Accueil  >  Le combat pour la vie de David Khayat
Flux RSS

Le combat pour la vie de David Khayat

Le 24 novembre 2009 à 11:14 par Olivier Bellamy

  Olivier Bellamy et David Khayat

Plus un médecin est important, plus il est amené à traiter de cas difficiles, voire désespérés. C’est dire si David Khayat, cancérologue de renommée mondiale, fréquente l’antichambre de la mort et se voit quotidiennement contraint d’accepter l’inéluctable plus qu’aucun d’entre nous même s’il lutte de toutes ses forces pour en reculer les limites. Cette cohabitation avec l’inacceptable n’a en rien émoussé sa sensibilité. On le sent touché par chaque départ. Non pas superficiellement vaincu, comme s’il ne s’agissait que d’un combat contre la maladie, mais humainement investi dans un acte d’amour avec le patient car il n’oublie jamais la personne qu’il a en face de lui et qu’il a gardé cette faculté d’empathie qui est à la base de toute vocation médicale.

Dans la séquence des petites madeleines, au moment de la chanson d’Aznavour, en évoquant sa mère, il a étouffé un sanglot et s’est repris. Pendant ces quelques secondes, on a senti la vérité d’un être, c’est-à-dire sa vulnérabilité.

Voici le programme de David Khayat :

Morceau préféré à choisir parmi les 3:

Concerto pour piano n°1 Chopin – 1er mvt  (Argerich/Abbado)

Madeleines:

Léo Ferré La Mémoire et la Mer

Aznavour Ma jeunesse

Michel Legrand Eté 42

Classique:

Concerto pour violon et orchestre de Tchaikovski – (Ferras/Karajan)

Wagner : Marche funèbre de Siegfried (Crépuscule des dieux) - Solti

Puccini La Bohème « Che gelida manina » (Pavarotti)

Requiem Mozart Lacrimosa (Muti)

Concerto pour piano n°2 Rachmaninov (Zimmerman)

Tags : ,
Lien permanent | Rétrolien

Il y a 17 commentaires pour cet article :

1 Françoise (40), le 24 novembre 2009 à 12:20 :

Il faut avoir été confronté à cette maladie pour constater les énormes progrès qui ont été faits dans ce domaine. Et c’est à des êtres exceptionnels comme Monsieur Khayat que nous le devons. Pour cela, un très grand, un immense merci…. tout comme à l’extraordinaire équipe du Dr Françoise Labotte - chirurgien-gynécologue à la clinique d’Arachon - grâce à laquelle j’ai été sauvée.
Puisse en être de même pour tous ceux touchés par cette maladie.
Tenez bons, ai-je envie de leur dire, ne pas “accepter” est déjà un grand pas vers la guérison.
Bonne journée à tous.
Très amicalement
Françoise à Sanguinet

2 solange, le 24 novembre 2009 à 12:38 :

Cela fait du bien d’entendre un grand professeur avec un tel sens de l’être. Les choix musicaux du professeur Khayat étaient pleins de douceur et mélancolie qui donnent un espoir de vie et une grande force de lutte. C’est comme les textes, la force est entre les lignes. La musique a cela de magique, c’est le son qui continue dans la tête après avoir été émis par l’instrument. Une merveille qui permet de donner l’espoir, ce fil qui maintient les gens très malades en vie et qui luttent avec force.
Amicalement,
Solange

3 Elise, le 24 novembre 2009 à 15:57 :

Je partage votre avis Françoise et je confirme que la musique (classique en ce qui me concerne) m’a aidée à m’évader pendant cette longue période difficile à vivre.
Amicalement.
Elise.

4 Sophie, le 24 novembre 2009 à 20:37 :

Merci à vous Olivier Bellamy - qui portait si bien votre nom - de ces moments de sincérité, d’énergie et de respiration que vous nous offrez, merci à vous David Khayat d’être un si grand monsieur … que j’ai la grande chance de pas connaître en “blouse blanche” …. Bravo de savoir partager avec coup de gueule et tendresse votre mémoire et le souvenir de ceux qui vous ont donné votre joie de vivre et vos talents, Sophie

5 Livadiotti Roberto, le 25 novembre 2009 à 00:24 :

Intéressant personnage que le Docteur Khayat.

6 Nathanaël, le 25 novembre 2009 à 10:21 :

Alors là, bravo : cet article est le plus bel exemple de ce sentimentalisme exagéré dont vous faites preuve… Un hypothétique sanglot n’est pas forcément un signe de vulnérabilité et vous avez coutume de déceler dans d’inexistantes inflexions de voix la douleur de l’Humanité toute entière. La douleur humaine ne tient pas en un “do” au milieu d’une partition.

7 Françoise (40) "J.du Bonheur", le 25 novembre 2009 à 12:59 :

En cette journée “dite de bonheur” je souhaite à vous tous, Nelly, Renate, Sandrine, Roberto, Olivier …, qu’elle soit remplie de joies et - surtout - suivie de plein d’autres.
Amitiés.
Françoise à Sanguinet

8 Françoise (40), le 25 novembre 2009 à 14:16 :

En cette journée “dite de bonheur”, je souhaite à tous, Nelly, Renate, Sandrine, Roberto, Olivier … et tous les “bloggers” qu’elle soit remplie de joies bien sûr, mais - surtout - qu’elle soit suivie de plein d’autres merveilleuses journées !
Amitiés.
Françoise à Sanguinet

9 GENDRY, le 25 novembre 2009 à 16:49 :

Merci pour cette tres belle interview : j’ ai decouvert un homme d’une tres grande dimension ! Puisse t il continuer à temoigner de sa sensibilite et de sa grande experience pour transmettre l’esperance; comme il l’a fait dans votre emission.

