Accueil  >  Le “sixième sens” de Lang Lang
Flux RSS

Le “sixième sens” de Lang Lang

Le 30 septembre 2010 à 00:00 par Olivier Bellamy

 Olivier Bellamy reçoit Lang Lang sur Radio Classique

  1. Lorsqu’on parlait de Sigismond Thalberg (le grand rival de Franz Liszt), on évoquait sa “troisième main”, un effet surprenant qu’il obtenait en jouant des contre-chants avec ses deux pouces, au milieu du clavier. Lang Lang, dont les moyens sont phénoménaux, mais dont le goût et la culture ont parfois été en deçà de ce qu’on est en droit d’attendre d’un grand virtuose qui s’attaque à des chefs-d’oeuvre musicaux, parle de “sixième sens” à développer à propos de l’éducation musicale des enfants. Une jolie expression, heureuse et bienvenue. La musique apporte une dimension en plus, une sensibilité, un chemin vers la transcendance, qui est à la portée de tous, pour peu qu’on puisse y avoir accès. J’ai longtemps été assez critique avec Lang Lang qui me semblait manquer de maturité et de profondeur. “Les jeunes pianistes sont comme les pamplemousses, disait Horowitz, ils sont cueillis trop tôt ; il faut les laisser mûrir”. On n’est pas obligé d’aimer tout le monde, mais, au travers de certains enregistrements, Lang Lang m’a heureusement surpris. Il faut se garder d’avoir des avis trop définitifs et ne pas hésiter à les réviser à l’aune d’une expérience nouvelle. Longtemps, j’ai détesté le rap et je me suis parfois surpris à être touché par certains textes, dont l’agressivité ne cache pas toujours un vide de la pensée et un style basique.

A propos de Lang Lang, Daniel Barenboïm, à qui j’avais confié mes réticences, m’avait dit : “Donnez-lui cinq ans, le temps de se trouver.” Le succès et le marketing vont parfois trop vite, et tout le monde n’a pas la force d’une Martha Argerich qui avait refusé d’enregistrer un disque chez Deutsche Grammophon parce qu’elle ne se sentait pas prête.

Quatre ans ont passé depuis ma première interview de Lang Lang et j’ai l’impression que ce garçon a considérablement évolué. Il est intéressant, intelligent, à l’aise dans ses baskets. A la fin de l’émission, nous nous sommes spontanément embrassés. Chose inconcevable la première fois.

2. J’ai lu avec une grande attention les avis de chacun sur ce blog, en particulier ceux d’Eliane et de Samuel. Les commentaires sont un espace où la pensée est libre et démocratique, mais la liberté et la démocratie comportent des règles. Des personnes de grande qualité de coeur et d’esprit prennent la peine d’exprimer leur pensée avec générosité, humour et esprit d’ouverture. Je ne veux pas qu’elles soient la proie de certaines personnes, qui ne se donnent pas la peine de respecter les autres. Il ne s’agit pas d’être gnan-gnan ou édulcoré, mais de vivre ensemble en harmonie. Et puis zut, c’est mon blog, j’ai quand même le droit d’y faire entrer qui je veux ! Si l’on veut déverser sa bile ou afficher sa mauvaise humeur, on ouvre son propre blog ou son site. Chacun a le droit d’afficher son désaccord, à condition de choisir ses mots et non pas de déposer son avis comme on pisse contre un réverbère. Du genre : “nulle cette émission” ou “quel crétin celui qui parle”. Les habitués de ce blog savent bien que les avis exprimés y sont très diversifiés, on devine très bien les personnalités de chacun, mais l’intérêt, c’est d’apporter quelque chose aux autres, pas d’exprimer un avis qui n’intéresse personne, d’autant que, comme le fait justement remarquer Samuel, ces avis sont souvent anonymes, donc peu estimables. Il est minuit, je fais des heures sup, je devrais être au lit, ce n’est pas pour se faire engueuler par-dessus le marché ! Bon, au dodo, maintenant. Amitiés à tous.

