quitter sa chambre comme Schubert ou Proust. Sans parler des mathématiciens, qui doivent s’encorder de théorèmes pour revenir sain et sauf d’un lointain périple dans l’inconnu des chiffres. Le rêve a dévoré la vie de Jean-Louis Etienne et pas le contraire. Il voue à la nature une passion démesurée. Celle du Pôle Nord ou du Pôle Sud, qu’il connaît comme sa poche, celle de son Tarn natal qui a fouetté son imagination d’enfant, mais cela peut être une forêt aux portes des villes. Et si l’on ne peut se résoudre à partir, il reste l’observation du ciel qui peut remplir une vie entière. Ou emprunter les chemins vertigineux dans lesquels nous entraînent Bach ou Mozart, qui ont réussi à fixer des paysages éternels, à créer un monde infini, et à refaire en une vie ce que Dieu a créé en six jours.
Voici son programme :
Suite pour violoncelle de Bach en ré mineur
Madeleines
Change the World d’Eric Clapton.
Walk on a Wild Side de Lou Reed.
After Midnight de JJ Cale
Musique classique
Gnossienne n° 1 d’Erik Sati,
Mozart : Concerto n° 19 – 1er mvt
Lohengrin Prélude de l’acte I de Wagner
Bach : Agnus Dei de la Messe en si (Alfred Deller)
Mélodies d’amour
This mélodie de Julien Clerc
La complainte de l’ours en Alaska – Beau Dommage
On m’attend là-bas de Véronique Sanson

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 20 commentaires pour cet article :

1 Erica Roche, le 26 novembre 2010 à 10:54 :

Si quelqu’un m’avait dit qu’un jour je passerai une heure et demie à écouter avec facination Jean-Louis Etienne - eh bien je ne l’aurais jamais cru, et pourtant ça s’est bien passé comme ça! J’ai trouvé cet homme pasionnant, j’ai adoré son petit accent du Tarn et je lui ai envié son dynamisme. Coté musique par contre - rien de spécial,et de plus je déteste écouter Wagner en extrait - je me sens frustrée après. Mais pour une fois, la musique me paraissait secondaire par rapport à la découverte du personnage et sa passion pour l’aventure et les nouveaux horizons. Il va au Pôle Nord avec plus de facilité que moi au supermarché!

2 Elise F., le 26 novembre 2010 à 12:12 :

Oui, il y a un certain nombre de Passion Classique où je souhaiterais que l’émission durât 3heures. J’aurais aimé bien-sûr en savoir davantage sur toutes les aventures de Jean-Louis Etienne. Ses hommes qui ont une vie hors du commun sont nos héros du 20è 21 s. Evidemment, ses conditions de vie ne peuvent guère lui laisser la possibilité et le loisir d’écouter de la musique. Mais pour une fois qu’importe, j’étais suspendue à ses lèvres comme mes yeux aimeraient lire aussi la suite du feuilleton d’Erica !…
Bonne journée à tous avant l’arrivée de la neige et son lot de perturbations en tous genres.

3 Françoise (40), le 26 novembre 2010 à 12:41 :

Entièrement d’accord avec vous deux chères amies.
Bonne journée

4 Eliane, le 26 novembre 2010 à 13:56 :

Pause déjeuner, pause écriture………
Elle sera brève puisque tout est dit et si bien écrit auparavant, Maestro compris.
J’ai eu, à plusieurs reprises l’occasion d’entendre cet homme “d’exception” et à chaque fois, je tombe sous le charme ………….de son intelligence, de ses récits, de ses exploits, de son courage, de sa force. il nous emmène en voyage comme on prend un lecteur par la main pour l’enchanter au fil des pages…….C’est magnifique, peu importe si le programme musical est un peu disons “commun”, l’homme ne l’est tellement pas!!

5 Elise F., le 26 novembre 2010 à 17:14 :

N° 2 : CES hommes….

6 marie - alsace, le 26 novembre 2010 à 19:25 :

“la complainte de l’ours en Alsaka” tss tss, nos cousins quebecois vont être déçus, la complainte du phoque en Alsaska….Beau Dommage, groupe québecois des années 70!! l’album “Beau Dommage” est à écouter pour le dépaysement,c’est pas intellec…mais bon pour ceux et celles qui veulent voyager tout en restant chez eux, un bol d’air

7 Samuel Rosenfeld, le 27 novembre 2010 à 12:45 :

Samuel Rosenfeld conseille à ceux qui ne l’ont pas vu de visionner Thalassa, l’émission de france 3, dont le premier reportage hier était consacré à JL Etienne. Epoustouflant! On peut revoir l’émission sur le site de france 3.

8 didier, le 27 novembre 2010 à 13:10 :

je voudrais savoir quel est le violonceliste qui joue, l 1er morceau Suite pour vcelle seul n°2:prélude
Merci

9 catherine Dubreuil dessinatrice, le 27 novembre 2010 à 13:29 :

ET BEN OUI : là aussi les paroles viennent de l’action et réciproquement : total c’est raccord et ça fait du bien . C’est ça qui réconcilie avec l’humanité et aide à se sentir fort : les gens vrais. Même si les délires de JL Etienne sont complètement givrés le fait qu’il aille jusqu’au bout leur donne chez nous tous. Alors d’acc.avec Eliane pour le programme musical c’est déjà bien Musical les rêves en action…(je retourne chez OPA pour le jeu diabolique de notre Astronome délirant, qui a du jubiler comme plein d’auditeurs en entendant la superbe conclusion de JLE: il y a toujours le ciel au dessus de nous , il suffit de lever la tête (…de son i phone: ça c’est moi qui le rajoute: marre de voir tous ces zombis dans le métro rivés à cette télé miniature…grrrrrr) …de lever les yeux pour être explorateur, vive la casiopée vive Jean Louis Etienne!
PS: …juste un truc: je ne suis pas aussi persuadée que lui que la personne à coté de lui dans ses états sous oxygénée ne soit qu’un phénomène médical….je suis même persuadée du contraire…

