Accueil  >  L’année Choplin au Châtelet
Flux RSS

L’année Choplin au Châtelet

Le 28 mai 2010 à 15:15 par Olivier Bellamy

Il est né en banlieue et a étudié la flûte à l’Ecole normale. Il est passé de l’Opéra Garnier à Euro Disney avant de s’installer dans le bureau directorial du Châtelet. Pas par goût du pouvoir, mais pour y faire des choses étonnantes, pour tous les publics. Et l’on peut dire qu’en quatre ans, Jean-Luc Choplin y est parvenu de la plus belle des façons.

Voici son programme :

-          Morceau que vous aimez par-dessus tout :

Syrinx de Debussy pour flûte seule

-          Madeleines :

Gymnopédies de Satie

La Symphonique fantastique de Berlioz

Ouverture de Candide de Bernstein

-          6 à 7 morceaux :

Piano préparé de John Cage (Jean-Luc Choplin a très bien connu John Cage

qui lui a dédié plusieurs de ses pièces)

4ème de Mahler

I could have danced all night : My Fair Lady

Send in the clowns par Sinatra

Duo final du Couronnement de Popée de Monteverdi

Choeur d’ouverture de La Passion selon St Jean de Bach

Ouverture de la Flûte Enchantée version sud africaine (Impempe Yomlingo) de

Mozart

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 7 commentaires pour cet article :

1 Alain F, le 02 juin 2010 à 18:31 :

L’IMAGINATIF « SCHAUSPIELDIREKTOR » . Qu’aurait bien pu ou ne pas dire Jean-Luc Choplin ? Intrigué par ce « no comment » je me suis attelé à la réécoute du Directeur du Châtelet. On ne peut que se réjouir de rencontrer un homme qui ne pratique pas l’élitisme . Hier, j’ai écouté Manon Savary, qui elle aussi, à sa façon attire un large public vers l’opéra : l’inventivité ne peut qu’être bénéfique à cette démocratisation. La diversité du choix de l’invité m’a comblé avec plus particulièrement l’extrait de la 4ième de Mahler qui fait délicatement toucher le ciel. Je vénère ma vieille version George Szell - le mvt III (Ruhevoll) vous y expédie -au ciel-et vous allonge sur un nuage ….La Saint-Jean a le pouvoir de vous plonger immédiatement au cœur du drame, et on est saisi dès la première note. « C’est tout un monde qui s’ouvre devant nous » disait Albert Schweizer. Le peut-être trop court extrait de l’œuvre de J. Cage, m’a lui expédié, sans visa, directement en Indonésie devant un parterre de gamelan ! Surprenante ouverture de la Flûte..dégustée sur place elle doit avoir une autre saveur !

2 Alain F, le 02 juin 2010 à 20:13 :

../.. Parce qu’il a fréquenté Disney® Jean-Luc Choplin s’est fait traité de « Mickey ». sympa ! C’est le célèbre Léopold Stokowski qui dirigea la musique de « Fantasia » ! A-t-on affublé le chef du nom de ce légendaire personnage ?

3 Martine, le 02 juin 2010 à 21:22 :

Oui, l’absence de commentaires ne signifie pas pour autant que l’émission était inintéressante : j’ai été contente de faire la connaissance de Jean-Luc Choplin et son profil atypique dans le monde de la musique classique. J’aime sa façon d’œuvrer pour ouvrir Le Châtelet à un public varié, pas seulement les parisiens habituels. Et j’ai bien aimé écouter Manon Savary, elle m’a semblé bien sympathique, intelligente et vivifiante, elle a 27 ans et l’avenir devant elle, cela m’aurait semblé plutôt anormal de l’entendre parler comme une personne de 60 ans

4 Alain F, le 02 juin 2010 à 22:06 :

Bien sûr Martine, c’est quand même exceptionnel qu’une émission n’engendre aucun commentaire. Si par hasard, mais vraiment par hasard elle était inintéressante nous ne manquerions pas de le manifester. Cordialement. PS. Rectif : …fait traiter…

5 Martine, le 02 juin 2010 à 22:38 :

Nous sommes bien d’accord, Alain ! ;-) ma remarque , c’était pour rassurer Olivier… je n’ai d’ailleurs encore jamais ressenti d’ennui en écoutant PC….

6 catherine Dubreuil dessinatrice, le 12 juillet 2010 à 16:27 :

trisotin

7 catherine Dubreuil dessinatrice, le 12 juillet 2010 à 17:17 :

…je m’explique , je ne connais pas JL Choplin, mais vu comment j’ai été reçue au Châtelet, dont l’admistrateur me laissait dessiner dans les coulisses du temps de Lissner, et où on m’a même acheté des repros comme “documents historiques”…je pense que le système “ryshome de bambous” fonctionne très bien- en effet- pour que la bande reste entre elle , cloisonnée de chez cloisonnée, le reste c’est du discours- les contrats du copinage je suis désolée
alors il y a le snobisme Louis Marianno, quand il y chantait - que ma grand-tante, fille d’un chauffeur de taxi parisien, y passait ses samedis et que Maurice Baquet faisait de la varape sur le mur du fond de scène à l’entracte …ces gens là ne venaient pas le voir et s’en moquaient bien! maintenant ça fait branché on récupère. et on empêche de travailler les vrais artistes populaires au profit de “trisotins” même pas drôles qui coûtent des milles et des cents!!!excusez-moi mais je suis en colère!!! je le vis de l’intérieur.J’ai écouté jusqu’au bout mais c’était rasoir franchement et en ponpon des boulons dans un steinway…bon …faut avoir les moyens moi je trouve ça triste.ça c’est la bande à Delannoé encore, Disney j’adorais du temps de la Belle et la bête, après les gros manèges à coca-cola bof…c’est du bussness, et un appoint de figuration (fatigante pour tous les intermittents ok- ….c’est surement super de faire venir un néerlandais “artiste con tempourien qui “se promène dans la rue tout nu avec une laisse” payé des cachets faramineux pour “décloisonner” la “kulture” et se comporter d’une manière odieuse avec ceux qui bossent avec leur coeur pour le public, il suffit pour comprendre de se procurer le programme et de lire l’intro…trisotin vous dis-je, ils ont inventé le fil à couper le beurre , sauf qu’on avait tous compris bien avant eux eux qu’on peut faire de la musique avec un tam tam …je rêve! …je suis véhèmente car je suis triste, j’ai connu le châtelet et ses coulisses il y a 15 ans et c’était chouette, je me souviens d’un été où je dessinais la salle pendant les travaux, assise sur la scène, avec une petite équipe de techniciens , dont un proche de la retraite avait connu les dernières opérettes…et tout d’un coup je l’entends se fâcher très fort, et faire tout le tour par les galeries en vitupérant…arrivé sur le plateau je lui dis : “mais qu’est-ce-qui se passe Marcel?” , réponse de Monsieur Galichon- 30 ans de métier au service du spectacle- “rien…y’a encore un intellectuel qui a fermé l’portillon!”…les ennuis commençaient …et maintenant toutes les entrées sont sur carte du club, mais ce n’est plus mon club hélas….


Donnez votre avis !






ombre