Accueil  >  Le ténor au grand coeur
Flux RSS

Le ténor au grand coeur

Le 10 avril 2009 à 10:23 par Olivier Bellamy

Rolando Villazon et Olivier BellamyRolando Villazon provoque en ce moment deux sentiments contradictoires. Il est à la fois adoré du public et très durement attaqué par une partie de la critique. On lui reproche notamment de chanter Haendel. “Ce n’est pas pour lui” estiment les spécialistes. Comme Placido Domingo ou Cecilia Bartoli ou Philippe Jaroussky, Rollando Villazon aime prendre des risques, aller où on ne l’attend pas et tenter l’impossible. Mais certaines personnes estiment qu’il est dans l’erreur. Sur quoi se basent-ils ? Sur une idée qu’ils se font d’un certain répertoire, étayée par des recherches musicologiques, qui ont force de loi et incarnée par des artistes, qui représentent le bon chemin, hors duquel on serait illégitime. Pourtant, on ne peut pas accuser les chefs d’orchestre Emmanuelle Haïm ou Paul Mc Creesh (qui guident Rollando Villazon dans sa recherche) de méconnaître le goût et le style baroque. Mais plus on connaît quelque chose en profondeur, c’est-à-dire de manière organique, plus on est libre avec cette chose. C’est quand on croit bien la connaître que l’on se réfugie derrière des “vérités” assénées et péremptoires. Or ce que les critiques confondent avec le style, c’est souvent la mode. Et s’ils brûlent ce qu’ils ont adoré, c’est que l’environnement, l’époque a changé. Ceux qui connaissent bien Haendel, dit-on, ne peuvent accepter ce que fait Villazon. Mais que connaissent-ils de Haendel, hors du filtre d’une certaine école de pensée (unique ?) et à un moment donné de histoire de l’interprétation ? Par définition, les véritables artistes sont là pour nous apporter une autre vision du monde. Pas pour suivre la mode ou plaire aux critiques, qui changeront d’avis dès qu’ils se seront habitués au changement de perspective. Villazon dérange les habitudes, bouscule la loi d’un tout petit milieu arrimé à ses certitudes. Mais si Haendel avait connu Villazon, il aurait senti tout ce que cet artiste pouvait apporter comme humanité à ses personnages et aussi (parce qu’il n’y était pas indifférent) lui apporter comme succès personnel ! Deux mille ans plus tard, toutes proportions gardées,et puisque nous sommes au moment de Pâques, nous revoilà condamnés à vivre éternellement l’opposition entre celui qui a la Foi à ceux qui défendent la Loi. Personnellement, je préfère écouter le premier plutôt que de crier “A mort” avec les seconds.

Voici le programme de Rollando Villazon :

Ombra mai fu (Haendel/Villazon)

Madeleines

Cri Cri (chanteur mexicain)

L’homme de la Mancha (Peter O’Toole)

Domingo : Perhaps Love

Programme

Ariodante : Scherza Infida (Album Haendel / Villazon)

Barenboïm et Orchestre du Divan : Valse triste de Sibelius

Una furtiva lagrima de Donizetti (Villazon)

Placido Domingo : Tosca E lucevan le stele

Bartoli : Album Vivaldi

Tamerlano : Ciel… (Album Haendel/Villazon)

Tags :
Lien permanent | Rétrolien

Il y a 28 commentaires pour cet article :

1 Soeur Claire, le 10 avril 2009 à 11:20 :

Je vous remercie vivement pour votre article sur le ténor Rolando Villazon, ce chanteur me touche chaque fois que j’écoutais. Que le Seignur le garde!!!

Le Seigneur est vraiment ressuscité! Alléluia! Il nous fait revivre par sa grâce sur le chemin de l’espérance. Que nous passions du vieil homme à l’Homme nouveau par le mystère pascal! Que le Christ Ressuscité vous accorde sa Joie et sa Lumière! Je vous souhaite une bonne fête de Pâques.

