Accueil  >  Luc Bondy à sa fenêtre
Flux RSS

Luc Bondy à sa fenêtre

Le 19 octobre 2009 à 11:53 par Olivier Bellamy

 Olivier Bellamy et Luc Bondy

 Luc Bondy est l’un des plus grands metteurs en scène de théâtre et d’opéra. Sa Tosca a fait scandale au Metropolitan Opera de New York récemment. Les huées ont salué son arrivée sur scène. Un baiser à la Vierge au 1er acte et la présence de prostituées au 2e acte seraient l’objet de la discorde. Le public américain est bien puritain car la pièce de Victorien Sardou sent le soufre et Tosca n’est en rien un personnage lisse et bourgeois. Au palais Garnier, la mise en scène d’Yvonne Princesse de Bourgogne de Boesmans a été unanimement louée par la presse internationale. Luc Bondy avait attrapé une maladie des os à l’hôpital et donnait ses indications aux chanteurs allongé sur un lit.

Il vient d’écrire un roman, A sa fenêtre, où l’humour et la poésie enlacent les personnages.

De son passage au studio de Radio Classique, je retiens la vivacité d’un regard. Des yeux au charme étrange et auxquels il est difficile de résister. Un metteur en scène, c’est d’abord cela : une vision. Tout passe par l’oeil. Surtout la séduction. Une chose m’a frappé : il ne se souvenait pas des musiques de son enfance. Comme si l’oreille n’avait pas de mémoire et agissait ici et maintenant.

Voici son programme :

Madeleines

bob dylan Ramona

leonard cohen A thousand kisses deep

Programme classique

Chopin par Pletnev fantaisie en F minor opus 49

rossini ouverture cenerentelo abbado

choeur “votto tremendo” (idomeneo 3 akt)

lacrymosa verdi requiem

Rossini Petie Messe Solonelle

Haydn : Concerto en ut adagio par Jaqueline Du Pré

Mozart : Concerto n° 19 (Haskil)

Schubert : Sonate D 960 (Richter) 4e mvt

Tags : , , ,
Lien permanent | Rétrolien

Il y a 5 commentaires pour cet article :

1 Renate, le 19 octobre 2009 à 18:32 :

Luc Bondy est très connu et très apprécié en Allemagne. Je n’ai pas (encore) pu écouter son émission. Vous ne seriez pas allé voir David Fray vendredi, Olivier ? J’étais assise deux ou trois rangs derrière vous - mais je n’ai eu l’occasion de vous dire bonsoir. Vous avez disparu :-)
Amicalement.

2 Françoise (40), le 20 octobre 2009 à 10:32 :

Un “grand metteur en scènes …” que je ne connaissais pas. Alors, selon les bons conseils de ma chère amie Sandrine, j’ai écouté.
Je ne suis pas certaine que j’aurais aimé “sa” Tosca !
En ce qui concerne l’homme et son programme musical, j’ai plutôt apprécié.
Ses propos relatifs à la maladie m’ont profondément émue. Et, quand Olivier, s’est adressé aux auditeurs “malades”, j’ai pensé que c’était exactement ce qu’il fallait dire. Bien sûr, ce n’était pas l’objectif principal de l’émission. Mais chers amis de Radio Classique, si vous vous luttez contre une maladie, ne vous laissez pas “abattre”. Ainsi que l’a dit Monsieur Bondy, “ne vous appitoyez pas sur votre sort”. Il nous propose … d’ouvrir notre fenêtre. Je suis d’accord. On y voit de si belles choses. Dans une lutte, il y a forcément un perdant et un gagnant. Ne vaut-il pas mieux être ce dernier ?
Ce n’est pas toujours aussi simple, je l’admets ; mais cela est possible. Bon courage et avec toutes mes amitiés.
Françoise à Sanguinet
P.S. Je n’ai pas pu résister, après mon “expérience”, de mettre mon petit grain de sel cette fois encore !

3 Ecureuil, le 21 octobre 2009 à 07:58 :

\“Un baiser à la Vierge au 1er acte et la présence de prostituées au 2e acte seraient l’objet de la discorde. Le public américain est bien puritain…”

En fait c’est PAS DU TOUT correcte… seuelment quelque ‘loggionisti’ ont Buee pour le “Tosca” de Mr Bondy. Les reaction critiques sont tout en agreement que cette production n’est pas du premier qualite.

Cette faute observation est condescendent au public musical tres attentive et serieux a New York.

4 Bourdeau, le 21 octobre 2009 à 13:43 :

Passionnée d’opéra à la suite de mes parents italiens, je ne vais plus à l’opéra du tout. Bondy ou autres c’est de la provocation! Ils s’approprient l’oeuvre et se posent en interprètes au lieu d’être modestement des SERVITEURS Des orgueilleux fiers d’eux et iconoclastes.un chef d’orchestre si célèbre soit-il respecte l’oeuvre en interprétant .Eux se l’approprient et EN FONT FORTUNE. En plus ils ont des idées de gauche en général. Bravo pour leur imposture et leurs cachets!!Cf “La Malscène” de P.Beaussant

5 Itié, le 21 octobre 2009 à 17:28 :

La même chose pour moi . Ces personnes profitent aussi de la complicité de ceux qui commandent les dépliants ou les affiches et les programmes . Leur nom est écrit en plus gros . C’est pareil pour le théatre . J’ai abandonné mon abonnement à l’Opéra . Je continue de réver avec mes cd !


Donnez votre avis !






ombre