Accueil  >  Régine Prat sur le divan
Flux RSS

Régine Prat sur le divan

Le 16 avril 2010 à 10:44 par Olivier Bellamy

 Olivier Bellamy et Régine Prat sur Radio Classique

1. Régine Prat est psychanalyste et s’est spécialisée dans l’aide aux jeunes parents et aux bébés. La naissance d’un enfant est un miracle de la vie, mais c’est aussi un traumatisme qu’il convient parfois d’accompagner, selon elle, de manière sensible : en parlant, en écoutant, en observant, en touchant… Cela peut paraître ridicule cette manie du psy (cellules psychologiques pour un oui ou pour un non). Cela dépend comment c’est fait et par qui. Quand un enfant pleure, que faire ? Autrefois, on disait : c’est normal, il faut qu’il “fasse ses poumons”. Et puis on a dit, non ce n’est pas normal, il faut savoir ce qu’il veut. D’où culpabilité, désarroi, stress et pas forcément pour le bien de l’enfant. Le problème avec un bébé, c’est comme une voiture qui ne démarre pas : chacun a son avis sur la question. L’un va dire que c’est les bougies, l’autre les vis platinées, etc. Mettre du Mozart est une solution à ne pas négliger. Parfois, cela peut même couvrir les cris !

2.  Oui, Samuel Rosenfeld, vous manquez à ce blog. Dépêchez-vous de rentrer de vacances ou trouvez un ordinateur qui fonctionne.

3. La Marseillaise par Django Reinhardt et Stéphane Grapelli : à entendre sur Youtube.

Voici le programme de Régine Prat (Merci pour le Chocolat, comme disait Claude Chabrol) :

1)    Mozart : ouverture de don giovanni

2)    Pergolèse : stabat mater ; haute contre

3)     Purcell : Didon et Enée ;  la mort de didon :   when I am dead….

4)    Puccini : Tosca ;   cavaradossi : recondita armonia ;

5)    Bizet : les pecheurs de perle ; duo zurga/nadir : c’est elle c’est la déesse    

6)    Bellini : duo Adalgisa/norma : Oh ! rimembranza

7)    Donizetti :  Lucia di lamermoor ; air de la folie :  il dolce sueno

 

Madeleines

Berthe sylva ; les roses blanches

Rigoletto ; premier duo gilda /rigoletto

Cubain : aquellas lindas melodias  guillermo portabales

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 25 commentaires pour cet article :

1 Martine, le 16 avril 2010 à 17:50 :

Eh bien moi j’ai beaucoup apprécié l’émission, et votre invitée ! Régine Prat a su mêler souvenirs personnels liés à ses choix musicaux et discussion autour de sa pratique professionnelle, avec beaucoup de simplicité et d’intelligence.
Pour moi un “Passion classique” exemplaire.

2 catherine Dubreuil dessinatrice, le 16 avril 2010 à 22:20 :

histoire de la grand-mère très émouvante

3 Livadiotti Roberto, le 16 avril 2010 à 23:05 :

Quelques bons extraits d’operas dominent ce programme.Samuel aurait sans doute ralé!

4 Jacqueline SCHAEFFER, le 17 avril 2010 à 01:09 :

cher Olivier Bellamy,
j’écoute tous les jours vos émissions. Plusieurs amis et amies y ont participé tels Edgar Morin, Michèle Reiser, et hier ma collègue amie Régine Prat.
Cela m’a donné envie de vous écrire .
Je suis psychanalyste aussi, auteur d’un livre “Le refus du féminin”, aux PUF, et de nombreux articles concernant la différence des sexes.
Par ailleurs j’ai été l’épouse de Pierre Schaeffer, inventeur de la musique concrète, chercheur, écrivain, théoricien de la communication, dont on fête cette année le centenaire, inscrit aux célébrations nationales.
Beaucoup de manifestations prévues autour de l’INA, de l’IMEC et bien d’autres. Si vous le souhaitez, je pourrai vous en envoyer le détail.
Ce que j’aime dans vos émissions, que j’écoute le plus souvent le soir, car je me couche tard pour travailler à l’écriture de mes conférences, c’est le ton, l’intimité, la capacité que vous avez de permettre aux personnes de se révéler à elles-mêmes, de se livrer sans réaction de prestance, et surtout l’humour.
Pour la psychanalyste que je suis, ce sont des qualités que j’apprécie particulièrement.
Merci de cette générosité.
jacqueline Schaeffer

