Accueil  >  Jean-Yves Thibaudet, le ténor du piano
Flux RSS

Jean-Yves Thibaudet, le ténor du piano

Le 28 avril 2010 à 10:49 par Olivier Bellamy

 Olivier Bellamy et Jean-Yves Thibaudet sur Radio Classique

Dans le monde riche, mais un peu fermé, du piano français, Jean-Yves Thibaudet dénote, détone, détonne et ne cesse d’étonner. Son jeu clair et brillant s’est abreuvé aux meilleurs sources (Lucette Descaves, Aldo Ciccolini). De la première, il a hérité le respect absolu du texte et l’esprit de Ravel ; du second une âme de virtuose, infatigable et fiable. On le croit vantard car il ne se dissimule pas derrière une fausse modestie de façade, mais il trahit une vraie humilité lorsqu’il avoue aimer par-dessus tout accompagner les chanteurs dans l’ombre. Il a du succès et il le sait, mais il est sans doute l’un des rares musiciens à ne jamais dire du mal de ses collègues. On le croit superficiel car il aime les vêtements voyants et les voitures colorées, mais possède une profondeur d’autant plus réelle qu’il ne l’affiche jamais. Elle est dans son jeu pour qui veut bien faire l’effort de l’écouter. Jamais vous ne l’entendrez se plaindre des voyages, de la carrière, il aime son métier et possède un don de la communication, un naturel qui le rapproche d’Artur Rubinstein. Enfin, il est de son temps. C’est d’ailleurs pour cela qu’il se sent si bien aux Etats-Unis et qu’il a choisi d’y vivre.

La France a longtemps boudé Jean-Yves Thibaudet parce qu’ici, comme le chantait Yvonne Printemps, “on vous pardonne parfois d’avoir réussi, mais jamais d’avoir l’air heureux”. Il serait temps que cela change.

Voici son programme :

*3 petites madeleines de Proust:
-Valse de Chopin en la mineur, Op. Posthume
-l’Alouette (il existe un disque de Roby Lakatos ou ca figure)
-Franck Sonate pour violon et piano, 1er Mvmt
:
-Ravel Ondine de Gaspard de la Nuit
-Liszt : Totentanz
-Chopin 2eme Concerto pour piano et orchestre, A. Rubinstein
-Ravel Daphnis et Chloe, 2eme Suite, C. Dutoit
-Rachmaninov 2eme Symphonie, Mariss Jansons

+ extrait de Rhapsody in Blue (Thibaudet) et disque Bill Evans

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 30 commentaires pour cet article :

1 TG, le 28 avril 2010 à 11:33 :

Quand même, ce mouvement de Daphnis et Clhoë, c’est quelque chose… Je suis d’accord avec votre invité pour dire que c’est la plus belle musique au monde (à l’exception sans doute des gazouillis que je gazouille sous ma douche, mais l’audience est beaucoup restreinte…)
Quand j’entends cette musique de Ravel j’ai des frisons qui me montent le long de la colonne vertébrale. Il y a quelque chose d’évanescent là-dedans, je suis certain que cette musique accompagnait le “Bing Bang” qui fît naître notre monde… Cette musique là? ou est-ce “Quoi ma gueule” de Johny Halyday, j’hésite encore. Quelque peut peut-être me renseigner…

2 Françoise (40), le 28 avril 2010 à 12:27 :

Moi qui n’aime pas vraiment Ravel, je reconnais - sans avoir les frissons que me procurent d’autres oeuvres - que ce “Daphnis et Chloé” est bien agréable.
“Du Beaujolais dans les éviers” ? Si c’était cette infâme chose - pur produit de marketing - qu’on veut nous faire avaler (bark ! …) alors peu importe !
Je connais des Américains qui sont capables de reconnaître un vin, non seulement son origine, mais son année, et souvent le “château”. Qui dit mieux ?
Bonne dégustation.
Françoise

3 Alain F, le 28 avril 2010 à 15:23 :

Fort est de constater, que depuis Dimanche, j’attire du monde dans ma cave. Attention ! à consommer avec modération.- Je revendique mon AOC dominical ! Soyez indulgents, je suis en pleine maturation pour le commentaire de JYT. Je m’enivre , en entendant les impressionnistes notes de Daphnis et Chloé. Laissez-moi cuver jusqu’aux alentours de 18h. In vino véritas. Votre Bacchus sans Ariane.