Voici le programme de Lang Lang
Ibéria d’Albeniz (Lang La,g)
Madeleines
Rhapsodie n° 2 de Liszt (Horowitz)
Polonaise « Héroïque » de Chopin (Rubinstein)
Le Beau Danube bleu de J. Strauss (Carlos Kleiber)
Programme :
Sonate « Appassionata » de Beethoven (1er mvt) par Lang Lang
Concerto n° 5 de Beethoven par Barenboïm (piano et direction)
Concerto n° 1 de Tchaïkovski (1er mvt) par Gary Grafman
Concerto n° 1 de Beethoven (3e mvt) par Christoph Eschenbach et H. von Karajan
Mélodies d’amour
Concerto n° 2 de Chopin (2e mvt) par Lang Lang
« Casta Diva » de la Norma de Bellini par Maria Callas
air napolitain par Luciano Pavarotti

Tags :
Lien permanent | Rétrolien

Il y a 11 commentaires pour cet article :

1 Eliane, le 30 septembre 2010 à 01:16 :

Minuit 10, le papier d’Olivier vient de tomber et je le remercie pour cette mise au point qui était nécessaire.
Comme vous Olivier, je revise mon jugement sur Lang Lang, pur produit de la déferlante du piano Chinois devenu star mondiale. J’ai vu et écouté Lang Lang à La Roque, sur scène, derrière son piano, il respire le bonheur, je vous assure, c’est impressionnant. Il réussit à maîtriser son énergie, à se concentrer sur sa musique, à jouer avec une perfection sidérante les passages les plus techniquement difficiles et comble de la difficulté il passe du plus subtil des pianissimos au plus retentissant des fortissimos avec une agilité digitale et une facilité déconcertante. Quel phénomène!!
J’ai lu son livre “le piano absolu” un parcours difficile certes avec pour objectif principal devenir le meilleur. Lors d’une interview en 2007, une phrase de sa part m’avait interpellée , à la question d’un journaliste lui demandant sa première expérience sur scène, il avait répondu ” En chine, concert est synonyme de concours, on ne joue pas pour partager le plaisir de la musique mais pour passer devant les autres” Etre le meilleur, être le premier, moi moi je n’ai jamais compris une telle réflexion, puisque pour moi, la musique est avant tout le partage. Effectivement, il semble avoir évolué et ses engagements dans diverses associations pour s’occuper “des autres enfants et les amener à l’éveil de la musique témoignent d’une ouverture vers les autres d’un dépassement de soi. Très bien.
Programme à dominante piano, que du bonheur, seule petit reproche “Casta Diva” Encore, Callas chante tant d’airs merveilleux, il y a de quoi faire son marché!
Un bon moment de belle musique avec un invité très à l’aise, plus simple, plus à l’écoute.
J’en profite, j’ai terminé Classica , très bon article d’Olivier intitulé Chopin, feu et eau. J’avais fait une allusion dans le blog estival au sujet du 4 mains entre N Angelich et la très belle pianiste géorgienne Kathia B, leur jeu éblouissant ressemblait à une ballet amoureux, leurs regards,leurs sourires, leurs mains qui se frôlent, c’était beau, captivant!! avec à la fin cette grande tendresse dans l’accolade et le bonheur apparent.;Touchant.

