Accueil  >  Ombre et lumière
Flux RSS

Ombre et lumière

Le 07 février 2009 à 01:41 par Olivier Bellamy

Olivier Bellamy et Roland Dumas

Roland Dumas n’a pas très bonne presse. Il a même eu maille à partir avec celle qu’on appelle la grande. Est-ce parce que son nom a été sali sur cinq colonnes à la une qu’il ne fallait pas l’inviter ainsi que me l’a suggéré le mail furieux d’un auditeur ? N’a-t-il pas payé assez cher une “faute” qu’en appel les tribunaux n’ont pas condamné ? Nous appartient-il de nous ériger en juges ? Certains maniaques de la guillotine médiatique le font très bien sans qu’on ait besoin d’en rajouter.

Personnellement, j’ai trouvé Romand Dumas très fréquentable. Il est arrivé seul à la radio, gaillard et frais comme un gardon, malgré ses 85 ans, sympathique, plein d’humour, s’intéressant à tout, curieux des choses et des gens. Cet homme a représenté la France au plus haut niveau et tous s’accordent à dire qu’il n’a pas démérité. L’avez-vous entendu faire la promotion de ses Mémoires dont le deuxième tome paraît bientôt chez Fayard ? Non, trop bien élevé pour cela. Il est venu par amour pour la musique, un point c’est tout. Heureux d’écouter ses airs préférés par de grands interprètes, heureux de partager ses passions, heureux de converser tout simplement autour de sujets qui lui tiennent à coeur.

Emouvant quand il a évoqué, sans pathos inutile et sans effet de prétoire, la mort de son père. Sobre et attachant quand il a rappelé le souvenir de la chanteuse Maria Murano, dont il a partagé la vie et qui est morte, il y a quelques jours, dans ses bras.

Tout son programme était composé d’oeuvres essentielles, mais pas austères. Comme s’il avait voulu avec l’âge se délester de l’anecdotique tout en voulant rester gai jusqu’au bout. Question d’éducation à nouveau. Et d’élégance, sans aucun doute.

Voici son programme :

Faust avec Georges Thil (Cavatine)

Madeleines

J’irai revoir ma Normandie, chant régional normand

Manon de Massenet par Renée Fleming

Le tombeau de Couperin

Programme

Le Cantique de Jean Racine (

La mort d’Yseult de Wagner
(Flagstadt)

Alagna –et Gheorghiu : La mort de Carmen (EMI)

Pièce de piano de Litzt “la vallée d’Obermann (Angelich / Mirare)

Mozart - la mort de Don Juan Pinza / Furtwängler (Testament)

La Périchole par Maria Murano (introuvable)

Tags :
Lien permanent | Rétrolien

Il y a 10 commentaires pour cet article :

1 Françoise (40), le 07 février 2009 à 13:24 :

Entièrement d’accord avec vous Olivier. Nous avons, de toute façon, toujours la possibilité de ne pas écouter si l’on est vraiment réfractaire à la personne invitée. En ce qui concerne Monsieur Dumas - même si certaines de “ses idées” ne sont pas les miennes, et bien que je n’ai pu entendre l’émission jusqu’au bout - j’adhère totalement à la description que vous en faites.

Sandrine ; Nelly ; Lili ; Catgeisha ; Mais où êtes-vous donc ? Sont-ce les difficultés ces derniers jours à envoyer nos commentaires qui vous ont fait disparaître de la circulation ? Il y a beaucoup de nouvelles et de nouveaux intervenants très agréables … mais vous me manquez ! A TRES bientôt j’spère.
Très amicalement.
Françoise à Sanguinet

2 Delphine, le 09 février 2009 à 11:55 :

Nouvelle venue, je me lance dans le bain du blog.
Lorsque j’ai entendu qui était votre invité, j’avais quelques appréhensions me demandant si j’allais écouter. Au final, j’ai découvert un homme charmant et cultivé et j’ai passé un excellent moment en votre compagnie.
Merci pour cette rencontre et ce moment d’émotion avec l’écoute de La Périchole.
Musicalement
Delphine

3 Renate, le 09 février 2009 à 13:23 :

Olivier, vous abordez “la personne Roland Dumas”, avec justesse et sobriété. A l’image de l’émission - tout semblait parfait et le choix musical - que dire ? M. Dumas est un vrai “pro”.
A Françoise (40): je me suis posée la même question ! Où sont-elles ?
Et une petite suggestion à Daniel (cf. commentaire J-M Ribes) : Si jamais vous allez au Théâtre du Rond-Point, n’oubliez surtout pas de NE PAS éteindre votre protable :-)

4 Françoise (40), le 09 février 2009 à 13:58 :

J’adore votre humour (loin d’être noir - lui -) chère Renate.
Très amicalement.
Françoise

5 Daniel, le 09 février 2009 à 19:23 :

Mon poil se hérisse à la lecture de la présentation d’Olivier.
Mais le couperet “censure” me guette, alors je n’en dirai pas plus…

Mais pourquoi donc gigotez-vous tant dans vos tombes vous autres ?

