Accueil  >  Transparente et insaisissable Martha Argerich
Flux RSS

Transparente et insaisissable Martha Argerich

Le 19 février 2010 à 16:54 par Olivier Bellamy

Si Martha Argerich fascine à ce point le monde musical, c’est évidemment pour son jeu. Sonorité dorée, puissance colossale, richesse des couleurs, imagination des phrasés, spontanéité… C’est aussi pour les paradoxes de son caractère : transparente et insaisissable, rebelle et tendre, diva et modeste…

Après l’entretien de Genève diffusé sur Radio Classique en 2008, et dont vous pouvez réécoutez les meilleurs moments ci-dessous (diffusion du 2 juillet 2009),


voici l’entretien de Bruxelles que je suis allé recueillir en janvier dernier. Martha était fatiguée, le moral en berne, mais elle a bien voulu (à une heure tardive) m’accorder cette conversation tout en nuances pour les auditeurs de Radio Classique.

Pour en savoir plus, j’invite les auditeurs à la retrouver dans le livre que j’ai écrit sur elle et qui vient de paraître chez Buchet-Chastel sous le titre “Martha Argerich - L’enfant et les sortilèges “.

argerich.jpg

Pardon de me mettre ainsi en avant, mais c’est la première et la seule biographie de cette grande artiste disponible sur le marché.

J’ai répondu à une interview dévoilant les coulisses de ce livre sur le site de Piano Bleu. Pour le lire cliquer ici : http://www.pianobleu.com/actuel/livre20100222.html 

Ci-dessous le programme de l’émission :

Chopin : Mazurka op. 41 n° 1

Schumann : Fantasiestücke pour piano

Madeleines :

Rimski-Korsakov : Capriccio espagnol

Prokofiev : Cendrillon (transcrit et avec Mikhaïl Pletnev)

Mozart : Concerto n° 25, finale, par Daniel Barenboïm

Et puis,

Concerto n° 18 de Mozart (avec Eugen Jochum)

Ravel : Concerto en sol (avec Claudio Abbado)

Bach : Toccata en ut mineur

Chopin : Prélude

Liszt : Sonate en si mineur

Granados : Andaluza par Youra Guller

Chopin : Nocturne par Nikita Magaloff

Franck : Sonate (avec Ivry Gitlis)

Tags :
Lien permanent | Rétrolien

Il y a 27 commentaires pour cet article :

1 cb, le 19 février 2010 à 19:07 :

MERCI

J’aime par dessus tout l’humour de Martha Argerich, le même humour vif, provocateur et parfois moqueur que l’on trouve dans sa musique (Alors comme ça Olivier, vous en savez plus sur elle qu’elle-même ne sait? C’est vous qui avez écrit le livre, pas elle, non ?)
Son authenticité et son refus des petits compromis sont tout simplement bouleversants…
Quelle belle interview ! Quelle belle âme !

2 PY Dremière, le 19 février 2010 à 19:47 :

La voix chaude de M.A., sa profondeur et ses rires, votre complicité, des recoins d’enfance et d’âme dévoilés, encore un grand moment hier soir. Bravo et merci.

3 vincent, le 21 février 2010 à 13:26 :

passionnant
Bien sûr que je vais me plonger dans la connaissance de cette étonnante personnalité
Merci Olivier
Vous ne vous mettez pa

4 Nelly, le 21 février 2010 à 22:07 :

Prodigieuse, extraordinaire Martha Argerich! avec parfois dans le regard ce côté malicieux. Il y a un joli article d’elle écrit par Philippe Solers.Que pourrai-je ajouter, moi qui l’aime tant? Je l’écoute…et j’attends avec impatience de lire votre livre Olivier Bellamy. Et comme j’ai le temps en ce moment de ne presque rien faire c’est (presque) parfait.
Chers Françoise, Renate et Roberto je vous eenvoie mes amitiés en passant. A vous aussi Cher Olivier et ménager-vous. Je ne sais pas comment vous faites pour être partout: voyager, écouter, dialoguer, écrire…mais j’aime. A bientôt. Nelly

