Accueil
Flux RSS

Gigliola Cinquetti, viva Italia

Le 18 décembre 2017 à 12:04 par Olivier Bellamy

Chanteuse de variétés, Gigliola Cinquetti possède une voix pure, juste et classique. Le récit de sa rencontre avec Maria Callas est passionnant.
Voici son programme :
Rossini : La pie voleuse
Aida : Marche
Puccini : Entrée de Butterfly
Madeleines
Callas : Casta Diva
Dylan : Knocking on heaven’s door
Piaf : Je ne regrette rien

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Rien qu’à l’entendre, on se sent mieux. Il ne sait pas, il cherche, il sonde, c’est cela un grand professeur de vie.
Voici son programme :
4 morceaux de musique
- Maruzzella, chanson napolitaine de Bruni
- Le chœur de Nabucco de Verdi
- La Norma de Callas
- Boccherini pièces au violoncelle

Les 3 madeleines
- Dizzie Gillepsie
- C’est en septembre, Gilbert Bécaud
- Elle vendait des petits gâteaux de Félix Mayol

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Les navigateurs sont des héros dans un monde qui en manque cruellement. Ils sont une inspiration par leur courage et leur détermination. Les aventuriers d’autrefois voulaient découvrir de nouvelles contrées, enrichir la connaissance humaine. Ceux d’aujourd’hui nous font rêver sans conquérir de territoires ou asservir les peuples.
Voici son programme :
- JS BACH Suite pour orchestre n° 3 en Re majeur (dans le film Seven)
- Tchaïkovski concerto pour violon en Re majeur op35 (dans le film Le Concert)
-Beethoven Symphonie n°7 (dans le film Le discours d’un Roi)
- l’hymne à la joie de Beethoven 
 
Mes madeleines
-          Sympathy for the devil des Stones
-          Creep Radiohead
-          Get Lucky Daft Punk

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Véronique Jannot a traversé des épreuves qu’elle a dépassées avec intelligence et coeur. De là vient l’aspect lumineux de sa personnalité. Elle possède une voix qui accroche immédiatement, et qui réchauffe.
Voici son programme :
Madeleines de Proust :

• Mrs Robinson. Simon et Garfunkel
• Nicolas and bart. Joan Baez
• -out of Africa ..John Barry

Musique Classique :

-Adagio du concerto pour clarinette.Mozart
- la chevauchee des Walkyries Wagner
- Adagio pour cordes de Samuel barber
- Adagietto 5ème symphonie de Malher

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

C’est un grand artiste français et c’est aussi un homme ouvert, chaleureux, curieux d’autrui, qui aime échanger. C’est un ami du compositeur Eric Tanguy. L’un comme l’autre donnent un sens très élevé à ce mot. Toujours soucieux d’élargir le cercle des invités de Passion Classique et d’éclairer l’angle mort des invités qui échappent au système promotionnel, j’ai demandé son numéro à Eric et je l’ai appelé sur son portable. Il était chez lui, en Italie. Il a dit pourquoi pas. Il connaît bien la musique et les musiciens. Et il était là, fidèle au rendez-vous.
Voici son programme :
1- Allain Gaussin, “l’harmonie des Sphères”.
2- Eric Tanguy, “Le désir est partout”.
3- Ornette Coleman, “Free Jazz dobble quartet 2013″.

1- une sonate de Beethoven pour piano et violoncelle par Alain Meunier et Anne Le Bozec.
2- une sonate de Schubert par Alain Planès.
3- une fugue de JS Bach par Zhu Xiao-Mei.
4- César Franck par Bertrand Chamayou.

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Française “jusqu’à la moelle des os” a dit Madame le secrétaire perpétuel de l’Académie française, retrouvant les mots que Tchaïkovski avait utilisés pour affirmer sa russitude face à ses adversaires. Hélène Carrère d’Encausse remet les pendules à l’heure avec un discours ferme et humain sur l’apprentissage de la lecture à l’école.
Voici son programme :
Moussorgski : Une Nuit sur le mont chauve
Wiener Blut
Chauve-Souris Strauss
Lehar Veuve joyeuse
Aznavour
Les yeux noirs

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Depuis son succès au Concours Chopin, Jean-Marc Luisada est célèbre pour la relation esthétique forte qu’il entretient avec l’auteur des Ballades. Cette relation n’a cessé de s’enrichir et de s’approfondir pour aller sans cesse vers plus de naturel. Après un silence de dix ans dans les salles parisiennes, nous aurons la joie immense de retrouver le plus artiste des pianistes français au sens où Delacroix qualifiait Chopin de “plus pur artiste” parmi les musiciens.
Voici son programme :
MADELEINES :
1/ PETITE MUSIQUE DE NUIT/ FURTWAENGLER
2/ MENDELSOHN ROMANCE SANS PAROLE « LE PRINTEMPS » HOROWITZ
3/ UNE PLACE AU SOLEIL MUSIQUE DU FILM COMPOSEE PAR FRANZ WAXMAN