5 Erica Roche, le 17 avril 2010 à 09:43 :

Emission très intéressante. J’ai beaucoup aimé le choix d’extraits d’opéra et les discussions sur les amitiés amoureuses dans Norma et Les Pêcheurs de Perles . J’avoue être troublé par les propos sur les bébés. Comme Alain, j’ai toujours considéré que je pouvais résoudre toute seule mes problèmes, ce que j’ai fait avec plus ou moins de succès.Mais les bébés -comment en effet savoir ce qu’ils pensent et comment ils réagissent? Quand je suis allée voir Parsifal, enceinte de 5 mois et fière de mon ventre en proue, je ne réalisais pas du tout que l’effet sur le dit bébé ne serait pas apaisant comme si c’était du Mozart, mais au contraire, j’ai eu plein de coups de pieds vigoureux. Maintenant le bébé en question a 30 ans et il a toujours détesté la musique classique - c’est mon désespoir, et je me suis souvent demandée si ce n’était pas la faute à Parsifal!

6 Samuel Rosenfeld, le 17 avril 2010 à 14:56 :

(Erica, poursuivez votre fils en justice!!)
Quittant pour quelques heures son blockhaus Dunkerquois Samuel Rosenfeld a emmené des amis et les petites demoiselles à Nausicaä, qui est, dans la ville de Boulogne-sur-mer, un exceptionnel aquarium, ode à la mer et aux merveilles qu’elle recèle, mer que Samuel Rosenfeld vénère plus encore que la musique. Il était donc de très bonne humeur en sortant de l’aquarium, les petites demoiselles ayant fort goûté le spectacle des otaries et des requins, requins qui sont comme Samuel Rosenfeld au sommet de la chaîne alimentaire. Comme le bon Dieu fait toujours bien les choses, il était pile poil 18h lorsque Samuel Rosenfeld et Sa petite bande rejoignirent les automobiles. 1h30 de route. Parfait ! Juste le temps d’un Passion Classique. Et là, ce fut le drame… Opéra sur opéra… Samuel Rosenfeld n’a pas pu écouter l’émission. Il s’est contenté de zapper sur radio classique toutes les dix minutes afin de vérifier si par hasard Il manquait quelque chose. Que nenni. A un moment donné, lors de Son zapping, Samuel Rosenfeld est tombé sur un Donizetti particulièrement laid et agressif. Il s’est écrié « Quelle horreur ! ». Les petites demoiselles se sont demandées ce qui se passait et leur père leur a expliqué que la dame avait mangé trop de pâtes et que maintenant elle était devenue obèse et que cela s’entendait. Les petites demoiselles, perfides enfants, déclarèrent « Ah…. Comme vous Père ?». Dépité, Samuel Rosenfeld a donc glissé dans le lecteur CD de l’autoradio le quintette à cordes opus 111 de Brahms. Décidément les opus 111… Samuel Rosenfeld s’est d’ailleurs souvenu avec émotion d’une visite au musée d’Orsay pour une exposition Brahms / Boecklin. Aux côtés des toiles de Boecklin (aaaah… l’Ile des Morts, sublimement mis en musique par Rachmaninov d’ailleurs) se trouvait une vitrine avec le manuscrit original de l’opus 111 du sanguin Johannes… Emotion, quand tu nous tiens… Samuel Rosenfeld se souvient aussi avec amusement des derniers mots de Brahms sur son lit de mort. Il a demandé du vin, l’a bu d’une traite et s’est écrié « Ach ! Das ist gut !! ». Puis ce fut tout.

7 Erica Roche, le 17 avril 2010 à 15:43 :

Ravie de vous lire, Samuel. Non, je ne poursuivrai pas mon fils en justice -c’est un baratineur né et je perdrai pour sur. Mais j’attends avec impatience vos écoutes wagneriennes - je ne pense pas recevoir de coups de pied de votre part même si vous n’aimez pas ça. Lisez la rubrique Ruggero Raimondi -où il est question d’autres choses que l’opéra contrairement aux apparences- et dites nous si vous serez des nôtres en juin!

