Accueil

chilly-gonzales.jpg

Avec une formation classique et l’envie d’être de son temps, hors de tout académisme, le pianiste et compositeur québécois Chilly Gonzales s’est créé une place auprès du public. Celle d’un conteur d’histoires courtes avec des sons. Au piano, comme le faisait Erik Satie à Montmartre. Il évolue sans cesse avec un pied dans le passé et un autre dans le présent, une oreille vers l’art européen et une autre vers le divertissement américain. Le succès est au rendez-vous.

Voici son programme :

4 morceaux de Classique qu’il apprécie :

- Cesar Franck - Quintet en FA mineur Lento
- Gabriel Faure - Sicilienne - Cello
- Berlioz - Adagio (Romeo et Juliette)
- Jean Françaix, Aubade 1er Mouv.

et 3 Madeleines :

- Billy Joel - Piano Man
- Daft Punk - Da funk
- Duke Ellington- In A sentimental Mood

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Yann Moix, le verbe à vif

Le 25 mai 2015 à 22:55 par Olivier Bellamy

yann-moix.jpg

Il pourrait faire sienne la devise d’Albert Londres : “Je n’écris pas pour faire plaisir ou faire du tort, j’écris pour mettre la plume dans la plaie.” La plume acérée de Yann Moix se plonge dans les cicatrices de l’amour. Ça fait mal, forcément, et ça fait du bien aussi selon la bonne vieille recette de la littérature qui consiste à révéler des choses tues ou à s’écrier “mais le roi est nu” quand tout le monde fait comme si. De la même manière qu’en musique, on peut faire pleurer en majeur et sourire en mineur.
Une simple lettre d’amour (Grasset)

Voici son programme :

- Broken Hearts are for Assholes de Frank Zappa
- Blue Valentines de Tom Waits
- Gloomy Sunday de Billie Hollyday

Classiques :

- Un air de La Traviata – Maria Callas
- L’ode à la joie - Beethoven
- Erik Satie
- Glenn Gould

1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

marielle-nordmann.jpg

Quand Marielle Nordmann parle de Lily Laskine, on comprend tout de la foi qui soulève des montagnes, de l’amour qui crée des merveilles, de l’évidence d’une vocation pour la vie. Et c’est la même passion qui remonte à la surface pour parler de Nemanja Radulovic. Car c’est la musique qui compte au fond et avant tout.

Voici son programme :

3 madeleines :

Les Frère Jacques “En sortant de l’école”, Le petit Nègre de Debussy et Gracias a la Vida interprété par Mercedes Sosa

4 pièces de choix :

- “Il Tramonto” Verdi Canzoni pour chant et piano (Margaret Price)
- Suite n°1 pour Jazz band “Fox trot”, Chostakovitch
- “Ebben ne andro lontana”, Catalani ( CALLAS)
- Chanson que ma mère m’apprenait, Dvorak (N.Radulovic)

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

jean-pierre-coffe.jpg

On va pas se raconter de craques. Juste avant l’émission, l’ami Coffe a envoyé notre stagiaire Marie-Juliette chercher une bonne bouteille de blanc à L’Abordage, excellent restaurant tout près de la radio.
Généralement, je suis plutôt du genre ascète avant Passion Classique : jamais d’alcool, pas de vin le midi et pas d’autres substances bizarres, même quand on m’en propose gentiment (et surtout gratuitement).
Curieusement, en confiance avec notre “papille de la nation”, je me suis laissé faire. Résultat : on s’est sifflé la bouteille qui n’était plus une fillette. J’ai l’impression que c’est passé comme une lettre à la poste, non ? Ensuite, je me suis dit que c’était une émission comme autrefois, du temps où l’on fumait dans les studios et où l’on picolait grave, du graves ou autre chose. Séquence nostalgie, sur Radio Classique. On ferait quand même pas ça tous les jours.

Voici son (hic) programme :

Madeleines

- N. Dessay - Traviata
- Trenet - Y’a de la joie
- J. Baker - La Conga Blicoti

Classiques :

- Jean-Pierre Rampal
- Rondo en si mineur Mozart : https://www.youtube.com/watch?v=Q3-YDFX6e8M&spfreload=10
- F. Schubert - Impromptus
- J.Brahms, Sonate violon n°3 Presto agitato

2 commentaires Lien permanent | Rétrolien

jeannette-bougrab.jpg

En ce qui concerne la défense des droit des femmes, il demeure le même clivage qu’au XIXe siècle. D’un côté, Louise Michel, de l’autre les suffragettes. La première est horrifiée par l’injustice et lutte contre la barbarie. Les autres font des conversations de salon et des scandales à la Chambre. Jeannette Bougrab est du camp de l’existentiel, pas forcément de l’existentialisme. Entre Camus et Sartre, elle a aussi fait son choix pour le premier.

