Accueil  >  C’est mon ami et c’est mon Freire
Flux RSS

C’est mon ami et c’est mon Freire

Le 16 février 2009 à 20:52 par Olivier Bellamy

Quel être extraordinaire, ce Nelson Freire. Le pianiste est l’un des plus grands d’aujourd’hui. Les maisons de disques ont mis du temps à s’en rendre compte ! L’homme est doux, raffiné, drôle, timide, profond, gentil… 

Quand on a décidé de faire l’émission, je lui ai proposé de l’enregistrer chez lui plutôt que de le faire venir au studio car je sais qu’il a du mal avec le micro… Il m’a suggéré de venir un soir à 21 heures après un direct. Bosco, qui s’occupe de lui, avait préparé un petit repas délicieux arrosé d’un bon bordeaux. Après manger, nous sommes allés dans la maison de Martha Argerich (absente ce soir-là) qui jouxte celle de Nelson pour faire l’interview au calme. J’ai senti que Nelson était un peu fatigué. “Veux-tu que je revienne demain ?” lui ai-je proposé. Il a accueilli cette suggestion avec un ouf de soulagement à cause d’un mal de tête qui ne le laissait pas en paix. Je suis revenu le lendemain : nouveau repas délicieux - et tout s’est passé comme sur des roulettes.

Nelson Freire était heureux  de partager ses disques préférés et de parler des gens qu’il aime :

DEBUSSY : Collines d’Anacapri (2’44) par Nelson Freire

1ère madeleine « Jalousie » tango au piano…

2e madeleine musique de « La valse de l’ombre » de Mervyn LeRoy (Waterloo Bridge)

3e madeleine    Concerto n° 5 de Beethoven, début, par Nelson F. à 12 ans

RHAPSODIE N° 2 DE BRAHMS PAR MARTHA ARGERICH (6’30)

STÄNDCHEN DE STRAUSS/GODOWSKI PAR G. NOVAËS

TRIANA D’ALBENIZ PAR GUIOMAR NOVAES

RHAPSODIE N° 10 DE LISZT (2 DERNIERES MINUTES) PAR NOVAËS

O SAPO par OLGA COELHO (0’56)

XANGO PAR OLGA COELHO (3’34)

NELSON FREIRE : PARAPHRASE CHAUVE SOURIS (STRAUSS/GODOWSKI)

STÄNDCHEN DE SCHUBERT LISZT PAR HOROWITZ (derniers enregistrements publics DG) en entier

Lien permanent | Rétrolien

Il y a 3 commentaires pour cet article :

1 Nelly Bailly-Maitre, le 18 février 2009 à 19:06 :

Ah! quel plaisir d’entendre Nelson Freire et de réentendre Maetha Arguerich dans la Rapsodie N°2 de Brahms. Et surtout, surtout, j’ai découvert Olga Coelho et je la réentendrai très vite car je vais chercher un enregistrement. Merci encore. Nelly. Bx.33

2 Livadiotti Roberto, le 19 février 2009 à 19:18 :

J’aime beaucoup comme vous la rhapsodie N.2 de Brahms, mais l’interprétation du 5e concerto de Beethoven était très défectueuse. On n’entendait presque rien.

3 JF ZANETTE, le 20 février 2009 à 22:59 :

Bonjour,
J’ai découvert Olga Coelho grâce à vous voilà quelques jours ; depuis je cherche des CD sans succés. Pouvez-vous m’aider à trouver ?
Merci.
JF Zanette


Donnez votre avis !






ombre