10 Renate, le 25 novembre 2009 à 17:41 :

Journée du Bonheur ? Allons-y gaiement. Merci, Françoise, et très bonne soirée. Il pleut à Paris.

11 Martine, le 25 novembre 2009 à 18:52 :

Merci Françoise d’avoir rectifié et pensé aux autres bloggers, nous autres avons failli nous sentir exclus… ;-)
Je vous souhaite également une très bonne soirée. cordialement

12 Louise, le 25 novembre 2009 à 22:30 :

Meuh non Renate, il pleuviote à Paris, rien de plus. Le temps c’est un peu comme le bonheur, ca va ca vient. Olivier, MERCI pour vos emissions

13 Françoise (40), le 25 novembre 2009 à 22:52 :

Chère Martine, j’avais mis des “points de suspension” mais j’ai vu, après coup, qu’ils n’étaient pas très visibles… alors j’ai essayé d’être “plus claire” dans un deuxième envoi. Apparemment, j’ai bien fait. Soyez certaine que, vous même et les autres “bloggers”, n’étiez exclus. Merci pour vos souhaits.
Chère Renate. Hier le printemps. Aujourd’hui l’automne. Demain ? On verra. Comme dit Louise “c’est un peu comme le bonheur”, sauf qu’à mon avis, ce dernier est plus facile à gérer.
Je vous embrasse TOUS.
Françoise à Sanguinet

14 DR JULLIEN KHAIDA, le 26 novembre 2009 à 10:26 :

le rapport patient:specialiste doit passer par une communication directe,sincere et pleine d amour

15 Nelly Bailly-Maître, le 26 novembre 2009 à 17:08 :

C’était excellent et j’ai écouté deux fois car le Dr Khayat est exceptionnel.Et pour accompagner tous les patients-chacun avec amour, écoute- il faut aussi avoir un don. Et ses explications simples en parlant de cette cellule si intelligente et qui se multiplie si vite: notre propre ennemie. Luttons tous contre elle.Bien sûr la musicothérapie peut être une grande aide ainsi que les soutiens para-médicaux lorsqu’il sont encadrés et qu’ils ne font pas barrage aux traitement médicaux.Et ces unités de soins palliatifs qui se sont mises en place: c’est une aide énorme: je salue le courage de tous les soignants et bénévoles qui s’investissent énormément.
Oui Françoise, le bonheur est plus facile à gérer et pour comprendre le bonheur et le goûter vraiment il faut vivre.
Merci Dr Khayat pour cet entretien et vos choix musicaux.
Très bonne fin de journée à tous.
Renate et Itié: j’avais aussi mis le mauvais accent sur extrêment! faute de frappe.
A très bientôt. Nelly

16 Louise, le 26 novembre 2009 à 22:17 :

Françoise (40) : oui merci, bien vu. En principe c’est plus facile à gérer que le temps ! Parfois concrètement cela s’avère difficile ou délicat, mais au moins il est exact qu’on a une prise. Bien que pour le temps (metéo), on puisse choisir une région ou une autre … mais bref. Sinon d’accord avec les autres auditeurs pour la grande humanité de David Khayat. La marque et la modestie des vrais Grands, dans une époque ou la médecine découpe l’individu en “tranches” juxtaposées au lieu de considérer le tout. J’ai trouvé ses propos pleins de bon sens, de logique, et surtout emplis de compassion bienveillante sans pathos excessif. Un sorte de juste distance qui doit sans nul doute beaucoup aider ses “patients” …

17 BESSIERE, le 28 novembre 2009 à 21:00 :

Le Professeur David Khayat me connait bien. Nous avions fait une émission télévisée ensemble. J’ai du moi-même faire face à un cancer (Lymphome) il y a 20 ans. Guéri, je consacre ma retraite, depuis 16 ans, à informer, soutenir le mieux que je peux mes compatriotes qui, à leur tour, doivent se battre contre le cancer, par le biais d’une association : APOGEE.
Je suis convaincu que le cancer sera vaincu si on le traite A LA BASE, dans ses racines, à savoir en développant la PREVENTION PRIMAIRE. Quand on aura compris cela et qu’on agira fermement contre tout ce qui est à l’origine du cancer dans notre environnement, alors, on vera de oins en moins de cas déclarés. Deux chiffres : en 20 ans on constate que les cas déclarés sont passés de 100.000 à 400.000 par an avec ne mortalité qui ne regresse pas : 150.000 décès par an.
Mon mail est >santecancerapogee@yahoo.fr<
Qu’on vienne se joindre à moi pour qu’enfin, on comprenne que plus de rigueur dans la gestion de la pollution, ce seront des centaines de milliers de vies sauvées.
Merci
Bernard-Pierre BESSIERE


Donnez votre avis !






ombre