Accueil  >  Le gai savoir de Jean Tulard
Flux RSS

Le gai savoir de Jean Tulard

Le 28 mai 2010 à 11:52 par Olivier Bellamy

Jean Tulard et Olivier Bellamy sur Radio Classique

1. Certains habitués de ce blog se sont émus de mon silence. Je m’en excuse auprès d’eux. Je n’étais ni malade ni amoureux ni débordé, simplement loin et sans ordinateur ! J’ai passé cinq jours de rêve à Rio de Janeiro chez Nelson Freire pour faire un reportage à la demande du magazine Classica sur ce grand pianiste brésilien. Je ne saurais trop encourager les auditeurs à se procurer son dernier disque des Nocturnes de Chopin. Une merveille ! On trouve à Rio, près du Pain de Sucre, une statue de Chopin offerte à la ville (du temps où elle était la capitale du Brésil) en 1944. C’est précisément l’année de naissance de Nelson Freire, qui a joué hier le Concerto en fa mineur du grand Polonais, à l’occasion de la réouverture du magnifique théâtre municipal et qui vient d’être choisi par le Concours Chopin de Varsovie (dont il est membre du jury cette année) comme invité d’honneur lors des célébrations autour de l’anniversaire de la mort de Chopin le 17 octobre prochain. J’y reviendrai…

2.  Jean Tulard a deux passions : Napoléon et le cinéma. Dans ces deux domaines, il est un maître. Sa faconde, son sens de la communication, son enthousiasme sont intacts.

Voici son programme :

air préféré : .

 DON CARLOS - Dans le monastère Don Carlos et

Rodrigo se jurent une amitié éternelle « Dio che nell’alma infondere amor (Acte II)

  Lucie de Lammermoor - Acte I - “Dans le jardin - l’air d’Henry :  Pietade en suo favore” – acte I  Titto Gobbi - version Serafin

air souvenirs d’enfance ou d’adolescence :

1 ° Rossini “Ouverture de Guillaume Tell (la fin)

2° Offenbach - Les contes d’Hoffmann “Elle a fui la tourterelle..”

3° Gounod - Faust “Gloire immortelle de nos aieux

. L’Opéra de Salambo, dans Citizen Ken, opéra imaginé par Bernard Herrmann

. Le Train sifflera trois fois -

. Stabat mater de Rossini (Pavarotti) Cujus anima

. In the mood for love (Wong Kar Waï)

. OK Coral - DVD sort la semaine du 17 mai avec un bonus de Jean Tulard.

Lien permanent | Rétrolien

Il y a un commentaire pour cet article :

1 Alain F, le 28 mai 2010 à 14:01 :

LE DICTIONNAIRE PARLANT EN V.O. L’érudition de Jean Tulard est impressionnante. Avec sa voix très conférencière il passe de l’opéra avec moult détails au Western avec une dextérité que Buffalo Bill n ’aurait pas renié. Amusant d’entendre, toujours avec cette voix si particulière, « Lee Van Cleef se fait descendre…. » alors que trois minutes auparavant il évoque Abel Gance pour son célèbre film « Napoléon » pour parler ensuite des Pieds Nickelés ! J’aurais aimé qu’il prononce les noms des trois compères :Croquignol, Filochard et Ribouldingue ! Trêve de plaisanteries, les extraits d’opéra étaient à la hauteur du discours. J’ai pris plaisir à réentendre Bernard Hermann pour sa composition dans « Citizen Kane » : une musique classique ! Bernard Lefort ancien directeur de l’Opéra de Paris aurait-il prêté son nom à Louis de Funès dans « La Grande Vadrouille » ? L’acteur incarne un chef d’orchestre dirigeant à l’Opéra la célèbre « Marche Hongroise » de Berlioz « Mezieu Lefort … ». Détail historique : Mon albigeoise d’épouse, après plus de quarante ans passé dans la ville, conteste respectueusement que les cinémas se trouvaient place du Vigan comme indiqué par Monsieur Tulard. Bon, il est vrai qu’elle n’a pas connu le cinéma muet ! Par contre nous pouvons rassurer Jean Tulard : en fin de semaine c’est souvent western sur la place où quelques hordes sauvages viennent déferler poursuivies par le shérif et ses adjoints avec leurs cent chevaux ….sous le capot. Cela devrait lui rappeler son vieux film albigeois ! A proximité de la place, il y a un restaurant Grill Saloon: curieux ! Albi abrite le musée Toulouse-Lautrec avec une belle collection. Autre anecdote : Madame Von Karajan, à l’époque Mademoiselle Eliette Mouret, a été pensionnaire du lycée Sainte-Cécile d’Albi. Visit the Tarn !


Donnez votre avis !






ombre