5 denise dugay, le 22 février 2010 à 18:05 :

Envoûtante, sublime, à la fois grave et légère, M.A. est une magicienne humaine, généreuse, alliant les qualités de l’âme à celles inouïes de ses dons phénoménaux d’interprète, la délicatesse et la fougue réunies. Je ne me lasse pas de l’entendre, les nuances de sa voix sont aussi variées et chatoyantes que son jeu. Cependant il y a q.q. chose que je ne comprends pas : comment peut-elle dire aimer le piano mais ne pas aimer être pianiste ? Peut-être la réponse se trouve dans votre livre, que je vais m’empresser de lire. Bravo Mr. Bellamy pour nous offrir ces rencontres avec de telles personnalités qui réchauffent tout simplement le cœur.
Denise M.

6 Brunel, le 22 février 2010 à 23:30 :

Bonsoir Olivier,

Moi j’ai un souvenir inoubliable des duo de Martha Argerich et Nelson Freire au festival des pianos jacobins. Et lors d’un concert caritatif de maestro Rostropovich, j’ai eu l’impression d’entendre pour la première fois le “piano” dans un concerto de Haydn. Comme je vous aime bien tous les deux, j’ai commandé votre livre. Est ce qu’il y a un moment ou vous les dédicacerez (par exemple lors de ses prochains concerts à Pleyel le 6 ou 7 mars?)

Bonne continuation à vous deux!

7 pm, le 25 février 2010 à 02:58 :

Quel chance de pouvoir vivre un moment en compagnie de cette incroyable artiste !
Connaissant déjà ses merveilleux enregistrements, j’ai découvert grâce à vous une personnalité fascinante. Merci encore d’avoir réussi à partager votre passion pour Martha Argerich avec autant de bonheur et de simplicité.
(et merci infiniment d’avoir remis en ligne l’entretien de 2008 !)

8 Yann TALBOURDET, le 25 février 2010 à 12:26 :

Merci beaucoup, cher Olivier, de m’avoir fait découvrir Martha Argerich. Lorsque nous avions déjeuné ensemble, et parlé de Bach, vous m’aviez conseillé cette magnifique interprète. Je suis ébloui par la richesse de son piano. Merci encore.
Yann

9 Samuel Rosenfeld, le 26 février 2010 à 19:25 :

Et en plus elle est sublimement belle… (mais regardez cette photo sur la couverture du livre d’Olivier Bellamy, je n’avais jamais vu cette photo… mais quelle beauté sauvage!)

10 jean-philippe, le 02 mars 2010 à 00:27 :

Merci pour cette belle émission. J’ai ri! Mais j’ai ri! Quelle liberté et quel sens de l’humour. J’ai beau l’écouté très souvent depuis des années, j’ai eu les larmes aux yeux en écoutant certains extraits… Dans le grand brouhaha du monde il y a quelques grands artistes qui nous donnent envie de vivre très fort.
Sa musique m’accompagne depuis des années. Alors Merci, cher Olivier, de nous avoir “offert” sa voix.

11 Odile-Claire, le 03 mars 2010 à 00:38 :

Merci Olivier pour vos émissions et surtout pour la biographie de cette “Enfant” dont on découvre ainsi certains des “sortilèges” tus jusqu’à présent, et qui, une fois contés, aident à mieux comprendre l’éclat et appréhender bien des facettes cachées de ce diamant qu’est Martha.
Vous avez de la chance de pouvoir échanger avec elle plus qu’il ne nous est possible de le faire lors des brèves rencontres/dédicaces d’après concerts !
Un grand merci encore à Martha Argerich pour nous envoyer quelques comètes (liberté, musique, humour) depuis sa planète !