2 Françoise (40), le 10 avril 2009 à 15:18 :

En colère, même si c’est rare, eh bien oui, je suis en colère. Après Hélène Grimaud, Roberto Alagna (et d‘autres probablement), maintenant c’est au tour de Rollando Villazon.
Messieurs et Mesdames les (prétendus) « professionnels » - si votre précieux temps vous permet de visiter ce blog - sachez que vos critiques n’engagent QUE VOUS. Que vous n’appréciez pas tel ou tel chanteur quand il interprète tel ou tel air, c’est votre droit. Chacun est libre d’aimer ou de ne pas aimer. Mais jamais je n’accepterai que ce soit vous qui décidiez pour moi. Qu’est-ce qui vous permet de dire que Rollando Villazon ne devrait pas chanter Haendel ? Complètement absurde ! C’est votre métier rétorquerez-vous peut-être. Soit. Mais, pour moi, uniquement du point de vue technique … et à condition d’être objectifs. Ce qui n’est certainement pas toujours le cas. Ah cette mode … cette fichue mode ! Non, je ne m’y plierai pas.
D’ailleurs, je doute que votre connaissance de la musique vous permette d’apporter des jugements fiables sur TOUS nos musiciens. Comment, en effet, les connaître tous parfaitement ? N’y aurait-il que vous pour avoir cette prétention ?
Et pour en finir, je vous dirai que, finalement, ce qui importe, c’est NOTRE choix, à nous auditeurs, qui détermine la « valeur » d’un ou d’une artiste. Pour preuve, c’est nous qui achetons leurs CD/DVD, qui allons les applaudir, qui écoutons notre Radio préférée grâce à laquelle nous découvrons, justement, des œuvres superbes comme celle dont ce billet est l’objet.

Cher Olivier, merci d’avoir « mis de l’huile sur le feu ». Je ne crois pas que je serai à la seule à la faire bouillir !
J’ai eu la chance de pouvoir entendre l’émission. Mes vacanciers se sont montrés « compréhensifs ». J’aime le chanteur, mais aussi sa bonne humeur et sa joie de vivre. Sa conclusion m’a beaucoup plu, même si j’eus préféré qu’il parlât d’Amour - comme vous le suggériez - au lieu de « temps ». Cela dit, c’était très beau et, en cette veille de Pâques, j’invite tous ceux qui ne l’auraient pas encore fait, à écouter ce merveilleux disque que nous offre Rollando.

Joyeuses Pâques à tous.
Très amicalement
Françoise à Sanguinet

3 Albina, le 10 avril 2009 à 15:55 :

Selon moi, l’un des invités les plus passionnants de la saison. Simple, drôle, chaleureux, passionné, il a parlé magnifiquement de sa carrière, de sa vocation, de la musique.
Et en plus il est beau !(presque autant qu’Olivier Bellamy …)

4 tiquet jacqueline, le 10 avril 2009 à 18:39 :

Tout à fait d’accord avec vous Monsieur Bellamy. Suite à votre émission je viens d’acquérir le CD Handel. Rollando Villazon a un médium riche alors pourquoi abimer sa voix avec des contre-ut et contre-ré qui semblent en ce moment lui poser problèmes.Autant que possible je suis fidèle à votre émission de 18h30.

5 Brignani Catherine, le 10 avril 2009 à 19:53 :

Bravo pour votre chronique bien documentée et votre argumentation fort judicieuse.C’est vrai qu’il est lassant de lire toutes ces critiques de “pseudo” spécialistes qui, en ce moment, se plaisent à “démolir” tout ce que fait R. Villazon. C’est à la limite de l’acharnement et je me demande pourquoi.
Il a montré son immense talent dramatique en incarnant récemment un Werther bouleversant à Bastille.
Son album Haendel est très réussi et m’a même fait découvrir une musique que je connaissais mal et pour laquelle j’avais un à priori négatif.
L’émission qui lui était consacrée a mis en lumière un artiste charmant, cultivé, à la fois grave et enjoué et surtout un homme “vrai” et spontané, d’une réelle simplicité et d’une grande lucidité.
Le public l’adore; il le sait et lui “donne” tout ce qu’il peut donner, à chaque représentation.
En conclusion : merci M. Bellamy de lui avoir consacré cette émission et merci à Rolando Villazon pour ces moments passionnants. Qu’il revienne souvent sur votre antenne pour le plus grand plaisir de vos auditeurs.

