Accueil  >  Le swing tranquille de Baptiste Trotignon
Flux RSS

Le swing tranquille de Baptiste Trotignon

Le 20 avril 2010 à 09:29 par Olivier Bellamy

Olivier Bellamy et Baptiste Trotignon sur Radio Classique

Pour Martial Solal, grand maître en la matière, Baptiste Trotignon est le pianiste de jazz à suivre. Il a commencé par des études de piano classique dans un village de la Drôme chez une dame qui avait la maladie de Parkinson. Puis il est entré au Conservatoire de Nantes à 13 ans et a accompagné des chanteurs à l’Opéra. Le jazz est alors entré dans sa vie et ne l’a plus quitté. Il est monté à Paris pour poursuivre ses études au Conservatoire de Paris tout en jouant dans les clubs de la capitale. Mais l’écart entre la théorie et la pratique lui a semblé trop déstabilisant : il a démissionné au bout de deux ans pour suivre sa route. L’avenir a donné raison à cette forte tête. Un Django d’or, un contrat chez Naïve et des concerts à travers le monde, même aux Etats-Unis, si protectionnistes sur le plan musical.

Baptiste Trotignon a l’esprit qui fonctionne comme un musicien de jazz. Il tourne autour, il explore, il butine et puis il fonce. Pour expliquer ses choix musicaux, il commence par dire : j’aurais pu choisir telle oeuvre ou telle oeuvre et puis, nonobstant sa pudeur, il lâche tout à propos de Schubert. Après la musique, il revient à la charge : on pourrait dire aussi ça et on a dit ça à micro fermé… En toute liberté. Il ne soliloque pas. Il s’attend à ce que l’interlocuteur se lâche aussi. Et vous en pensez quoi, vous ? Ah oui ! Comme dans un morceau où chacun y va de son solo et où on réagit à ce que dit le partenaire. Le vide ne lui fait pas peur, les “blancs” ne l’inquiètent pas. Il voyage à vue, sans plan de vol préétabli. Alors vous pensez, un nuage volcanique, ce n’est pas cela qui va l’arrêter.

Voici son programme :

Le morceau “number one” … :

- BACH : l’ARIA des Variations Goldberg - Gould ( 2ème enregistrement )

Les “madeleines” :

- BACH : Cantate 106 , Sinfonia ( l’ouverture ) - Version : Junghanel ou Harnoncourt…

- PROKOFIEV : Finale de la 7ème Sonate pour piano .

- ERROLL GARNER : “It had to be you” dans l’album “Dancing on the ceiling”

- HAYDN : Piano Sonata in B Minor, H.XVI No. 32: I. Allegro moderato - S.Richter ( enregistrements Decca en italie )

- SCHUBERT : Adagio du Quintet en Ut , le fameux… Une version qui vous parait bonne.

- MAHLER : 9ème Symphonie , 4è et dernier mouvement ( le début ) - à priori version Bernstein .

- BARTOK : “Door 6″ dans l’opéra “Barbe-Bleue” , les premières minutes - version ? moi j’ai Antal Dorati , très beau , mais si autre pourquoi pas ….

- RAVEL : Daphnis et Chloé , les premières minutes .

- RACHMANINOV : 2è mvt Concerto pour piano No 4 - A.B.Michelangeli

- MESSIAEN : Turangalîla Symphonie - 5. Joie Du Sang Des Étoiles - à priori verison Myung-Whun Chung

( - SCHUBERT : Piano Sonata in G major, Op.78 D 894 - 1er mouvement ( le début ) - Version S.Richter )

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 35 commentaires pour cet article :

1 Leonor Scherrer, le 20 avril 2010 à 13:50 :

Would you please let me know again what was the citation from Nietzsche about the right balance for music….” Il faut du cochon, de la colombe et…..?????” missing the last word…. driving me crazy!!!!
Please let me know, it came from the mouth of Martial Solal. Thank you so much for your unique everyday show!

2 Kevin Halion, le 20 avril 2010 à 16:40 :

Le mot que vous n’avez pas entendu, Leonor, était ’serpent’, je crois. “Dove as well as snake and swine.”

