Accueil  >  Zhu Xiao Mei, de Mao à Bach
Flux RSS

Zhu Xiao Mei, de Mao à Bach

Le 06 juin 2010 à 10:39 par Olivier Bellamy

Zhu Xiao Mei et Olivier Bellamy sur Radio Classique

Zhu Xiao Mei joue Bach comme un grand chant intérieur qui réchauffe le monde. Sa voix vacille comme la flamme ténue d’une bougie qui éclaire une grotte profonde.

Elle habite toujours quai de Conti. Ses fenêtres donnent sur le Pont Neuf. « Je me prive de tout : jamais de restaurant, jamais de taxi pour rester dans cet appartement. C’est tellement beau ». Un grand piano noir occupe toute la pièce, des partitions et des livres de philosophie orientale tapissent les murs. Un bouddha et un portrait de Jean-Sébastien Bach sont les seuls ornements de cette cellule monacale. L’espace est plongé dans un profond silence comme seuls les musiciens, les écrivains et les prêtres savent le créer.

Elle est restée chinoise jusqu’au bout des ongles, malgré vingt ans passés en occident. Une Chinoise qui aime Jean-Sébastien Bach comme une religieuse de la campagne aime son bon dieu. Une Chinoise, qui vit au bord d’un fleuve, la Seine, et qui vient d’écrire « La rivière et son secret » parce que « l’eau a raison de tout, même de la roche la plus dure », à condition d’être patient et d’y mettre le temps. Et Bach ? Son nom en allemand ne veut-il pas dire « ruisseau » ? Alors, vous voyez bien que tout se tient.

« Je suis frappée de retrouver chez Bach les éléments les plus essentiels de la culture chinoise, comme s’il était la réincarnation d’un grand sage chinois. Et la variété des climats, des humeurs que l’on retrouve dans les Goldberg me rappelle cette philosophie du « juste milieu » dont Maïtre Pan, mon professeur de piano à Pékin, a été le premier à me parler. C’est une œuvre qui rassemble toutes les émotions, tous les sentiments de la vie humaine. »

Du plus loin qu’elle s’en souvienne, Zhu Xiao Mei a toujours connu Bach. Son maître lui avait montré que seules les fugues du Clavier bien tempéré pouvaient réchauffer ses doigts gelés. Lorsqu’elle a été envoyée en camp de rééducation, elle a réussi à travailler (en cachette) les fugues à cinq voix (*) : la conduite de la polyphonie parvenait non seulement à faire mieux qu’une paire de gants, mais apaisait son esprit troublé comme par miracle. « La musique naît d’une sorte de non-agir, comme dans le tai-chi-chuan, cet art martial dont l’équilibre repose sur l’équilibre et la concentration, sur « l’agir-sans-agir ». Une force intérieure s’éveillait en moi et j’ai compris que la mise en doigts a souvent plus à faire avec l’esprit qu’avec la matière. »

C’est à Boston, que Zhu Xiao Mei a découvert la partition des Variations Goldberg, œuvre totalement inconnue en Chine et qu’un certain Glenn Gould avait fait redécouvrir à l’occident quinze ans auparavant. Grâce à la visite du président Nixon et au réchauffement entre les deux pays, elle avait réussi à fuir. Les Goldberg ont été la rencontre musicale la plus forte de toute sa vie. Elle les travaillait huit heures par jour. Mais l’Amérique, c’était aussi les petits boulots, le manque d’argent et même parfois… la faim ! Alors Zhu Xiao Mei a rêvé de Paris. « Il n’y a qu’en France et en Chine que l’on retrouve cette manière très spéciale d’aborder la vie comme un art. » Tous ses amis lui ont déconseillé de partir : Paris est un enfer pour les pianistes, la critique y est terrible… Horowitz n’a-t-il pas refusé d’y mettre les pieds pendant de nombreuses années à cause d’un mot cinglant de Gavoty dans Le Figaro ? Une seule personne l’a encouragé à partir. C’était une amie juive, qui y avait vécu sous l’Occupation et pour qui la France restait le plus beau pays du monde.

« Comme tous les Chinois, raconte Zhu Xiao-Mei, ma première visite s’est déroulée au Père Lachaise pour voir le Mur des Fédérés. (**) Les deux héros français de ma jeunesse étaient Victor Hugo et Romain Rolland. « Jean-Christophe » demeure la bible de ma génération. J’ai été très surprise d’apprendre qu’on en parlait ici comme d’un auteur mineur tout en ne jurant que par Marcel Proust. »

Aujourd’hui, la petite Chinoise amoureuse de Bach ne pourrait pas vivre ailleurs que dans la Ville Lumière. Malgré le sentiment de supériorité et l’arrogance des Français… « mais lorsqu’on est amis avec eux, c’est pour la vie ».

Zhu Xiao Mei ne peut pas oublier la chaleur des Parisiens qui l’ont accueillie comme une artiste, pas comme une intruse. « Ils m’ont insufflé la force de prendre confiance en moi ». C’est à l’église Saint-Julien-le-Pauvre qu’elle a fait ses débuts véritables. Une œuvre lui est apparue comme une évidence : les Variations Goldberg. Comment affirmer son identité de Chinoise à Paris ? Avec les Goldberg bien sûr ! Cette œuvre dans laquelle Gould avait mis les paysages infinis de son Grand Nord. Mais le Bach chantant, humain, « à cœur battant », immense et humble de Zhu Xiao Mei n’a rien à voir avec le monde austère, puritain et génialement hystérique du Canadien. « A travers les Goldberg, j’ai compris pourquoi la polyphonie de Bach me touche tant : elle seule permet, au même moment, d’exprimer par le truchement des différentes voix des émotions diverses, plurielles, contradictoires, sans que l’une ne l’emporte nécessairement sur une autre. »

Comme les personnes, qui ont vu le diable dans les yeux, Zhu Xiao Mei trouve dans la musique de Bach et dans les grands chefs-d’œuvre de la musique comme la Sonate D 960 de Schubert ou l’opus 111 de Beethoven, la force de croire à nouveau en l’homme. « Dans la musique de Bach, il n’y a rien de mesquin ou de bas. C’est toujours grand, ça rend plus fort… et plus gai. La musique allemande, la philosophie est toujours là en filigrane. Beethoven, à la fin de sa vie, comprend qu’il y a quelque chose… » Zhu Xiao-Mei  joue ces chefs-d’œuvre à sa manière… au bord du murmure… et sans violence… « Ce qui me touche le plus chez les gens, c’est la douceur et la fragilité. »

La carrière de Zhu Xiao-Mei a vraiment démarré avec ce concert de Saint-Julien-le-Pauvre. Le label Mandala lui a proposé d’enregistrer son premier disque. Puis Georges Gara l’a invitée au Théâtre de la Ville. Toujours les Goldberg… Le Monde a signé un article très laudatif. René Martin l’a invitée à La Roque d’Anthéron et son Bach a commencé à intéresser la terre entière. Le violoncelliste Alain Meunier lui a trouvé une place de professeur au Conservatoire de Paris et elle a pu s’installer parmi nous. Maintenant, Zhu Xiao-Mei pense ralentir sa carrière. Elle ne veut pas finir comme Alfred Cortot, s’accrochant à son tabouret et s’imaginant éternellement jeune. Elle ne donne plus que quinze concerts par an et a resserré son répertoire à l’essentiel. Le répertoire des « survivants ». Les œuvres qui élèvent l’âme. Dans son livre, elle avoue que la Révolution culturelle l’a brisée. Chaque jour, elle se demande comment elle peut continuer à vivre et trouver la paix après tout ce qu’elle a enduré. « J’ai attendu vingt ans pour l’écrire. Je ne voulais pas qu’on pense que je parlais de mes malheurs pour trouver des engagements. »

