Accueil  >  Et Dieu dans tout ça ?
Flux RSS

Et Dieu dans tout ça ?

Le 26 novembre 2008 à 00:44 par Olivier Bellamy

Frédéric Lenoir, l’invité d’Olivier Bellamy

Frédéric Lenoir dirige le journal “Le Monde des Religions” (70 000 exemplaires), qui va bientôt devenir (c’est un scoop) “Le Monde des religions et de la philosophie”. Il vient de publier chez Plon un “Petit Traité de l’histoire des religions” tout à fait passionnant. 

Juste avant l’émission, Frédéric Lenoir m’a chuchoté d’un air inquiet : “Ne m’interrogez pas trop sur la musique. Je l’aime, mais je ne la connais pas tant que ça.” Du tac au tac, profitant de l’ouverture, je lui ai répondu : “Pas de problème. De votre côté, ne m’interrogez pas trop sur votre livre. Je l’ai parcouru, mais je ne l’ai pas étudié à la loupe.” L’auditeur de Radio Classique veut surtout écouter de la musique tout en ayant des commentaires sensibles et intelligents pour l’accompagner. Il n’a pas forcément envie d’entendre un animateur prouver à chaque question qu’il a lu le livre de l’invité, comme pour se payer d’un effort, qui lui a beaucoup coûté. Autant mettre cet effort ailleurs. Dans l’écoute de l’invité par exemple. Certains auditeurs ont manifesté leur intérêt à l’émission. L’un d’eux a protesté contre “l’apologie de la religion” à laquelle nous nous sommes livrés. Un sujet qui réveille toujours les passions. Préférons lorsque c’est Jean-Sébastien Bach qui les écrit… les Passions !

Sarabande de Haendel

Madeleines - Brassens : les sabots d’Hélène
 - Beatles : Let it be ; Mike Oldfield : Tubular bells

-

Bach : Goldberg variations (je l’écoute tous les matins en me levant !) par Glenn Gould 
- Mozart, “et incarnatus est” de la messe en ut mineur
- Carmina Burana, O Fortuna, carl Orff
- Miserere d’Allegri
- Haendel : Sarabande
- Fauré : Pavane
- Pergolèse : Stabat Mater (James Bowman) début
- - Keith Jarett : The Köln Concert



Tags : , , ,
Lien permanent | Rétrolien

Il y a 8 commentaires pour cet article :

1 colette allamel, le 26 novembre 2008 à 07:51 :

bonjour olivier
merci pour cette excellente emission, j’aurais aimé la reecouter sur le web mais je n’ai pu entendre que le debut!dommage frederic est un excellent conferencier j’ai eu l’occasion de voyager avec lui c’est un homme d’une qualité rare qui merite d’etre écouté avec attention. a son écoute, on se sent meilleur!!merci de l’avoir invité

2 MILLOT BERNARD, le 26 novembre 2008 à 10:37 :

Bonjour Olivier, j’ai écouté le début de votre émission et vous avez évoqué l’idée que les concerts “pop” pouvaient être considérés comme des “grandes messes”. En ce qui me concerne, ce sont les Messes en Ré et si bémol de J.N. HUMMEL, qui m’ont fait aimer la musique sacrée et surtout me dire que d’aller à la Messe à cette époque, c’était LA FETE. Ne pensez-vous pas que l’inverse puisse exister? Merci pour vos émissions. Dommage pour moi, c’était plus facile de vous écouter les vendredi matin et de vous reécouter le samedi début d’après midi en intégralité.

3 Nelly Bailly-Maitre, le 26 novembre 2008 à 19:21 :

Oui, à nouveau merci pour nous avoir permis d’écouter les choix de Frédéric Lenoir, qui est si profond. Et puis, comment ne pas parler des religions qui sont l’histoire du monde et dont il est un spécialiste passionnant. Pour une fois que je peux donner un avis 2 fois de suite…je vous écoute presque chaque jour! D’ailleurs je n’écoute que Radio Classique, sur Internet, en voiture..où j’apprécie de voir passer sous la bande de la radio le titre de l’oeuvre et son auteur. C’est vraiment super!