3 TG, le 20 avril 2010 à 17:06 :

moi je dirais “qu’il faut du lard et du cochon”, mais je ne suis pas Nietzche

4 Mohammed Moudjou, le 21 avril 2010 à 05:53 :

Dear Leonor Scherrer,
Je ne connaissais pas la citation de Nietzsche. Voici ce que j’ai trouvé en consultant le Saint Google :
Baptiste Trotignon a cité « Nietzsche qui disait dans son livre Le Gai Savoir « la colombe, le serpent et le cochon, tout cela je le suis et je veux être », lorsqu’il justifiait le paradoxe du mélange entre le sacré et le profane qu’on peut rencontrer dans la musique et son interprétation.
I try a translation, just in case : In “The Gay Science”, Nietzsche wrote “the dove, the snake and the pig ; all these I am, and I want to be”.
Hope that will help.
Sincerely yours
MM

P.S. Chère Erica, non rassurez-vous je ne suis pas insomniaque, je fais partie de la France qui se lève tôt (c’est de qui ça déjà ?). Non je rigole. Je vous laisse, il faut que j’aille travailler PLUS pour gagner… AUTANT. Merci pour le clin d’œil de la Mecque.

5 Françoise (40), le 21 avril 2010 à 10:53 :

Cher Mohammed, si j’ai dû - et si vous devez à votre tour - “travailler plus pour gagner … autant”, n’est-ce pas dû à ceux qui profitent du système (cher à notre chère France) et qui, eux, gagnent autant sans travailler … du tout ?
Bonne journée.
Très amicalement.
Françoise

6 Samuel Rosenfeld, le 21 avril 2010 à 12:25 :

Momo, c’est quoi “The gay science”? Un manuel pour savoir comment parer un char des plus beaux atours pour le défilé de la gay pride?!
Sinon, avez-vous remarqué, amis blogueurs, que les invités choisissent très souvent du Ravel dans leurs programmes? Samuel Rosenfeld en est bien aise.

7 Livadiotti Roberto, le 21 avril 2010 à 13:35 :

Samuel,j’aime bien écouter parfois du Ravel ou du Debussy,meme s’ils ne figurent pas parmi la dizaine de mes compositeurs préférés,mais ils ont créé un nouveau genre de musique,c’est indéniable.A l’adresse de Catherine,je dis que les heures du RV me conviennent et pour les jours,entre le 9 et le 11 Juin,c’est bon.J’espère que sur ce blog,mon message partira sans etre stoppé par le “Word Press” de merde!

8 Erica Roche, le 21 avril 2010 à 14:22 :

Pour revenir à l’émission - les “blancs” m’ont perturbée. Quand on peut voir la personne qui les fait, ce n’est certainement pas la même chose que pour les auditeurs, et je me suis un peu ennuyée malgré la qualité du programme.N’étant pas très au fait du monde du jazz, j’avoue que je ne connaissais pas cet artiste, et j’étais ravie de l’entendre jouer à la fin de l’émission. Le titre de l’oeuvre m’a échappé, je me souviens simplement que c’était en anglais et qu’Olivier a posé la question de savoir pourquoi en anglais? La réponse n’était pas très convaincante, et l’anglaise que je suis est régulièrement agacée par cette mode d’utiliser des noms ou des termes anglais à tort et à travers. Chaque langue a sa musique et celle de la langue française est particulèrement belle et riche.Lorsque j’étais encore en activité, je faisais des fois semblant de ne pas comprendre ces mots anglais ou même franglais car mal employés (parfois je ne faisais même pas semblant, tellement la pronociation était mauvaise). Pour les “jazzmen” français il faudrait un Louis XIV pour exiger que le morceaux aient des titres français!

9 Alain F, le 21 avril 2010 à 14:54 :

Français ! Françoise ! Les élections régionales, sont passées !!! Bon, ne m’en veuillez pas. Mettons nous dans l’isoloir, que je puisse déposer une bise sur votre joue de droite.

10 Alain F, le 21 avril 2010 à 16:57 :

Ah ! Si Versailles m’était conté. Belle dame Erica votre commentaire est très pertinent. Oh ! Que oui , « la langue française est particulièrement belle et riche ». Permettez moi gente dame de confirmer mon petit avis du moment sur l’écriture des paroles du chanteur au chapeau sans plumes mis en arrière.