Son disque des « Variations Goldberg » (enregistré en 1990) sort à nouveau chez Mirare. A la fin, lors de la reprise de l’Aria, il est difficile de retenir ses larmes. Elle y voit un mouvement universel, mû par le souffle de la vie, un « retour », base de la philosophie taoïste. Son livre comporte trente chapitres. Il commence par une Aria et finit par une Aria. Comme dans les Trente Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach. La dernière phrase du livre : « C’était le soir de ta naissance… » prononcée par sa grand-mère. Le terme a rejoint le commencement, mais il est différent. Comme dans la musique…

   Olivier Bellamy

   « La rivière et son secret », avec l’aide de Michel Mollard, éditions Robert Laffont, 330 pages, 20 €

   Variations Goldberg (Mirare)

   Le Clavier bien tempéré (Mirare)

   (*) La 4e fugue en do dièse mineur et la 22e en si bémol mineur du Deuxième Livre

   (**) Le 28 mars 1871, 147 Fédérés, combattants de la Commune de Paris, y ont été fusillés.

    Voici son programme :

   

   Madeleines musicales

    

   1- SCHUMANN : Rêverie, extraite des Scènes d’Enfants, opus 15, par Zhu Xiao-Mei (2’45)

   2- TCHAIKOVSKY : Novembre (Troïka) extrait des Saisons par Sviatoslav Richter (2’55)

   3- BACH : 11ème Sinfonia à 3 voix en sol mineur par Angela Hewitt (1’59)

   Autres œuvres

    

   4- Chœurs de l’Armée Rouge

   5- RACHMANINOV : Final du 2ème Concerto opus 18 par Sviatoslav Richter et l’Orchestre Philarmonique de Leningrad, direction Kurt Sanderling (11’39)

   6- MOZART : Adagio du 23ème Concerto par Geza Anda et la Camerata Academica Salzbourg (environ 7’30)

   7- BEETHOVEN : Finale de la 6ème Symphonie « Pastorale » par l’Orchestre New Philarmonia, direction Carlo-Maria Giulini (10’01)

   8- SCHUBERT : Der Leiermann, dernier lied extrait du Voyage d’Hiver, par Dietrich Fischer-Dieskau et Gérald Moore (environ 4’)

   9- BEETHOVEN : Cavatine extraite du 13ème Quatuor par le Quatuor Talich (6’13)

   

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 65 commentaires pour cet article :

1 Itié, le 06 juin 2010 à 13:28 :

Olivier nous a donné un long article , trés long même , exceptionnel ! Il était sous le charme , au sens propre du terme ! Quelle conversation surprenante , j’ai dù augmenter le son , c’était comme dans une église , à voix basse . Quel périple a vécu cette artiste , et que de souffrances!
L’analogie de Bach et de la culture chinoise , une évidence , mais qui peut mieux la voir que cette merveilleuse personne !

2 sandrine, le 06 juin 2010 à 16:31 :

Oui très beau papier en effet, moi j’ai pensé tout de suite il faut qu’Olivier écrive une biographie sur Zhu Xiao Mei cette fois….
Je vais de ce pas écouter l’émission.
cordialement
sandrine(84)

3 sandrine, le 06 juin 2010 à 17:58 :

Oui Oui,je confirme, formidable personne et quel beau programme même si il n’ y avait que du piano!! Cela m’ a donné envie de lire et d’écouter cette Dame!
cordialement
sandrine(84)

4 marie blanc, le 06 juin 2010 à 19:40 :

merci,olivier pour vos émissions et particulièrement pour celle avec Xiao-Mei:je l’ai vu,entendu au chatelet en 2001,je crois, avec alexandre tharaud,jouer la fantaisie de schubert…c’était profondément émouvant.c’est une de mes amies qui lui a trouvé son studio, quai conti(elle l’évoque dans son livre)et depuis je me rends compte que Xiao mei a ses fidèles en charente maritime: son concert en vendée cet hiver ds une église bien froide et le 13 juillet, elle vient à Saintes jouer des cantates de bach//quel bonheur qu”elle aime l’ouest!!!voilà une pianiste au destin “hors norme”qui nous donne du courage et surtout la foi en l’être humain! merci encore olivier pour vos émissions, certes inégales(mais vous êtes humain face à d’autres humains!)mais qui nous font cadeaux de véritables joyaux !question très perso: tenez vous l’arrêt de la cigarette,moi, après 5mois j’ai une petite rechute depuis 10 jours!!

5 Marc Fournier, le 06 juin 2010 à 21:05 :

Zhu Xiao-Mei est captivante, non seulement par ce qu’elle dit mais aussi par sa façon de parler. Ses choix musicaux dans votre émission illustrent sa forte personnalité et sa sincérité : rien qui obéisse à une mode ou au snobisme, tout vient de l’âme. Merci Olivier pour cette interview et pour votre excellent article qui la complète magnifiquement. Reste à nous faire écouter plus souvent les enregistrements de Zhu Xiao-Mei !

6 Livadiotti Roberto, le 06 juin 2010 à 22:40 :

C’était en effet intéressant, meme s’il y avait surtout des morceaux pour piano seul,à part la symphonie “Pastorale” et un ou deux morceaux concertants.Le dialogue ne manquait pas d’intéret.

7 Eliane, le 07 juin 2010 à 00:41 :

3è essai!! A chaque fois, tout disparaît et je dois recommencer!!
Très belle prose d’Olivier sur cette admirable pianiste chinoise qu’est Zhu Xiao-Mei. Je “fréquente” cette pianiste depuis longtemps car elle fait partie de mes choix de concerts chaque année à La Roque d’ Anthéron. (Merci Monsieur René Martin) Je dois vous dire que sa première apparition m’a marquée : silhouette fragile campée devant l’immense Steinway noir, un jeu simple et épuré, une immense humilité dans l’approche des oeuvres, un regard bien à elle;sa tenu de scène discrète et sobre, sa façon de saluer avec réserve et modestie, Une voix intérieure m’a tout de suite dit que cette femme devait avoir un passé lourd à porter. Mais quoi ??? Et puis Septembre 2007: sortie du livre……….lecture……et……..choc. Cette biographie de la musicienne impose en première réaction une grande admiration. Rescapée de la révolution culturelle, camp de travail etc (voir le papier d’Olivier plus haut). Pour des raisons tout autant musicales qu’humaines, l’été 2008, j’ai choisi 2 concertos de Mozart ,je vous assure que le larghetto du N°24, interprété tout en retenue et sensibilité restera un moment de grâce inoubliable (tout comme la reprise de l’Aria à la fin des Variations Goldberg comme le souligne Olivier.)Zhu Xiao-Mei a reçu une ovation du public qui, je vous assure n’est pas toujours tendre à l’égard de l’interprète.
Cette artiste, il est facile de la croiser dans le parc, elle est très touchante quand elle va s’assoir à l’ombre au pied d’un séquoia, comme vous ou moi, elle semble toujours très absorbée, concentrée, comme en prière même si je sais qu’elle ne joue pas le soir.
Je la retrouverai avec plaisir cette année au temple de Lourmarin dans Schubert et Mozart puis dans dans Bach bien sûr, la musique qui a été (et est) le guide de toute sa vie.
J’ai aimé son programme riche en piano, ma passion.
Merci pour cette merveilleuse invitée.
Pourquoi radio Classique n’est il pas présent à la Roque? Est- ce le privilège de France Musique? Vous pourriez faire moit moit?
IL est bientôt 1H du mat, bonne nuit à tous
Amicalement
Eliane