12 Brunel, le 07 mars 2010 à 00:41 :

Je rentre du premier concert de Martha Argerich à la salle Pleyel et je suis toute heureuse que vous ayez dédicacé votre livre. On vous connaissait ce rêve d’écrire, et c’est superbe de l’avoir réalisé. Je n’ai pas trop osé commenter le livre sur le moment. Je vais essayer sur ce blog, même si je trouve que certains habitués ne brillent pas leur style littéraire ni la pertinence de leurs propos.
Votre livre est très proche de la vie de Martha Argerich et du mystère de la musique. Les citations sont pleines d’humour et de justesse. J’ai beaucoup aimé une citation de Fou Ts’ong “Le grand art est intemporel et le grand style toujours caché. Le style que l’on affiche est forcément mauvais.”
Je dois juste dire que je me suis sentie mal à l’aise d’en apprendre “tant” sur elle alors qu’elle est encore vivante!
Ce soir Martha Argerich était belle, bien coiffée, avec un bijou, on aurait dit qu’elle avait envie de vous contre dire un peu!?

13 Françoise (40), le 07 mars 2010 à 11:47 :

J’attends encore un peu avant d’acheter votre livre. Je ne voudrais pas être tentée d’en commencer la lecture trop tôt. Je me le réserve pour la longue nuit d’avion qui m’attend le 16 mars … ce qui compensera en partie le fait que je ne pourrai pas écouter l’émission avec Roberto Alagna !
Si notre style - amis bloggers - n’est pas toujours très “littéraire” et nos “propos non pertinents” … peu importe ! La plupart d’entre nous échangent très spontanément ce qu’ils ressentent et s’apprécient. N’est-ce pas l’essentiel ?
Bon dimanche à tous.
Françoise à Sanguinet

14 Loïc Moundanga, le 07 mars 2010 à 15:20 :

Cher Olivier, je suis un jeune auditeur de Radio Classique - j’aurai 16 ans -, récemment passionné de musique, et fidèle à votre émission. Vous m’avez d’ailleurs définitivement conquis grâce à votre formidable entretien avec la délicieuse Martha Argerich, dont j’admire immensément le talent et l’élégance inimitables. Merci Olivier d’accompagner mes soirées.

15 Nelly, le 07 mars 2010 à 21:05 :

En vous lisant chère Françoise je ne peux m’empécher d’ajouter mon écho car je pensais justement que vous seriez rapidement loin le 16 mars pour la journée Roberto Alagna. Et puis comme Brunel reste floue concernant les habitués manquant de style j’ose croire (on peut encore réver) que ce n’est pas nous! J’ai le livre d’Olivier Bellamy mais ne l’ai pas encore ouvert (ou presque). Brunel c’est une grande chance que vous ayez pu assister assister au concert de Martha Argerich. Nous, dans nos provinces, sommes heureux de la croiser dans un ouvrage qui lui est dédiée. Je dis cela très gentiment d’ailleurs. Bonne soirée à tous. Nelly

16 Brunel, le 07 mars 2010 à 21:26 :

Oui vous n’êtes pas toujours très gentils avec de grands génies, mais ils ont toujours fais réagir…
La salle Pleyel à Paris est vraiment une drogue dont il serait difficile de se passer. Moi j’ai une question pour Olivier: quand est ce que vous invitez le violoniste qui a joué de tout son coeur ces deux soirs: geza hosszu legocky? J’ai lu un de vos articles sur son site, moi il m’a hypnotisé, dans Debussy comme dans l’Oblivion de Piazzola, un vrai diamant à faire découvrir à ceux qui n’ont pas l’occasion de l’entendre à Pleyel (on espère qu’il y reviendra très bientôt!). Avis de violoniste amateur…

17 djoupette, le 08 mars 2010 à 00:16 :

Très touchant, ce moment… Bravo d’avoir su capter ces mots avec tant de simplicité, de confiance, de franchise. Tant de doute et de “fatigue”, c’est un peu triste en revanche… un excès d’exigence envers soi-même? Ah, les musiciens… ;-)

