Accueil  >  Musique sur les planches
Flux RSS

Musique sur les planches

Le 15 avril 2009 à 08:29 par Olivier Bellamy

Marie-Christine Barrault et Olivier Bellamy
Nous ne serons pas l’avocat du Barrault. Le talent de Marie-Christine se passe d’effets de manche. Quant à son programme musical, il était tout à fait extraordinaire. Marie-Christine Barrault a eu une enfance comme on n’en fait plus : chantant des lieder de Schubert accoudée au piano sur lequel jouait sa mère. Pour se rebeller, elle a fait du théâtre et son tempérament passionné l’a porté vers les grands rôles claudéliens. Mais la musique lui a manqué et elle n’a cessé de multiplier les spectacles poétiques avec des pianistes aventureux : correspondance de Schumann et Clara, textes de Liszt et Chopin, etc.

Pour le lundi de Pâques, Marie-Christine Barrault nous a apporté des oeuvres d’inspiration religieuse. Des musiques d’une intense beauté, qui touchaient l’âme en élevant la pensée.

Les voici :

Beethoven: concerto pour piano n° 4 (Otto Klemperer / D. Barenboïm) : andante con moto et surtout le moment du passage de l’andante au Rondo

Madeleines

Gluck : Orfeo et Eurydice (version Glyndebourne avec Kathleen Ferrier) - acte 2 scène 2 : che puro ciel

Schubert : un impromptu (par exemple, l’opus 142 n° 

Franz Liszt : Harmonies poétiques et religieuses - Bénédiction de Dieu dans la Solitude
(ATTENTION ! je voudrais la version dans laquelle Robin Renucci dit le texte de Lamartine avant le piano et c’est avec Roger Muraro au piano).

Frédéric Chopin : Nocturne opus 48 n°1 (dans la version que Yves Henry vient d’enregistrer : il a dû vous déposer le disque lundi)

Haydn : Les Sept Dernières Paroles du Christ en Croix - Sonate 2 amen dico tibi : hodie mecum eris in paradiso (version du quatuor Ludwig)

Annibal Gantez : L’Epopée d’ Annibal Gantez (c’est un disque que je viens d’enregistrer sous le label Psalmus (si vous ne le trouvez pas, dites-moi je vous l’apporte)) - Lettre n° 33 lue par moi, suivi du Sanctus de la messe Vigilate chanté par l’ensemble Vox Cantoris

Debussy : Pélléas et Mélisande (version philarmonique de Berlin / Karajan / F.von Stade /Richard Stilwell) - Acte 4 scène 2 : on dirait que ta voix a passé sur la mer au printemps.

Olivier Messiaen : Quatuor Pour La Fin du Temps – 5ème mouvement : Louange à L’ Eternité de Jésus (version deutsche grammophone : Myung-Whun Chung / Jian Wang)

Robert Schumann : Quintette pour piano et cordes – 2ème mouvement (je vous fais confiance pour le choix de la version).

, mais je pense que c’est déjà trop long).

Tags :
Lien permanent | Rétrolien

Il y a 3 commentaires pour cet article :

1 Brunel, le 15 avril 2009 à 17:17 :

En grande admiratrice de Messiaen et paroissienne de la Trinité, je suis un peu déçue qu’on ai pas eu le temps pour la louange à l’Eternité de Jésus (l’émission paraît souvent trop courte). Mais je voudrai “poster” un pont entre ces deux choix: le poème d’amour mystique favoris d’Olivier Messiaen.
Lecture du Cantique des cantiques

Voici mon bien-aimé qui vient!
il escalade les montagnes,
il franchit les collines,
il accourt comme la gazelle,
comme le petit d’une biche.
Le voici qui se tient derrière notre mur;
il regarde par la fenêtre,
il guette à travers le treillage.
Mon bien-aimé a parlé;
il m’a dit:
«Lève-toi, mon amie,
viens, ma toute belle.
Car voici que l’hiver est passé,
la saison des pluies est finie, elle s’en est allée.
Dans la campagne, les fleurs apparaissent.
Le temps des chansons arrive.
Le roucoulement de la tourterelle
se fait entendre dans nos campagnes.
Le figuier forme ses premiers fruits,
la vigne en fleur exhale son parfum.
Lève-toi, mon amie,
viens, ma toute belle!
Ma colombe, blottie dans le rocher,
cachée dans la falaise,
montre-moi ton visage,
fais-moi entendre ta voix;
car ta voix est douce,
et ton visage est beau. »

2 Livadiotti Roberto, le 16 avril 2009 à 18:20 :

Pas mal le programme de Marie Christine Barrault. Je trouve que Chopin est trop souvent demandé par vos invités.

3 catherine hennequin, le 29 avril 2009 à 23:55 :

quel bonheur cette emission avec Marie Christine Barrault que j ai pu le soir en rentrant reecouter a nouveau merci pour ce moment exceptionnel


Donnez votre avis !






ombre