6 RATTIER Daniel, le 10 avril 2009 à 20:53 :

En lisant votre article sur Villazon, j’ai poussé un grand soupir de soulagement : enfin, me suis-je dit, enfin je ne me sens plus tout-à-fait seul. En effet, j’ai beau coup de mal à écouter ces interprétations de Bach, de Haendel ou même de Mozart (oui, aussi) par de maigres ensembles baroques aux violons grinçants qui font des manières. Mais puisqu’on n’entend plus que ça - même sur Radio Classique - j’ai fini par me persuader que je n’y comprenais rien, qu’en fait, c’était peut-être ainsi qu’il fallait interpréter ces oeuvres puisque de savants musicologues qui avaient fait d’ardues recherches le disaient. J’avais même un sentiment coupable à me délecter de la passion selon St-Matthieu par l’orchestre de Berlin avec une foule d’exécutants et des instruments modernes dans une interprétation qui vous arrache les tripes. “C’est celle d’Harnoncourt la meilleure” essayai-je de me convaincre. Bien riquiqui quand même avec sa dizaine de chanteurs et son ensemble crincrinant. Aucune émotion. De l’intellectualisme froid. Déstabilisé, j’étais. Or, j’entrevois à travers vos réflexions une petite rebellion contre les baroqueux obsessionnels qui me fait chaud au coeur. Pareil pour ceux qui s’entichent maintenant à jouer Beethoven sur un piano-forte qui est plus proche d’une casserole que d’un Steinway… Voyez-vous, je ne reproche pas qu’on se livre à des expériences musicales plus ou moins discutables, qu’un musicologue fasse sa cuisine etc. Ce que je ne supporte pas, c’est ce terrorisme musical hors duquel, comme vous le dites, tout opposant est mis au banc des accusés et passe pour un cul terreux de la musique. Allez M. Bellamy, donnez-nous du baroque par I Musici, par l’orchestre de chambre de Berlin, par les vieux ensembles d’antan, dont les interprétations vous font vibrer, vite, qu’on se régale enfin les oreilles et le coeur. Merci de votre compréhension et continuez dans la voix de la qualité qui est la vôtre et de celle de la radio que vous servez si bien.

7 Livadiotti Roberto, le 11 avril 2009 à 00:47 :

C’est bien dit Olivier et Françoise aussi. Comme vous, je préfère ceux qui ont la Foi à ceux qui pronent la loi. Rolando Villazon est un grand ténor qui a un répertoire très étendu.Il chante bien Haendel, mais aussi Verdi,Puccini et Wagner et aussi de l’opéra français. Je remercie Soeur Claire et Françoise pour leurs messages et à mon tour, je vous souhaite à toutes et à tous de Joyeuses Paques.

8 Marie-Claire, le 11 avril 2009 à 03:13 :

J’ai beaucoup apprecie l’interview de ROLANDO VILLAZON .Sa voix me remplit de bonheur,me procure de la joie,ensoleille la vie.Son CD,je dois l’avouer m’a presque fait decouvrir HAENDEL,MIS a part l’Alleluia.Je n’ai aucune attirance pour la voix de contre-tenor et n’aurais eu aucune chance d’aimer Haendel.Le but de ROLANDO VILLAZON est atteint.Merci à lui.Sans doute ne suis-je pas seule dans ce cas,il a donc eu raison.ROLANDO VILLAZON est genereux,chaleureux,simple,naturel,joyeux.Il suffit de l’ecouter pour que disparaissent morosite et tristesse.MERCI ,MERCI A lui et merci à OLIVIER BELLAMY.

9 teresa, le 11 avril 2009 à 11:58 :

Merci, monsieur Bellamy. Vôtres paroles sont tres sages et belles. Rolando c’est un homme integrale, comme un Michelangelo, il n’est pas seulement un magnifique tenor. C’est magnifique de vous ecouter dans la radio!
Je veux vous inviter a visiter le blog non officiel de Rolando Villazón, on parle beaucoup français !
http://rolandovillazon.blogspot.com

(excusez-moi pour mon français écrit).

10 JACQUES Daniele, le 11 avril 2009 à 21:35 :

merci beaucoup Monsieur Bellamy pour cette chronique pleine de bon sens et de sensibilité. Les critiques auront beau dire le CD HANDEL de Rolando VILLAZON est une merveille de beauté et de sensibilité, l’émotion explose dans chaque air. Moi qui ne connaissais pas du tout ce musicien, j’ en suis tombée amoureuse grace à l’interprétation et à la voix lumineuse de Rolando Villazon.
merci encore Monsieur Bellamy pour cette
chronique,qu’il serait bon d’avoir beaucoup de chroniqueurs de votre valeur.