8 sandrine, le 17 avril 2010 à 18:24 :

Quelle tristesse cher Samuel Rosenfeld, moi qui ai si consciencieusement suivi vos conseils en ce qui concerne l’écoute des œuvres symphoniques de Ravel, vous continuez donc à mépriser ce cher opéra italien, pire encore vous montez vos chères demoiselles contre ce malheureux Donizetti à qui vous ne laissez aucune chance ainsi qu’à son interprète d’ailleurs….pourquoi dire de telles horreurs à vos adorables enfants ?…Il y a de quoi les dégoûter des pâtes et de l’opéra… mais ça c’est votre souhait le plus profond je le sais (nous le savons tous ici). Cher Samuel, ne pensez-vous pas trop intervenir dans leurs choix et avoir une trop forte influence sur leurs goûts musicaux ? Per carità, ne les enfermez pas dans votre blockhaus musical, permettez-leur de se faire leur propre opinion perso, ma fille qui vient d’avoir 5 ans écoute tout (Chopin, Brahms, Schubert, Bach, Mozart ET de l’opéra italien) j’espère simplement qu’un jour elle sera capable de me dire sa préférence (même si je souhaite secrètement que son choix se porte sur l’opéra italien)…
En fait j’ai beaucoup ri en lisant votre billet (une fois de plus) surtout la chute de l’anecdote et je ris encore en m’imaginant qu’une de vos princesses (et pourquoi pas les deux) devienne un jour une diva du lyrisme italien…
Ah ! Je vois d’ici votre mine déconfite et alors c’est vous qui poursuivrez vos demoiselles en justice et non plus Erica! Bien cordialement
Sandrine(84)

9 Livadiotti Roberto, le 17 avril 2010 à 18:59 :

Erica,si le bébé dans votre ventre a mal supporté “Parsifal”,il aurait peut-etre préféré “Les Maitres Chanteurs” du meme Wagner,moins majestueux,mais très lyrique.Quant à Mozart,j’aime ses operas,mais je place Wagner et Verdi plus haut.Le choix de Prat “les roses blanches” est d’une mièvrerie absolue!

10 Erica Roche, le 17 avril 2010 à 19:20 :

Malheureusement, le seul passage de Wagner qui recueille son approbation c’est la fin de Götterdämmerung qui restera toujours pour lui “la musique d’Excalibur” - il y a longtemps que j’ai abandonné la partie.

11 Livadiotti Roberto, le 17 avril 2010 à 20:02 :

C’est en effet “Excalibur” qui a poussé mon fils ainé à écouter Wagner et “Orange mécanique” qui a amené mes enfants à écouter Beethoven et Rossini,comme un certain film a diffusé le “Clair de lune” de Debussy.

12 Samuel Rosenfeld, le 18 avril 2010 à 08:52 :

Sandrine, ma mie, vous êtes la voie de la raison mais je crains bien que Samuel Rosenfeld soit irrécupérable de ce point de vue et qu’il n’oriente fortement les goûts musicaux de ses filles (meilleur moyen de les écoeurer de la musique si cela se trouve…)

13 Erica Roche, le 18 avril 2010 à 09:19 :

Samuel, Je vois que tout le monde attend votre réponse à l’invitation de CDD.Je voulais vous aiguiller vers l’endroit où se trouve tout ça et je me suis trompée (l’émotion de votre retour des bunkers). Je savais que c’était dans un endroit étrange - allez donc regarder du côté de Cerrone!

14 catherine Dubreuil Dessinatrice, le 18 avril 2010 à 19:46 :

L’Académie des Beaux-Arts, en séance spéciale sur la pelouse fleurie ce dimanche, a confié à l’hunanimité à Catherine Dubreuil la réalisation d’une fresque monumentale ayant pour thème le grand escalier du Louvre de la Musique . La Victoire de Samothrace, avantageusement remplacée par Samuel Rosenfeld, donc pourvu d’une tête Dyonisiaque et de deux ailes de requin, dans l’esprit du serment des Horaces y accueillera les passionnés, fermant très exceptionnellement les yeux sur les amoureux d’Opéra, sans leur faire de croche en jambe d’un vif coup de sandale spartiate surgie de sa toge impèriale . Dans cette composition on remarquera en second plan Erica Françoise Martine Alain Renate Olivier et tous les autres dégustant des madeleines, alors que Roberto brandira avec une fougue toute italienne une lyre de vermeil devant l’arrivée du petit train de Mohammed. Nous attendons l’approbation de Martine pour poser la première pierre. Au fait mon mini atelier galerie studio se trouve tout à coté de la place Edith Piaf….(j’essaye avec mozilla…)

15 Alain F, le 18 avril 2010 à 22:07 :

Parce qu’il est élaboré notamment avec du biscuit Joconde, au Louvre je souhaite déguster le gâteau au chocolat: L’OPERA. J’en réserverai une grosse part à Samuel qui ne restera plus de marbre!

