Accueil  >  Fascinante Martha
Flux RSS

Fascinante Martha

Le 05 juin 2008 à 17:14 par Olivier Bellamy

Coup de fil de Brigitte Fossey ce matin. Elle a écouté l’émission Martha Argerich et l’a adoré. A-t-elle revécu “Jeux interdits” en l’écoutant ?

« Mon mari, qui connaît très peu la musique est resté près du poste jusqu’à la fin » a-t-elle ajouté. Mail d’Annie Dutoit, la fille cadette de Martha. Elle n’a pu en écouter qu’une partie sur son ordinateur à New York. Eh oui, Radio Classique est accessible dans le monde entier grâce à son site Internet. Elle me demande si elle peut la réentendre dans son intégralité. Oui oui, vous pouvez même la réécouter dès maintenant :

1re partie :
2e partie :

Pour retrouver le détail des oeuvres diffusées durant l’émission, cliquez ici.

J’espère que les mélomanes pointus n’auront pas trouvé cette conversation trop superficielle. Le plus important pour moi, c’est qu’on puisse retrouver son jeu dans sa voix, sa manière de penser, de se protéger, de tout dire sans rien perdre de son mystère. Martha ne formule pas clairement les choses, elle peut paraître anecdotique ou enfantine à des esprits structurés, mais Mozart ne devait pas être si éloigné que cela dans sa manière de s’exprimer.

N’avez-vous pas trouvé émouvants ces rires juvéniles, qui laissent place en quelque secondes à des soupirs mélancoliques ? De cette toute petite voix qui alterne avec des râles de fauve. Et quelle musicalité dans sa voix, ses humeurs, son phrasé… Ne parlons même pas de son intelligence, de son humour, de son charme

On n’interviewe pas Martha Argerich. On patiente et l’on attend le bon moment. Il faut être obstiné sans être pesant. Quand on lui demande de dire quelques mots, elle se dérobe : « J’ai du travail » ou « Je dois me laver les cheveux », deux prétextes récurrents dans sa vie depuis quarante ans. Jusqu’au dernier moment, on n’est sûr de rien.

Pour réaliser cette interview, je suis allé l’entendre jouer à Milan, puis à Naples. A chaque fois, ce n’était jamais le bon moment. Voyant que j’étais tout déconfit, mais que je n’osais pas me plaindre, elle m’a dit : « Viens à Genève, j’ai une chambre pour toi. » J’ai passé trois jours en Suisse entre ses velléités de répétition, ses promesses de shampoings et son talent merveilleux de savoir perdre son temps.

Le troisième jour, je devais être à Paris : une interview de Rollando Villazon, pour Le Parisien. Cela m’a permis de resserrer l’étau. « Okay, je t’appelle » m’a-t-elle simplement dit. A minuit, je grignotais un morceau chez sa fille Stéphanie quand elle m’a donné rendez-vous dans une maison, près du lac de Genève, prêtée par le pianiste Nelson Goerner car ses pianos étaient utilisés par l’ami de son autre fille, Lida, le pianiste Vladimir Sverdlof, vainqueur en 2007 des Masters de Monte Carlo.

Bref, j’y suis allé en taxi et le temps de sortir mon micro dans la cuisine, la conversation a débuté tout naturellement, entre deux heurs et quatre heures du matin… Je précise que nous n’avons bu que de l’eau. Si Martha paraît beaucoup plus détendue dans la deuxième heure, c’est qu’il faut toujours du temps pour s’habituer aux contraintes de l’exercice et à les oublier. Dans un concert, c’est pareil, les secondes parties sont souvent bien plus réussies que les premières.

Avec Lucile Metz, ma fidèle réalisatrice de Musique de Star, on a travaillé une dizaine d’heures ensemble pour couper et mettre les respirations musicales. Je les voulais fréquentes, variées et pas trop longues. Pour que l’auditeur puisse avoir à la fois un grand panorama d’œuvres, mais aussi de climats différents qui répondent en écho à son humeur… Pour les coupes, j’ai voulu qu’on conserve au maximum le naturel de l’entretien. Avec Lucile, on a laissé une grande partie de ses « oui… je sais pas… peut-être » et de ses silences, qui nous emprisonnent dans les méandres de sa pensée et qui nous tiennent captifs, interdits, fascinés.