6 Renate, le 09 février 2009 à 19:42 :

A Françoise : Tout le monde ne le comprends pas, bizarre… Peu importe. -J’ai vu que Nelly est revenue ! -
Alors : “C’était un gamin, un gosse de Paris…” Je crois que ces paroles doivent forcément marquer un enfant. D’ailleurs, l’on sent très vite arriver la phrase fatale. C’est une vrai madeleine! Je n’ai pas encore téléchargé la chanson.
Je voulais vous dire aussi que j’ai retrouvé le passage sur la solitude chez H. Grimaud. Figurez-vous qu’elle se réfère à la correspondance de Rilke avec une pianiste, élève de Busoni (”Lettre à une musicienne”, paru chez Calman-Lévy en 1999)). Marrant.
Amicalement.

7 Françoise (40), le 09 février 2009 à 20:17 :

Chère Renate,
A chacun son humour (et son humeur !).
Eh oui,j’ai vu aussi que Nelly était revenue. Tant mieux.
C’est gentil d’avoir recherché les paroles de ladite chanson. Je me suis surprise moi-même à penser spontanément à cette chanson !
Merci pour vos précisions concernant Hélène Grimaud.
Hier dimanche, j’ai regardé “les Victoires de la Musique” et ensuite sur ARTE l’émission consacrée à Mendelsohn. J’y ai retrouvé le pianiste Lang Lang qui a merveilleusement bien (à mon humble avis) interprêté le concerto n° 1. Moi qui n’aime pas trop la TV (et jamais dans la journée), il me fallait ces beaux programmes …
L’émission d’Ollivier a commencé. Apparemment, les choix musicaux me conviennent. Attendons demain pour commenter.
Excellente soirée.
Tès amicalement.
Françoise à Sanguinet
P.S. Une tempête est annoncée dans la moitié nord de la France. Même si elle s’annonce moins terrible que la précédente (sud-ouest), je souhaite à tous ceux dont les départements sont concernés de ne subir aucun dégât.

8 Nelly Bailly-Maitre, le 09 février 2009 à 22:21 :

oui après un passage hyper occupé je suis là. Merci Françoise. Quand j’ai voulu écrire mon texte: 2 fois! zut zut zut! rien. Je reprends demain. Le temps semble calme. Bonne soirée à vous. Nelly. Bx.33

9 sandrine, le 09 février 2009 à 23:15 :

Bonsoir mesdames!
Désolée chère Françoise pour cette longue absence mais les ennuis de santé de ma fille ont fait que mes pensées étaient ailleurs qu’à la musique,j’en aurai eu bien besoin cependant…
Mon retard sur les émissions d’Olivier fait que je ne laisserai aucun commentaire après vos belles et savantes discussions que vous entretenez chacun et chacune…. une chose pourtant me tient à coeur c’est pour Rénate, ne tombez pas dans le piège de répondre à “qui vous savez” car il nous en a couté à Françoise et à moi d’avoir voulu lui tenir tête…Mais tout cela s’est terminé dans un bel éclat de Rire, n’est-ce pas chère Françoise?
Daniel est à la fois Dr Jekyll et Mister Hyde, même s’il est plus souvent MR Hyde, il me fait rire et pitié à la fois, car quelque part autant de méchanceté est un signe de souffrance, et je le plains…
Je suis en train d’écouter la 5eme symphonie de Beethoven et je me rends compte que c’est un concert enregistré en 1976 pour Amnesty international (Ah si seulement!…)
cordialement
sandrine(84)

10 Françoise (40), le 10 février 2009 à 00:17 :

Ma chère Sandrine,
Je vous lis et je suis à la fois très heureuse et très triste. Je souhaite ardemment, du fond de mon coeur de Maman et de Grand-Mère, que votre chère petite Vittoria est complètement rétablie. Rassurez-moi vite. Sans “nouvelles” de votre part, je m’inquiétais …
Ainsi que vous avez pu vous en rendre compte, ces derniers jours n’ont pas été “ordinaires”.
Quant à “qui vous savez”, vous aurez remarqué que j’ai pris le parti de ne pas répondre. J’ai fini de rire, du moins de ce côté, car ma bonne humeur est toujours présente… ailleurs !
La 5ème de Beethoven ? Pendant que moi j’écoutais son concerto n° 5 ! Les Grands Esprits ? Sûrement.
Je vous embrasse, vous et votre adorable petite Vittoria, très affectueusement.

Chère Nelly,je suis très heureuse de vous lire. C’est vrai, il a été extrêmement difficile ces derniers temps de faire partir nos messages … et on ne sait toujours pas pourquoi ! ET CE SOIR ENCORE !
Si j’ai bien compris on se retrouve demain ? Bonne soirée.
Très amicalement.
Françoise à Sanguinet

A Michel Durand.
Le ronron est peut-être la pire des choses. Toutefois, pour ma part, même s’il n’est pas mauvais d’entendre des avis qui diffèrent des nôtres, ce n’est pas pour autant que ceux-ci doivent obligatoirement nous remettre en question. Et surtout pas ceux de M. Ribes… en ce qui me concerne.


Donnez votre avis !






ombre