8 Erica Roche, le 07 juin 2010 à 12:12 :

Bonjour les amis, me voici de retour et toute prête pour notre rendez-vous du 9 juin où je vous attendrai comme convenu au café, munie du livre d’OB et de mon appareil photo pour immortaliser l’évènement (Martine et MM, nous comptons sur vous malgré votre absence du blog - Roberto, merci d’avoir confirmé votre présence). Jai un sacré retard à rattraper dans les émissions et dans le blog, mais avant toute chose je me dois de faire le compte-rendu des vernis d’Aldo que j’avais promis à Alain. Nous voici donc arrivés à Nohant à la fin d’une après-midi étouffante, et comme j’avais fait remarquer à qui de droit qu’un concert d’Aldo méritait mieux que le traditionnel picnic devant la poubelle du parking, on avait retenue une table à “La Petite Fadette” pour un souper avant le spectacle. Ce n’est pas tout à fait un resto 3 étoiles, mais ça a l’avantage de se trouver “sur site” comme on dit (mais je ne dis pas d’habitude). Donc, à l’heure dite, on s’y pointe, tout contents de se trouver dans une salle fraîche, et en regardant machinalement par la fenêtre devant moi, je découvre, à mon grand étonnement, Aldo en train de siroter une bière à la terrasse et vêtu d’un maillot jaune genre Tour de France des années 50. J’ai eu très peur pour les vernis, et je n’ai plus osé regarder par la fenêtre de peur qu’il croie que je le dévisage. Après un certain temps il est parti certainement pour répéter et se changer, et en s’appuyant assez lourdement sur sa canne. Nous avons ensuite découvert la Bergerie toute refaite, pimpante et bien insonorisée mais hélas pas climatisée. On était ravis de se trouver au 3ème rang, chose qui serait impensable à Paris. Lorsque Aldo est arrivé sur scène, il n’avait plus sa canne, et se mouvait avec grande difficulté et on pouvait mesurer sa souffrance physique et sa fragilité, aggravées nous avait-on dit d’asthme. Il s’est assis, et là j’ai pu contempler les fameux vernis dont les reflets étaient éblouissants, ainsi que de nombreuses gourmettes et bagues qui m’ont étonnée. Au programme de la 1ère partie les œuvres écrites par Chopin à Nohant -choix symbolique entre mille, et en 2ème partie les œuvres pour piano de Debussy. Lorsqu’il a commencé à jouer j’ai oublié la chaleur, le T Shirt vintage, les vernis et les gourmettes, l’âge et la fragilité physique, tellement j’étais subjuguée par ce jeu à la fois puissant et nuancé à l’infini (viril comme disait mon voisin). Certes, il y avait des fois des notes un peu approximatives, mais ça n’avait aucune importance, et nous avons passé une soirée vraiment inoubliable. Notre voisin avait fait le déplacement exprès de Paris, et il n’a vraiment pas regretté.

9 Alain F, le 07 juin 2010 à 15:14 :

Eliane, Erica, vos impressions d’avant, pendant et après concert sont précieuses et décrites délicieusement -grand merci. La passion est un style de vie ….Je n’ai pas encore écouté l’émission : par beau temps l’horaire habituel correspond à l’entretien de nos amies les plantes. J’avais déjà été touché par l’histoire de Chow Ching Ling (22/03/2010) au passé, me semble-t-il, similaire et je crains de l’être encore plus. Olivier a écrit un beau texte et il m’a donné envie de faire une comparaison de divers enregistrements des Variations : les deux de Gould, celle de Ekaterina Dershavina et les trop courts extraits par notre pianiste disponibles sur le net. Si j’avais à choisir un Bach apaisant, serein, aucune hésitation….ZXM. Erica, c’est vous la « vernie » d’avoir écouté Aldo Ciccolini ! Amitiés à vous deux. PS : L’inévitable citation : « Pour jouir de la musique, il faut être dans un pur abandon de soi-même; un esprit préoccupé en entendant de la musique n’est jamais dans une situation assez libre pour la juger, pour la comprendre. Il faut une docilité à la grâce qui résume tout l’art d’écouter la musique » J.P. Rameau.

10 Mohammed Moudjou, le 08 juin 2010 à 05:54 :

Comme le dernier message datant du samedi 05/06 14h37’ était « en attente de modération » et n’a débarqué sur Pascal Escande’s Beach qu’à la fin de la matinée du 07/06 sous le n° 19, je renvoie un nouveau pour confirmer ma présence au rendez-vous organisé de façon cybernétique chez Catherine 2D, viva Internet. J’espère que le message en question est arrivé chez-vous dans un état de décomposition non avancé, avec des caractères encore lisibles, vu la période « d’attente en macération » qu’il a subi. Comme il commence à dater, ce message n’apparait pas sur la colonne de droite, celle très solidement soutenue par le « gai savoir » de l’Encyclopedia Universalis du blog (vous êtes monté en grade cher AlainF …) et les autres fidèles. Je me suis posé la question pourquoi certains messages passent un certain temps dans le couloir de la modération. Après réflexion et analyse extrêmement poussées avec un logiciel sophistiqué, deux conseils : i- ne jamais envoyer un commentaire le week-end. ii- ne pas insérer de liens avec des adresses très lointaines, exemple en Azerbaïdjan. Même avec des vitesses de 100 MegaBits/s, il faut du temps au message de faire l’aller-retour pour vérification du site ou de l’info contenue dans les liens proposés !
J’en profite pour rajouter que vous m’avez tous, y compris Olivier B et son riche monologue, donné envie de prendre du temps et d’écouter l’entretien avec Zhu Xiao Mei. Ça a l’air passionnant tant humainement que musicalement.
J’ai aussi vu que vous avez pris de l’avance sur le bac philo avec une vraie question : « La notoriété doit-elle être un prétexte pour soutenir une cause (quelle qu’elle soit) ? ». Françoise s’en est expliquée de la signification de ses propos, et c’est tout à son honneur. Moi aussi j’ai eu un moment d’hésitation à la première lecture et je me suis dit ça veut certainement vouloir signifier autre chose. Alors je me suis rappelé d’un passage du 18 avril (n°46 chez Ruggiero Raimondi) ou Martine se posait des questions sur les difficultés de communiquer via les blogs : « … Comme toute expérience doit avoir du sens, cela a été pour moi l’occasion d’une réflexion sur l’humour, comment en faire, comment savoir reconnaître que ça n’en est pas et alors ne pas imputer aux autres leur manque d’humour, comment s’exprimer et faire passer ses idées sur internet, réagir mais sans drame, vaste sujet au fond mais ce n’est pas l’objet de ce blog… ».
Avis perso : Personne, notoire ou non, avec un soupçon d’humanité ne peut rester indifférent, il suffit d’identifier sa ou ses causes. Même Adriana Karembeu a trouvé la sienne… Je finis en citant ce cher 2ES (Eric E. Schmitt) passé il y a quelques temps chez OB, citation à prendre dans son sens le plus large : « Douter et croire sont la même chose, seule l’indifférence est athée ».
Bien amicalement
MM