18 Alain F, le 08 mars 2010 à 14:59 :

Cher compagnon auditeur,cher ami blagueur,cher Samuel.
N’ayant pas encore acquis l’ouvrage d’O.B ce qui sera fait le 12 mars(tient!un indice pas brûlant mais tiède..)et toujours intrigué je reviens sur le texte de l’auteur et sur les commentaires découlant de l’émission.J’avoue avoir été un peu gêné (excès de pudeur)sur les volets intimes de la pianiste.Mais il est vrai qu’il y a un peu de MIREILLE DUMAS chez Olivier.
Je découvre avec un sauvage intérêt,cher Samuel,votre appréciation esthétique sur M.A.(voir au 26/02).On ne peut nier qu’elle est très belle et ce sur toutes ses photos et encore plus belle par ce qu’elle fait et dit(Olivier confirmez?).
Il eut été plus approprié,mais cela n’engage que moi, de trouver ses lèvres attirantes faisant envies de s’y poser à une nuée de “MARIPOSAS NYMPHALIDAS SCHUMMANNIAEDE”.
Olivier soyez très prudent quant aux choix de vos prochaines biographies!
A bientôt cher Samuel.
Très amicalement.

19 une fan, le 30 mars 2010 à 15:36 :

Voila la pianiste que j’admire. Mon rêve est celui de pouvoir la rencontrer un jour.

20 Cathy, le 02 juin 2010 à 10:40 :

Merci Olivier pour ce merveilleux ouvrage sur Martha dévoré dans le TGV Paris/Nice. tout ce que je ressentais en l’écoutant et en la regardant s’est trouvé confirmé dans votre livre. quelle belle et intéressante personne et même si nous nous sentons un peu indiscrets à découvrir son intimité, cela nous rapproche un peu plus d’elle !je rêve de la voir en concert et vais essayer d’aller à La Roque d’Antheron. merci encore

21 travers sylvie, le 21 juin 2010 à 10:38 :

Merci Olivier de m’avoir fait découvrir le Concerto en Sol de RAVEL joué par la merveilleuse Marta Argerich. Quel bonheur depuis je suis dans un état de grace. J’ai acheté aussitôt le CD et le livre. Merci encore pour votre fabuleuse émission.
Sylvie

22 masramon ana maria, le 16 août 2010 à 15:23 :

entrevista prima, para vos!

23 Camille Acristem, le 07 novembre 2010 à 21:46 :

Emission très précieuse.

24 Didier, le 20 novembre 2010 à 23:34 :

Cher Mr Bellamy, comment puis-je faire pour avoir votre dédicace sur ce merveilleux livre que je voudrais offrir ?
Merci de votre aide
Didier

25 marina, le 22 décembre 2010 à 12:44 :

Cher Monsieur, j’ai littéralement DEVORE la biographie que vous avez eu la bonne idée d’écrire (presque envers et contre tout au départ si j’ai bien compris!)sur l’immense Martha Argerich que j’admire depuis ma plus tendre enfance….Puis-je vous avouer que j’ai lu votre livre “plantée” à l’endroit même où mon mari me l’a remis = dans la salle de bains….où je l’ai lu d’une traite, DEBOUT en une heure…ensuite je l’ai relu plus lentement, en détails…certains passages sont poignants (notamment celui à propos de sa fille Lyda, qui a mon âge…). BRAVO pour vos interviews passionnantes. J’aimerais tant pouvoir réécouter celle que vous avez consacrée à Maurizio Pollini…comment puis-je faire???? Merci de me répondre… Amitiés et joyeuses fêtes !!!

26 genevieve, le 20 février 2011 à 18:39 :

Merci pour votre livre excellent sur cette pianiste d’exception que j’admire depuis plus de 30 ans !!C’est une
personnalité immense et j’aimerais beaucoup la rencontrer
etant moi-même pianiste (amateur) elle est mon modele
elitiste . Merci encore; amities musacales.

27 Sven-Daniel, le 06 décembre 2011 à 09:46 :

Cher Olivier, j’aimerais tellement pouvoir écouter votre entretien avec M.A., mais malheuresement les liens pour la réécoute ne fonctionnent pas, ni la première ni la seconde partie. Serait-il possible de remettre cet entretien en ligne? Merci d’avance.


Donnez votre avis !






ombre