Accueil
Flux RSS

La liste de Aldo Naouri

Le 18 mai 2019 à 09:44 par Olivier Bellamy

Mes madeleines :
- impromptu numéro 1 D 935 de Schubert
- si je t’ai blessée, chanson de Charles Aznavour 1955

Mes morceaux classiques 
- concerto en la de Schuman par Clara Haskil
- concerto numéro 3 de Beethoven par Willem Backhaus

Portrait : Que ma joie demeure (Myra Hess)

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

La liste de Eve Ruggeri

Le 15 mai 2019 à 09:34 par Olivier Bellamy

Chevalier à la rose Trio final (Fleming)
Cosi fan tutte Trio Soave

Marin Marais / Jordi Saval
Mort d’Isolde

Portrait Felicity Lott « Im chambres separees »

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

2 classiques 

CHOPIN 
Mazurka no 4 op 17 en La mineur 
     par Sviatoslav Richter

GERARD GRISEY 
Partiels pour 18 musiciens

2 Madeleines 

TONY BENNETT / BILL EVANS 
You must believe in spring (MichelLegrand )

JOHN COLTRANE / MCCOY TYNER

    What’s New

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Cher Michel Canesi et cher Jamil Rahmani,
Votre livre n’est pas dans l’air du temps. C’est pourquoi il me plaît beaucoup. « Bien portant avec la médecine du Prophète » est un titre qui pourrait sembler provocateur aux yeux de ceux qui associent le Coran à l’obscurantisme ou à la barbarie.
L’Islam comme le judaïsme sont des orthopraxies qui reposent sur des rites et qui mêlent le spirituel à l’hygiène ou la conduite de vie. Difficile à entendre pour des oreilles laïques et même pour des chrétiens modernes.
Or ces remèdes populaires dont vous vous faites les messagers ressemblent furieusement aux remèdes de nos grands-mères. C’est ce qui est troublant dans votre livre. De la même manière que le cinéma de Pagnol, s’il montre un Marseille ancien, qui est un paradis perdu pour les uns ou un temps préhistorique pour les autres, n’est pas si éloigné du quotidien d’une famille juive ou musulmane contemporaine qui n’aurait pas coupé les liens avec la tradition comme nous l’avons fait nous-mêmes.
Boire de l’huile de foie de morue et manger des dattes ou passer une IRM pour un mal au ventre, ce n’est pas le même monde. Or on n’est obligé ni de nous flageller avec les ossements de nos pères ni de les oublier dans leur tombeau.
C’est toute la difficulté de trouver un équilibre entre la grandeur du passé et la foi en l’avenir.

Son programme :
Les madeleines : 
Joan Baez / Bachianas Brasileiras 
Fayrouz / Ya Laure Hobouki

Les classiques :  
David Fray / Bach concerto for 3 pianos in D Minor BWV 1063: III. Allegro… 
Le “Domine” Messe en UT de Mozart (version FRICSAY)

Portrait : Grieg/Mozart : Sonate « facile » (1er mvt)

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Cher Frédéric Saldmann,
Vous vous souvenez de la musique du feuilleton « Les envahisseurs » ? Je l’ai en permanence dans la tête depuis que j’ai lu votre livre sur l’hygiène. Je vois des microbes partout. Ce sont des monstres qui ont décidé ma perte. Je n’en dors plus la nuit, docteur. Prescrivez-moi des somnifères.
D’abord les poignées de porte. Je n’ose plus les actionner. L’autre jour, au cinéma, j’ai passé la moitié de la séance dans les toilettes en attendant que quelqu’un m’ouvre la porte.
Dans le métro, je ne touche plus les barres centrales. Alors je tiens en équilibre. Mais au moment du coup de frein, il m’arrive de tomber, par terre ou sur les gens. Pleins d’autres microbes.
Le pire c’est la manie du bisou et de la poignée de main. Pour éviter de m’y soustraire, je trouve mille astuces : « J’ai un rhume, ne m’approche pas ! » Du coup, tout le monde me fuit. Et je n’ai plus d’amis. Je mettrais bien des gants, mais ce n’est pas très poli. Ou un masque, mais ça fait bizarre.
Et puis regardez docteur, le micro qui est devant vous. Vous imaginez tous les germes que Philippe Tesson, Eric Zemmour, Guillaume Durand ont laissé ce matin. Pas besoin de dire aux bactéries : « Croissez et multipliez. » Elles l’ont fait. Eloignez-vous de ce micro docteur. La fin du monde a déjà commencé.