11 Mohammed Moudjou, le 08 juin 2010 à 06:22 :

Et voilà, ça marche…

12 Mohammed Moudjou, le 08 juin 2010 à 06:27 :

Coucou Erica, Oh j’en profite pendant que ça marche.
Promis j’arrête là les bêtises.
Bonne journée

13 Alain F, le 08 juin 2010 à 16:06 :

Bonjour Mohammed, mais où étiez-vous ? Venise ? Enfin ! vous êtes revenu à temps pour nous donner votre « diplomatique » corrigé du sujet. Il ne vous aura pas échappé, j’espère, que les « 22 volumes » n’étaient qu’une accroche au commentaire sur le maestro Inbal - Si non cela renvoie à la devenue célèbre question de Martine. Comme vous pour les classements, j’avoue avoir du mal pour les hiérarchies- et à mon âge (hi! hi!) c’est plutôt la dégradation qui s’avance ! Le seul ouvrage, qui sème à tout vent, présent à la maison est un simple volume (édition de 1984 -souvenir de famille-) où le mot « prion » y est encore inconnu. Je « prétexte » de ce bref et amical coucou pour souhaiter à toutes et à tous une enrichissante rencontre que vous ne manquerez pas de nous conter. Très cordialement. PS : Ne manquez pas d’écouter les « Variations Goldberg » par ZXM.

14 Erica Roche, le 08 juin 2010 à 17:17 :

Cher Alain,ne vous inquietez donc pas - je vous ai promis un compte-rendu et vous l’aurez. Par contre, pour les photos je ne sais pas trop si ça marchera. Coucou MM - ravie de vous lire et vos “bêtises”qui n’en sont jamais - alors à demain pour d’autres!!

15 catherine Dubreuil dessinatrice, le 08 juin 2010 à 21:35 :

superbe article d’Olivier, toute une histoire…la voix de cette femme est prenante, je cours acheter les variations de Zhu Xiao Mei….je pense que je vais réécouter cette émission…que j’ai entendue en direct…je finis toute la nuit mes encadrements pour demain, une chose est certaine: Alain et Samuel vont manquer cruellement, encore que pour Samuel j’eusse eu à faire des amènagements, vu l’envergure du Sieur, ma “terrasse” n’est qu’un petit balcon où on tiend maximum à 3!!! Vos “joutes” nous manquent oû est-il passé le Rosenfeld?!!!! …je file encadrer sous peine de recevoir nos amis dans un chaos dispersé!!!!!!

16 Alain F, le 08 juin 2010 à 22:21 :

Catherine, c’est la terrasse du café dont il s’agit : pas la votre ! Comment voulez-vous que je devine si vous en avez une ? Sur Maps et en 3D on peut voit le Havane café et sa terrasse bien sympa. Je participe comme je peux ! Le cadre (pas celui que vous tenez en main !) de la rencontre est bien choisi. Amitiés.

17 Martine, le 08 juin 2010 à 23:19 :

Moi j’ai l’impression que les messages en attente de modération sont ceux rédigés à partir d’une adresse IP non connue : est-ce que vous utilisez toujours la même connexion internet pour poster ?

18 Martine, le 08 juin 2010 à 23:27 :

Les variations Goldberg (mon écoute du moment quand je ne suis pas sur RC): c’est drôle car suite à l’émission d’Arte consacrée à Glenn Gould récemment, j’avais trouvé cet article qui citait les plus belles interprétations des Variations, et je m’étais arrêtée sur la présentation de celle de Zhu Xiao-Mei..
http://www.kulturica.com/goldberg.htm
Moi aussi j’ai beaucoup apprécié l’émission, captivante

19 Martine, le 08 juin 2010 à 23:29 :

Yes ! j’ai réussi à poster 2 messages à la suite, du même navigateur, sans être bloquée ! le 3ème passera-t-il ?

20 Martine, le 08 juin 2010 à 23:31 :

c’est trop beau, “ils” ont enfin dressé WordPress ? :-)

21 Erica Roche, le 08 juin 2010 à 23:37 :

Les amis, avec la météo annoncée pour demain ça m’étonnerait qu’on puisse profiter de la fameuse terrasse!

22 Eliane, le 08 juin 2010 à 23:58 :

Juste un petit mot adressé plus particulièrement à Erica et Alain : je serai au récital d’Aldo Ciccolini pour sa soirée anniversaire le jour même de ses 85 ans( à La Roque d’Anthéron bien sûr), ce concert s’annonce “mémorable” étant donné l’âge de ce Grand Monsieur.
Il y a une grande et assez longue allée à traverser pour arriver à la scène, tous les concertistes y arrivent à pieds en compagnie de René Martin, repartent de la même façon, c’est une sorte de rituel qui se renouvelle à chaque concert, chaque année.
Une question me traverse l’esprit : Aldo C va t il perpétuer la tradition? Si oui, ses”vernis” risquent d’être un peu poussiéreux en arrivant sur scène!! la cata!! A suivre donc……..
A tous ceux qui participent à la rencontre de demain au Havane café, je souhaite un excellent moment de partage, d’échanges, de rires, c’est une super idée. Je vous connais “virtuellement” pour vous lire depuis longtemps, l’humour sera certes au rendez-vous, je boirai même un verre demain soir en pensant à vous.(je vous lis depuis si longtemps!)
Comme Alain, j’attends quelques anecdotes.
Qui sait, peut-être qu’un jour, viendrez vous tous vous oxygéner en Bretagne, à St Malo par exemple pour un bol d’air marin , nous pourrions faire nos “Etonnants voyageurs” avec pour thème, à votre avis?
A suivre………. également
Amicalement
Eliane (de Rennes)

Amicalement
Eliane

23 Eliane, le 09 juin 2010 à 00:05 :

Une fois de plus, j’ai perdu mon texte à deux reprises, d’où deux répétitions, toutes mes excuses, il est tard.Qui plus est, j’oublie parfois de remonter mon texte pour me relire.
Eliane

24 Alain F, le 09 juin 2010 à 15:00 :

Où êtes -vous Erika ? Je ne vous vois pas ! Le parapluie à la main droite et Martha « qu’on serre tôt de la main gauche » , vous ne devriez pas échapper à mon regard ! Oh ! Je rêve ….Très bonne journée à vous tous. Amitiés.

