Accueil  >  Régine en mode mineur
Flux RSS

Régine en mode mineur

Le 28 mai 2010 à 11:34 par Olivier Bellamy

Régine et Olivier Bellamy sur Radio Classique

L’image que l’on a de Régine est celle d’une fêtarde aux manières n’excluant pas une certaine vulgarité, d’une femme d’affaires avisée, d’une actrice jouant de préférence les prostituées ou d’une grande gueule ne craignant pas de dire ce qu’elle a sur la patate.

Toutes ces images sont plus ou moins fausses car Régine, telle que ses amis la connaissent, est avant tout une femme d’instinct, de flair, qui a su capter son époque, une femme ambitieuse et travailleuse, qui a tout (trop ?) sacrifié à son métier, à sa passion, qui avait de multiples talents et pas forcément les bonnes cartes en main au départ, d’où une certaine fermeté de caractère (d’aucuns y ont vu de la dureté), mais surtout une femme de coeur qui savait recevoir et qui a connu les plus grands.

Le monde de la nuit n’est pas tendre, surtout quand on en est la reine incontestée. Il a fallu à Régine une bonne dose de caractère pour s’imposer et pour durer.

Dans Passion Classique, on a pu découvrir une femme de goût et une femme brisée par la mort de son fils, qu’elle n’a pas vraiment su comprendre, tout en l’aimant profondément. Une émission émouvante où l’on sent parfois les certitudes vaciller, les regrets affleurer, la douleur tenailler.

On ne choisit pas forcément sa vie. On vit. Et la disparition des proches, les trahisons, les lâchetés des uns et des autres sont d’autant plus vives lorsqu’on s’en est cru protégé par l’ivresse des sommets.

Voici son programme :

Morceau qu’elle aime par-dessus tout :

« La donna è mobile » Rigoletto de Verdi (Di Stefano)

Madeleines :

-         La Traviata de Verdi (Prélude de l’acte I – à partir du rythme de valse)

-         Göttingen par Barbara

-         Lili Marlene par Marlène Dietrich

Morceaux de musique classique :

- « L’Air de la Reine de la nuit » dans La Flûte enchantée de Mozart par Patricia Petibon « Die Hölle Rache »

- « L’Air des bijoux » dans Faust de Gounod – « Ah je ris… » (Gheorghiu)

- Le deuxième mouvement de la Septième Symphonie de Beethoven (musique du film Zardoz de John Boorman)

- Partita numéro 2 de J. S. Bach « Allemande » Martha Argerich

-       Madame Butterfly  CD 1 plage 5 par Callas/Karajan (entrée de Butterfly)

-       « Un jour, je quitterai tout » (Régine)

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 2 commentaires pour cet article :

1 Alain F, le 28 mai 2010 à 13:45 :

L’ENTIERE REGINE DE LAISSE PAS DE BOA. Tenté, j’ai été, de faire à saute-mouton en n’écoutant pas l’artiste : j’aurai eu bien tort. L’amour, la jalousie, la trahison, la haine, la douleur, le désespoir, la mort : la vie quoi ! C’est tout ce que l’on trouve dans l’opéra et l’opéra lui va si bien à Régine. Emouvantes confessions, qui me troublent toujours, quand un personnage public se livre sans fard-courage ou thérapie ? Sa théorie sur le suicide et le passage ou non à l’acte semble réaliste. Nous étions très loin de « La Ferme Célébrité ». On ne doit pas pouvoir lui raconter des carabistouilles à Régine, la réponse serait cinglante. Marlène Dietrich - Jean Gabin quel mythe : Qui dans vingt ans, sans tomber par hasard sur une page du web se souviendra ? Allez, pour sortir de cette nostalgie, Régine aurait pu dire où est encré l’Hélisara, l’ancien bateau de Karajan ! Chavirante Régine.

2 catherine Dubreuil dessinatrice, le 30 mai 2010 à 00:16 :

…Alain et Olivier ont tout dit sur le sentiment poignant qui ressort de cette émission, …j’allais écrire “ça m’a fichu le cafard”…mais c’eut été un peu court et restrictif! L’anecdote sur Emile Ajar est formidable…et d’abord qui a dit que la vie était facile?! …sauf que là…bon…quand même…y’a rien a faire : ça me flanque le cafard! …ça ne m’a pas empéchée de chanter en même temps “les p’tits papiers” quelle chouette chanson!…c’est elle qui l’ a chantée le mieux - je pardonne à Jeannot” d’avoir voulu faire sa mise en scène! …j’ai eu la chance de le croiser et jamais jamais je n’ai entendu dire une truc pas sympa sur lui - bien au contraire … que des histoires formidables, et par des inconnus croisés tout comme moi, il était adorable avec tous……sauf Régine, mais comme elle le raconte c’est pas grave du tout…


Donnez votre avis !






ombre