11 Françoise (40), le 21 avril 2010 à 22:24 :

Alain, d’accord le “PS” de Mohammed s’adressait à Erica ; il n’empêche que c’est à sa remarque que je répondais…
Bach, Schubert, Haydn, je ne m’en lasse jamais… comme plein d’autres d’ailleurs. Mais Bartok je ferme mes oreilles. Quant à Ravel - s’il est choisi par beaucoup d’invités cela ne signifie pas pour ma part qu’il soit parmi les “très grands” - je ne supporte pas tout, loin s’en faut !
Moi aussi, je suis d’accord avec vous Erica concernant la langue française. Et tout comme vous, je “fais semblant” …parfois.
Bonne soirée à tous.
Françoise

PS Même par Mozilla, ça pêche ! Ca fait au moins cinq fois ou six fois que j’essaie. Ce sera la dernière ; c’est trop pénible !

12 Alain F, le 21 avril 2010 à 23:26 :

Chère et douce Françoise, Voulez-vous que je devienne par contrat décennal renouvelable par tacite reconduction, votre « JOSEPHIN ANGE GARDIEN » de vos messages ? Souvenez-vous de l’affaire référencée : Winifred / Picard. Ma rapide intervention dans ce dossier vous a évitée le feu du Wahala. Mes honoraires seront de cent guinées par dossier. Les deux derniers et très récents litiges portant d’une part sur « les tags des voyous » et d’autre part sur «  les profiteurs du système » feront l’objet d’une note d’honoraire globale. Je vous remercie de la confiance que vous voudrez bien m’accorder. Votre Joséphin ange gardien adoré.

13 Livadiotti Roberto, le 22 avril 2010 à 00:05 :

C’est aussi mon avis que la langue française est belle et riche et sa littérature aussi.Quant à la musique française,on peut dire qu’elle est riche et variée.

14 Erica Roche, le 22 avril 2010 à 09:25 :

Je reviens vers Mohammed, travailleur acharné et infatiguable, alors que Françoise et moi, retraitées heureuses, prenons la vie du bon coté après 40 ans de labeur. Est-ce que c’est bien vous l’animateur d’une conférence “Sur la Clivage endoprotéolytique de la Proteïne du Prion anormale et sa dépendence cellulaire et tissulaire” que nous avons tous ratés le 17 décembre dernier? Si c’est oui, je suis admirative et certaine de ne rien y comprendre!

15 Alain F, le 22 avril 2010 à 10:59 :

Amies, Amis amoureux de Mozart allez vite sur le site Abeille Musique et découvrez deux merveilles. Concerti piano n° 22 & 23 (extraits hélas) par Baremboïn jeune et R.Kubelik. (Voir commentaire) Label BR Klassik. Bonne journée en musique.

16 TG, le 22 avril 2010 à 11:21 :

A propos de la langue française, je constate que beaucoup de chanteur de ‘la chanson française” chantent aujourd’hui en anglo-américains avec parfois un accent qui est plus une caricature de l’amérique profonde qu’autre chose. La photocopieuse est en marche, malheureusement elle est en noir et blanc. Peut-être que moins on a de chose a dire et plus on n’est pas obligé de se faire comprendre, alors on peut “grommeler” ou baragouiner en n’importe quelle langue puisque de toute façon on a rien a dire.
Françoise permettez que je vous défende et que je tapote amicalement Alain F sur sa joue gauche, hihihi
Preux chevalier je suis… Médaille je mérite

17 Françoise (40), le 22 avril 2010 à 12:25 :

Merci à vous tous chers amis, galants hommes, si “protecteurs”. Vous vous faites
rares (les meilleurs sont pris); alors nous en profitons.
Alain, Mozart étant mon grand chéri (enfin un de mes grands, car j’ai un mari, des gendres, des petis-fils), je cours suivre votre conseil.
A bientôt. Bonne journée à tous.
Très amicalement.
Françoise

18 Françoise (40), le 22 avril 2010 à 12:34 :

Cher Alain. Je n’irai pas sur “Abeille Musique”. Le concerto 23 - que je connais presque par coeur - et le n° 22 (j’ai un peu oublié), je vais les écouter EN ENTIER, car ils sont forcément dans notre coffret “Mozart”.