16 Françoise (40), le 18 avril 2010 à 22:24 :

Cher Alain, je reconnais bien là la gourmandise masculine … le chocolat ! Quant à moi, même si je préfère l’Opéra “à dévorer par les oreilles”, je n’ai quand même pas oublié celui qui fondait sous notre palais grâce à l’ami Dalloyau… il y a maintenant quelques années !
Bonne soirée à tous.
Très amicalement.
Françoise
P.S. Mon message ne partait pas ; alors je suis le conseil de notre ami, je passe par Mozilla.

17 Alain F, le 18 avril 2010 à 23:07 :

Françoise, Dalloyau est une maison qui existe depuis 1802 ! Est-ce bien raisonnable que vous postiez des messages à une heure aussi tardive ? …Bises amicales.

18 Françoise (40), le 19 avril 2010 à 10:17 :

Seulement … dix sept minutes après vous, cher Alain ! C’est ça, la vie de retraitée !
Grosses bises à vous aussi.
Ainsi qu’à tous les bloggers bien sûr !
Françoise

19 Livadiotti Roberto, le 19 avril 2010 à 17:05 :

Catherine,vous avez beaucoup d’imagination,pas seulement dans vos dessins,mais aussi dans votre ecriture!Vous me decrivez recevant Mohamed(sera-t-il présent à votre atelier)avec une fougue toute italienne.Je ne suis pas fougueux,mais plutot réservé.Mais j’aime la musique puissante et passionnée(pour cela j’aime les symphonies romantiques)mais en opera,je préfère les basses,les barytons et bien entendu les sopranos et altos aux ténors.

20 catherine Dubreuil dessinatrice, le 19 avril 2010 à 19:16 :

Cher Roberto : je vous ai confié la lyre dans cette grandiose composition eut égard à votre Histoire de la Musique Classique , votre réserve est de bon aloi, nous en tiendrons compte: cela équilibrera la composition avec la surdimension Rosenthalienne….Il me semble que Mohammed peut se joindre à nous, il est en proche banlieue…Martine aussi peut-être : le parc de Seaux n’est pas si loin…quel date 9 10 ou 11 ? je propose vers 16 /17h ? …nous envisagerons alors nos prochaines excursions vers Sanguinet et les saucisses frites d’Alain…

21 Alain F, le 19 avril 2010 à 19:21 :

il y a erreur, je n’habite pas Lille, chez nous c’est ALIGOT-SAUCISSES….

22 Bartok, le 19 avril 2010 à 20:22 :

Damnation ! Samuel Rosenfeld ne pourra se joindre à vous. En effet, en juin, comme chaque année, il part passer au moins deux semaines à Belle Ile en Mer pour y pratiquer son sport et loisir favori : la chasse sous marine en apnée. Ainsi vous devrez vous priver de Sa présence, et cela chagrine Samuel Rosenfeld encore plus que vous :-( .

23 Samuel Rosenfeld, le 19 avril 2010 à 20:25 :

Arf! Bartok a usurpé le clavier de Samuel Rosenfeld, comme vous l’aurez compris…

24 Alain F, le 19 avril 2010 à 23:13 :

Samuel, A votre tour dans mes bras musclés. Vous êtes un homme de goût en ayant choisi comme lieu de villégiature cette magnifique Belle Ile en Mer où les oiseaux se disputent avec les grandes vagues qui se fracassent sur les roches. Connaissez-vous Port Goulphar ? La pêche doit y être « Capitaine Nemo » pour la vue sous-marine. Je n’y suis pas revenu depuis dix ans au moins. Mon arrivée fut périlleuse à l’aérodrome de Bangor; Le vent était tellement violent que quatre tentatives d ‘atterrissage furent nécessaires et la « presque dernière »  a cassé l’hélice du DR400. Depuis j’ai été recalé pour l’A380 ! Je souhaite à Bartok et à ses maitres moins de frayeur. Alain EF.

25 Samuel Rosenfeld, le 20 avril 2010 à 08:59 :

Port Goulphar est le coin que Samuel Rosenfeld connait le mieux à Belle Ile, c’est bourré de sars à marée haute, et les bars sont tapis sous les rochers… Quant à Bangor, c’est le village où Samuel rosenfeld campe.


Donnez votre avis !






ombre