Voici son programme :

1- Cesar Franck, Prélude, Fugue et Variation op 18 (le prélude)
2- Claude Debussy, Arabesque n°1
3- Jean-Sebastien Bach, Partita n°3, BWV 1006
4- Frédéric Chopin, Nocturne Op27 n°2

Madeleine n°1 : Schumann, « Scène d’enfant » n°1
Madelaine n°2 : Debussy, « Clair de lune »
Madeleine N°3 : Gabriel Fauré, « Berceuse »

1 commentaire Lien permanent | Rétrolien

teresa-cremisi.jpg

Pour définir le mensonge artistique, celui qui doit toujours dire la vérité (Cocteau), Marcel Pagnol avait une expression : la vérité du dimanche. C’est la réalité qui mord un peu sur l’imaginaire, qui fait la sieste et qui rêve qu’elle dit vrai. Si un éditeur est un écrivain du dimanche, alors Teresa Cremisi est raccord avec ce mélange de fiction et de souvenirs qui constitue son premier roman.

Voici son programme :

Chansons:
- Que serais-je sans toi (Aragon chanté par Jean Ferrat)
- I will survive (chanté par Gloria Gaynor)
- Il cielo in una stanza (chanté par Gino Paoli)

Morceaux classiques:
- Vivaldi - La Juditha triumphans (l’air “Armatae face et anguibus” chanté par Cecilia Bartoli)
- Mozart - Don Giovanni (”Là ci darem la mano”)
- Beethoven - Symphonie numéro 9 A la joie (quatrième mouvement)
- Chopin - Concerto numéro 1 (début du solo)

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

piotr-anderszewski.jpg

C’est toujours un plaisir de revoir Piotr Anderszewski. Musicien profond, pianiste singulier, être à part.

Voici son programme :

Beethoven, Concerto n°5, 1 er mouvement avec Gilels.
Mozart, Recordare du Requiem
Erroll Garner, Lullaby of Birdland

Les quatre artistes :

Wanda Landowska, Concerto de Mozart k482 1er ou 3ème mouvement
Louis Ferdinand Celine, Entretien avec Pierre Dumayet (surtout fin de l’entretien)
Schumann, Frauenliebe und Leben “Er der Herrchliste von allen”avec Katthleen Ferrier
Carolin Widmann Denes Varjon, Schumann Sonate pour Piano et Violon n°2, 1er mouvement

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

anouar-brahem.jpg

Oudiste et compositeur tunisien, Anouar Brahem est un peu le Keith Jarrett oriental. Un artiste, un vrai, hypnotique.

Voici son programme :

Claro de Luna - Beethoven par Claudia Arrau

Bach - Prelude in C Major, BWV 846

Erik Satie - Gnossienne No. 1

Maria Callas - Un bel di vedremo - Puccini

Les Autres :

Ferré : Avec le temps

Philip Glass. Glass work- closing 06

Sayed Darwish : Ana Hawit
Sayed Darwich (1892-1923), ici interprétée par la chanteuse Libanaise Ghada Shbeir. Compositeur égyptien décédé très jeune, a laissé une œuvre prolifique parmi les plus importantes de la musique arabe, aussi bien populaire que classique.

https://m.youtube.com/watch?v=sflw9Gp3BcQ

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

amaury-leveaux.jpg

Un géant de plus de deux mètres et un type très sympathique, touchant, intelligent. Son livre m’a intéressé.

Voici son programme :

BARCAROLLE de Jacques Offenbach
LOVE STORY Francis Lai
HONOR HIM de Hans Zimmer
Piano concerto No 1 in B-flat Minor Op. 23 - Allegro non troppo de Tchaikovsky

Madeleines :

Ntm, Ma Benz
Yodelice, Talk to Me

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

alexandre-jollien.jpg

Quand j’ai lu le livre d’Alexandre Jollien, je n’ai pas compris que le handicap dont il est affublé et dont il parle librement affectait aussi son élocution. Quand il est arrivé à la radio, je me suis demandé si les auditeurs allaient pouvoir suivre son discours. Et puis je me suis dit : il faut faire confiance, il faut y croire. Quelque part, c’est merveilleux de pouvoir faire entendre quelqu’un qui ne s’exprime pas de manière ordinaire. Le résultat a dépassé mes espérances. Alexandre Jollien n’est pas seulement un philosophe parfaitement clair et une belle âme spirituelle, c’est aussi un prodigieux communicateur. Passé le premier moment de surprise, en faisant un petit effort d’attention, on découvre un être d’une grande richesse qui compense ses difficultés par une langue précise, souple, sensible. Et puis son rire est si communicatif, étrange et enfantin.

Voici son programme :

Classiques :

1. Chopin, Impromptu 4 in C Sharp Minor, Op.66 “Fantasie Impromptu”
2. Mozart, Mass in C Minor, K 427- Kyrie
3. Bach, La Passion selon St-Matthieu, BWV 244: Kommt, ihr töchter, helpf mir klagen…
4. Bach, La Passion selon St-Jean, ouverture

Madeleines :

1. Mc Solaar, Solaar pleure
2. Rita Mitsouko, Ma vieille Ville
3. Ibrahim Maalouf, Bande-son du film Yves St-Laurent, Les Quais

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

ombre