Voilà, cette interview est sans aucun doute la chose dont je suis le plus fier depuis mon arrivée à Radio Classique.

La dernière fois que je l’ai vue, je lui ai demandé si l’on pourrait envisager d’autres entretiens comme celui-là. Elle qui dit non à tout, d’un air las ou agacé, m’a gratifié d’un « oui » sonore, immédiat et joyeux.

Génial, non ?

Olivier Bellamy

PS (2 jours plus tard) Mail d’Annie Dutoit, qui a pu écouter l’émission : “J’ai appris des choses sur Maman” me dit-elle. Un mail de mon frère, qui me glisse une citation de Marguerite Duras : “L’homme pense avec les mains”, qui s’accorde parfaitement avec le passage des mains, de la tête et du coeur… Et le mail d’un auditeur, (celui qui me fait le plus plaisir) parce qu’il dit qu’il a découvert Martha Argerich. Il n’y a pas de plus belle justification au métier de journaliste comme il n’y a rien de plus beau que de faire découvrir un artiste, une musique, un livre, un pays ou un coeur à un autre coeur.

Réécoutez l’entretien avec Martha Argerich :
1re partie :
2e partie :

Pour retrouver le détail des oeuvres diffusées durant l’émission, cliquez ici.

Tags : ,
Lien permanent | Rétrolien

Il y a 14 commentaires pour cet article :

1 vandendyck, le 06 juin 2008 à 08:44 :

Cher Monsieur,

J’ai passé une soirée magique avec Martha cette interview est comme Martha simple et mysthérieuse.En écoutant cette soirée j’ai tous de suite contacté Gloria à Bruxelles chez Martha afin de le lui dire fénomène bizarre, Gloria décroche et là j’entend au loin les pianos qui jouent comme à l’habitude chez Martha jusqu’au bout de la nuit Gloria était enchantée que je l’appel et allais tout de suite demander à Akane de se connecter sur Radio Classique.
Je suis un ami de Gloria, et je suis fleuriste à Bruxelles. J’ai décidé il y a quelques temps d’ouvrir mon commerce d’art floral et de l’appeler L’impromptu pour rendre un hommage à Martha.Comme Martha rapide et toujours inattendue. J’ai passé plusieurs soirée avec Martha jusque au bout de la nuit ça à été des nuits magique.
Je tiens à féliciter Martha aussi car elle est grand mère à nouveau depuis le 4 juin 2008. Merci Madame.

2 Papon Dominique, le 06 juin 2008 à 09:04 :

Bonjour Olivier Bellamy.
Où se trouve le lien qui permettrait de réécouter votre magnifique dialogue avec Martha Argerich? Je souhaite le faire écouter par les membres du Conseil de Fondation Dubois-Ferrière Dinu Lipatti que Martha soutien régulièrement.
Merci encore pour ce que vous apportez comme joie, chaque fois que nous vous écoutons.

3 Dominique Quennoz, le 06 juin 2008 à 19:42 :

Bonsoir
Merci de tout coeur à Martha Argerich et à Vous Monsieur Bellamy pour cette si belle conversation nocturne… et pour votre choix de ces magnifiques respirations musicales…
Dominique à Genève

4 FAVROT Marie-Odile, le 06 juin 2008 à 23:18 :

Cher Monsieur Olivier BELLAMY.
Je suis en train de réécouter le merveilleux entretien que vous avez eu avec Martha Argerich. J’en ai écouté une partie l’autre nuit en rentrant d’une réunion professionnelle.Je me permets de revenir sur INESSA GALANTE. De grâce, consavrez-lui une émission à RADIO-CLASSIQUE. Elle a vraiment une voix exeptionnelle…
Encore merci pour tout.
Marie-Odile FAVROT

5 Denis, le 28 août 2008 à 11:22 :

Bonjour,

Superbe interview. Avez-vous la liste des respirations musicales ? Sauf celles des pianistes mentionnés dans le dialogue (Horowitz, Cziffra, Freire, Cortot, etc.) est-ce que les autres sont toutes de Martha Argerich ?

