Accueil  >  René Martin entre sagesse et folie
Flux RSS

René Martin entre sagesse et folie

Le 16 novembre 2010 à 13:52 par Olivier Bellamy

rene-martin2-small.jpg

“Ce qui est fou pour l’homme est sage pour Dieu”, a dit Saint-Paul. Cette phrase citée par René Martin à la fin de l’émission est un concentré de son parcours. Qui aurait pu prévoir le succès international de la Folle Journée ? A Nantes et dans le Grand Ouest, chaque année, pendant plus d’une semaine, des milliers de personnes communient en musique. Certains la découvrent pour la première fois et leur vie en est changée pour toujours.
Et le festival de La Roque d’Anthéron, cette “cathédrale de verdure”, cette “Mecque du piano” !
Sans une foi de missionnaire, ce rendez-vous est inconcevable. Dans mon livre “Passion Classique” (qui vient de paraître chez Arléa), le très laïque Jérôme Deschamps le reconnaît lui-même : “Quand René Martin accompagne silencieusement les artistes sur le chemin qui va des loges à la scène du festival de La Roque d’Anthéron, il fait de la liturgie.”
Si Claudel a reçu la révélation divine en entrant à Notre-Dame, René Martin a été touché par la grâce pendant un concert de U2. Il s’est dit : “Pourquoi ne pas retrouver cet enthousiasme fervent et populaire autour des grands chefs-d’oeuvre de la musique classique et des grands interprètes qui la servent ?”
La suite, on la connaît : respect du public, amitié et confiance des artistes, génie de l’organisation et sens du moindre détail.
Comme le disait Mark Twain : “Il ne savait pas que c’était impossible, alors il l’a fait.”
J’ai été très touché d’apprendre ce matin que René Martin était venu exprès pour faire l’émission en direct. Un taxi moto l’attendait à 19 h 28 pour qu’il puisse attraper son dernier train pour Nantes à 19 h 55. Il avait apporté ses disques, au cas où on ne les aurait pas tous. Et un livre pour le voyage : “The Rest is Noise” d’Alex Ros (excellent choix).
Depuis ses débuts, René Martin n’a pas changé. Il parle avec le même feu et la même modestie. Il s’adresse de la même manière à un très grand pianiste ou à l’un de ses employés. Beaucoup de jeunes artistes lui doivent leur carrière. Mais il a toujours invité également des musiciens plus âgés, oubliés du star system, en leur témoignant sa confiance et en leur offrant le meilleur des publics. Et grâce à lui, Nantes n’est plus seulement la capitale des biscuits Lu, mais le temple de l’Entendu. A bon écouteur, salut l’artiste !
Voici son programme (il aurait fallu deux heures d’émission pour tout passer !) :

Johannes Brahms - Piano Quartet en la majeur opus 26, mouvement Poco adagio
Sviatoslav Richter et Quatuor Borodine.
Enregistré à Tours, à la Grange de Meslay.
Disque Philips
___________________________________________________________________________

Nina Simone - Strange fruit - Disque Verve
_____________________________________________________________________________________________________

Ella Fitzgerald - Russian Lullaby (The Irving Berlin Songbook Vol.1) - Disque Verve
_____________________________________________________________________________________________________

Ludwig Van Beethoven - Symphonie n°6 en fa majeur opus 68 « Pastorale », mouvement Andante molto moto
Orchestre Philharmonique de Munich
Sergiu Celibidache, direction
_____________________________________________________________________________________________________

Richard Wagner, Tannhäuser, « Wie Todesahnung… O du mein holder Abendstern »
Matthias Goerne, baryton
Swedish Radio Symphony Orchestra
Manfred Honeck, direction
Disque DECCA
_____________________________________________________________________________________________________

Wolfgang Amadeus Mozart, La Flûte enchantée, « O Isis und Osiris »
Franz Crass, basse
Orchestre Philharmonique de Berlin
Karl Böhm, direction
_____________________________________________________________________________________________________

Gustav Mahler, 5 Rückert-Lieder, « Ich bin der Welt abhanden gekommen »
Christa Ludwig, mezzo-soprano
Philharmonia Orchestra
Otto Klemperer, direction
_____________________________________________________________________________________________________

Richard Strauss, Wiegenlied, sur un poème de Richard Dehmel
Dame Margaret Price, soprano
Wolfgang Sawallisch, piano
_____________________________________________________________________________________________________