19 Alain F, le 22 avril 2010 à 13:41 :

Chère Françoise, Dans ma tête aucun doute sur votre connaissance ou celle de nos autres amis(es) de ces deux œuvres célèbres. La petite suggestion concerne L’INTERPRETATION revigorante du jeune pianiste D.Barenboïm et (surtout) l’accompagnement de l’orchestre aux couleurs magiques sous la baguette du regretté Raphael Kubelik. Essayez … pour me faire plaisir , je vous aime tant et vous le savez. Votre Alinou.

20 Alain F, le 22 avril 2010 à 14:27 :

TG. Merci de me tapoter une des mes joues, ça me redonne des couleurs. A mon âge la circulation sanguine est légèrement déficiente. A propos de circulation il serait regrettable que les commentaires (j’en ai eu peur) prenne une ligne différente de celle de la culture ; ce qui n’exclu pas l’humour, la fantaisie, l’originalité et la « loup phoquerie ® ». Françoise est pour moi un vraie amie, à chacun sa propre sensibilité. La façon dont elle s’adresse à nous m’a touché ( la forme ). A une amie véritable on peut dire -écrire- les toutes petites choses qui me paraissent équivoques (le fond) . Françoise je vous apprécie.

21 Alain F, le 22 avril 2010 à 17:16 :

Rectif.palier 20: “prennent”

22 Françoise (40), le 22 avril 2010 à 18:02 :

Cher Alain, je vais vous faire plaisir … après m’être moi-même gâtée ! Après une longue promenade le long de notre beau lac avec nos trois “vedettes”, 1 H 20 de détente avec les 22 et 23. Je n’ai pas réussi avec Abeille Musique mais grâce à cet incontournable Google, “concerto 22 et 23 par Daniel Barenboim”, et hop … c’était gagné ! Et comme mes chères têtes blondes (qui n’ont jamais écouté que de la musique classique avec nous) commencent à bien apprécier (et principalement Mozart, vous pouvez vous en douter !), c’est très sagement qu’ils m’ont “suivie”.
Vous m’avez permise de me relaxer avant une fin de journée … qui est loin d’être terminée ! Pour ça et pour votre amitié, merci.
Très amicalement.
Françoise

24 Françoise (40), le 22 avril 2010 à 23:21 :

Merci Alain pour ce délicieux moment.
A demain … peut-être !
Amitiés.
Françoise

25 Alain F, le 23 avril 2010 à 00:36 :

Il faut aussi aller au fond de la page. Sous les autres disques proposés vous trouverez des extraits de trente secondes chacun. Que pensez-vous de la piste 1-3 Allegro du 22ième Cto ? Alors ces bois ! Une « petite scène au bord du ruisseau » ?? Pour les amateurs de Bruckner cliquez sur le coffret de l’orchestre de la Radio Bavaroise . C’est qui l’abeille butineuse ? Bon miel !

