Accueil  >  Et qui plait ? Equilbey.
Flux RSS

Et qui plait ? Equilbey.

Le 29 novembre 2008 à 14:49 par Olivier Bellamy

Laurence Equilbey, l’invitée classique d’Olivier Bellamy

Laurence Equilbey n’est pas Roberto Alagna. C’est même plutôt le contraire. Elle parle très peu d’elle, de son enfance, de sa vie… Elle vit dans un monde où seule la musique compte et où le reste semble accessoire. Même sa propre personne. Avec passion, humilité et obstination, elle a quand même créé en France un choeur de chambre du niveau des trois ou quatre plus grands en Europe. On aimerait parfois qu’elle se lâche un peu plus dans l’interview. Mais en fait, elle est s’est beaucoup lâchée par rapport à ce qu’elle s’accorde en temps ordinaire.A la fin, elle était assez contente.”Tu es très bon” m’a-t-elle concédé. Contrairement aux invités qui déballent tout et qui détalent à 20 h pile, elle est restée à bavarder et à nous regarder régler les détails du best of du samedi, Yann et moi. Elle traînait comme ces enfants qui ne veulent pas aller se coucher tout de suite. Elle a juste fait la tronche quand elle a su que je parlais encore de “la dame de choeur” dans le chapeau de présentation. Elle ne peut plus supporter ce cliché. Le côté “chef” est revenu à la surface lorsqu’elle a lâché : “Sans cette homonymie entre choeur et coeur, le niveau serait certainement meilleur en France.” Et toc ! Ah, elle n’est pas toujours tendre Laurence. Mais elle sait de quoi elle parle. Donc, exit “la dame de choeur”. Yann, toujours élégant, n’a pas pu s’empêcher d’ajouter : “Et quand tu recevras Brigitte Lahaie, tu l’appelleras comment ?”

Fauré Requiem: In Paradisum Naïve/LEquilbey

Enfance : Ravel : le jardin féérique, version orchestre - Beethoven : mouvement lent du concerto l’Empereur - Schumann : scènes d’enfant: l’enfant s’endort Mirare/Engerer

Programme

Richard Strauss Der Abend Emi/Ericson - Schubert La Jeune fille et la mort: andante – Schubert : Nacht und Traüme Emi/Bostridge - Ravel Daphnis et Chloe: le lever du jour - Haydn 7 dernières paroles: introduction naïve/Equilbey - Dvorak Z

igeuner Melodie, n°4 A.S.von Otter - Fauré : Cantique de Jean Racine

Tags : , , , , ,
Lien permanent | Rétrolien

Il y a 12 commentaires pour cet article :

1 Livadiotti Roberto, le 30 novembre 2008 à 09:42 :

La présence de Laurence Equilbey, femme séduisante et de grande valeur musicale a été intéressante, ainsi que ses choix musicaux d’enfance et d’age mur. Sa modestie nous a touchés, vu l’aondant répertoire d’oeuvres de musique qu’elle a transcrites pour choeur et dirigées.

2 Françoise, le 30 novembre 2008 à 11:48 :

Entièrement de votre avis Roberto. La seule chose qui m’ait gênée - à moins que je n’aie pas compris - c’est sa remarque concernant Les Petits Chanteurs à la Croix de bois. Cela étant dit, Olivier nous a offert une belle soirée… après bien d’autres telles “F. Lenoir, R. Alagna, L. Equilibey …” Bon dimanche à tous. Cordialement.

3 Livadiotti Roberto, le 30 novembre 2008 à 19:07 :

J’ai manqué,Françoise,quelques minutes de l’émission et je n’ai pas entendu ce qu’elle a dit sur les Petits Chanteurs à la Croix de bois.En ce qui concerne R.Alagna, je reconnais qu’il a une très belle voix, mais il ne m’intéresse pas beaucoup tout d’abord parce que je préfère les voix de baryton ou de basse et ensuite parce qu’il ne chante que de l’opéra italien et un peu de français. Bien que je sois italien et que j’aime l’opéra italien, je place Wagner au-dessus parce que je le trouve plus proche de la perfection. D’ailleurs, meme Toscanini disait cela. Il y a de très grands chanteurs comme José Carreras, Placido Domingo, Rolando Villazon ou Régine Crespin qui ont un répertoire plus varié.Et des chanteurs germaniques comme Dietrich Fischer Dieskau ou Christa Ludwig qui chantent aussi bien des oeuvres de musique allemande ou autrichienne que française ou italienne. Et meme Cecilia Bartoli chante aussi bien Vivaldi que Haendel.Cela dit, R.Alagna a aussi chanté des airs de Berlioz, qu’on entendait pas souvent et c’est bien. Salutations.

