Accueil  >  Un mal pour un bien
Flux RSS

Un mal pour un bien

Le 09 octobre 2009 à 09:47 par Olivier Bellamy

Jean-Christophe Grangé et Olivier Bellamy sur Radio Classique
Jean-Christophe Grangé est un écrivain à succès. Les rivières pourpres a été traduit dans plusieurs pays dont les Etats-Unis. Ancien grand reporter, il publie des thrillers qui sont aussi des récits de voyages passionnants. Son dernier ouvrage, La forêt des mânes, est le troisième volet d’une trilogie du Mal qui emmène le lecteur au coeur de l’Amérique centrale et qui se termine au nord de l’Argentine. More...

Jean-Christophe Grangé est aussi un mélomane chevronné qui explore l’étendue des oeuvres musicales au delà de ce qu’il est convenu d’appeler le grand répertoire. Son programme comportait des curiosités comme cette pièce de Louis Vierne qui a ému de nombreux auditeurs. Certains ont été moins sensibles à la Sixième Symphonie de Karl Amadeus Hartmann, mais c’est une musique qui demande à être écoutée plusieurs fois avant d’en découvrir peu à peu toutes les richesses. Dans les deux cas, ce sont deux compositeurs qui sont aussi des personnages de roman. Louis Vierne a perdu sa la vue à la suite d’un glaucome dès son plus jeune âge. Sa femme le quittera et il perdra ses deux fils. Son destin terrible n’entamera pas son lyrisme frémissant et sa recherche esthétique. Hartmann est un autre cas. Pendant le nazisme, il n’écrira pas une note, se refusant à cautionner de quelque manière que ce soit un régime qu’il réprouvait. C’était sa manière de résister bien qu’il n’ait jamais quitté sa Bavière natale.

Le programme de Jean-Christophe Grangé a ouvert nos horizons. Il ne recherchait pas forcément l’inédit ou l’inouï. Pour preuve, ce Concerto n° 2 K 39 de Mozart, tapi à l’ombre des grands chefs d’oeuvre de la maturité et dont la poésie est à portée d’oreille de l’amateur curieux. C’est toujours intéressant lorsqu’un invité compose un programme qui lui ressemble. On était comme à la découverte d’indices au cours d’une enquête policière. Sauf qu’en musique, il n’y a pas de coupable à trouver. A l’heure où une certaine presse s’acharne sur l’honneur d’un homme à travers une oeuvre littéraire, comme les ligues de vertus fustigèrent autrefois Baudelaire ou Flaubert pour immoralité, il était rafraîchissant d’utiliser ses oreilles et son intelligence à la recherche du beau en musique qui n’emprunte pas forcément (comme chez Hartmann) les chemins du joli et de la bienséance.

Voici son programme :

Le morceau que j’aime par-dessus tout :

- Premier mouvement du concerto n°2 pour piano de Rachmaninov (version Ashkenazy)

Trois « madeleines » musicales :

- Début de « Supper’s ready », Genesis (« Foxtrot »)

- Premier mouvement du concerto pour violon de Tchaikovski (version Oïstrakh)

-   « Ecstasy of gold », Ennio Morricone (« Le bon, la brute et le truand »)

Programme classique:

- « Le soir », Louis Vierne (Deux pièces pour alto et piano Op.5)

- « L’incoronazione di Poppea » Monteverdi (Important : version d’Harnoncourt de 1973-74)

- « Amérique » Edgar Varèse (direction Boulez)

- « Epouse quelque brave fille » (et la suite) « Manon » , Massenet (version Alagna/Gheorghiu/Pappano)

- Symphonie 6, premier mouvement, Karl Amadeus Hartmann (O.S. Bamberg)

- Musique du film « Le poison » de Billy Wilder  Miklos Rozsa (Perlman)

- Concerto pour piano Mozart n° 2 K 39 , deuxième mouvement (Geza Anda)

- Duo final à partir de « Tu ne m’aimes donc plus ? » Carmen (version Berganza, Abbado)

Tags : , ,
Lien permanent | Rétrolien

Il y a 3 commentaires pour cet article :

1 ArnoR, le 09 octobre 2009 à 11:47 :

Quel programme! Signe d’un goût raffiné et curieux. Merci Monsieur Grangé pour votre regard vif et heureux. Merci aussi pour Louis Vierne que je ne connaissais pas. vous nous donnez envie. J’aime votre intelligence.

2 Djeff en Provence, le 09 octobre 2009 à 19:31 :

Bonsoir. Merci aussi pour Louis Vierne…SAUF QUE j’avais signalé par courriel mon étonnement d’avoir lu,ECRIT PAR UN(e) MEMBRE DE L’EQUIPE DE L’AN DERNIER,que “l’orgue est pratiquement banni d’antenne…” (je peux publier ce commentaire que j’ai gardé)…et je disais ne pas comprendre pourquoi…J’ai vu des très grandes Cathédrales PLEINES à craquer,et ce n’étaient pas spécialement des “vieux”.Il y avait beaucoup de jeunes,aussi ! Dites ça à Marie-Claire Alain,à Marie-Louise Girod,à Gillian Weir,à Susan Landale pour ne citer que des Organistes Femmes et vous verrez la réponse…Mais je ne suis pas un “grincheux” comme dit en avant-dernière phrase de l’emission: ça m’a fait beaucoup de peine….Quant à ne pas écouter de l’orgue car M.Grangé écrit avec UN CASQUE sur les oreilles ? Eh bien cela dépend du prix qu’on y met = le casque que j’ai,d’origine Allemande,et qui est prévu pour Travail Professionnel en Studio, est LARGEMENT SUPERIEUR à toute enceinte acoustique posée par terre ! J’ai essayé plusieurs fois la comparaison entre 5 enceintes Hifi de Grande Classe et mon Casque, et je vous jure que la différence est flagrante…En plus,il est très léger…mais….. vaut entre 15 et 20 fois le prix d’un casque ordinaire. Vous voulez connaître des endroits ILLUSTRES où on l’utilise, ou d’autres de la même gamme ?

Alors qu’on ne me propose pas cet argument pour “bannir l’orgue”, même si je ne suis qu’un modeste petit organiste…
Sans rancune, quoi que….j’aimais bien, autrefois,quand il y avait un Concert d’Orgue TOUS LES DIMANCHES A 17heures au Studio 104 de la Maison de la Radio…et vous savez quoi ? ON L’A démonté et vendu à une Paroisse!!! Toutes les radios du monde ne réagissent pas comme ça, heureusement ! Et puis voyez celui qui est sur la scène de l’Auditorium Maurice Ravel à Lyon, heureusement…

3 Michel, le 12 octobre 2009 à 13:40 :

Bravo pour cette émission qui accueillait un auteur que j’apprécie beaucoup. De plus, son ouverture vers des compositeurs souvent injustement méconnus m’a ravi. Je suis également très porté sur l’écoute de musiciens qui restent souvent à découvrir en France, comme K.A. HARTMANN, L. VIERNE mais aussi des compositeurs symphonistes que Jean Christophe connaît peut-être comme ALLAN PETTERSSON, CARL NIELSEN jusqu’à PHILIP GLASS.
Encore Bravo et merci


Donnez votre avis !






ombre