4 Françoise, le 26 novembre 2008 à 23:56 :

J’ai pris l’habitude, quand je ne connais pas votre invité, d’aller sur Internet afin d’en savoir un petit peu sur la “personnalité du soir”. En ce qui concerne Frédéric Lenoir, je n’avais pas eu le temps, mais je me suis empressé d’y aller après votre émission. Quelle merveilleuse soirée ! “Apologie de la religion” ? Chacun peut comprendre les choses à sa façon. Les expériences, les convictions (les secondes découlant souvent des premières) peuvent nous aider à comprendre pourquoi nous sommes là et, surtout, ce que nous avons à y faire. “Amour”. Frédéric Lenoir en a souvent parlé. J’espère que beaucoup des auditeurs d’hier soir sauront interpréter ce superbe message. Il “aime la musique mais ne la connait pas tant que ça” ? Peu importe. C’était un choix magnifique. Olivier, une fois encre, je ne peux que vous remercier et solliciter plein d’autres soirées comme celles-ci. Très cordialement. Françoise. 40.

5 Livadiotti Roberto, le 27 novembre 2008 à 00:38 :

Les choix de Frédéric Lenoir n’étaient pas si mal, mais c’est surtout ses idées qui nous intéressent et ce qu’il représente. Quand je vous entends dire qu’un auditeur a protesté parce qu’on fait l’apologie des religions, je pense à ce qu’avait dit Mgr Lustiger et que j’approuve entièrement: qu’il y a certains laics (ou laicards) qui sont plus intolérants que les intégristes. On ne peut que reconnaitre que la religion est à l’origine des arts: musique,peinture,architecture… Les premiers compositeurs de musique, les franco-flamands comme Machaut ou Josquin des Prés étaient des pretres ou des hommes religieux. Bach, Haendel, Monteverdi, Vivaldi ont beaucoup composé de musique sacrée et il y en a beaucoup d’autres comme cela. Et plus tard,meme Haydn, Mozart Beethoven avec sa monumentale “Missa Solemnis” et Schubert ont composé de la musique religieuse.

6 Francoise, le 05 décembre 2008 à 21:47 :

Après l’émission, je suis allée sur le site de Frédéric Lenoir. Possibilité d’envoyer un mail ; ce que j’ai fait. Eh bien, deux jours après j’avais un message de remerciements … qui m’est allé droit au coeur. Merci, Olivier, de m’avoir fait connaître Frédéric Lenoir. Amicalement et toujours fidèle.

7 Denis, le 04 décembre 2009 à 01:27 :

Merci pour cette très belle émission ! Glenn Gould nous révèle jour après jour la force et la profondeur des variations Goldberg ; n’hésitez à goûter à la douceur et à la tendresse d’autres interprétations : pourquoi pas celles de Simone Dinnerstein ou de Zhu Xiao-Mei ?

8 association Carl Orff France, le 14 octobre 2012 à 17:34 :

Carmina Burana est l’œuvre classique la plus jouée au monde. Elle a été écrite à l’origine avec un volet scénique, comme la plupart de ses autres compositions de Carl Orff. Il est regrettable qu’en France, cette œuvre maîtresse ne soit interprétée presque uniquement que sous sa forme pour chœur et orchestre ou dans sa version pour choeur, deux pianos et percussions.
Carl Orff est aussi à l’origine d’une pédagogie musicale active le «Orff-Schulwerk» que l’on pourrait traduire « l’atelier scolaire » mais plus connu sous le vocable «méthode Orff» ou «pédagogie musicale Orff». Le «Orff-Schulwerk» est une référence dans le monde entier dans le domaine de l’enseignement de la musique.
Pour en savoir plus sur Carl ORFF, son œuvre pédagogique et musicale :
http://www.orff.fr


Donnez votre avis !






ombre