4 Samuel Rosenfeld, le 28 avril 2010 à 22:06 :

Jean-Yves Thibaudet est un grand pianiste, bien trop rare en France… Les ricains ont de la veine de l’avoir ! Samuel Rosenfeld est déjà allé entendre Jean-Yves Thibaudet à Lille dans Ravel et Rachmaninov. Le Thibaudet était tellement excellent que Samuel Rosenfeld a failli apprécier le concerto pour guimauve en chamallow mineur de Sergei Rachmaninov. Bah… Samuel Rosenfeld avait trop entendu ce concerto lors de son adolescence, période pendant laquelle il est typique que les jeunes hommes – même les plus viriles, comme Samuel Rosenfeld – s’épanchent dans de sirupeux sentiments d’auto flagellation et de gluance molle et néo romantique. Bref, Samuel Rosenfeld en avait soupé de ce deuxième concerto de Rachmaninov, et pourtant Il avait apprécié l’interprétation de Thibaudet.
Samuel Rosenfeld est trop heureux d’avoir entendu un pianiste authentiquement ravélien pour ne pas vous livrer une de ses lectures récentes, car la lutte contre l’opéra italien, fléau des temps modernes, continue (Samuel Rosenfeld a encore croisé une bande de jeune qui squattaient dans un hall d’immeuble en dealant et en frappant de vieilles gens, et qu’écoutaient-ils ? Tosca à fond les balais ! « Yo Rosenfeld ! Viens chanter des opéras italiens avec nous, z’y va ! Va faire l’amour à ta maman ! », un fléau vous dis-je !). L’excellent Alexis Roland-Manuel dit donc : « Ce n’est pas à Ravel qu’il faut demander des œuvres où le sentiment s’exagère sans cesse dans la véhémence de son expression ». Et pan ! Exactement ce que Samuel Rosenfeld voulait dire ! C’est moins bon que du Samuel Rosenfeld bien entendu, mais Roland-Manuel fait ce qu’il peut. Samuel Rosenfeld vous livre la fin de la citation : « Ce n’est pas à Ravel qu’il faut demander de remuer le marais de la concupiscence ou d’ouvrir volontairement les abîmes du désespoir. Si le lac est profond où plonge la merveilleuse Ondine, c’est à sa limpidité que nous mesurons sa profondeur. En un mot, la magie de Ravel est une magie blanche ». Merci à Roland-Manuel d’avoir ainsi porté la charge contre l’opéra carbonara (car c’était bien, sans doute, son intention cachée) et MERCI SAMUEL ROSENFELD. C’EST LA LUUUUUUUUUUUTE FINAAAAAAAALE !

5 sandrine, le 28 avril 2010 à 22:34 :

Vous êtes en avance sur la fête du premier mai cher ami Rosenfeld!

6 Samuel Rosenfeld, le 28 avril 2010 à 23:18 :

Venez défiler avec Samuel Rosenfeld ma mie! Nous vaincrons!

7 Livadiotti Roberto, le 29 avril 2010 à 00:02 :

Bien dit Samuel,ce “concerto pour guimauve et chamallow” de Rachmaninoff que j’ai toujours caractérisé de “hollywoodien”.Bien que je ne sois pas d’accord avec le Samuel Rosenfeld “sans-culotte” qui va en guerre contre l’opera italien et bien que Ravel et Debussy ne soient pas mes compositeurs préférés (en accord avec Françoise sans doute)je pense que ce sont de grands compositeurs qui ont créé l’impressionisme en musique.

8 sandrine, le 29 avril 2010 à 07:32 :

Je me suis toujours dit qu’il fallait que je vous demande cher Roberto pourquoi ce concerto vous l’affublez de cet adjectif “hollywoodien” ce n’est pas la première fois que vous l’écrivez sur ce blog, est-ce à cause du film dans lequel je l’ai (moi) entendu pour la première fois “Sept ans de reflexion” avec Marylin Monroe? Je n’avais jamais fait le rapprochement avec Hollywood, pourtant ce n’est pas faute de l’avoir écouté, ma K7 vidéo usée il a fallu que je me procure ce concerto….connaissez-vous la version de François-René Duchâble? Peut-être cette version vous réconciliera-t-elle avec Rachmaninoff….en tout cas faites attention, vous êtes en train de tomber sous la coupe de Samuel Rosenfeld, per carità, prenez soins de vous cher Roberto!(soyez vigilant!)
cordialement
sandrine(84)

9 TG, le 29 avril 2010 à 09:49 :

Hollywoodien : Ah le grand mot. C’est de la jalousie, Car les Russes et les américains ont encore des grands musiciens eux! , et de grands écrivains. Ce qui n’est plus le cas ici. Je préfère l’hollywoodiens au “franchouillardiens”
Je ne dis pas cela pour faire de la polémique… bien sûr