11 Nelly Bailly-Maître, le 12 avril 2009 à 21:01 :

J’ai vraiment vraiment aimé! sa voix, son charme et puis Haendel. N’ayant pas été souvent là, j’ai réecouté. A très bientôt. Amitiés à mes amis et merci Olivier Bellamy pour ces excellents moments..Nelly.Bx.33

12 Françoise (40), le 12 avril 2009 à 23:00 :

Chère Nelly, je suis heureuse de vous retrouver ; vos “amis” ont été un petit peu “absents” eux aussi …
Haendel, que nous connaissions mal (puisse-t-il nous pardonner) est devenu pour nous un de nos préférés.
Merci Radio Classique car c’est grâce à vous.
Très amicalement
Françoise à Sanguinet

13 Livadiotti Roberto, le 13 avril 2009 à 11:22 :

Je suis d’accord avec Daniel Rattier pour préférer écouter Bach et Vivaldi avec des orchestres de chambre bien fournis comme “I Musici”, “Karl Munchinger” ou autres, plutot qu’avec ces petits ensembles réduits à leur plus simple expression.

14 sandrine, le 15 avril 2009 à 11:52 :

Que dire de plus, tout est dit et je ne souhaite pas me perdre en banalité, si ce n’est que la première fois que j’ai entendu Rollando Villazon, car je n’ai pas vu son visage, je me suis dis, ça y est c’est le grand retour de Placido Domingo, le même timbre de voix et la même force, quelle joie! Aujourd’hui encore n’ayant pas l’oreille avertie, il m’arrive de les confondre.
Etant une passionnée d’opéra il est vrai que j’ai été très surprise à l’annonce de son nouveau CD, interprète de Haendel, pourquoi pas après tout, faut-il vraiment se cloisonner à des styles bien précis, on sent qu’il fait cela pour son plaisir perso et non à but lucratif qui peut se payer le luxe aujourd’hui de travailler par plaisir et par passion.
D’autre part d’après ce que j’ai pu lire il a permis à certain de faire connaître Handel n’est-pas la le but ultime d’un interprète?
vraiment merci
cordialement
sandrine(84)

15 Livadiotti Roberto, le 18 avril 2009 à 10:17 :

C’est vrai qu’on découvre que Haendel est un grand auteur d’opéras. On le connaissait mieux pour ses oratorios et ses concertos. Je devrais rajouter quelques lignes à ce sujet dans mon Histoire de la musique. A ce propos,chères amies,Sandrine,Françoise,Nelly,Renate,j’ai rajouté un nouveau chapitre sur mon site “Histoire de la musique” sur les derniers romantiques européens: français,italiens,allemands,autrichiens et je prépare un prochain sur les anglais,espagnols,scandinaves etc…Salutations chaleureuses. Roberto

16 Françoise (40), le 18 avril 2009 à 13:01 :

Merci de l’information cher Roberto. J’y suis allée chaque jour … mais pas encore ce matin.
Bonne journée.
Très amicalement.
Françoise à Sanguinet
P.S. Les vacances sont finies … la maison est de nouveau très (trop) calme

17 Bailly-Maître, le 18 avril 2009 à 22:35 :

Merci Cher Roberto; je redeviens un peu plus présente et je vais y aller. Heureusement aussi que nous avons le blog d’Olivier Bellamy car j’y vien aux nouvelles lorsque je n’ai pas eu de temps.
Françoise, soyez heureuse: les vacances finies ce sont peut-être d’autres vacances qui prennent cette place mais je suis certaine qu’à nouveau votre maison retentira de grands et de petits quand aurez refait le plein d’énergie. A bientôt tous. Nelly.Bx.33

18 Françoise (40), le 19 avril 2009 à 10:46 :

Bonjour chère Nelly,
C’est toujours avec plaisir que je vous lis.
En effet, nous refaisons le “plein d’énergie” (il faut les suivre nos trois petits anges !) … pour les prochaines vacances.
Entre temps, nous retrouverons “l’Invité classique” dans le calme.
Je vois que, vous aussi, vous affectionnez les chiens. Nous avons eu deux boxers (le dernier est “parti” en juin 2007) et je pense qu’un troisième ne devrait pas être très loin … Tous les deux aimaient la musique. Igor, le second, réagissait quand il entendait son nom (le Prince Igor) et avait même fini par reconnaître la musique avant que l’on prononce son nom !
Je vous souhaite un excellent dimanche.
Très amicalement.
Françoise à Sanguinet