25 Alain F, le 09 juin 2010 à 15:01 :

Pardon :ERICA sans k

26 Françoise (40), le 09 juin 2010 à 16:43 :

Bonne soirée à tous ceux qui auront le plaisir de se retrouver ce soir aux côtés de notre amie Catherine. De l’endroit où je serai, et contrairement à Eliane, je ne pourrai “boire un verre” … mais je penserai à vous, c’est promis.
Je vous embrasse tous très amicalement.
Françoise

27 Martine, le 09 juin 2010 à 19:50 :

Prems ! ;-)
Merci à Catherine pour son accueil !
J’espère que vous êtes bien rentrés.
Je suis très heureuse d’avoir fait votre connaissance, finalement vous êtes chacun(e) un peu comme je me l’imaginais…
Le temps est passé très - trop - vite… je laisse le soin à Erica de faire son CR comme elle l’a promis…

28 Erica Roche, le 10 juin 2010 à 10:37 :

Voici le 2ème des compte-rendu que je vous ai promis. Alain, je sens que vous piaffez d’impatience!
Lorsque je parle de notre blog à mon mari, il me regarde de travers comme si j’étais la plus folle des vaches pleine de prion (virus qui est le sujet des recherches de MM) et il me dit “du moment que ça t’amuse” sur un ton qui en dit long. Donc, lorsque je lui ai proposé de m’accompagner à notre petite réunion je ne pensais pas un instant qu’il accepterait, mais à mon grand étonnement il l’a fait et il ne l’a pas regretté un instant. Entretemps, il avait vu les dessins de Catherine et peut-être que le fait de savoir qu’elle avait illustré quelques “dictionnaires amoureux” (collection qu’il affectionne) ou encore les sacs de pain Poilâne (même chose), l’a influencé. Donc, j’ai pu profiter de la voiture pour y aller au lieu du RER, et on a trouvé une place pour se garer juste en bas de chez Catherine, ce qui était tellement inattendu que pour moi l’après-midi avait démarré sur une bonne note. Comme on était en avance, on est d’abord passé chez C2D pour faire connaissance de visu avant d’aller au “Havane”. Je l’ai trouvée tout à fait comme je l’imaginais - jolie, fine et spontanée. Je parlerai de ses dessins plus loin. On est allé ensuite au rendez-vous, et j’avais effectivement mon parapluie à la main mais Martha était soigneusement cachée au fond de mon sac à main à l’abri de la pluie. Nous sommes arrivés au café au même moment que MM. Je l’avais vu en photo sur internet, mais je crois que de toute façon je l’aurais reconnu tout de suite. Comme le dit très justement Martine, tout le monde était exactement comme on les imaginait. Par conséquent, lorsque Roberto et Martine se sont joints à nous, c’était pareil et donc Martha s’est révélée inutile… La seule surprise pour moi était l’accent bien libanais de Roberto! Nous formions d’ailleurs un groupe très représentatif de l’intégration : MM le marocain marié à une française, Martine la française mariée à un marocain, Roberto l’italien né à Beyrouth marié à une française et ayant vécu un peu partout, et puis moi l’anglaise d’origine austro-tchèque marié à un français. Une fois le petit groupe au complet, nous sommes allés en procession chez C2D, où nous avons passé une après-midi bien agréable à papoter du blog et des émissions mais non seulement , à manger de délicieux petits gâteaux marocains (amenés par MM) et à admirer ses beaux dessins qu’elle avait encadrés et accrochés spécialement à notre intention. Elle avait choisi de nous montrer une série consacrée aux théâtres, et nous avons pu voir l’Odéon, le Palais Garnier, la Bastille, l’Olympia et le Châtelet vus de la scène, de l’entrée des artistes ou bien des coulisses - elle en a du talent notre C2D! Ensuite, nous avons feuilleté quelques un de ses livres (Venise, les Chantiers de l’Atlantique, et d’autres.) L’après-midi est passée très vite, trop vite - il y avait encore tellement de choses qu’on aurait pu se dire - j’espère que ça sera pour une prochaine fois. Conclusion - vive les réunions de bloggeurs. Quand on sait à qui on a à faire on n’est pas déçu! Je vous embrasse tous.

29 Françoise (40), le 10 juin 2010 à 12:44 :

Chère Erica, un très grand merci pour ce beau “compte-rendu”. Nous qui avons tant regretté de ne pouvoir nous rendre à cette sympathique rencontre, en apprécions les détails. Evidemment, cela ne fait qu’augmenter notre regret, mais espérons qu’au prochain “rendez-vous”, nous pourrons être disponibles !
Je vous embrasse aussi, ainsi que tous nos autres amis.
Bonne journée à tous.
Françoise

30 Guillemette, le 10 juin 2010 à 13:12 :

Moi aussi, j’ai bien regretté de ne pouvoir me joindre à vous - le mercredi est une journée chargée pour la mère de famille que je suis… - mais espère qu’il y aura d’autres occasions pour mieux se connaitre !Merci en tout cas de nous avoir fait partager ces moments que nous avons eu l’impression de vivre avec vous !

31 Alain F, le 10 juin 2010 à 14:21 :

Chère Erica, après avoir effectivement piaffé, c’est avec un hennissement de plaisir que je découvre le récit de votre « International Congress of Bloggers » . Votre époux ressemblerait-il à ma femme ? La Grande Catherine de Belgrandiva vous a époustouflé : c’eût été inimaginable d’en douter ! Vous confirmez donc l’éclatant sourire de Momo le charmeur (pas de serpents) découvert il y a quelques mois sur la très nette photo. Les gâteaux marocains : cornes de gazelles, baklawa et autres douceurs orientales sont nos préférés, hum ! La voix apaisante du doux Roberto ainsi que celle de sa femme avait déjà charmé et fait voyager mes oreilles lors d’une trop brève communication téléphonique étant incapable d’expédier un message promis. Et Martine, à la juste imagination, on aimerait en savoir plus…Existe-t-il sur l’indiscret internet des photos de vous les participants ? Bon Momo on se calme ! On (j’aurai été présent j’écrirais : ton) à déjà vu votre jovial visage…Catherine décrivez nous le dessin des « Pains Poilâne » : j’adore la baguette…En résumé, une belle expérience à renouveler et pourquoi pas au centre de la France : à Buzançais par exemple ! Qu’en pense Elise ? A ce soir, nous les drogués.

32 Erica Roche, le 10 juin 2010 à 16:01 :

J’ai pris quelques photos (pas terribles) mais je ne sais pas comment vous les faire parvenir - alors si quelqu’un a une idée je serais reconnaissante..Martine est une jeune maman charmante et discrète. Mariée à un marocain, elle est fascinée par le pays de son mari et la culture marocaine. Elle fait sa carrière dans une banque (comme moi)et elle est convaincue que vous n’êtes autre que Alain Finkielkraut…..

33 Françoise (40), le 10 juin 2010 à 16:29 :

… A moi, Il (A.F.), a toujours laissé entendre que non, mais comme Martine, je penserais volontiers qu’il nous le cache (mais pourquoi ?). D’un autre côté, lors de la “Passion Classique” qui lui a été consacrée, Alain Finkielkraut avait semblé de pas être - autant que “notre” Alain F. - aussi connaisseur en musique classique ! Alors … sera-ce toujours un mystère ?
Chère Erica, pour répondre à votre question concernant la transmission de photos, je ne vois que deux solutions :
1) vous les envoyez par mail à Olivier qui, peut-être, voudra bien les diffuser.
2) nous vous communiquons nos propres mails et vous nous les faites parvenir.
J’ai des invités ce soir, alors je retourne vite à mes préparations.
Bonne soirée à tous.
Françoise

34 Elise F., le 10 juin 2010 à 17:14 :

3è essai : Merci Erica de votre récit de cette sympathique rencontre.Par ce beau mois de juin et pour vous réchauffer, les gâteaux marocains étaient-ils accompagnés d’un délicieux thé à la menthe ? Même si les visages de C2D et MM sont mondialement connus,ce serait bien si l’on pouvait voir aussi des photos des autres ami(e)s.(Personnellement je ne saurais pas comment il faudrait procéder pour les diffuser).
Alain : Pourquoi Buzançais ? Je n’y ai pas connaissance que des festivals musicaux s’y déroulent où peut-être y avez-vous des attaches ?
Comme je m’adapte en fonction des difficultés d’envoi, je ne crois pas que notre Alain F. soit le philosophe, qui était sur France3 chez Frédéric Taddeï il y a quelques jours, parce qu’en ce moment A.F.n’a pas le temps de monter à Paris, trop occupé par ses plantes et surtout parce que ses connaissances musicales sont beaucoup trop pointues et qu’il est bien connu que les philosophes “détestent” la musique qui soi-disant les empêche de réfléchir sur notre pauvre monde (paroles entendues par un autre philosophe).
Très amicalement.

