Accueil  >  Inva Mula, la voix d’Albanie
Flux RSS

Inva Mula, la voix d’Albanie

Le 29 mai 2010 à 11:10 par Olivier Bellamy

Olivier Bellamy et Inva Mula sur Radio Classique

Son père était chanteur d’opéra à Tirana et lui a composé des mélodies alors qu’elle n’avait que six ans. Quelle meilleure initiation au chant que ce lait paternel ! Puis sa mère est devenue son professeur. Un concours à Bucarest et des engagements dans son pays ont confirmé ses dons. Quand l’Albanie a pu entrouvrir ses portes, Inva Mula est venue s’installer à Paris dans l’anonymat le plus complet. Elle s’est inscrite comme choriste à l’Opéra de Paris pour gagner sa vie avant qu’une première place au concours de Placido Domingo ne lance sa carrière internationale. Aujourd’hui, elle est une étoile qui brille au fronton des grands théâtres du monde. A Paris, elle a été cette année Mireille de Gounod, Mimi dans La bohème et Antonia dans Les contes d’Hoffmann d’Offenbach.

Son charme et sa gentillesse complètent harmonieusement des qualités vocales solides. Nul doute qu’on va encore beaucoup entendre parler d’elle.

Voici son programme :

Le  morceau de musique classique qu’elle aime par-dessus tout :

-  Massenet Méditation de Thaïs Itzakh Pelmann

- 3  “madeleines” musicales.

- 2ème concerto de Chopin début du 2ème mouvement A Rubinstein

- La musique de son père Avni Munla

- Claudio Baglioni “Piccolo grandamore”

- 6 à 7 morceaux de musique classique.

Memory Barbara Streisand

Mirella Freni, La Bohème, Addio senza rancor (version Schippers)

6ème symphonie de Tchaïkowski 1er mouvement thème principal

Sonate de Mozart pour deux pianos

I puritani “Qui la voce” Callas.

Inva Mula dans Traviata (Virgin Classics)

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 7 commentaires pour cet article :

1 Samuel Rosenfeld, le 29 mai 2010 à 13:04 :

Horreur! Cela fait deux semaines que Samuel Rosenfeld n’a pas pu écouter Passion Classique! Il va falloir rattraper cela!

2 Solange Dehay, le 29 mai 2010 à 19:40 :

Un vrai plaisir d’écouter Inva Mula, au delà de l’excellente soprano qui nous a séduits dans Faust et dans Mireille, on découvre une femme simple et vraie, pleine de sensibilité et de poésie : “Massenet est le peintre de la musique”comme il est agréable de constater que la musique et l’opéra français sont prisés…. par les étrangers ! Bravo Inva, restez comme vous êtes et continuez à nous charmer !

3 catherine Dubreuil dessinatrice, le 29 mai 2010 à 22:28 :

Samuel moi ça fait un mois!!!!!!!! (et remercie Alain F pour ses clochettes là où je suis partie chez Mme Louis Velle
je remonte le fils du temps à l’envers.Bien jolie anecdote que cette belle roumaine passant sa première nuit à La Scala (la boite de nuit!) et beau caractère de rentrer incognito dans les choeurs de l’Opéra de Paris pour travailler, elle qui était connue dans son pays. Moi aussi j’étais bouleversée après le film sur Tchaikovski, dont la critique à l’époque avait dit des horreurs…

4 sandrine, le 31 mai 2010 à 07:49 :

Oui, émouvante Inva Mula au formidable destin, et quel mérite ! En ce qui me concerne j’ai eu la chance de la voir se produire sur la scène du Théâtre Antique d’Orange pour les Chorégies en 2003 accompagnée de R. Villazon dans la « Traviata » et puis en 2008 dans le « Faust » de Gouonod et encore l’été dernier dans « I Pagliacci » de Leoncavallo avec R. Alagna, dirigé de main de maître par le Maestro Georges Prêtre. Elle est en effet très émouvante sur scène et son jeu théatral ne fait qu’accentuer son talent de chanteuse lyrique….J’ai adoré ! Merci Olivier de nous l’avoir présentée !
Cordialement
Sandrine(84)

5 Alain F, le 31 mai 2010 à 16:46 :

L’INTUITIVE INVA MULA N’A PAS VOLE « L’ORANGE ». Heureuse qui comme Sandrine a fréquenté l’imposant Théâtre Antique d’Orange où l’Empereur Auguste vous domine. Inva Mula a une voix parlée douce déjà chantante et sa simplicité est émouvante dans le récit de sa vie antérieure. Son arrivée à Paris est savoureuse et pourrait faire la couverture d’un disque : « Une nuit à la Scala » ! Sa volonté a été la plus forte malgré un fort désir rentré. Du fond de la scène, on observe, apprend - les plus grands ont souvent fait cette expérience. C’est amusant de la voir préparer une simple salade de tomates pour son fils dans son appartement…(voir extrait d’un doc). Son attachement à la famille m’a touché, son chant doit en être imprégné. Sa prestation dans le rôle de « Nedda » était de grande qualité à Orange. Que l’écran tv doit paraître ridiculement réducteur pour les aficionados habitués des lieux ! Pour retourner les cœurs, un petit coup de Mimi, un brin de Pathétique, et pour achever l’homme Streisand -me revoilà étudiant : pas sous les toits quand même ! Madame la future Comtesse nous vous faisons le baisemain. PS: Catherine, n’oubliez pas d’aller voir Maria Callas si vous vous rendez au Père Lachaise : elle est presque au fond du cimetière, face à l’entrée, près du Columbarium. Merci.

6 Livadiotti Roberto, le 01 juin 2010 à 00:10 :

Une voix sympathique et belle avec quelques bons extraits d’opéras,en somme une assez bonne émission.

7 c. Holdrinet, le 01 juin 2010 à 15:20 :

Magnifique émission. Merci, merci!!!
Comme à la sortie d’un bon concert, quand c’est fini on se sent grandis.

Je suis muette d’admiration.
Merci encore.


Donnez votre avis !






ombre