Robert Schumann, 12 Gedichte, opus 35, « Wer machte dich so krank ? » et « Alte Laute »
Matthias Goerne, baryton
Eric Schneider, piano
Disque DECCA
_____________________________________________________________________________________________________

Jean-Chrétien Bach, Lamento « Ach, dass ich Wassers g’nug hätte »
_____________________________________________________________________________________________________

Robert Schumann, Arabesque opus 18
Youri Egorov, piano
_____________________________________________________________________________________________________

Graduel d’Aliénor de Bretagne
Kyrie : Orbis factor
_____________________________________________________________________________________________________

Georgij Sviridov, Tristesse des immensités
_____________________________________________________________________________________________________

Ernest Bloch, Prière
Les Violoncelles français
Mirare

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 18 commentaires pour cet article :

1 COURTAUTMonique, le 16 novembre 2010 à 14:56 :

Ai-je rêvé?Dans son programme ,il y avait aussi la transcription de la scène “des Champs Elysées” de l’Orphée de Glück, solo de flûte dans l’original,jouée par l’immense Wilhelm Kempff au piano.Pour moi un programme à écouter souvent.Tiens, il ne consacre pas La Folle Journée à Liszt?

2 Livadiotti Roberto, le 16 novembre 2010 à 16:38 :

Très intéressant pour une des rares fois,l’émission avec René Martin,organisateur des “Folles journées de Nantes” et bons choix musicaux.Quant à Liszt,pour répondre à Monique,je ne crois pas qu’il pourrait remplir à lui seul les programmes de La Folle journée.Il y avait eu d’ailleurs une de ces “Folles Journées” consacrées aux romantiques de 1810 cad. Mendelssohn,Schumann,Chopin et LIszt.

3 Lily, le 16 novembre 2010 à 17:21 :

…et du Festival de Piano de la Roque d’Anthéron, entre autres, Roberto.
L’intro d’Olivier rappelle parfaitement bien le parcours et la personnalité attachante de René Martin, et on ne peut nous aussi que lui souhaiter « longue vie» pour tout ce qu’il apporte à la musique.
Pour répondre moi aussi à Monique, figurait bien la sublime musique de la Plainte d’Orphée, transcription du ballet des esprits d’Orphée et Euridice » par Wilhem Kempff .
Nelson Freire la joue très souvent en bis (Gluck/Sgambati) en hommage à la pianiste brésilienne Guiomar Novaes qui la jouait régulièrement.
http://www.youtube.com/watch?v=IW1FlZpELE0

4 Eliane, le 16 novembre 2010 à 19:33 :

Pour moi, René Martin, c’est avant tout le Grand ordonnateur de la vie musicale et du miracle de La Roque d’Anthéron dans l’amour partagé de la musique. Depuis plus de 10 ans, j’y passe trois semaines tous les étés, il est évident qu’il a tissé des liens étroits avec plusieurs générations de pianistes et qu’il sait dénicher de jeunes talents qui deviendront les grands de demain.
J’ai beaucoup aimé son programme, Monique n’a pas rêvé et Lily en a fort bien parlé de cette musique de la plainte d’Orphée. Je partage!
Merci René Martin, en espérant, cet été encore, un bref échange, dans une allée du merveilleux parc de Florans, véritable paradis provençal !!

5 myriam, le 17 novembre 2010 à 17:14 :

bonsoir,
l’émission consacré à René Martin m’a donné envie d’assister à quelques concerts de “la folle nuit de Gaveau”. Où réserver ? Je sais que radio Classique diffuse le numéro de téléphone du service concerné mais au volant de ma voiture…
Merci de me répondre si vous en avez le temps et surtout merci pour les bons moments de musique et d’humanité passés à votre écoute.

6 Lily, le 17 novembre 2010 à 17:40 :

Myriam, vous pouvez réserver au
01 49 53 05 07 du lundi au vendredi ou sur le site de la salle gaveau wwww.sallegaveau.com

7 COURTAUTMonique, le 17 novembre 2010 à 22:46 :

Merci pour le lien, Lily, j’ai poursuivi l’investigation jusqu’aux versions flûte.J’ignorais qu’Andrea Grimelli l’avait jouée pour les obsèques de Pavarotti .Celle qui se rapproche de ma découverte en concert est jouée par Dante Milozzi avec l’orchestre de Moldavie.Je présentais un concert au théâtre de Poissy:le flûtiste Roger Bourdin,peut-être avec la harpiste Annie Challan,commence à 3 pas de moi cette mélodie planante,je suis si retournée que je crains de ne pouvoir retrouver la parole.Après le concert ,il a bien voulu rejouer pour moi!!