26 Mohammed Moudjou, le 23 avril 2010 à 05:41 :

Bloggeurs, Bloggeuses, bonjour,
Folle ou pas folle, je ne dirai que trois mots : Ouah la Vache !!! Ça en fait de la lecture en deux jours (je n’étais pas là). Je vois que vous avez été très bavards : ça parle beaucoup de Musique, de cuisine, de miel, d’Abeille, de joues, d’isoloir… si ce n’est de la richesse tout ça. Il parait même qu’on ait retrouvé l’assassin de Ghislaine Marshal, ce n’est pas Omar, mais Schönberg. Je vais essayer de répondre à certaines interrogations des uns et des autres, dans l’ordre chronologique de leur arrivée :
5-Françoise (40), le 21 avril 2010 à 10:53 : Très chère Françoise (40) de Sanguinet, tout à fait d’accord avec vous, même si ce n’est pas aussi simple que ça. J’irai même plus haut que vous et je rajouterai : n’est-ce pas dû aussi à ceux qui foutent pas grand-chose et qui font des Options sur les Stocks.
6-Samuel Rosenfeld, le 21 avril 2010 à 12:25 : Salam Sam, je vous avoue que j’étais assez fier de moi à la lecture de votre commentaire très rigolo. En gardant le titre original du livre du philosophe, j’avais parié que vous réagiriez de la sorte. Pour avoir la réponse, il faudra demander à Nietzsche. D’autres parts, je dois vous confesser que malheureusement, comme Elise (Serait-ce elle l’heureuse destinatrice de la fameuse Lettre ?) j’ai rejoins le petit peuple un peu tardivement, j’ai écouté l’opus n°42 de Schönberg et cela ne m’a pas excité… comme une puce. Alors s’il y a une chose que je me permets de vous dire ça sera : Cé-SAM, ouvre-toi (désolé pour le toi)… à l’opéra Italien.
8 Erica Roche, le 21 avril 2010 à 14:22 Très Dear Erica, moi aussi, j’ai bien aimé le programme de Baptiste et j’ai beaucoup apprécié son dernier morceau de piano tiré de son dernier album portant le titre Anglais (désolé) « Shape ». Ah quelle merveille la Langue Française : musicalité, richesse, poésie, sens du détail, de la finesse… Mais quand on regarde d’un petit plus près la vie d’une langue, c’est une très très très longue histoire évolutive remplie d’empreints, de substitutions, de disparitions, de création de mots et d’expression qui viennent d’autres langues. Une langue ne s’appauvrit par tous ces phénomènes, au contraire, elle s’enrichit. C’est pour cela que l’utilisation de mots d’autres langues ne me gêne pas tant que ça. Souvent je compare une Langue à un génome (ce Truc de la Truque (Françoise 40 comprendra, j’adore ce nom) qu’on appelle aussi l’ADN), et les mots comme des gènes. Alors elle subit parfois des mutations, des délétions, des transpositions et j’en passe. La richesse et la beauté de la Langue Française est la résultante de tous ces phénomènes.
14 Erica Roche, le 22 avril 2010 à 09:25 : je vous souhaite à vous (et à Françoise, pas de jalouse cette fois-ci, je ne veux pas avoir de problèmes) une très bonne retraite : riche, dynamique et paisible auprès de ceux que vous aimez… Oui c’est bien moi qui ai donné cette conférence au titre, je le conçois assez incompréhensible. Mais vous n’avez rien raté. Il s’agissait d’un séminaire de travail interne à notre unité, donc entre spécialistes. Si vous saviez le nombre de mots anglais qu’on utilise quotidiennement, vous seriez effarée. Mais ce sont des mots très techniques.
Bon je crois que j’ai fait le tour. Ah j’ai oublié ce cher Alain F, le phœnix des hôtes de ce hautbois, merci pour le tuyau des concerti de Mozart. Tel un gros bourdon ignare en musique classique, je suis allé butiner dans la ruche d’Abeille et j’ai beaucoup apprécié les interprétations de Barenboïm.
Désolé d’avoir été trop long. Je serai absent pendant une semaine, j’emmène ma femme et les 2/3 de ma descendance flâner dans l’ile de Noirmoutier. Tout à l’opposé de Sam R, grand plongeur et prédateur de la faune marine, moi et ma marmaille attendrons la marée basse pour aller marcher, pieds nus sur le sable vaseux du passage du Gois. A mon retour, j’espère que j’aurai, comme m’a dit mon médecin, la patate…
Je vous souhaite à toutes et à tous une Bonne Fin de Semaine (bon week-end quoi).
MM

27 Alain F, le 23 avril 2010 à 11:05 :

Cher Mohammed, Votre revue de presse matinale, lue au petit déjeuner , est succulente avec miel ou sans miel, votre ADM le prouve. Votre culture musicale est bien réelle. Elise vous a trahie, pas notre amie ! la célèbre sonate. Il ne fait aucun doute maintenant que vous connaissez aussi parfaitement l’autre sonate de LVB : celle «  A Creutzfeldt ». Je vous souhaite à vous et votre famille de faire le plein d’iode marine. Ah ! mais non cher Mohammed vous ne m’aviez pas oublié, votre parfaite connaissance des grands procès de ce siècle en atteste. Amitiés.

28 Françoise (40), le 23 avril 2010 à 11:41 :

Merci cher Mohammed. Nous vous souhaitons un excellent repos. Sans aucun doute, ces quelques jours à Noirmoutier vous feront retrouver … votre patate !
Très amicalement.
Françoise
P.S. Par discrétion (ai-je bien fait ?), je ne vous avais pas dit que, grâce à Google - encore Lui - j’en savais un petit peu plus sur vous, pour mon plus grand plaisir. Plutôt … pour ma “culture” !