Merci bcp pour cette belle soirée.
Denis

6 catherine lambert, le 29 août 2008 à 06:57 :

Bonjour, je ne parviens pas à trouver la programmation musicale de l’émission M.Argerich.Ce n’est pas faute d’avoir cherché!
Où se cache-t-elle?
Merci pour ce très bel entretien.

7 Denis, le 29 août 2008 à 19:48 :

Bonjour,

Hier j’ai écrit une message sur ce blog pour demander où trouver la liste des respirations musicales du merveilleux entretien d’Olivier Bellamy avec Martha Argerich. Et dès le lendemain j’ai reçu un email pour me dire que le détail des oeuvres diffusées vient d’être remis en ligne sur ce blog : C’est ce que j’appelle de l’interactivité ! Merci pour votre réponse prestissimo. Vivacissimo merci Radio Classique.

Denis

8 annick monjauze, le 30 août 2008 à 19:21 :

Merci de tout coeur, Olivier Bellamy! Je
passe des moments merveilleux en votre compagnie et celle de vos invités.Pourquoi tant de bonheur à vous écouter ? Vous avez l’art de savoir écouter et faire parler vos invités, avec respect et humour conjugués: c’est du charisme! Bravo!
J’adore vos rires et fou-rires, si communicatifs, tout devient léger, même après la gravité… Mille MERCIS!
Une fervente mélomane, prof de piano en
retraite, et toujours passionnée par mon instrument( et d’autres, bien sûr!).Annick

9 Aime, le 12 septembre 2008 à 18:40 :

Merci Martha Argerich de nous inviter à partager votre philosophie et votre esthétisme ancré dans le vivant. Cet engagement de l’artiste face à l’oeuvre et à l’éternité de l’instant est d’une beauté inouie. Grâce à vous, je revisite mes “classiques” et je reste sans voix… Encore merci Olivier Bellamy pour ce témoignage très précieux.

10 Livadiotti Roberto, le 23 septembre 2008 à 23:49 :

Je crois me rappeler que l’entretien avec Martha Argerich avait été intéressant, mais j’aimerais retrouver le détail de ses choix musicaux que je ne retrouve plus sur votre site. Merci.

11 Marisa Guaranys, le 16 novembre 2008 à 21:53 :

Il y a plus de 20 ans que j’écoute Martha Argerich. Il y a des moments où je l’écoute tous les jours. Je ne connais aucune autre personne, aucun autre artiste, qui réussisse à couvrir un aussi vaste territoire émotionnel et intellectuel à la fois. Toutes le émotions humaines et de tous les temps aussi sont chez elle naturelles ainsi que la perception fine, délicate et précise qui leur donne vie au moment juste. Voilà Martha: généreuse car elle nous donne tout. C’est une chance de retrouver à son temps quelqu’un qui vous parle au coeur aussi directement. J’ai adoré l’interview parce que ses mots me parlent autant que sa musique.
Tous me compliments à Martha Argerich.
De Rio de Janeiro
Marisa Guaranys

12 Juana Guinzburg-Dahan, le 16 février 2009 à 21:50 :

Querida Martita, te acuerdas soy Juanita de Berna! Yo trabajaba en la Radio Suiza, y te hice la primera foto de tu bebé nacido en Berna! Te sigo en todo y te admiro como siempre. Olivier magnifico, besos y hasta siempre y continua a embriagarnos con tus interpretaciones excepcionales. Paris, 16/2/2009

13 claire brunel, le 18 novembre 2009 à 17:49 :

N’est t-il plus possible de reécouter cette formidable émission? Le lien ne semble plus fonctionner, quel domage !
A quand la suite? Je crois que nous sommes beaucoup à pouvoir écouter Martha Argerich parler, jouer ou se taire pendant des heures…

14 vincent, le 20 mars 2010 à 11:13 :

A la fin de la lecture de votre livre, j’ai eu envie d’écouter la voix de Martha
en cette nuit..d’insomnie
et ses mains sur le piano jouer Chopin
cela m’a fait un bien fou, je me suis rendormie comme un bébé


Donnez votre avis !






ombre