35 Erica Roche, le 10 juin 2010 à 17:39 :

Chère Elise - en fait les gâteaux étaient accompagnés de jus de fruits de toutes sortes ainsi que de petits chocolats amenés je crois par Martine. Ma contribution était un petit bouquet de roses (pas du tout anglaises). Pourquoi Busancais? A mon avis c’est tout simplement parce que c’est dans l’Indre.

36 Elise F., le 10 juin 2010 à 17:54 :

Chère Erica : avez-vous entendu ? Aldo Ciccolini annule tous ses concerts et vient d’être hospitalisé et je pense que vous ne serez pas trop surprise parce qu’il semblait très fatigué !

37 Alain F, le 10 juin 2010 à 17:57 :

Mais je suis beaucoup plus beau que le philosophe ! hi ! hi !Vous avez loupé  le n° 1 dans Jeffrey Tate. Elise a joué, mais elle a perdu en me devinant au premier rang. Aucun intérêt d’y être : pas de vernis à l’horizon ! Voyons si Martine ( Madame Soleil-du Maroc) peut deviner ? Nous nous posons la question -souvent- d’envisager une retraite à Marrakech, mais ma femme, bien plus jeune que moi, n’y est pas : à la retraite. Quatre fois j’ai effectué un voyage au Maroc et j’en reviens à chaque fois troublé. Mon fils y repart Vendredi avec son amie et nous ramènera les fameux gâteaux que nous aimons tant, toujours achetés dans la même pâtisserie. Si les gâteaux de Momo sont meilleurs nous pouvons envisager de changer de fournisseur ! Vous savez, j’ai pas mal voyagé et chaque fois, j’ai envie de rester dans ces pays qui font la part belle à la famille et aux traditions, coutumes, cuisines bien ancrées. Heureux de savoir que Françoise se porte bien car son message d’hier laissait supposer une impossibilité de boire un verre ! Même en plein milieu du Sahara on peut trinquer avec une bonne gourde en métal. Bon, je pense que le blog a ses limites car évoquer les voyages pourrait transformer celui-ci en guide du routard. Buzançais; Elise est une ville ravissante où ma tante allait se faire soigner-ah ! ces souvenirs de famille. Traduction de l’auditeur Portugais Marcelo Torcato dans Chamayou : Salutations! Félicitations pour son travail à Radio Classique - sauf erreur- Amitiés à tous.

38 Erica Roche, le 10 juin 2010 à 18:09 :

Chère Elise, Le pauvre Aldo - il s’est certainement surmené bien au-delà du raisonnable, et on l’a aperçu après le concert dans la petite pièce en face de la Bergerie réservée aux artistes. Il était complètement affalé dans un fauteuil et mal en point.

39 Alain F, le 10 juin 2010 à 18:22 :

Toujours triste d’apprendre qu’un artiste annule ses concerts.C’est l’hécatombe:Ciccolini,Abbado,Ozawa.

40 Françoise (40), le 10 juin 2010 à 18:28 :

Je ne suis allée qu’une fois au Maroc (par contre, mon mari connaît le pays aussi bien que notre chère France), mais nous sommes allés huit fois en Tunisie. Et là, à chaque fois, ouille, ouille … que de souvenirs !
Merci de vous soucier de ma santé cher Alain. La raison qui m’empêchait de boire était qu’à l’heure de “la rencontre”, j’étais en voiture. Par contre, vers 21 H, à l’issue d’une réunion (avec le maire de Biscarrosse et l’ancien maire de Sanguinet, entre autres), en “trinquant” j’ai bien pensé à tous nos amis bloggers.
Mes invités ne tarderont plus maintenant. Bonne soirée à vous aussi.
Françoise

41 Erica Roche, le 10 juin 2010 à 18:32 :

Alain, je joue (je ne gagne jamais) et je vous verrais bien en veste blanche au 8ème rang????

42 Elise F., le 10 juin 2010 à 18:53 :

Ah! mais je conteste le jeu.Je n’ai pas perdu.Je veux un exemplaire du règlement.Je n’ai jamais dit au 1er rang mais dans les premiers rangs.Nuance!Alors M.l’organisateur veuillez revoir tout ça.
Allez j’arrête.Bonne soirée.

43 Samuel Rosenfeld, le 10 juin 2010 à 19:02 :

Samuel Rosenfeld regrette bien de n’avoir pas été présent pour votre petite sauterie. Il aurait aimé se joindre à vous afin de vous apporter la lumière la beauté et la grâce qui a sans doute manqué à cette réunion sans Sa présence. De même qu’Il n’aurait pas hésité à châtier avec son bâton l’ami Roberto, fan comme chacun sait d’opéra italien. Promis, la prochaine fois Il se rendra disponible, si prochaine fois il y a.
Pour mettre des photos en ligne c’est très simple, il suffit d’aller sur http://imageshack.us/ . Là, vous cliquez sur Browse et vous sélectionnez votre photo sur votre disque dur. Ensuite cliquez sur « Télécharger maintenant ». Ensuite, dans les résultats qui apparaissent vous copiez le premier lien (« lien »). Ce lien, vous le copiez sur le forum. Ainsi les forumeux peuvent aller voir les photos (personnellement Samuel Rosenfeld aimerait vous voir). Exemple : en échange de vos photos de la rencontre, Samuel Rosenfeld consent à vous donner une image de Lui. C’est une œuvre photographique de grande valeur que l’artiste a nommé « Samuel Rosenfeld en majesté avec un poiscaille » (et oui, la grande passion de Samuel Rosenfeld est la chasse sous marine en apnée) : http://yfrog.com/16samuelaupoissonj . Voilà, à votre tour de faire comme Samuel Rosenfeld, afin de mettre des visages sur des noms ! A minima, des photos de la rencontre ce serait super!

44 Alain F, le 10 juin 2010 à 19:39 :

Délicieuse Elise, vous avez raison, aucun casino ne voudra de moi comme directeur : le règlement doit être obligatoirement affiché. .. Erica, vous allez effectivement perdre, temporairement la vue, en voyant l’éblouissante chemise blanche surmontée d’un pull rouge noué sur les épaules. La chaise devant est vide de spectateur, elle supporte que des livres sur l’Orchestre Philharmonique de Vienne et l’ouvrage de Claire Alby sur HVK. Ma femme est à ma droite et elle vous envoie ses amitiés, le blog lui semble tout d’un coup compréhensible et à visage humain ! Plus de noms barbares en z ou y ….qui jouent ou dirigent. Amitiés.