19 Renate, le 21 avril 2009 à 16:13 :

Bonjour à toutes et à tous, et dire que j’ai manqué cette émission! Haendel - Villazon. Je vais essayer de l’écouter sur le blog. Mais il me semble qu’en effet, tout a été dit, comme le remarque Sandrine.
Roberto, j’irai voir sur votre site. Et j’irai acheter le CD de Rolando Villazon, il n’y a aucun doute.
Amicalement.

20 Françoise (40), le 21 avril 2009 à 20:55 :

Bonsoir chère Rénate.
Je suis contente de vous retrouver. J’espère que vous réussirez à réécouter cette superbe émission.
Très amicalement.
Françoise à Sanguinet

21 Yvette Hirst, le 16 août 2009 à 02:00 :

Je me demande si tous les admirateurs de ce charismatique ténor qui se sont exprimés en Avril se sont rendus compte que l’émission revient en cette période ‘creuse’mardi 18 août à 18h dans ‘l’invité classique’et c’est tant mieux puisque Rolando est en période de reprise de sa vitalité vocale, donc c’est le ’silence’réparateur que nous lui souhaitons très très bénéfique car il nous manque!Il nous a, cette fois-ci tenus au courant sur son site avec toute la simplicité et la générosité que nous lui connaissons. Pour l’avoir vu dans ses grands rôles, Hoffmann,
Rodolphe, Chevalier Des Grieux, Lenski, malheureusement pas encore dans son exquis Némorino,ni son Roméo époustouflant! Werther (à Nice et à Bastille)… Donc nous l’attendons pour un autre concert Handel peut-être et pour tant de joies encore à partager! Merci de repasser ce ‘best of’ dans cette période ’silencieuse’

22 Pascal, le 18 août 2009 à 20:48 :

Bonsoir…du soleil dans la voix, dans l’accent, pur moment de bonheur d’écoute. Et lorsque M.Villazon évoque le talent de Cecila Bartoli…tout l’humilité du monde…total respect.

23 claudine69, le 29 août 2009 à 14:32 :

j,arrive un peu tard.je suis une fan absolue de Rolando Villazon,grace a ce dernier cd j,ai decouvert un peu plus Haendel.si vous en avez donnez nous des nouvelles.nous pensons beaucoup à lui et lui souhaitons prompt retablissement.il est tellement genereux et passionné qu’il donne sans compter.Merci MR.Bellamy pour ces moments de pur bonheur.

24 claudine69, le 31 août 2009 à 15:51 :

je retire fan absoulue.j’apprecie enormement d’autres tenors.des petits nouveaux vont faire parler d’eux.a ce soir m.Bellamy pour ecouter Mauranne.

25 Sonia (75), le 21 avril 2012 à 00:15 :

Je partage l’avis que Villazon a “le soleil dans la voix” mais il a aussi un coeur ensoleillé. Il est charmant et authentique à la fois. Olivier, vous m’avez beauccoup amusée avec la traduction fantaisiste de “THE LONG AND WINDING ROAD…” Wind= s.m.vent, mais aussi
un verbe= serpenter, duquel dérive l’adjectif WINDING=sinueux/euse. Donc,en français la phrase serait: LA ROUTE LONGUE ET SINUEUSE… J’adore votre programme, j’apprécie votre culture et sens de l’humour pendant les interviews. Continuez! Vous nous apportez un immense plaisir.

26 kouklovsky, le 03 février 2017 à 03:29 :

Quand Rolando Villazon chante, on sent l’intelligence et l’humanité derrière.
Quel charme et quel naturel.Quand il interprète l’Aria de Lenski c’est le début de la magie!Et prononciation parfaite du russe.

27 kouklovsky, le 03 février 2017 à 03:32 :

Deux ténors géniaux : Placido Dominguo et
Rolando Villazon.

28 kouklovsky, le 03 février 2017 à 03:36 :

les rois des ténors : Rolando Villazon, Placido Domingo


Donnez votre avis !






ombre