Accueil  >  Jean-Pierre Marielle, un monument qu’on aime
Flux RSS

Jean-Pierre Marielle, un monument qu’on aime

Le 17 septembre 2010 à 14:24 par Olivier Bellamy

Olivier Bellamy reçoit Jean-Pierre Marielle sur Radio Classique

  Il y a les monuments que l’on respecte à distance (Michel Bouquet), les monuments que l’on évite (ne citons pas de noms) et les monuments qu’on aime. C’est à cette catégorie qu’appartient Jean-Pierre Marielle. Il avait tout (peu d’ambition et un côté décalé) pour se cantonner dans la catégorie des seconds rôles de légende dont Jean Carmet est l’archétype le plus récent et dont la riche histoire du cinéma français regorge, il est devenu une vedette sans que son ego ne change d’un iota. Il n’aimerait pas qu’on dise cela de lui, mais tant pis : Jean-Pierre Marielle a du génie, comme Michel Galabru, Michel Serrault ou Jean Rochefort. Il est de la race secrète des vrais artistes, un peu étranges, pas des acteurs avec trois accents circonflexes sur le “a”.

J’étais avide de le rencontrer et tellement heureux que la peur d’essuyer une rebuffade ou un mouvement d’humeur à la suite d’une question pas tout à fait bien posée ne m’a pas effleurée. J’avais simplement peur qu’il s’ennuie de rester si longtemps en ma compagnie et inquiet de ne pas être à la hauteur d’une personnalité aussi singulière.

Jean-Pierre Marielle n’aime pas les interviews parce qu’il trouve indécent de parler de soi. C’est un homme pudique, généreux et vrai. Ses silences sont plus denses que les paroles de beaucoup de monde.

Je ne sais pas ce que vaut l’émission, tellement j’étais embarqué dans sa folie douce, celle des poètes et des visionnaires. Je sais seulement que j’ai eu l’impression de vivre égoïstement un grand moment de ma vie professionnelle et je me suis senti léger, léger en sortant. Je n’ai pas l’impression d’avoir “ramé” pour obtenir ses confidences (c’est peine perdue d’essayer car, avec lui, le vent change tout le temps), mais de m’être laissé porter par le courant.

Un mot, un seul, me revient en mémoire : “La seule direction qu’un metteur en scène peut donner à un acteur, c’est celle des studios.” Grandiose ! J’espère que les auditeurs étaient bien avec nous.

Voici son programme :

  Marin Marais : Variations sur les Folies d’Espagne (Jordi Savall)

  Madeleines :

  - Sidney Bechet « Petite fleur »

  - Henri Salvador, “Dans mon île” (sa mère l’a emmené le voir)

  - Une chanson populaire : “Ah ! Les fraises, les framboises »

  Programme :

Charlie Parker

  Suite de Bach

  Laurent Korcia : Ysayë « Rêve d’enfant »

  Taraf de Haidouck : Doina hora si briu

  Mélodies

  Ostende par Jean-Roger Caussimon

  Johnny Cash

  Vivaldi : Stabat Mater « Qui est homo » (Gérard Lesne)

 Jean-Pierre Marielle sera ce week-end au Festival d’Ile-de-France : http://www.festival-idf.fr/2010/accueil.php

Tags :
Lien permanent | Rétrolien

Il y a 13 commentaires pour cet article :

1 catherine Dubreuil dessinatrice, le 17 septembre 2010 à 19:50 :

Alors…je suis la première …je suis bien contente! D’abord un exercice difficile Olivier : Jean-Pierre Marielle…une voix de violoncelle , une simplicité déconcertante et cette façon de vous planter là…en plein surréalisme…parcequ’il est parti “Ailleurs”…mais pour de vrai! Mais comment ne pas l’aimer ? …et ces silences !!!! Merci Monsieur Marielle pour ces silences!!!!…on est loin des “Galettes de Pontaven” …quoique …parfois on y retourne direct, Marielle et sa charmante Agathe retez comme vous êtes on vous aime. PS: Bravo Olivier frolant le funambulisme mais laissant le temps de l’émission ouvert à….l’ailleurs…c’était savoureux.