45 Mohammed Moudjou, le 10 juin 2010 à 21:56 :

Voilà, je suis enfin rentré chez moi, j’étais en attente de modération !
Merci Chère Erica pour le compte rendu de « l’International Congrès of Bloggers » comme l’a qualifié notre Alain Fin… (je dirai plutôt très fin). C’était plutôt un sympathique mini symposium. Oui c’était un joli mélange. En tout cas dans ce que vous décrivez Erica, je note que le mot commun qui revient souvent est « Français », et c’est la France, ce beau pays qui nous réunit, en plus de la musique. J’imaginais bien la table autour de laquelle nous étions installés sous forme d’un Hexagone. Ce qui tombe bien, avec Catherine 2D, nous étions six au total.
Une toute petite anecdote en plus de ce qu’à écrit Erica. Comme prévu, nous nous sommes retrouvés à la fameuse terrasse. En attendant Martine, nous regardions sans le vouloir les personnes qui arrivaient au café. On devait le faire avec une insistance involontaire qu’une dame qui arrivait au café nous a dit : « vous me regardez tous d’un air… » ou quelque chose de la sorte. Nous lui avons demandé si elle ne serait pas Martine du blog PC ! Nous lui avons expliqué le pourquoi de notre regard bizarre sous une rigolade générale.
A la terrasse du Havanne et une fois Martine arrivée, nous y étions bien malgré la pluie. On sentait aussi la présence d’un œil amical nous regardant à travers les grands yeux de Google-Maps !! Ça y est, c’est fait. Des visages ont été mis sur des noms connus de ce blog. Ce fut une belle et simple rencontre avec des gens chaleureux : Erica la So British (toujours son délicieux accent) avec son mari ; l’adorable Martine et sa chocolaterie ayant réussi à faire le grand Sceaux jusqu’à chez Catherine 2D. Catherine 2D, une vraie grande (et belle) artiste toujours aussi spontanée et qui en connait un rayon sur les théâtres, les salles d’opéra et surtout leurs coulisses… et enfin Roberto, un beau mélange d’esprit latino-oriental avec une voix d’une douceur loin de l’image que l’on fait des méditerranéens. Catherine 2D nous a régalés avec une Expo spécialement concoctée pour l’occasion(merci encore) où il est question de musique/salles de spectacles ; des tableaux d’une beauté et d’une finesse indescriptibles. En tous cas, j’ai adoré. Si vous voulez faire plaisir à quelqu’un que vous aimez, il y a de très bonnes idées chez elle (non je ne suis pas son attaché de presse).

P.S. Elise, je suis loin d’être mondialement connu, sauf auprès de la communauté des gens qui travaillent sur le même sujet. Mais cela fait partie du boulot c’est tout.
Cher Alain F,
i- L’acronyme Prion (pour Erica, ce n’est pas un virus mais une protéine, ce qui fait l’originalité du cette pathologie) a été utilisé pour la première fois en 1982 par Stanley Prusiner, spécialiste du domaine. Ce mot n’était pas encore assez populaire en 1984, d’où son absence de votre ouvrage familial. Il faut savoir que ce mot existe mais pour décrire tout autre chose ; un magnifique oiseau austral. J’espère que Prusiner a demandé les droits d’auteur au « Prion de la Désolation », nom de l’un de ces volatils. Un jour, je vous enverrai la symphonie du Prion (de la protéine), oui elle existe. Je vous en parlerai à l’occasion.
ii- J’ai écouté l’émission de ZXM et les Variations Goldberg. Une autre variation sur un même thème, c’était super. Je dois vous avouer que je n’ai pas une oreille très musicale (étant à moitié sourd, rien avoir avec le grand sourd que Samuel R (porté disparu !) affectionne) pour pouvoir juger finement les différences et les subtilités des interprétations diverses et variées.

Ah j’ai oublié, j’ai remarqué que Pangloss a attrapé le syndrome du double ou triple Clic. Ne vous inquiétez, pas j’ai connu ça. Rassurez-vous, on en guéri assez vite.

Je vous souhaite une bonne soirée (pour une fois que j’écris le soir).
MM

46 Erica Roche, le 11 juin 2010 à 12:06 :

TRAGEDIE REMORDS ET CONSTERNATION! Je suis vraiment confuse et désolée, mais j’ai un nouvel appareil photo que je ne maitrise pas encore, tellement il est petit et sophistiqué,et non seulement je n’étais pas très satisfaite de mes photos mais en plus lorsque j’ai essayé de les transférer sur mon ordinateur j’ai fait une fausse manip et je les ai effacées par mégarde!!!J’espère que vous me pardonnerez et qu’on aura d’autres occasions de se rencontrer - et là il vaudrait mieux que quelqu’un d’autre se charge des photos…
Vous êtes peut-être surpris de voir le commentaire d’Olivier. En effet, il avait été invité à notre petite réunion et avec Catherine on avait préféré ne rien dire au cas où il aurait un empechement…

47 Martine, le 11 juin 2010 à 14:55 :

Alors pas de photo souvenir de ce moment ?! Le sort en a voulu ainsi, ne vous en voulez pas Erica !… ce sera prétexte à un autre RdV, plus tard, avec un groupe élargi ! et ce sera l’occasion de poursuivre la conversation, ce moment en votre compagnie était trop court, par expl j’aurais bien demandé à Mohammed , aussi charmant qu’on pouvait l’imaginer, d’où lui vient cette passion pour les mots… Et Roberto, qui s’exprime avec une voix si basse et posée, nous obligeant à être très attentif, ce qui donne encore plus de poids à chacun de ses mots… Erica j’ai beaucoup apprécié votre enthousiasme joyeux, j’ai trouvé que votre mari avait un côté assez «british » lui aussi ! Catherine semble connaitre le Tout-Paris, elle est intarissable !
Grâce à cela on peut aussi découvrir Samuel ! (est-ce bien vous, Samuel, maintenant je me méfie !)
Et puis tiens, puisque vous ne me verrez pas en photo, et qu’Alain a procédé de la même façon, je vous propose de me retrouver sur celle-ci (photo du haut), prise en 2009, j’y étais… un indice : je suis en bleu… http://www.la-parisienne.net/index.php ;-)

2) Alain F, j’avais du mal à croire que vous puissiez être Alain F. :-), mais ce qui m’a troublée c’est votre grand enthousiasme pour Philippe Nemo, je me suis dit qu’il fallait effectivement faire partie de cet univers pour l’apprécier autant ! mais peu importe, pour nous vous êtes Alain F, c’est tout ! :-) et maintenant j’ai pris l’habitue de vous imaginer avec la tête d’Alain F….
Amicalement

48 Alain F, le 11 juin 2010 à 15:41 :

Chère Martine, c’est très gentil de m’avoir imaginé en A. Fi..,mais cette imagination est bien trop flatteuse (sauf pour la photo : c’est mieux que Fi… ? hi! hi!) . Pour la votre, photo, donnez-nous un indice supplémentaire : Pilier nord ou sud de la grande demoiselle ? J’ai compté au moins vingt deux bleus y compris les remplaçants…aidez-nous à aller droit au but !

49 Erica Roche, le 11 juin 2010 à 18:21 :

Merci Martine et Françoise de votre gentille compréhension - il n’empèche que je me sens vraiment idiote…Cher Alain, j’avoue que la chemise blanche et petit pull rouge m’a fait hésiter mais comme vous prétendez avoir 79 ans j’ai cherché ailleurs….

50 Martine, le 11 juin 2010 à 19:15 :

Alain, on sent que vous êtes déjà dans l’ambiance foot : ne me dites pas que vous êtes un passionné !! musique classique et foot me semblent pourtant deux mondes bien différents… autant faire le sondage : Samuel, Mohammed, Roberto : fans de foot aussi ?