10 Alain F, le 29 avril 2010 à 10:38 :

A MUSIC LESSON « A LA FRANCAISE » . Etrange fut mon rêve, et si merveilleusement musical. J’ai rêvé de JYT (nous l’appellerons ainsi -c’est plus pratique et tellement Américain- Son humour étant égal à celui d’ Arthur Rubinstein il devrait me pardonner. J’ai donc rêve de JYT, en Marquis de Lafayette revêtu d’une magnifique chemise blanche brodée, poignées à volants, chemise fabriquée par les meilleurs Canuts Lyonnais. Il cabrait son Lipizzan sellé de cuir pleine fleur « rouge Maranello » devant Carnegie Hall. Sergei Rachmaninov l’attendait pour lui confier sa baguette pour l’exécution de la première Américaine de sa 2ième symphonie ( symphonie absente de nos salles dans notre vieille Europe). A la fin du concert, s’éclipsant du public Newyorkais « emballé » par ce Frenchie grande classe, il alla se perdre dans les bas-fonds d’ Harlem pour rejoindre Bill Evans dans une boîte à jazz enfumée. Ravel avait effectué la traversée depuis Ciboure en barque sur l’océan. Tous les trois, cigarettes aux lèvres « firent un bœuf » improvisant sur la Rapsodie Espagnole rebaptisée pour la circonstance Rapsodie Américaine par Ravel. Un tonitruant Go ! JYT me réveilla. Pour me soigner des mes fantasmes j’ai « écouté  en boucle » ( j’aime cette expression, ça fait très chroniqueur télé !) « le lever du jour » extrait de Daphnis et Chloé, par l’indétrônable Munch et son Orchestre de Paris à l’aube d’une belle épopée. Désoler JYT, ne me montrez pas « Dutoit » pour avoir préféré cet enregistrement. C’est d’un fin pinceau que les chefs devraient animer les instrumentistes dans cette fresque impressionniste. Merci Jean -Yves Thibaudet pour votre participation involontaire à mes élucubrations.

11 catherine Dubreuil dessinatrice, le 29 avril 2010 à 12:26 :

cool le grand pianiste ! trop sympa une pêche d’enfer!!!quelle énergie! Beau d’entendre ce Ravel et envie d’aller s’acheter tout BillEvans , par lui ou Bill . Quelqu’un de vrai.

12 Livadiotti Roberto, le 29 avril 2010 à 14:30 :

Chère Sandrine,je ne déteste pas ce concerto de Rachmaninoff,mais meme si la musique est belle,je le trouve assez léger,cad qu’après 4 ou 5 auditions,je n’ai plus envie de le réécouter et si je dis “hollywoodien” c’est qu’il me fait penser à une musique de film.

13 Françoise (40), le 29 avril 2010 à 14:37 :

Comme vous me connaissez bien cher Roberto !
“Hollywoodien ” ? Je pose la même question que notre amie Sandrine.
Le concerto n° 2 dudit Rachmaninov est à peu près le seul de ce compositeur que j’aiME bien.
Avec une journée d’avance (le matin, ce n’est pas moi qui ai accès à l’ordinateur en premier - “bourse oblige” - et comme Il ne se décide toujours pas à utiliser son portable !), je vous souhaite une excellente fête.
Bien sûr, au cas où il y aurait des “Robert” sur ce blog, bonne fête à eux aussi.
Je vous embrasse Roberto.
Françoise
P.S. Tous les “Schoenberg” ne se ressemblent pas ! J’ai entendu quelque chose de joli pendant l’heure du déjeuner sur RC : “Boublil et Schoenberg - Les Misérables” …

14 Livadiotti Roberto, le 29 avril 2010 à 21:33 :

Merci chère Françoise!J’ai écouté un beau morceau de Rachmaninov,je crois “scherzo symphonique”.Pour ça je dis à TG qu’on sait bien qu’il y a eu de grands compositeurs russes et de grands ecrivains américains,mais ils sont venus après les italiens,les allemands(et autrichiens) et les français,et…

16 sandrine, le 30 avril 2010 à 00:06 :

Bien le lien Alain,merci, mais y a rien à faire il manque la voix pour créer (ici)l’émotion! Le piano seul ne suffit pas à retranscrire toute la passion, l’espoir et la détresse de cette pauvre Butterfly! Merci quand même et bravo à J-Y T qui semble courir sur son clavier!
cordialement
sanrine(84)

17 Livadiotti Roberto, le 30 avril 2010 à 09:09 :

Certes que meme les plus beaux extraits d’operas ne seraient pas ce qu’ils sont sans l’accompagnement orchestral et je suis entièrement d’accord avec Sandrine.