29 Elise F(36), le 23 avril 2010 à 14:04 :

Plus de connection Internet depuis ce matin et on ne peut plus rien faire ! J’exagère un peu mais tout de même.
Reposez-vous bien cher Mohammed, ainsi que votre famille sur l’île des vacances de mon enfance.Toutes mes félicitations pour votre prestigieuse carrière professionnelle,votre culture et votre humour!
Amicalement à toutes et tous.

30 Elise F(36), le 23 avril 2010 à 14:25 :

Alain : je m’y suis précipitée dès votre annonce mais l’Abeille n’a pas butiné plus de 10 secondes sur chaque mouvement des concertis 22 et 23 par D.Barenboim.Un peu court pour se rendre compte.Certes les interprétations me semblent plus dynamiques que celles des cd de ma jeunesse par R.Serkin/C.Abbado/LSO.

31 catherine Dubreuil dessinatrice, le 23 avril 2010 à 16:07 :

il est vrai que lorsqu’on s’absente il y a du boulot pour remonter le flux!!! en tous cas ce blog est vraiment sympathique et vivant!
Moi aussi, au début, Erica ,l’intonation blasée de Baptiste T m’ont incitée à ne pas le trouver interessant d’emblée ..mais les musiques étaient belles et petit à petit ce qu’il disait de plus en plus sensible…Olivier est très doué qui l’a amené à se “lâcher” sur Shubert et là c’était gagné : on oubliait le ton - il est peu être timide ce garçon?- Alain modérateur du feu du Wahala!!!ne soyez pas trop politiquement correct! on a le droit de dire ce qu’on pense quand même zut ! c’est pas grave ….on a bien compris qu’on était entre amis non? moi j’aime bien comment TG “rentre dedans”! … et constate- comme Françoise, Erica et TG - en dehors de toutes politiques -que le social démago et l’assistanat devenu sport national font des dégâts irréversibles: la faiblesse étant une complication de l’inaction.Mozilla ça marche quand même mieux mais pas toujours…qu’allons-nous devenir?! Mohammed Bonnes Vacances!…trés impressionnée par vos recherches!!!

32 Alain F, le 23 avril 2010 à 17:01 :

Catherine, Votre gai parler si naturel est des plus vivifiant. Mais qui peut savoir par quelle joue, tous les matins en me rasant, je commence? Vieux conducteur de carrioles Solognotes je craint toujours des dérapages sur des chemins boueux. A l’instar de nos amis il faudrait que je parte m’aérer en forêt à la recherche du grand air ou du Grand M !

33 catherine Dubreuil dessinatrice, le 23 avril 2010 à 18:33 :

j’avais bien compris ! …et je suis en train de me régaler avec Mozart 22 23 et Barenboïm…son à fond! merci de m’y avoir fait penser…

34 Alain F, le 23 avril 2010 à 21:21 :

Elise, Merci pour votre gentille intention de me céder gracieusement votre exemplaire de l’op 42. Je m’en voudrai de vous priver de votre cher Claudio bien rétabli de son intervention gastrique. Vous pourrez vous rassurer en regardant la chaine Mezzo ou Brava. Ses fantastiques prestations au Festival de Lucerne en atteste. Les petits extraits de Mozart durent 30 sec par piste. Ce distributeur « aux rayons bien remplis » ne me récompense pas en pots de miel, ce qui ne m’empêche pas de vous suggérer de le commander pour pas très cher. Cordialement.

35 Samuel Rosenfeld, le 24 avril 2010 à 13:29 :

Elise, c’est drôle, hier soir Samuel Rosenfeld a écouté les 20ème et 23ème concertos pour piano de Mozart par Serkin/Abado et il est vrai que cela est un peu mou du genou côté piano (l’orchestre est remarquable par contre). Les trilles et les ornementations sont un peu pâteuses. Ce n’est pourtant pas du tout la marque de Serkin qui jouait plutôt clair. Mais sur ces enregistrements il était déjà bien vieux. Quoiqu’il en soit Serkin reste au panthéon des pianistes de Samuel Rosenfeld.


Donnez votre avis !






ombre