51 Françoise (40), le 11 juin 2010 à 19:26 :

Martine, même si vous n’interrogez que ces Messieurs, je voudrais vous dire qu’autour de moi aucun amateur … au contraire ! Par contre, des sportifs - oui mais pas devant la TV - des actifs quoi ! Planche à voile, plongée, bâteau, équitation, ski …
Bonne soirée.
Très amicalement.
Françoise

52 Alain F, le 11 juin 2010 à 21:29 :

Pas de bière sur la table basse, pas de maillot aux couleurs de l’équipe de France. Si ?mais vraiment si nous sommes en finale je la regarderai. Il y a quantité de choses qui ne me plaisent pas mais ce n’est pas pour autant que je m’en coupe : je n’en suis que plus heureux à revenir à mes passions. Alain « dit la fouine » n’a pas réussi à trouver un vêtement bleu à la hauteur de sa propriétaire sur la petite photo de groupe ! Ne jouez plus avec nos nerfs Martine …J’ai réussi (que ce jour) à faire connaissance avec C2D. Ses yeux sont bien en adéquation avec ses commentaires mais c’est dommage que les dessins soient au « format timbre poste » sur le site. Si vous connaissez mieux : merci de faire un lien. Je commande ce jour une chaise à porteurs en vu d’un prochain voyage pour réussir les photos….Avec des plaques de verre on est jamais déçu ! Très sincèrement, l’envie de vous rencontrer tous monte en moi. Si nous arrivions à renouveler cette expérience (non Momo ! pas de laboratoire hé hé) je souhaite que nous passions une soirée complète autour d’une bonne table…Catherine ! La Tour d’Argent ça vaut le coup ? Bon c’est la mi-temps. Amitiés à tous.

53 Erica Roche, le 11 juin 2010 à 22:33 :

http://www.bacfilms.com/site/porte/galerie/galeriedecors.htm Cher Alain, voici un lien à essayer après le match si vous êtes en état…et pitié, ne nous parlez pas de foot pendant un mois,,,

54 Alain F, le 12 juin 2010 à 00:52 :

Merci Erica pour ce lien digne des dessins de Catherine. Pour en voir plus, notamment ceux croqués dans les théâtres où faut-il aller ? « Je sais » chante Gabin http://www.dailymotion.com/video/x3tge_jean-gabin-je-sais mais moi je ne sais pas ! Plus de foot, c’est d’accord, nous ne parlerons : uniquement de ballons …de bons vins rouges ! Bordeaux de préférence « In Taberna » : vous connaissez ? Amitiés

55 Livadiotti Roberto, le 12 juin 2010 à 11:56 :

Mes chères amies et amis,bonjour!Je suis de retour à Paris,après deux jours passés chez des amis à Rambouillet.Notre réunion chez Catherine était très sympathique.Je remercie Erica pour son commentaire et tous les amis pour leur présence.Samuel a reparu avec ses commentaires amusants et je lui rappelle que si j’aime l’opera italien,j’aime aussi Wagner et le romantisme germanique symphonique et de chambre et aussi les romantiques français,russes,tchèques etc…ainsi que les baroques et les classiques.Je ne suis pas sectaire dans mes goûts musicaux,à part une certaine retenue pour le 20e siècle.Si vous parcourez mon Histoire de la musique,vous saurez quels sont mes compositeurs préférés.

56 Samuel Rosenfeld, le 12 juin 2010 à 17:36 :

Oui Roberto, Samuel sait bien que vos gout sont éclectiques.

57 Françoise (40), le 12 juin 2010 à 17:49 :

… et j’ajouterais excellents, même si je ne suis pas une grande “connaisseuse”.
Bonne fin de séjour à Paris cher Roberto. Je vous embrasse ainsi qu’Aline.
Françoise

58 Livadiotti Roberto, le 13 juin 2010 à 09:21 :

Merci chère Françoise,comme vous,bien que je ne déteste pas Mahler,je trouve qu’il y a actuellement une mode “Mahler” et que presque tous les invités en demandent.

59 catherine Dubreuil dessinatrice, le 13 juin 2010 à 18:24 :

harrrrrrrrrr je suis folle!!!!!!!j’avais écrit un super beau texte et je viens de le perdre dammed enfer et damnation Wagner Schttttakaouzen et les tambours de Belleville sur ampli 300000000 mégahertzs réunis…je suis pas contente

60 Elise, le 13 juin 2010 à 18:48 :

Alors courage Catherine! Merci de bien vouloir le réécrire pour notre plus grand plaisir.
Bonne fin de journée

61 catherine Dubreuil dessinatrice, le 13 juin 2010 à 19:50 :

Elise vos encouragements me vont droit au coeur! Merci à Zhu Xiao Mei d’héberger les commentaires autour de cette première rencontre (…car il y en aura d’autres: pourquoi pas une conférence de Roberto au Luxembourg-le jardin- cet été sous les ombrages feuillus?! ) (j’aimerais svp que Martine Mohammed et Roberto m’envoient leurs mails sur celui de ma carte…j’ai oublié de noter!)…le temps est passé si vite…Martine j’espère que vous êtes arrivée à temps pour vos enfants!…j’ai beaucoup de retard avec les dernières émissions …et cela ne va pas s’arranger car je pars travailler en Espagne jusqu’en juillet!…mais alors…quelle orgie de Passion Classique et d’accro blog ne vais-je pas faire à mon retour : jusqu’à 4 invités d’affilé, en terminant mes dessins: immersion totale dans toutes ces itinéraires qu’Olivier et la Musique savent si bien nous faire partager , alors que doucement “remontent à la surface” les enthousiasmes, les joies, les peines, les combats et les chemins dévoilés par l’émotion ……by the way…..moi qui imaginais Samuel entre le capitaine Haddock et Pavarotti…il va falloir que je refasse tous mes décors! Damned!

62 catherine Dubreuil dessinatrice, le 13 juin 2010 à 20:07 :

Mohammed “on” a fini les gâteaux..et “on” m’a demandé l’adresse “n’en ayant jamais mangé d’aussi bons”… et moi “j’ai” fini les chocolats Martine… Erica vos roses veillaient ! Vive la Musique et Passion Classique!!! Cher Alain pour voir quelques uns de mes théâtres (repros réduits- les originaux font 50/70 cm environ) vous pouvez vous rendre à la brasserie Le Grammont, 15 Blv des Italiens qui a décoré une salle avec 24…mais c’est à Paris!…il y en a aussi grandeur nature dans le hall de théâtres: L’Oeuvre Déjazet Comédie des Champs… et dans toute une série de L’Avant-scène théâtre d’il y a quelques années pleine page en 4ème de couv.

63 Alain F, le 13 juin 2010 à 21:46 :

Chère Catherine, (enfin j’espère pas trop !) le peu vu, grâce à Erica, confirme bien ce que j’ai écris : vous êtes bien la Grande Catherine, pas de Russie, mais de Belgrandiva ! Discriminés, nous sommes en province : nous avons aussi de belles brasseries qui ne demandent qu’à s’embellir de VOS ŒUVRES. Easyjet combien ça coûte ? Amitiés.

64 Martine, le 15 juin 2010 à 21:13 :

Bonsoir à tous,
Quel hasard Catherine, je passe devant le Gramont pour aller travailler, il est à 50 mètres de mon bureau ! il vient d’ailleurs d’être refait, j’espère que vos tableaux y sont toujours ? je vais m’empresser d’aller voir ! en tout cas bon séjour en Espagne !

65 Sharla Koenigsberg, le 13 avril 2018 à 03:30 :

top pour ces beaux partages.


Donnez votre avis !






ombre