2 Françoise (40), le 17 septembre 2010 à 23:05 :

Bien sûr que l’on était bien avec vous !
Quel homme ! Comment ne pas l’aimer ?
L’acteur, nous connaissons et nous aimons.
Mais l’homme … qui se cache derrière cet acteur que nous apprécions tant ?
Pour notre part, nous avons eu l’occasion de l’apercevoir à Chamrousse dans l’hôtel où nous avions l’habitude de nous rendre pour nos sports d’hiver. Une discrétion et une courtoisie exemplaires … dont certains devraient s’inspirer !
Merci Olivier. Ce fut une bien belle soirée.
Françoise

3 Nelly, le 18 septembre 2010 à 00:39 :

Oui, j’étais là aussi et j’ai vraiment aimé. Surtout d’apprendre que l’on avait quelque chose en commun: l’amour du silence! J’ai adoré less ‘madeleines’ surtout Ah! les fraises et les framboises… et puis aussi réecouter Ostende et Jean-Roger Caussimon. Voilà: c’était une belle émission avec jean-pierre Marielle.

4 Eliane, le 18 septembre 2010 à 23:16 :

Pour moi Marielle reste et restera l’acteur truculent et cabotin des “galettes de Pont Aven” et surtout ce joueur de gambe intransigeant, austère et passionné, ce St Colombe de “Tous les matins de monde” joué avec tant de vérité.
Marielle, c’est cette voix basse, chaude, presque caverneuse et si envoutante, une voix qui perce le silence de la nuit et vous transperce en même temps.
Comme j’écoute l’émission toujours en pleine nuit, j’ ai l’impression d’ être seule avec Olivier et son invité, tapie dans un petit coin, exactement comme dans “ma fosse” quand j’étais enfant, Merci à Passion Classique pour cet invité de qualité et, à titre personnel de me permettre de revivre un des moments les plus beaux de mon enfance;

5 erica roche, le 19 septembre 2010 à 09:00 :

Pour moi, outre les films, il restera l interprete incomparable du “Nouveau Testament” de Sacha Guitry, a la fois fin et tellement drole que j`avais mal au ventre tellement j`ai rigolè. J ai un copain, aveyronnais pur jus, qui faisait partie de lèntourqge de Francoise Sagan vers la fin de sa vie. Un jour elle lui demande ce qu´il avait vu recemment au theatre. Lorsqu`ìl avoua quìl nàvait jamais ete au theatre de toute sa vie, elle le regardai incredule et telephonai aussitot a Francoise Fabian qui lui procurai une place pour aller voir cette piece le soir meme. Il n osai pas refuser de peur de la vexer et passai une soiree memorable a sa grande surprise.

6 Bernard Gensane, le 19 septembre 2010 à 13:52 :

Il y a une vingtaine d’années, j’étais dans une petite salle à Paris où l’on jouait du jazz. Je ne suis pas fou de cette musique, mais je suis d’un naturel curieux. À ma droite était assis un type assez grand mais, tout tendu que j’étais vers l’écoute des musiciens, je n’avais pas remarqué qui c’était. Entre deux morceaux, cette voix inimitable dit :
“En France, le Jazz, c’est trop tard”. Je fus saisi par cet apophtegme. Je demandai à Marielle s’il estimait que la France et les Français étaient perdus pour cette musique. Il me répondit par la négative : il voulait simplement dire qu’on jouait du jazz trop tard dans la journée (il était 20 heures 30) pour que des amateurs puissent en profiter, par exemple, avant de rentrer chez eux.
Comme vous dites, Olivier, avec cet homme insaisissable, “le vent change tout le temps”…

7 catherine Dubreuil dessinatrice, le 19 septembre 2010 à 15:09 :

…le vent change ..mais le paysage reste réconfortant cher l’inimitable Jean-Pierre Marielle ….
Hier nous avons vu Momo dans son labo!!!! et avons tout appris - en gros- sur le prion- super interêssant! he bien c’est tenace cette vacherie de prion : encore plus que les intellectuels de gauche caviar dans le paysage culturel…c’est pas peu dire ! sans précautions drastiques (1 heure dans l’eau de javel pure, ou caisson auto clave je ne sais plus combien de bar …on peut les retrouver 40 ans après, d’attaque !!! terrifiant!