18 Alain F, le 30 avril 2010 à 11:43 :

Et si vous ne s’aviez pas qu’il s’agit d’airs d’opéra arrangés ou retranscrits…..Quand penseriez-vous ? Cordialement.

19 Livadiotti Roberto, le 30 avril 2010 à 15:05 :

Essayé me corriger,message pas parti.S’agit morceau transcrit pr piano comme faisait Liszt.Excuses,cara Sandrine.

20 Livadiotti Roberto, le 01 mai 2010 à 08:39 :

…et excuses à Alain,n’avoir pas encore écouté extrait,mais préfère écouter Verdi,Puccini,etc,avec voix et orchestre complet et préfère écouter Wagner avec orchestre et voix aussi,pas comme parfois diffusés par RC.

21 Alain F, le 01 mai 2010 à 09:00 :

Moi aussi Roberto,je privilégie l’original mais il n’est pas inintéressant d’écouter les oeuvres différemment:par exemple une symphonie de Beethoven au piano! Amitiés

22 Livadiotti Roberto, le 01 mai 2010 à 19:40 :

C’est vrai,Alain,c’est intéressant d’écouter des transcriptions.Françoise et Alain,j’ai réservé un paragraphe à Vincent d’Indy au chap.21 et mentionné brièvement la “Symphonie Cévenole”.Il a composé aussi une “Symphonie Italienne” comme Mendelssohn.

23 Françoise (40), le 01 mai 2010 à 20:04 :

Merci Roberto. J’irai sur votre site après diner.
Bonne soirée.

24 Alain F, le 01 mai 2010 à 21:14 :

Quelques cd de d’Indy.Voir extraits tout au fond.http://www.abeillemusique.com/CD/Classique/8550894/4891030508941/Naxos/Naxos-Patrimoine/Vincent-d-Indy/Medee-Karadec-Souvenirs/cleart-33695.html

25 Alain F, le 01 mai 2010 à 21:16 :

Le lien ne fonctionne pas!

26 Françoise (40), le 01 mai 2010 à 22:55 :

Je viens d’écouter “La Symphonie Cévenole” sur : lumiere101.com/…/vincent-dindy-symphonie-cevenole/ - Je ne sais l’effet que cela aura sur ma nuit … mais c’est magnifique !
A demain chers amis.
Françoise

27 Alain F, le 02 mai 2010 à 11:58 :

Très Sainte Françoise, Soyez bénie d’illuminer ma journée en révélant cette lumière radiophonique.
Un véritable reliquaire pour discophile que ce site.: Rosbaud, Haskil, Abendroth, Yudina, Gigli, Cluytens, Gieseking, Lipatti, Celibidache, Krauss, Arrau, Weingartner etc.…quand j’ai vu Weingartner à Vienne alors que j’avais 28 ans !…… Voilà mes hallucinations me reprennent…Redevenons sérieux , tous ces noms ne devraient pas déplaire à MONSIEUR Tubeuf. Le présentateur de cette radio avec « sa voix de catacombes » a ressuscité Jean Toscane, quels souvenirs…. Magnifique, le concerto « pour piano » de Brahms avec « au violon » Stern ! On pardonne. Très chère Françoise, je ne vous poserai qu’une seule question : quand pourrai-je dormir ?

28 Françoise (40), le 02 mai 2010 à 12:22 :

Cher Alain, c’est par pur hasard que je suis tombée sur “Lumière 101″ en demandant à écouter la Symphonie Cévenole … Etant donné l’heure déjà bien avancée, ma curiosité ne m’a pas poussée à écouter autre chose. Je suis désolée si je suis à l’origine de vos nuits écourtées. Pardonnez-moi à votre tour (dimanche, Jour de Messe et de Pardons).
Entendu ce matin sur RC le concerto pour violoncelle d’Edgar. Je n’aime pas. Et maintenat … Rachmaninov ! Heureusement, j’ai aussi entendu Turandot avec ce merveilleux J. Carreras. Et la Symphonie 38 de mon cher Mozart. Ca compense.
Bon dimanche à tous.
Très amicalement
Françoise

29 Fançoise (40), le 02 mai 2010 à 12:25 :

Elgar !
Je n’ai jamais lu d’ouvrages écrits par Monsieur Finkelkraut. Lequel me conseilleriez-vous ?

30 Alain F, le 02 mai 2010 à 13:21 :

Françoise, oubliez “Finki”. Lisez pour racheter votre faute la biographie de Jacqueline Dupré.


Donnez votre avis !






ombre