Accueil  >  Imprévisible Camille
Flux RSS

Imprévisible Camille

Le 24 mai 2008 à 03:52 par Olivier Bellamy

Parti en reportage à New York pour Le Monde de la Musique, je ne sais pas comment a été reçue l’émission avec la chanteuse Camille, qui était en boîte depuis un mois. Je n’ai pas cherché à savoir si ma boîte e-mail est saturée de messages de protestations. Son programme était singulier. Il détonait franchement avec la grille de Radio Classique. Je me suis dit : laissons-la faire découvrir ses musiques (toutes de qualité dans leur genre) aux auditeurs. J’espère que cela a surpris sans déplaire.

Voici sa liste pour ceux qui sont dans la catégorie des “titillés dans le bon sens” :

Ray Charles : Agathe …
Nougaro : Ah tu verras
Chopin : Valse en la bémol (de l’Adieu) par Samson François
Mado Robin : air d’opéra – plage 16
Mc Guire : Variation 1 des 48 variations pour fortepiano
Francesco Tristano : Note for piano 1
Benjamin Britten : Ceremony of Carol « This little babe » (Westminster Abbey)
Moussa toumast ishumar « ikalane walegh »
Barbatuques – oseguinte esie – « faz parte »
Sting Concert FIP au luth – titre 4
Virginia Rodriguez No’s – titre 6
Ima Sumac – titre 2
Steve Reich – Druming – titre au choix
+ Chanson de Camille « Home is where it hurts »
Money Note.

Tags :
Lien permanent | Rétrolien

Il y a 4 commentaires pour cet article :

1 bailly martine, le 24 mai 2008 à 11:30 :

Cher Olivier,
justement je voulais vous contacter et je découvre votre blog ! parfait !
Camille je ne la connaissais pas du tout et je l’adore, quelle fraîcheur coquine et quelle saine spontanéité dans sa voix de future speakrine sur Radio-Classique ?…elle fait tout comme moi partie des femmes qui aimeraient bien “parler dans le poste”…beaucoup de gaité, de joie de vivre, tout cela explosait à travers l’espace…je la voyais sourire, car le sourire passe très bien dans la voix, les experts en marketing direct l’apprenent à leurs nouvelles recrues…je pensais qu’un jour vous devriez interviewer des non-stars, des passionné(e)s de musique comme moi qui m’étiole sans elle, comme une fleur sans eau, ni soleil…

Initialement, donc je voulais vous contacter car je vous ai entendu le 7 Mai jusque vers 22h30 dans une interview avec Gérard Pangon…en fait je ne savais pas que c’était vous, c’est Gérard qui me l’a dit, je n’avais pas reconnu votre voix, mais vos propos étaient des plus inspirants tel celui-ci que j’ai immédiatement noté et qui m’a été droit au coeur: “favoriser l’émergence du désir”… rien de “pink” la-dedans ne vous méprenez surtout pas… de nos jours mieux vaut être prudent, et puis toutes ces femmes qui osent s’émanciper dans tous les domaines… mais, le désir d’être conscient d’être en vie est ce dont je parle, se sentir en vie d’une façon tellement flagrante que soudain tout est VRAI ! comme par exemple durant l’écoute d’un morceau qui tombe à pic pour souligner la magie de l’instant présent…!une musique qui littéralement vous force à tout laisser en plan et à écouter et à apprécier parce que c’est tellement beau que l’on se dit “faut que je l’achète sinon je ne pourrais plus vivre sans pouvoir le réecouter encore et encore… ” et puis, votre passion pour le piano, l’espace d’un mètre entre le piano et vous, cette attirance …incroyable toutes ces révélations…

Côté désir: je prends la liberté de vous exprimer ce que je veux réaliser: je sais que Jean Claude Casadessus dirige des concerts dans les prisons…et l’univers carcéral c’est le parent pauvre de la société, les vilains, les méchants, on les juge, on s’en débarasse, on les stocke, on les empile, on les abîme grave au passage, on les mets en conserves en fait…avec une date de peremption parfois programmée pour une vie entière…

Cher Olivier, je vous connais un peu parce que j’écoute vos émissions…Si vous pouviez parler de la prison de Grasse à Mr Casadessus pour qu’il vienne diriger et faire un beau cocnert là-bas, ce serait bien ! (je vous aiderai tous les 2 car je me défends en Relatons Publiques)
La musique leur fera du bien je le sais. J’habite à une 50aine de KM de Grasse, dans le Haut-Pays niçois, à 720 m d’altitude, là ou l’air est encore assez pur pour faire vibrer le chant des oiseaux durant leurs concerts matinaux…et puis il y a aussi tout au long du jour, ce bruit merveilleux de leurs ailes, un frôlement très poétique, qui me donne des frissons…d’ailleurs un son à intégréer je trouve dans vos plages zen…pour enrichir ces plages sonores que j’adore! tout est musique en fait…
O.K. j’arrête sinon je vais “manger” trop de votre temp…c’est ça les blogs, une nouvelle liberté d’expression à travers l’espace cybernétique…
A bientôt ! (j’espère!)
Bien cordialement et aussi bien musicalement, bien zainement…
martine

2 Michèle Bouyge, le 29 mai 2008 à 19:27 :

Si vous avez eu une auditrice satisfaite, vous en avez fortement irrités deux, qui, en déplacement pour la province, s’étaient calés à l’écoute, sans dérangement, de radio-classique…Et voilà qu’on se doit de supporter cette insuportable Camille! Puisque nous n’avions que cela à faire, nous nous disons: soyons objectifs; peut-être cette interview nous permettra d’adoucir notre opinion? Hélas!!! A part sa voix radiophonique et son rire cristallin, cette musicienne pour bobos n’a pas grand chose à proposer, sinon des formules vides et pédantes, dont j’extrairai la sublime “La musique a besoin de silence”…Vous vous êtes prêté au plan promo d’un album “variétés françaises en anglais!” dont, même france-inter semble avoir renoncé à infliger l’écoute; ouf! mais ce n’est pas pour que radio-classique prenne le relais! Nous ne sommes pas encore remis de la douleur qu’elle nous a infligée en voulant prendre la nôtre dans son album précédent!
Pour le dernier, il suffit de la regarder se trémousser dans son clip ridicule et on a tout compris!!!

3 vincent, le 30 mai 2008 à 12:42 :

jai un exemple etonnant a vous reveler
le jour de la diffusion de lemission avec jerome dechamps
jai entendu un groupe de music moriarty
le jour suivant jai reentendu ce groupe en live

donc cette emission peut permettre de decouvrir des gens passionnants comme camille et toute sa richesse musicale

4 Brunel, le 07 juin 2008 à 15:15 :

Camille aime ne pas faire comme tout le monde. Elle n’a pas vraiment cherché à partager la musique classique avec les auditeurs mais son monde musical. Très enrichissant mais elle a envahit l’espace de son monde (mais je crois que c’est cela la céation), non?


Donnez votre avis !






ombre