2 Erica Roche, le 30 septembre 2010 à 10:26 :

Absente depuis plusieurs jours du blog, non pas uniquement à cause de l’ambiance un peu pesante mais tout simplement parce que j’étais souffrante, je tiens à ajouter mon petit grain de sel. Olivier, vous n’avez pas besoin de vous justifier. Quand on invite gentiment des inconnus chez soi pour partager de bons moments ensemble, on n’a pas à supporter les propos grossiers de certains. Quand on se sent colère, on doit d’abord pratiquer un peu d’autocensure pour ne pas subir l’humiliation de l’inévitable censure, ou bien on va ailleurs. J’espère que l’intéressé finira par comprendre le bien-fondé de tout ceci, et qu’il nous fera profiter à l’avenir de ses réactions exprimées d’une façon plus modérée. Pour revenir à l’émission, je regrette toujours dans ce genre de situation que la présence malheureusement nécessaire d’interprètes tue la spontanéité des échanges. Je suis heureuse que vous ayez un peu changé d’avis sur Lang Lang. Je suis allée l’écouter l’année dernière Salle Pleyel, tout d’abord dans un récital et ensuite avec Valery Gergiev et la LSO. Je l’ai trouvé très différent d’un concert à l’autre, et je pense qu’il a encore besoin parfois d’un peu d’encadrement de la part d’un très bon chef. Il était remarquable dans un concerto de Prokoviev dans le 2ème concert, mais inégal dans le 1er. J’ai détestée surtout son interprétation de Chopin dans son récital où il s’était laissé aller à tous les excès de la virtuosité pianistique. De quoi elle se mêle celle-ci, me direz-vous, elle qui ne sait même pas lire une partition, et vous aurez certainement raison, mais je ressens la musique à ma façon même si la technique n’est pas au rendez-vous. J’ai adoré son disque de concertos du grand sourd avec C Eschenbach, peut-être parce que là aussi il a été encadré par un chef qu’il admire. Vous parlez de Martha Argerich - ça me fait penser à sa façon de jouer Chopin, tellement perso que j’avais l’impression d’écouter une œuvre de Martha ou bien une interprétation faite par George Sand et je n’ai pas vraiment reconnu Chopin.

3 Françoise (40), le 30 septembre 2010 à 13:39 :

Sandrine, Erica … Vous voilà de retour pour notre plus grand plaisir. Catherine avait annoncé son départ, mais que sont devenus Martine, Mohammed … ? Revenez vite chers amis.
Cher Olivier, je pense comme Erica, vous n’étiez pas obligé de vous justifier. De notre côté, nous vous estimons trop pour accepter que ce merveilleux blog soit sali par de grossiers individus sans intérêt. D’où nos réactions.
L’émission avec Lang Lang nous a particulièrement gâtés avec de très beaux choix musicaux.
Merci Olivier. Mais n’écourtez pas trop votre temps de sommeil … Vous en avez besoin, et pour vous, et pour nous.
Très, très amicalement.
Françoise

4 Françoise (40), le 30 septembre 2010 à 13:53 :

Françoise (40), le 30 septembre 2010 à 13:39 : Votre commentaire est en attente de modération.
Sandrine, Erica … Vous voilà de retour pour notre plus grand plaisir. Catherine avait annoncé son départ, mais que sont devenus Martine, Mohammed … ? Revenez vite chers amis.
Cher Olivier, je pense comme Erica, vous n’étiez pas obligé de vous justifier. De notre côté, nous vous estimons trop pour accepter que ce merveilleux blog soit sali par de grossiers individus sans intérêt. D’où nos réactions.
L’émission avec Lang Lang nous a particulièrement gâtés avec de très beaux choix musicaux.
Merci Olivier. Mais n’écourtez pas trop votre temps de sommeil … Vous en avez besoin, et pour vous, et pour nous.
Très, très amicalement.
Françoise

5 vogel, le 30 septembre 2010 à 18:40 :

Bonsoir, Olivier
Je me permets cette approche familière car depuis le temps que je vous écoute, avec délectation, j’ai l’impression que nous nous connaissons bien !
A la lecture de votre “explication de texte”, je vous rejoins dans votre rancœur, car pour moi le mot Respect est omniprésent dans ma vie (nous avons déjà eu l’occasion d’en parler)! Que des sots se permettent de perturber cette émission si amicale est irrespectueux de votre travail et les condamnent : parler sans montre son visage est d’une petitesse!! Je ne poursuivrai pas ce désaccord car cela prendra trop de lignes!
Pour ma part, j’ai beaucoup aimé votre entretien avec ce pianiste hors pair.
Partager vos émissions en travaillant ajoute une pointe de dorure à mes délicats travaux.
Gardez votre énergie pour nous ravir l’esprit en nous faisant connaître des personnes illustres : cela est plus important que de prêter oreilles ou yeux à des hurluberlus.
Les soirées avec Marina Vlady et Jacques Malaterre furent délicieuses, également
Très cordialement
Jacques