4 Françoise, le 30 novembre 2008 à 23:47 :

Merci Roberto. Vous êtes un vrai “professeur”. Votre savoir m’éblouit et je l’envie. Mes connaissances en matière de musique classique sont limitées. J’aime quand c’est beau et cela s’arrête - malheureusement - souvent là. Malgré tout, je fais des efforts et cela grâce à Radio Classique, je me sens un tout petit peu moins ignare ! A part Dietrich Fischer Dieskau ou Christa Ludwig, que je ne connais pas, j’apprécie beaucoup tous ceux que vous citez. Haendel, j’aime de plus en plus. Merci d’avoir pris de votre temps pour ces quelques lignes. Cordialement.

5 Jeanne, le 01 décembre 2008 à 13:41 :

J’ai écouté la semaine dernière sur vos ondes votre entretien avec J. Birkin, puis celui avec L. Equilbey.
Quel contraste! Quand Jane B n’est que générosité et enthousiasme que dire de Laurence E ??? D’ailleurs, la “Dame de Choeur” interrogée sur son intérêt pour la pratique amateur n’a pas eu le coeur de parler de ses fonctions de Conseiller aux activités vocales au choeur de l’Orchestre de Paris. Il s’agit pourtant là d’une prestigieuse formation dont elle ne parle malheureusement jamais dans les nombreuses interview qu’elle donne et celà, malgré ses fonctions… curieuse façon de soutenir la pratique chorale amateur en France pourtant primordiale…Un beau gâchis!

6 Laura, le 01 décembre 2008 à 21:25 :

La note d’Olivier Bellamy après l’émission sur Laurence Equilbey me fait regretter de n’avoir pu l’écouter… mais, dans la rubrique “Réécoute”, je ne trouve rien… alors que l’émission avec Stéphane Lissner vient d’être mise en ligne… Quid de cet oubli ?

7 nelly, le 01 décembre 2008 à 22:31 :

J’aimerais bien écouter cette émission mais elle n’est pas archivée.
est-ce définitif ?

8 Beethoven, le 03 décembre 2008 à 17:51 :

La “dame de coeur” n’a pas eu le coeur de parler du choeur de l’Orchestre de Paris composé d’amateurs qu’elle a pourtant dirigé en septembre dernier et dont elle est conseiller vocal sans doute pas à titre gratuit… Très révélateur de son manque d’intérêt pour la pratique amateur. Encore une détestable exception française.

9 nelly, le 03 décembre 2008 à 22:44 :

Ah merci Mr Bellamy, il fallait juste un peu de patience…
Laurence Equilbey évoquant sa “première” des 7 dernières paroles du Christ de Haydn à Nantes avec la grippe; eh bien j’y étais, et je me souviens :
D’abord la salle, pleine (2000 places) la moitié s’appliquant à bien tousser entre les paroles.
Puis, assez vite le public n’éprouve plus ce besoin et retiens son souffle. Finalement, un silence angoissé accueille un terremoto de vraie fin du monde. (franchement, à cet instant, Laurence Equilbey se serait évanouie, que ça ne nous aurait pas plus étonné, tellement nous-mêmes étions secoués.)
La salle très sonnée va lentement se remettre en mouvement pour ovationner ce moment d’incroyable émotion.
Bonsoir à tous

10 Françoise, le 03 décembre 2008 à 23:43 :

Tout comme Jeanne,j’ai trouvé un … sacré contraste entre l’interview de J. Birkin et celui de Laurence Equilbey.
La première persistant à utiliser les “un - le” à la place des “une - la” et vice versa (elle ferait mieux de n’utiliser que le masculin ou le féminin ; elle aurait moins de chances de se tromper, pleurnicharde (Juliette, hier soir, très émue en écoutant Schubert n’a pas “offert” ce spectacle !) ; la seconde réflétant le talent, la classe, la discrétion.
Merci Nelly pour votre beau témoignage.
Cordialement.

11 Jeanne, le 04 décembre 2008 à 19:05 :

Chacun ses goûts Françoise, et j’espère que vous parlez aussi bien l’anglais que Birkin parle le français… Quant à la discrétion de mme Equilbey? laissez moi rire lorsqu’il s’agit de son auto-promotion…
En tous cas je partage un point de vue avec mme equilbey: M. Bellamy est en effet très bon. Merci à lui!

12 admin, le 04 décembre 2008 à 20:16 :

BONJOUR,
L’EMISSION AVEC LAURENCE EQUILBEY EST DESORMAIS DISPONIBLLE EN REECOUTE. Désolé pour la gêne occasionnée… FL


Donnez votre avis !






ombre