8 Myriam, le 24 septembre 2010 à 18:12 :

My06(peintre,dessinatrice et autres).Ah je retrouve le blog de R.D où l’on parle de l’invité!!Quel plaisir d’écouter cette voie qui vous réveille et vous interpelle!Aurait-il pu chanter “ole man river???J’aime le comédien et l’homme,que l’on ne connait pas mais que l’on devine.Je l’ai vu il y a…ouh la la,sur scène à Paris,il jouait”Un roi à New-York”avec entr’autre Jana Elbim,compagne de J.F Porron!!Un grand,un vrai,comme il n’y en aura plus jamais.Merci O.Bellamy

9 deroide, le 27 septembre 2010 à 08:36 :

J’étais en voiture lorsque l’émission a débuté…je me suis arrêtée, j’ai fermé les yeux…j’ai dit:”merci”. Merci de donner la parole à des hommes tels que JP Marielle, qui vous rappellent sans fards d’aucune sorte,sans crainte de laisser respirer le silence -et notre coeur aussi- et de nous rappeler que la vie : c’est ça ! Une aristocratie de l’âme,une quête, une absence totale de vulgarité, un savoir être, une personnalité un peu sur le rebord du monde et si justement à sa place. Merci Olivier de nous aider à “hausser le réel d’un ton”. Mon mail arrive en décalage, mais le souvenir de cette émission est intact.

10 Mohammed Moudjou, le 07 octobre 2010 à 17:44 :

Amis bloggeurs et amies bloggeuses, Salut,
Cela fait un bail que je n’ai rien posté sur le blog. Ce n’est nullement signe de désintéressement mais simplement à cause de différentes occupations qui ont fait que j’ai très peu écouté l’émission d’Olivier B : Passion Classique. J’ai seulement écouté celle d’un des « Grands Ducs » J.P. Marielle qui m’a enchanté de sa voix, sa diction, son éloquence et ses respirations. Il fait partie de ces artistes à Voix, comme Rochefort, Noiret, Lansdale, Bouquet… J’ai lu la plupart de vos messages avec grand intérêt. Je salue le retour de C2D, de Martine, d’Erica… la « Boite à Musique » de Samu ne fait pas rêver qu’Eliane et je constate la grande absence d’Alain F. J’ai pensé à lui en regardant dimanche dernier le documentaire sur le pianiste russe S. Richter ; un volcan au piano. Cependant, son jeu harmonieux contrastait énormément avec les mouvements de son corps. En l’écoutant les yeux fermés, on n’aurait pas cru que la douceur des notes émanait de quelqu’un d’aussi explosif devant son piano. Enfin, c’est juste mon avis. Mais là où je voulais venir, c’est qu’il n’a pas dit beaucoup de bien de l’idole d’Alain F : H.V. Karajan (c’est dans la deuxième partie des deux reportages). Comme d’habitude, cette émission est encore disponible sur Arte7+ jusqu’à ce week-end. Je me suis dit si notre Alain F avait vu ça, il n’aurait pas supporté et aurait défendu corps et âme son maître… de sa plume bien aiguisée!
Voilà, avec toute mon amitié.
MM, toujours vivant et en bonne santé

11 Erica Roche, le 07 octobre 2010 à 17:48 :

Salut Momo et bon retour!Vous nous aviez manqué tout comme Alain F…et aussi Elise!

12 Eliane, le 07 octobre 2010 à 19:23 :

Momo, très heureuse de vous relire, votre dessin a changé de piano, il est tout mignon, quasi seul sur le Schimmel noir du salon, ma toute dernière acquisition, reste à l’apprivoiser!! lMerci encore .

13 Martine, le 07 octobre 2010 à 21:08 :

Bonsoir Mohammed ! vos écrits consensuels et plein d’esprit nous manquaient ! :-)


Donnez votre avis !






ombre