6 Noushin Dowlatshahi, le 01 octobre 2010 à 08:15 :

Comme Olivier, j’ai été critique de Lang Lang, quoique d’être appréhensive de son technique et talent. J’avoue même que je me réjouissais plus avec les invites comme (Claude LeLouch, Jean Pierre Marielle, Denis Podalydes, Alain Decaux…) que les invites plus proche de mon age; peu de sagesse leur choix des madeleines (pop, rock, etc).
Quand a Lang Lang, je n’attendais pas grand chose, mais tout de même, j’étais curieuse et Lang Lang m’a vraiment surpris!!!!!! Je n’attendais pas d’entendre des réponses si originales et si bien penses aux questions qu’Olivier lui a pose
1 - a propos des critiques 2 - a propos d’amour! Il avait pose la même question à Charle Aznavour et a Claude Lelouch, deux des références de notre temps (a mon avis). Les deux grand hommes avaient donnes une reponses bien entendu mais, quand a Lang Lang, sa reponse m’a ému. Il a repondu avec tant de sagesse, originalité et sincérité (even the bad critiques can change their opinion and just the fact that they listen is positive, there are different types of love, parents, friends, etc…). Cela m’a appris de ne pas juger un livre par la couverture.

En plus, je suis vraiment ému par la réalisation complètement objective et professionnelle d’Olivier dans tout ses oeuvres et emissions; de choisir ses invites sans tenir compte de leur point de vue politique, religion, âge et même de son propre avis sur eux! J’ai aperçu cela même en lisant “L’enfant et les Sortilèges”……. Je regrette de vivre si loin et de ne pas pouvoir vous voir aux Cafés littéraires….. Bon, excusez mon écriture, car il y longtemps que j’ai quitte la France.
Noushin

7 Ulysse., le 02 octobre 2010 à 13:56 :

Cite interwiew de Barenboïm par OB:

“OB- Qe trouvez-vous à Lang Lang?
DB-Et vous, que lui reprochez-vous?
OB-Un manque de culture.
DB-Donnez lui cinq ans.”

8 Michel THIRY, le 02 octobre 2010 à 19:04 :

Cher Olivier, je vous serais reconnaissant d’essayer de prononcer “Musik verein” correctement. Le u se dit “ou” et le v se dit “f” en allemand tout simplement. Je sais, ce n’est pas très important et cela n’enlève rien à l’excellence de vos émissions, mais de l’entendre dix fois en une heure ! Amicalement, Michel.

9 Nelly, le 02 octobre 2010 à 22:28 :

J’aime beaucoup la personnalité de Lang-Lang. Ambitieux, généreux et prodigieux. Cela dérange souvent. je crois, j’espère, qu’il saura reprendre les rennes sans être manipulé. Lang-Lang est en train de grandir (cela peu paraître idiot d’écrire cela sur un musicien aussi médiatisé et de tout de même extraordinaire!)Voilà! j’ai été heureuse d’écouter. Merci Olivier et bon week-end.
A Bordeaux c’est Aldo Cicolini qui vient et moi…ailleurs et impossible d’aller écouter! C’est la vie! Amicalement à tous. Nelly.

10 Myriam, le 10 octobre 2010 à 18:38 :

My06:Enfin Olivier Bellamy met les choses au point!!!Bien bien envoyé!c’est votre blog,dont le sujet est Votre émission,Vos invités sont là pour s’exprimer.Si l’on n’aime pas,on ferme la radio,mais on ne va pas sur votre site pour en faire sa tribune.Passion Classique est la seule à éveiller notre curiosité à propos de personalités que nous ne connaissons pas et qui se livrent à vous et donc à nous.Merci pour toutes ces fin d’après-midi d’échanges entre vous et de nous faire partager en oubliant la télé et autres médias…Tapez donc sur la table,c’est la vôtre!Ca me plait!!!

11 Myriam, le 10 octobre 2010 à 18:45 :

My06:décidément je suis dans le flou ce soir!Lang-Lang j’ai adoré l’entendre s’exprimer,exprimer sa maturité.Ah!cette musique qui nous fait tant de bien!Quel bonheur.J’écoute vos rediffusions avec plaisir car on ne capte pas toujours tout…C’est comme relire


Donnez votre avis !






ombre