10 catherine Dubreuil dessinatrice, le 27 novembre 2010 à 13:35 :

désolée : y’a 1 mot qui a sauté (et pas le moindre!!!!) :…qu’il aille jusqu’au bout leur donne “CORPS” chez nous tous
..et une précision, à laquelle je tiens: “….je retourne chez OPA: l’inverse de JLE, …il faut de tout pour faire un monde, cqfd)
et aussi, avant qu’il ne soit trop tard, merci à Roberto, Camille, Elise, Françoise, Martine,Erica, Geneviève pour mon birthday blog’s

11 catherine Dubreuil dessinatrice, le 27 novembre 2010 à 15:06 :

…je retourne chez OPA juste pour le jeu diabolique….

12 Erica Roche, le 27 novembre 2010 à 15:43 :

alors pour les yeux d’Elise…(et pour les autres qui s’y intéressent bien sur…
Le jour du concert arriva. Je ne savais pas à quoi m’attendre et je me méfiais un peu. Je savais Slava espiègle et capable de tout - aurait-il oublié son invitation? Aurait-il invité la terre entière? Une attitude “tout terrain” s’imposa donc et j’enfila sans hésiter mon fidèle tailleur- pantalon noir - indispensable tenue passe partout - assorti d’un discret chemisier en soie. La perspective de rencontrer le Maestro Rostropovitch dans son environnement à lui plutôt que Slava dans le mien était à la fois intimidante et plus que plaisante. J’y verrais peut-être son épouse, la grande cantatrice Galina Vischnevskaïa. Je l’avais croisée une seule fois - elle chanta “bonjourrrr” devant mon bureau avant de s’éclipser. Et puis peut-être bien Pierre Boulez - et là je ne me sentais pas du tout à l’aise, mais alors pas du tout! Une pensée me taraudait - mais qu’est-ce qu’avait donc que cette œuvre “Messagesquisse” (pas de You Tube à l’époque) pour faire autant flipper Slava? Trac habituel d’interprète? Je n’avais guère l’expérience de ce genre de chose. Ou bien est-ce qu’à quasiment 68 ans et de plus en plus habitué à la direction d’orchestre plutôt que le violoncelle, il n’avait plus la technique d’autrefois? Mais alors, si c’était le cas, pourquoi avoir accepté l’invitation?
Nous arrivions donc au TCE - mon mari affichait un phlegme quasi britannique, tellement il était habitué à faire des rencontres pour le moins insolites grâce à mon boulot - et même parfois carrément incongrues et irracontables. Moi, j’étais sur mon petit nuage de bonheur, et très fière.
Et puis…une malencontreuse affiche sur la porte nous informa que Slava, souffrant, serait remplacé par un certain Tim Hugh (inconnu au bataillon!) et là -énorme déception, même si le concert était très bien! Le critique du Monde accusa Slava de s’être fait porter pale - j’étais bien placée pour savoir que c’était en effet une possibilité. Je ne devais plus jamais revoir Slava, et mes questions restaient évidemment sans réponse, mais le souvenir de cet être unique et fascinant subsistera à tout jamais, gravé dans la rubrique “rencontres d’exception” de mon disque dur.

13 catherine Dubreuil dessinatrice, le 27 novembre 2010 à 19:37 :

on y était! Bravo Erica

14 Eliane, le 27 novembre 2010 à 19:40 :

Oui, c’est comme si…….Brava Erica!!

15 Mohammed Moudjou, le 27 novembre 2010 à 19:58 :

A quand la Saison 2 Erica ? Merci.
Super l’entretien et les échanges avec Jean-Louis Etienne. Homme riche et passionnant. Là c’est sûr, il m’a fait rêvé dans mon ptit train. Merci pour la Gnosienne de Satie et pour… les Etoiles.

16 Geneviève, le 27 novembre 2010 à 22:54 :

Le temps du Prélude de l’Acte I de Lohengrin, j’ai vogué dans la nacelle du ballon glissant à la vitesse des éléments au dessus du Pôle Nord…moment magique et extrêmement émouvant! Le pouvoir de la Musique est incommensurable…
Merci Olivier!!!

17 Lily, le 28 novembre 2010 à 11:30 :

C’était un plaisir de découvrir votre récit Erica.
A bientôt pour une nouvelle descente aux coffres.

18 Françoise (40), le 28 novembre 2010 à 17:40 :

Catherine. Votre PS dans votre message n° 8. J’ai pensé la même chose. Si j’ai bien lu “entre vos lignes” … bien sûr !

19 Françoise (40), le 28 novembre 2010 à 17:44 :

Je n’avais pas pris le temps de vous lire Erica. Un régal ! Comme le dit Mohammed, à quand la Saison 2 ? On a hâte …

20 Nelly Bailly-Maître, le 02 décembre 2010 à 16:34 :

J’ai écouté et moi aussi j’ai trouvé cela trop court. J’ai réecouté ses choix musicaux avec plaisir et l’entendre parlé de ses voyages au Pôle Nord et du déplacement du Nord magnétique: je ne bouge plus.
Samuel Merci j’ai pu regarder Thalassa.
Nelly


Donnez votre avis !






ombre