Accueil  >  Arié Elmaleh, la nuit d’un roi
Flux RSS

Arié Elmaleh, la nuit d’un roi

Le 29 septembre 2009 à 18:50 par Olivier Bellamy

Olivier Bellamy et Arié Elmaleh

Sa voix est mélodieuse, agréable. Son discours est simple et juste. Arié Elmaleh est le frère de Gad Elmaleh, mais c’est un acteur de premier rang. Il joue dans “La nuit des rois” de Shakespeare mis en scène par Nicolas Briançon au théâtre Coemedia (Paris 10e) aux côtés d’Yves Pignot, Chloé Lambert, Sara Giraudeau…

Son programme était celui d’un amateur “au petit pied” comme il l’a avoué à notre micro, mais toutes ses passions sont sincères et viennent du plus profond de son coeur : Cecilia Bartoli, Rolando Villazon. Jusqu’au Concerto en sol de Maurice Ravel, qu’il m’a fredonné au téléphone quand nous avons préparé cette émission.

Voici son programme :

en parlant de Cécilia Bartoli, dont je suis absolument fan, j’aimerai bien écouter:

-      Casta Diva de Bellini

Madeleines:

 - les orchestres de musique orientale à la rtm. Il n’y avait qu’une chaine, alors pour pallier le manque de programme, il mettait des heures d’orchestre de chaabi (musique classique arabo-andalouse) qui nous hypnotisaient.

 - les disques de Joe Dassin sur le vieux tourne disque. qui était neuf à l’époque. Les Champs Elysées

 -      le groupe de musique de mon frère “melody”. Où il avait détourné une chanson de supertramp en créant un air à lui. Titre de Supertramp

Programme classique:

-      Concerto en sol de Ravel – 2e mvt

 -       prélude l’opéra carmen

- Frederic Chopin Prelude in E Minor, Op. 28, No. 4

- Rolando Villazon chante « A la cour d’Eisenach » d’Offenbach

- piste 1 du koln concert de Keith Jareth

Tags : , , ,
Lien permanent | Rétrolien

Il y a 9 commentaires pour cet article :

1 Brian McKay, le 29 septembre 2009 à 19:56 :

Très sympa, Arié Elmaleh, mais je ne peux pas m’accorder avec son appréciation de Bartoli dans Casta Diva: elle retient la voix au point où cela devient prétentieux. Quand la musique prend son élan et une Callas laisse la voix partir avec, elle retient. Bellini (et non pas Belini) aurait été vexé. Quant à Villazon, il force sa voix vers l’aigu plutôt que tenir une ligne bel canto comme l’aurait fait un Pavarotti, un di Stefano, etc. En fait, son compatriote Domingo, me semble avoir le même défaut dans le rôle de Hoffmann. Amicalement Brian McKay

2 Twitted by radioclassique, le 29 septembre 2009 à 20:23 :

[…] This post was Twitted by radioclassique […]

3 Françoise (40), le 30 septembre 2009 à 10:26 :

Cher Brian, vous êtes très probablement un puriste (dans le sens noble du terme). Moi, qui ne suis qu’une “apprentie” en matière de musique classique, … j’aime ou je n’aime pas, sans me poser de question ; et en essayant de ne pas faire de comparaisons, quand elles ne sont pas forcément justifiées. Ne peut-on pas chanter Casta Diva à la fois à la façon de M. Callas et celle de C. Bartoli ? Pourquoi est-ce que Bellini en serait vexé. A mon avis, Cécilia Bartoli le chante merveilleusement bien (d’ailleurs, en ce qui me concerne je préfère, et de loin, son interprétation à celle de M. Callas - à laquelle je ne retire pas pour autant son immense talent).
Quant à Roland Villazon, là aussi, j’aime … tout simplement. Et aussi le regretté et merveilleux Pavarotti.
Je ne comprends pas que, pour vous et d’autres bien sûr, vous n’êtes pas le seul, il faille à tout prix trouver “le” défaut ! Bon, peut-être êtes-vous un critique professionnel.
Bonne journée à tous.
Cordialement.
Françoise à Sanguinet

4 Jacques L, le 30 septembre 2009 à 10:47 :

Je comprends Françoise, je dirai même que je suis d’accord avec sa conclusion. Mais pour moi, Passion Classique doit, “tout en tirant vers le haut”, continuer à réunir apprentis et maîtres tant chez les invités d’Olivier Bellamy que chez lez blogueurs.

5 béatrice, le 30 septembre 2009 à 12:29 :

La liberté des choix ouvre sur la différence des ressentis et Dieu merci, nous n’avons pas les mêmes..!Cela nous permet à la fois de renforcer nos propres perceptions tout en s’ouvrant à celle des autres..! A ce propos, la découverte de Keith Jareth était trés agréable, tout comme le morceau de musique orientale qui a fini le programme mais dont vous ne donnez pas les coordonnées. S’il vous plaît, serait-il possible de savoir qui interpretait cette mélodie de flûte orientale, à la fois apaisante et mystèrieuse ? Merci à vous et à votre trés agréable rendez vous.

6 Françoise (40), le 30 septembre 2009 à 14:01 :

Moi aussi, je suis d’accord avec vous Jacques L. “Passion Classique” nous réunit … même sur le blog puisque nous pouvons échanger nos idées, nos goûts, même si, parfois (et heureusement dirais-je), ils sont différents. Passion Classique - grâce à Olivier - est le fil qui nous relie. Et c’est très bien. La vie serait bien monotone si nous partagions tous les mêmes goûts, ne croyez-vous pas ?
Très cordialement.
Françoise à Sanguinet

7 Livadiotti Roberto, le 30 septembre 2009 à 18:00 :

Je trouve que Cecilia Bartoli excelle dans les opéras “baroques” de Vivaldi et Haendel ce qui ne l’empeche pas d’etre très bonne aussi dans un opéra “romantique” comme la “Norma” de Bellini,mais pour ma part, je préfère pour cet opéra, la version de Callas ou d’autres cantatrices habituées à ce répertoire.

8 Renate, le 30 septembre 2009 à 18:19 :

Je suppose que l’on pourrait continuer longtemps… Pour vous dire que je fais partie de ceux et celles qui osent préférer l’interprétation de Cecilia Bartoli à celle de la grande Callas. Mais Françoise l’a si bien dit.
Amicalement.

9 Pangloss, le 15 octobre 2009 à 15:24 :

Pour Casta Diva, pourquoi s’affronter? Les deux interprétations Callas/Bartoli sont un peu aux antipodes l’une de l’autre. Passionnée et presque désespérée chez Callas que je préfère, mais c’est une question de goût, plus intériorisée et contrôlée chez Bartoli, ce qui peut très bien se justifier d’un point de vue dramatique: après tout la prêtresse s’adresse à sa déesse.


Donnez votre avis !






ombre