8 COURTAUTMonique, le 17 novembre 2010 à 22:50 :

Qui a regardé l’Armide de Lully dirigée par W.Christie avec une fabuleuse mezzo:Stéphanie D’Oustrac dans le rôle titre?

9 c.holdrinet, le 17 novembre 2010 à 23:23 :

J’ai Atys, Monique, avec les arts florissants dirigés biensûr par W.Christie.
Nous avions pu voir Atys l’année où cet opéra a été donné à l’opéra royal du chateau de Versailles. Un grand moment ce soir-là aussi, et beaucoup d’émotion tant pour l’oeuvre que pour le lieu.
J’ai vraiment découvert la musique baroque avec W.Christie.
Bien cordialement.

10 c.holdrinet, le 17 novembre 2010 à 23:44 :

Je m’aperçois Monique qu’emportée par mes souvenirs, je n’ai pas répondu à votre question. Et non, je n’ai pas regardé l’Armide de Lully.
Bonne soirée.

11 COURTAUTMonique, le 18 novembre 2010 à 16:01 :

Les oeuvres programmées sur Mezzo passent plusieurs fois ,rien n’est perdu.Pour info,l’auditorium du Louvre programme entre le 15 et le 23 janvier 5 operas de Gluck dont l’Armide sur le même texte de Quinault.Les interprêtations choisies sont toujours excellentes.Je n’ai pas vu Atys à Versailles,je le connais par le disque…Bonne journée

12 c.holdrinet, le 18 novembre 2010 à 19:15 :

Merci, Monique pour ces précisions; j’en prends note.

Bonne émission ce soir.

13 Martine, le 19 novembre 2010 à 00:37 :

Bonsoir,
En écoutant René Martin j’ai eu moi aussi envie de me rendre à cette folle nuit, une très chouette idée, le plus difficile a été de faire un choix, j’aurais bien aimé réécouter Shani Diluka, la grâce la beauté et l’intelligence réunies, ou bien Brigitte Engerer, finalement j’irai le dimanche soir écouter Zhu Xiao-Mei, j’avais tellement aimé l’écouter quand elle était passé dans PC en juin dernier. Et ça me consolera de ne pas pouvoir aller à la folle journée de Nantes ! (veinards de nantais !)

14 Myriam, le 22 novembre 2010 à 20:00 :

Quel plaisir de découvrir le parcours de René Martin.Et ses madeleines, et son programme.Et la Roque d’Anthéron,cet endroit extraordinnaire…..que dire de plus!Merci Olivier Bellamy pour toutes vos émissions, et votre talent….On ne peut plus écouter une autre emission après avoir goûté à la votre!!!!

15 Myriam, le 22 novembre 2010 à 20:02 :

Le 14è message est de MY06 qui hélas ne se trouve pas à Paris pour la salle Gaveau!!

16 Martine, le 22 novembre 2010 à 22:37 :

Dimanche soir lors de la folle nuit à Gaveau, j’ai eu une pensée amusée pour vous tous, car nous avons eu droit à un concert dans le concert : au programme de Zhu Xiao Mei, des extraits du Clavier bien tempéré de Bach, en tout 26 fugues et préludes, et après chaque morceau, soit environ toutes les deux minutes, les tousseurs s’en sont donnés à coeur joie, je me demande ce qu’à pu en penser Zhu Xiao Mei ! ce petit concert mis à part, le vrai était magnifique.

17 COURTAUTMonique, le 23 novembre 2010 à 15:04 :

Les spectateurs avaient quand même la bonne idée de retenir leur toux et de lui laisser cours après chaque séquence Prelude et fugue .Cela ne m’a absolument pas gênée ,le portable si.
J’ai assisté aux deux derniers et j’ai été heureuse de la qualité d’écoute du public,ainsi que de l’esprit bon enfant qui régnait dans la queue d’attente,car la salle devait être évacuée entre chaque séance,le piano a aussi besoin de réglage.
Jean Claude Pennetier,inpiré dans la sonate D959, a eu l’idée d’une Schubertiade en faisant venir Claire Desert jouer pour notre plaisir à 4 mains.

18 auger colette, le 04 décembre 2010 à 17:28 :

Cette émission avec René Martin a été un vrai délice….Quel érudit musical…merci , merci et à très bientôt, tous les soirs lorsque je peux vous écouter.


Donnez votre avis !






ombre