CHOIX MUSICAUX
1/ HANDEL LE MESSIE « I SHALL FEED HIS FLOCK “NEVILLE MARINER - VON OTTER
2/ CHOPIN ETUDE n°1/ PAUL BADURA SKODA
3/ MOZART : CONCERTO n°27 MOUVEMENT 2/ JM LUISADA
4/ BACH - SUITE FRANCAISE n°5 / OLIVIER BAUMONT

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Jean d’Ormesson avait un grand champagne sur la langue, surtout lorsqu’il citait les auteurs chers à son coeur, un solide vin de garde sous la plume, et le ciel dans les yeux. Je l’ai rencontré lors d’un déjeuner organisé par Carole Bouquet. Il est arrivé prestement pendant l’entrée et en est reparti avant le dessert. Poli, fidèle, mais écrivain (c’est à dire travailleur) avant tout. Il mangea et but à peine. Le vin de Carole était délicieux, mais, avec lui, Dom Perignon en personne rehaussait la conversation. Placé en face, j’avais l’impression de jouir de la place d’honneur. Il eut la bonne éducation de ne jamais me faire sentir qu’il eut préféré une jolie femme pour lui barrer l’horizon. Il me dit qu’il était un âne en musique, je n’en crus pas un mot. Simplement il ne chantait pas de mémoire sonates et symphonies comme il récitait par coeur des poésies entières. C’était sa définition de l’âne, animal que, soit dit en passant, prisait fort son vieil adversaire François Mitterrand. Il aimait Bach d’abord, ses cantates, comme un homme de lettres célèbre Homère, “toujours jeune”, et ses yeux brillaient d’un bleu plus soutenu en évoquant Mozart.
Je l’ai invité cinq fois à Passion Classique. Cinq feux d’artifice. Pour les auditeurs : cinq “banquets” merveilleux dont il était le Vatel et le Socrate. Il choisit La Création de Haydn, oeuvre pour laquelle il nourrissait une inclination particulière. Dans Presque rien sur presque tou, j’appris qu’il aimait “presque tout Schubert”. Il me rappelait Brialy (que j’ai bien connu, pour l’imiter à mon tour) dans sa manière si française de parler de tout avec grâce. A chaque parution d’un de mes livres, il m’envoyait un mot. L’avait-il lu ? Peu importe, il avait l’éducation d’un roi. Après chaque émission, il me disait que c’était “la meilleure” de sa tournée de promotion. Je n’en croyais rien, mais ça n’avait pas d’importance, c’était doux comme un baiser volé au clair de lune. Une fois que nos âmes se frottèrent de manière particulièrement tendre, me sembla-t-il, ému de le voir partir, je m’entendis lui demander si je pouvais l’embrasser. Il me répondit aussitôt : “Avec joie !” La dernière fois, il me demanda de le tutoyer. J’acceptai avec empressement, conscient de l’honneur qu’il m’octroyait, abandonnant le vouvoiement comme on goûte à un bonbon défendu et fourré de neige, mais ne parvins jamais plus à renouveler l’expérience. Ses petits mots vont me manquer. Reste les cantates de Bach que nous pouvons écouter comme le renard de Saint-Exupéry regardait les champs de blé blonds en souvenir du Petit Prince.

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Les volcanologues anticipent la présence d’un séisme en étudiant le sol, tandis que François-Xavier Roth provoque un tremblement de terre avec un accord de sol, c’est la différence entre dompter la nature et faire vivre la culture.
Voici son programme :
Mozart Sabine Devieilhe
Boulez livre pour cordes
Queyras Bach suite solo 1 - 1
Bach St Johannes Rene Jacobs 1er chœur

Mozart Requiem Kyrie Karl Böhm Wiener
Widor Toccata Daniel Roth

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

Raffiné et exigeant, il est bien du Liban, ce cèdre planté entre l’Orient et l’Occident, réchauffé par le soleil, arrosé par les larmes, où l’on guérit ses blessures avec des chants et de la fleur d’oranger, mais aussi où l’on regarde l’autre au fond des yeux. La musique de Gabriel Yared regarde l’être humain au fond de l’âme.
Voici son programme :
Béla Bartók - Musique pour Cordes Percussions et Célesta.
2. Allegro (interprété par le Budapest Festival Orchestra, sous la direction de Iván Fischer)

Gabriel Yared - Camille et Rodin (du film “Camille Claudel”, interprété par le London Symphony Orchestra)

Que tu m’enterres (Françoise Hardy)

MADELEINE 3/ Marvin Gaye - What’s Going On (de l’album “What’s Going On”)

MADELEINE 1/ Mozart - Quatuor à cordes No16 en Mib majeur, K 428 (un des 6 quatuors dédiés à Joseph Haydn) -
2. Andante Con Moto (interprété par le Talich Quartet)

MADELEINE 2/ The Beatles - She’s Leaving Home (de l’album “Sergent Pepper’s Lonely Hearts Club Band”)

Ajouter un commentaire Lien permanent | Rétrolien

ombre