Son programme :
Classique
By The roes 
Johann Johannsonn 

Keyboard concerto en fa mineur
BW 1056 II adagio JS Bach

Enfance
Tale Five thé Davé Brubeck Quartet

Symphonie du nouveau monde Dvorak

Portrait :
Quatuor Haydn L’Alouette

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Les classiques :
- Mozart : la flûte enchantée (ouverture)
- Tchaikovski (valse sentimentale, op 51, n 6)

Les madeleines :
- Bashung : « Comme un lego » ou « Sommes-nous »
- Barbara : « Une petite cantate »

Mystère : Mieczyslaw Horzowski à 98 ans : https://www.youtube.com/watch?v=4bgaj8w9yeg

Mystère : Nathan Milstein à 87 ans :
https://www.youtube.com/watch?v=v0sinsAWsXk

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

La mamma morta de l’opéra André Chénier interprété par Maria Callas; et
Mar y Sol de l’album Chamuyo deJuanjo Mosalini (parce que c’est beau et parce que c’est mon conjoint-reconnu comme excellent bandoneoniste)

Pour les madeleines
« Genova per noi » de Paolo Conte et la
sonate pour violon et piano opus 78 en sol majeur le premier mouvement par Augustin Dumay et Maria Joa Pires

Mystère : Esperanza Fernandez chante L’Amour sorcier de Falla (ONDIF E. Mazzola)

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Les madeleines: 
- Casta Diva dans Norma par Montserrat Caballe aux arènes d’Orange.
- Les canons de la Pâque orthodoxe enregistrés à Zagorsk par exemple.

Et les morceaux classiques:
- Le concerto pour piano n*20 de Mozart par Maria João Pires idéalement dirigé par Ricardo Chailly…
- le concerto pour violon de Brahms par Nikolaj Znaider dirigé par Gergiev avec le philharmonique de Vienne.
 
Mystère : « Rachel quand du seigneur » par Georges Thill

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Lettre à Alain Lefèvre

Le 03 mai 2019 à 23:42 par Olivier Bellamy

Cher Alain Lefèvre,
Wilhelm Furtwängler a dit : « Le grand art est toujours modeste ». C’est ce que j’ai pensé en écoutant votre disque. La musique française attire parfois les musiciens par ce qui brille, ce qui pétille, ce qui est luxueux ou fastueux. Les musiciens qui l’aiment pour sa simplicité, sa qualité d’âme, sa beauté secrète sont rares. Cela demande d’en faire le moins possible mais de donner l’impossible.
Pour cela, il faut la jouer dans l’esprit d’un Dinu Lipatti jouant du Bach. Pas comme un cheval fou, pas non plus comme un faux dévot qui recouvrirait sa tête de cendre. Non. Avec un grand amour sérieux et modeste.
Votre Debussy semble sorti des bras de la nature. Votre Ravel a l’air d’être joué par un enfant. Votre Franck ressemble à une bougie dans une petite église. Et votre Satie a le sourire discret des nuages dans le ciel.
Merci de m’avoir donné cette émotion.

Programme :

 
• Sibelius : Concerto pour violon en ré mineur Op.47 / Par Christian Ferras, Herbert von Karajan / Orchestre Philharmonique de Berlin
• Bach      : Le Clavier tempéré /  Par Samuel Feinberg.  
 
Choix musicaux plus généraux :
 
• « Guigui » : De Michel Jonasz
• Ballade Op.10 No. 4 de Brahms par Arturo Benedetti Michelangeli

Portrait : Arabesque n° 1 de Debussy par Alain Lefèvre

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Flux RSS

Liste de Guillaume Musso

Le 03 mai 2019 à 23:39 par Olivier Bellamy

Madeleines : 
 
Brassens, La mauvaise réputation

Paolo Conte, l’Amore Che
 
 
 
Classiques :
 
Chopin: Nocturne No.2 in E flat, Op.9 No.2 par Daniel Barenboim
 
Schubert piano sonata no 20 andantino d 959 par Krystian Zimerman
 
 
Portrait : Nimrod

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

ombre